Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Maoulaoui fixe les législatives au 15 mai 2022

Le vote des émigrés aura lieu les 6 et 8 mai prochain. 

Maoulaoui fixe les législatives au 15 mai 2022

Le ministre libanais de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui. Photo ANI

Le ministre libanais de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, a signé lundi le décret de convocation du collège électoral pour les législatives, fixant la date du scrutin au 15 mai 2022, contrairement à des amendements de la loi électorale approuvés en octobre par le Parlement et qui prévoyaient le 27 mars comme date pour les élections. Celle-ci était toutefois contestée par le chef de l'Etat, Michel Aoun, et son camp. 

Dans un communiqué, le ministre a précisé avoir signé le décret de convocation du collège électoral des élections législatives en vertu duquel le vote pour les Libanais résidant dans le pays se tiendra le 15 mai. Le vote des émigrés aura lieu, lui, les 6 et 8 mai, et celui des fonctionnaires qui participent à l'organisation des élections le 12 mai au Liban. Pour avoir force exécutoire, le décret doit encore être signé par le chef du gouvernement, Nagib Mikati, et le président Aoun.

Dans un communiqué publié après l'annonce de la signature du décret, M. Maoulaoui a souligné que cette procédure reflète "le sérieux du ministère et du gouvernement qui tiennent à organiser les législatives dans les délais constitutionnels, conformément à la déclaration ministérielle et aux promesses faites auprès des communautés locale et internationale". Le ministre a également noté que la date de présentation des candidatures, ainsi que d'autres procédures liées aux élections, seront annoncées prochainement. 

Lire aussi

Le Conseil constitutionnel ne tranche pas le recours du CPL

La Chambre des députés avait approuvé la date du 27 mars 2022 pour l'organisation du scrutin, justifiant cet amendement par le jeûne du Ramadan qui tombe l'an prochain en avril, ce qui risquerait, selon eux, d'impacter la bonne marche de la campagne électorale. Le Parlement avait également adopté un amendement permettant aux Libanais de l’étranger de voter pour les 128 membres de l'Assemblée et non seulement pour les six dévolus à la diaspora. Ces deux amendements avaient été rejetés par le Courant patriotique libre (CPL, aouniste), seul bloc parlementaire à s'y opposer, arguant de l'illégalité du quorum retenu pour ce vote par le président de la Chambre, Nabih Berry. Le CPL avait présenté un recours en invalidation de ces amendements, mais le Conseil constitutionnel avait échoué à prendre une décision. Cela signifie que les amendements à la loi électorale faisant l’objet du recours entrent de facto en vigueur. Mais au final, c'est au ministre de l'Intérieur de fixer la date des élections en vertu d'un décret qui doit être signé par le chef de l’État et le Premier ministre. Or, Michel Aoun avait déjà prévenu qu'il ne signerait pas le décret sauf si les élections se tenaient en mai et, le 13 décembre, le ministre de l'Intérieur avait lui aussi affirmé que les législatives se tiendront en mai 2022 et non pas le 27 mars.


Le ministre libanais de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, a signé lundi le décret de convocation du collège électoral pour les législatives, fixant la date du scrutin au 15 mai 2022, contrairement à des amendements de la loi électorale approuvés en octobre par le Parlement et qui prévoyaient le 27 mars comme date pour les élections. Celle-ci était toutefois contestée par le chef de...

commentaires (5)

Ah! enfin, je respire! J'ai cru qu'ils allaient nous coller les élections en plein carême! LOL

Georges MELKI

14 h 46, le 28 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Ah! enfin, je respire! J'ai cru qu'ils allaient nous coller les élections en plein carême! LOL

    Georges MELKI

    14 h 46, le 28 décembre 2021

  • Qu'en est il de ceux qui s'étaient inscris pour voter à l'étranger en mars mais veulent voter au Liban en Mai?

    Naji KM

    01 h 36, le 28 décembre 2021

  • SI IL Y AURAIT LEGISLATIVES QU,ELLES SOIENT EN MARS OU EN MAI LA DIASPORA NE CHANGERA PAS SA DETERMINATION DE PUNIR TOUS LES VENDUS ET TRAITRES MERCENAIRES ET ALLIES.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    18 h 41, le 27 décembre 2021

  • Après les élections, la "majorité" actuelle n’a aucune chance. Le seul joker qui leur reste est que tsunamichel présente sa démission avant la date des élections. Comme ça c’est le parlement actuel qui élira son remplaçant qui, comme tout le monde sauf le principal intéressé l’a compris, est la dernière chance qui reste au (p)résident actuel de ne pas entrer dans l’histoire comme le pire président de notre histoire, en mettant pire que lui en poste…

    Gros Gnon

    14 h 41, le 27 décembre 2021

  • Une vraie cacophonie LOOL …

    radiosatellite.online

    14 h 34, le 27 décembre 2021

Retour en haut