Rechercher
Rechercher

Politique - Enquête de Tayouné

Geagea convoqué par la justice : le bras de fer politique se corse

Fadi Akiki lance des poursuites contre 68 personnes soupçonnées d’être impliquées dans les affrontements du 14 octobre.

Geagea convoqué par la justice : le bras de fer politique se corse

Le chef des FL, Samir Geagea. Photo ANI

Onze jours après les affrontements meurtriers de Tayouné, l’enquête prend une tournure politico-confessionnelle, le chef des Forces libanaises (FL), Samir Geagea, ayant été notifié de sa convocation à comparaître en tant que témoin devant la justice militaire dans le cadre de cette affaire. « Ce n’est qu’aujourd’hui (hier) que le chef des FL a été notifié de sa convocation », confie une source FL à L’Orient-Le Jour, précisant que le leader maronite est appelé à comparaître mercredi à 9h du matin, au ministère de la Défense, à Yarzé. Des informations faisant état d’une convocation de M. Geagea avaient circulé en fin de semaine dernière.

Des affrontements avaient opposé, le 14 octobre, des miliciens chiites affiliés au duo Amal-Hezbollah, à des éléments chrétiens probablement proches des FL. Ces accrochages ont fait 7 morts et 32 blessés. De même source, on apprend que ce sont les renseignements de l’armée libanaise qui ont notifié M. Geagea de sa convocation. Cette nouvelle intervient une semaine après une virulente diatribe du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, contre M. Geagea, qu’il avait accusé de « lancer une guerre civile, afin d’établir un canton chrétien dans lequel il pourra gouverner tout seul ».

Billet

Intimidation pour intimidation

C’est à travers le prisme de ce bras de fer que les Forces libanaises abordent la prochaine étape de l’enquête. Le leader chrétien persiste et signe : il ne compte pas comparaître devant la justice avant que Hassan Nasrallah ne comparaisse lui-même. Expliquant cette prise de position, Samir Geagea avait tenu, dans une interview accordée jeudi à la chaîne MTV, à rappeler que la formation qu’il dirige est légalement reconnue par l’État libanais, contrairement au Hezbollah. Celui-ci n’existe pas légalement et en butte à plusieurs accusations, avait-il affirmé en substance. Il faisait ainsi référence aux assassinats de plusieurs personnalités et figures politiques, dont le parti chiite est accusé par ses détracteurs depuis 2005.

Lire aussi

Raï met en garde contre "un troc entre les incidents de Tayouné et l'enquête sur l'explosion au port"

Mais après avoir été officiellement notifié par la justice, quelle sera la prochaine étape pour le leader des FL ? « Il n’est pas logique que celui qui n’a fait que se défendre face aux provocations et à l’invasion des quartiers résidentiels soit convoqué par la justice, alors que les auteurs de ces actes ne le sont pas », se contente de répondre une source du parti à L’OLJ. Déplorant le fait que « seules les FL soient convoquées par la justice alors que nombreux sont ceux qui se sont défendus face à l’invasion armée du 14 octobre », cette même source affirme : « Nous sommes devant une campagne politique contre les FL. » Une position également défendue par Sethrida Geagea, députée de Bécharré. « La diatribe contre les FL à laquelle nous assistons ces derniers temps n’est qu’une nouvelle tentative d’assiéger le parti de la part des ennemis d’une nation libre, souveraine et indépendante », a-t-elle regretté dans un communiqué publié peu après la convocation de son mari. « À travers quelques figures judiciaires, ils tentent de nous faire payer le prix de notre lutte en faveur de la République forte, et de notre soutien à la vérité et la justice, et notre appui aux Beyrouthins, victimes du plus grand massacre de l’histoire du Liban, à savoir la double explosion au port de Beyrouth », a estimé la parlementaire. « Après la notification de convocation de Samir Geagea, il est devenu clair que ce dossier est géré selon une logique des deux poids, deux mesures », a-t-elle poursuivi. Mme Geagea critiquait ainsi clairement le pouvoir judiciaire pour ne pas avoir convoqué le secrétaire général du Hezbollah, au même titre que le numéro un des FL.

Dans une autre pique au pouvoir judiciaire, la parlementaire a également déploré que « certains exploitent la justice pour exercer des pressions sur les FL », rebondissant ainsi sur des propos tenus jeudi soir par Samir Geagea, qui avait qualifié le juge Fadi Akiki, commissaire du gouvernement par intérim près le tribunal militaire, de « commissaire du Hezbollah près le tribunal militaire ». La députée a enfin salué le patriarche maronite, Béchara Raï, et le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth, Élias Audi, « pour leurs prises de position hostiles à toute forme de politisation de l’enquête sur les affrontements de Tayouné ». Dans leurs homélies, dimanche dernier, Mgr Raï et Audi avaient implicitement pris fait et cause pour le chef des FL. Le prélat maronite avait même été jusqu’à mettre en garde contre « un troc » entre l’enquête sur le drame au port et celle portant sur les accrochages du 14 octobre.

Devant le parquet militaire

Sur le terrain, les services de renseignements de l’armée ont finalisé leur enquête et déféré le dossier devant le parquet militaire, selon un communiqué publié hier par la Direction de l’orientation de l’armée. De source FL, on indique que la convocation de M. Geagea a eu lieu avant que les SR de l’armée ne finalisent l’enquête. « Sur quoi le juge s’est-il basé pour convoquer le chef du parti ? » s’interroge cette source, déplorant le fait que le juge Akiki a insisté pour émettre la convocation de M. Geagea alors qu’il n’était plus en charge du dossier, désormais confié au parquet militaire. « C’est un geste qui s’inscrit dans le cadre de la campagne politique contre nous », estime cette source.

Lire aussi

Aïn el-Remmané-Chiyah : par-delà la haine

Selon une source proche du dossier, l’investigation pourrait être relancée après l’arrestation de nouvelles personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’affaire. Elle précise que vingt personnes visées par des mandats d’arrêt sont toujours recherchées, sans toutefois donner de précisions quant aux affiliations politiques des intéressés.

Parallèlement, le juge Fadi Akiki a lancé hier des poursuites contre 68 personnes, dont 18 se trouvent actuellement sous les verrous pour leur implication présumée dans les affrontements de Tayouné. Selon l’Agence nationale d’information (ANI, officielle), les poursuites ont été engagées pour meurtre, tentative de meurtre, incitation à la discorde confessionnelle, possession d’armes lourdes non autorisées et destruction de biens publics et privés.

Selon des informations relayées dans la presse locale, les poursuites lancées par contumace concernent notamment des habitants du quartier à prédominance chrétienne de Aïn el-Remmané, deux partisans d’Amal, des ressortissants syriens et un responsable sécuritaire des FL. Des informations non confirmées de source judiciaire.

Ce qui est certain, en revanche, c’est que le mouvement Amal du président de la Chambre, Nabih Berry, ne compte pas comparaître devant la justice. « Nous n’avons pas de problème à nous conformer aux lois en vigueur. Mais nous n’allons pas nous rendre devant le juge avant que le camp adverse ne le fasse », martèle Mohammad Khawaja, député Amal de Beyrouth, interrogé par L’OLJ.

Lire aussi

L’empoignade Amal-CPL tend un peu plus la scène politique

Dernière manifestation en date des désaccords entre MM. Berry et Geagea, un communiqué, publié hier par le bureau politique d’Amal est apparu très critique envers le le chef des FL. « Pourquoi la personne poursuivie refuse de comparaître alors que l’enquête sur un crime suit son cours ordinaire et légal ? » s’est ainsi interrogé le mouvement Amal, dans une allusion à peine voilée à Samir Geagea. Ce alors que Amal refuse toujours que deux de ses membres – Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter – poursuivis dans le cadre de l’enquête sur le cataclysme du 4 août comparaissent devant le juge Tarek Bitar, chargé de l’instruction sur le drame du port de Beyrouth.


Onze jours après les affrontements meurtriers de Tayouné, l’enquête prend une tournure politico-confessionnelle, le chef des Forces libanaises (FL), Samir Geagea, ayant été notifié de sa convocation à comparaître en tant que témoin devant la justice militaire dans le cadre de cette affaire. « Ce n’est qu’aujourd’hui (hier) que le chef des FL a été notifié de sa...

commentaires (21)

IL Y A DES MEMBRES DE DEUX PARTIS AMAL ET HEZBOLLAH QUI SE SONT ATTAQUES AUX QUARTIERS CHRETIENS AUX CRIS DE CHIITES CHIITES CHIITES ET ONT COMMENCE PAR ENVAHIR UN QUARTIER CASSANT TOUT SUR LEURS PASSAGES ET ENTRANT DANS LES IMMEUBLES . IL Y A UNE POPULATION CHRETIENNE QUI PROBABLEMENT FAVORABLE AUX FORCES LIBANAISES ET MEME CERTAINS MEMBRES DES FL ONT REAGI AVEC FERMETE POUR PROTEGER LEURS BIENS ET LEURS FAMILLES .L'ARMEE N'A PAS FAIT SON DEVOIR DE LES PROTEGER CAR LES TIRS ONT DURE 4 HEURES ET LES ARMES LOURDES ONT ETE UTILISEES SUR DES CIVILS ET LES IMMEUBLES DU QUARTIER SANS GRANDE INTERVENTION DE L'ARMEE SAUF CELLE D'UN VRAI SOLDAT QUI A FAIT SON METIER ET QUI SE RETROUVE AUJOURDH'UI A L'ARRET POUR AVOIR FAIT EXACTEMENT CE QU'IL DEVAIT FAIRE LA VERITE: LES DIRIGEANTS DE AMAL , DE HEZBOLLAH ET DE L'ARMEE CETTE FOIS CI DEVRAIENT RENDRE DES COMPTES ET APRES EVIDEMENT CEUX DES RESISTANTS CHRETIENS DANS LEUR QUARTIER ET EVENTUELLEMENT LE CHEF DU FL. MAIS CONVOQUER LE CHEF DU FL ALORS QUE LES DISCOURS DE NASRALALH ETAIENT CLAIRES DEPUIS 3 JOURS QUE LA MOBILISATION DE SES MILICES CONTRE LE JUGE BITAR ET EVIDEMENT EN TRAVERSANT CERTAINS QUARTIERS MERITENT D'ABORD UNE AUDIANCE A CE TYPE LA AVANT CELLE DE GEAGEA MAIS LE LIBAN ETANT CE QU'IL EST CAR AOUN A PERMIS A NASRALLAH DE METTRE QUI IL VOULAIT A LA JUSTICE POUR JUSTEMENT AVOIR UNE SECURITE CONTRE SES AGISSEMENTS DANS UN CAS PAREIL MERCI BASSIL AOUN POUR VOTRE ALLIANCE AVEC NASRALLAH, QUI A MENE LE PAYS EN ENFER

LA VERITE

18 h 20, le 26 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (21)

  • IL Y A DES MEMBRES DE DEUX PARTIS AMAL ET HEZBOLLAH QUI SE SONT ATTAQUES AUX QUARTIERS CHRETIENS AUX CRIS DE CHIITES CHIITES CHIITES ET ONT COMMENCE PAR ENVAHIR UN QUARTIER CASSANT TOUT SUR LEURS PASSAGES ET ENTRANT DANS LES IMMEUBLES . IL Y A UNE POPULATION CHRETIENNE QUI PROBABLEMENT FAVORABLE AUX FORCES LIBANAISES ET MEME CERTAINS MEMBRES DES FL ONT REAGI AVEC FERMETE POUR PROTEGER LEURS BIENS ET LEURS FAMILLES .L'ARMEE N'A PAS FAIT SON DEVOIR DE LES PROTEGER CAR LES TIRS ONT DURE 4 HEURES ET LES ARMES LOURDES ONT ETE UTILISEES SUR DES CIVILS ET LES IMMEUBLES DU QUARTIER SANS GRANDE INTERVENTION DE L'ARMEE SAUF CELLE D'UN VRAI SOLDAT QUI A FAIT SON METIER ET QUI SE RETROUVE AUJOURDH'UI A L'ARRET POUR AVOIR FAIT EXACTEMENT CE QU'IL DEVAIT FAIRE LA VERITE: LES DIRIGEANTS DE AMAL , DE HEZBOLLAH ET DE L'ARMEE CETTE FOIS CI DEVRAIENT RENDRE DES COMPTES ET APRES EVIDEMENT CEUX DES RESISTANTS CHRETIENS DANS LEUR QUARTIER ET EVENTUELLEMENT LE CHEF DU FL. MAIS CONVOQUER LE CHEF DU FL ALORS QUE LES DISCOURS DE NASRALALH ETAIENT CLAIRES DEPUIS 3 JOURS QUE LA MOBILISATION DE SES MILICES CONTRE LE JUGE BITAR ET EVIDEMENT EN TRAVERSANT CERTAINS QUARTIERS MERITENT D'ABORD UNE AUDIANCE A CE TYPE LA AVANT CELLE DE GEAGEA MAIS LE LIBAN ETANT CE QU'IL EST CAR AOUN A PERMIS A NASRALLAH DE METTRE QUI IL VOULAIT A LA JUSTICE POUR JUSTEMENT AVOIR UNE SECURITE CONTRE SES AGISSEMENTS DANS UN CAS PAREIL MERCI BASSIL AOUN POUR VOTRE ALLIANCE AVEC NASRALLAH, QUI A MENE LE PAYS EN ENFER

    LA VERITE

    18 h 20, le 26 octobre 2021

  • c'est la justice de Adnan Addoum et de Ghada Aoun ! NO PASARAN !

    Lebinlon

    16 h 16, le 26 octobre 2021

  • TOUS LE LIBANAIS LIBRE DERRIÈRE GEAGEA AUX LÉGISLATIVES !!

    Bery tus

    16 h 09, le 26 octobre 2021

  • QUAND LA JUSTICE EST PARTIALE, AU SERVICE D,UNE COMMUNAUTE ARMEE ET QUI INTIMIDE ET MENACE TOUTES LES AUTRES COMMUNAUTES ET SURTOUT LA CHRETIENNE AVEC L,APPUI DE CERTAINS TRAITRES CHRETIENS, IL N,Y A PLUS UN PAYS. IL Y A UN BORDEL.

    CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

    13 h 23, le 26 octobre 2021

  • Ils ont enfin trouver le moyen de semer le doute entre les libanais et l’armée pour arriver à leur fin. Cette naïveté de toute part me sidère. Ils tombent à genoux dès qu’un ordre du barbu est donné et se plaignent ensuite de la division du peuple face à de telles injustices. Ils attisent le feu de toute part sous prétexte de calmer le jeu. Drôle de tactique pour sauver le peuple et le pays.

    Sissi zayyat

    11 h 26, le 26 octobre 2021

  • Depuis quand on lance un mandat d’arrêt contre quelqu’un sur simple rumeurs lorsque les agresseurs ont été pris en flagrant délit de provocations, armes au poings ne sont pas inquiétés ni eux ni leurs commanditaires dont l’un d’eux a lancé la veille et publiquement un ordre d’aller semer la terreur pour empêcher que justice soit faite dans notre pays. Les vendus continuent d’exécuter les ordres de ce barbu mercenaire qui ne recule devant rien pour saper notre souveraineté et ça n’est pas lui qu’il faut condamner mais les vendus à ses ordres qui assouvissent tous ses désirs et le rendent encore plus fort qu’il ne l’a jamais été. Est ce que HN est convoqué avec Berry pour ces mêmes débordements pour être entendus?

    Sissi zayyat

    11 h 21, le 26 octobre 2021

  • Quelle honte pour cette justice à la demande! Il y a lieu de référer ce juge à l'inspection judiciaire, en plus de le refuser.

    Esber

    11 h 17, le 26 octobre 2021

  • OUF , il etait temps . Meilleurs voeux .

    aliosha

    10 h 52, le 26 octobre 2021

  • Sur la scène de notre théâtre national nommé LIBAN, plus aucun acteur n'a honte de jouer de la façon la plus dégradante, ridicule et déshonorante pour notre pays. - Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 26, le 26 octobre 2021

  • Le juge Akiki est en train d’allumer le mèche d’une nouvelle guerre entre les FL et des membres de l’armée. Quelqu’un l’avait déjà précédé en 1990. Sauf que cette fois ci, c’est pratiquement toute la population qui va soutenir les FL contre les membres de l’armée soumis au Hezbollah.

    Censuré par l’OLJ

    10 h 17, le 26 octobre 2021

  • Face a cet état des chose , demain l'on pourrait aussi convoquer le Patriarche Rai ou tout autre représentant religieux pour leurs propos contre le parti représentant Dieu sur Terre . Vive la liberté d'expression. La vérité éclatera un jour , si ce n'est aujourd'hui ce sera pour les générations futures. Libanais que la Vierge vous garde.

    DRAGHI Umberto

    09 h 48, le 26 octobre 2021

  • C'est l'hôpital qui se fout de la charité ... Monsieur Berry et ses autres amis barbus refusent depuis des mois la comparution de toute personne qui leur soit affiliée dans la pire catastrophe de ce pays et ils viennent donner des leçons de morale. Qui a inquiété et enquêté sur l'envahissement de Beyrouth par les barbus armés jusqu'au dent? personne. Qui a osé une enquête face aux assassinats politiques d'opposants aux barbus? personne. Quand on profite et qu'on impose une impunité totale aux barbus et aux voyous qui gravitent autour d'eux la moindre des décence est de se la fermer.

    Zeidan

    09 h 01, le 26 octobre 2021

  • ce qui est honteux c'est bien le silence des aounistes , tous tant qu'ils sont ! cela incitera Rai a finalement decider de prendre une position ferme , a ne plus suivre la politique de Hariri vs. l'iran au Liban, composer avec eux (les aounistes) pour je ne sais pas quelle raison .

    Gaby SIOUFI

    09 h 01, le 26 octobre 2021

  • Samir Geagea serait tombe dans le piege tendu par plus intelligents que lui ce jour du 4 Oct, tel que Dima Sadek l'avait ecrit dans un tweet alors meme que les evenements ne s'etaient pas pas encore apaises ?

    Gaby SIOUFI

    08 h 57, le 26 octobre 2021

  • Depuis Mai 2008, les renseignements de l’armée ont toujours eu un comportement favorable au Hezb.

    Zovighian Michel

    08 h 22, le 26 octobre 2021

  • Et dernier conseil: ouvrez le yeux, vous êtes en train de faire à notre Hakim exactement la même chose que le Shah d’Iran a fait à votre guide Khomeini en janvier 1978. Si vous ne voyez pas ce que je veux dire, relisez l’histoire de votre révolution. Nous citoyens libanais allons mener la nôtre, et si vous persistez dans votre aveuglement pharisaïque nous vous enverrons là-mème où vous avez envoyé le Shah d’Iran. Vous avez des centaines de milliers de soldats, mais Dieu a bien donné la victoire à David contre Goliath. Les autocrates sont comme des tigres de papier devant un peuple guidé par la main de Dieu pour les renverser. Cessez de vous moquer de la vérité comme vous vous moquez de la justice civile, et craignez Dieu qui est par Sa nature l’ennemi du mensonge, la Vérité même !

    Citoyen libanais

    06 h 59, le 26 octobre 2021

  • C’est tout simplement une honte condamné ceux qui se défendent et juste 3 qui j’en suis sure n’ont aucun rapport aux événements … c’est fort …. Aucun respect pour ceux qui se sont fait vandaliser blesser … J’ESPÈRE QUE LES LIBANAIS SE RAPPELLERONT DE ÇA LORS DES LÉGISLATIVES !!!

    Bery tus

    06 h 59, le 26 octobre 2021

  • Les pharisiens hypocrites de l’Axe du nitrate d’ammonium vont maintenant dire pourquoi Samir Geagea qui se montre si attaché à l’enquête du juge Bitar, pourquoi Samir Geagea qui ne cesse de dénoncer les hommes politiques convoqués par le juge se prévalant de leur immunité pour ne pas se présenter aux convocations, pourquoi le même Samir Geagea ne se présente pas à sa propre convocation ? Le citoyen libanais leur répond: pauvres aveugles, ne voyez-vous pas qu’il existe une différence essentielle entre les deux genres de convocations ? Les politiciens du nitrate d’ammonium sont convoqués comme suspects sur la base d’une enquête qui a mûri pendant des mois. Notre Hakim est convoqué à la hâte comme témoin. Un témoin est convoqué sur la base des informations qu’il peut avoir à priori sur le crime. Expliquez nous donc comment à priori Mr Geagea pourrait avoir plus d’informations que messieurs Berri et Nasrallah alors que eux leurs partisans étaient clairement présents sur la scène du crime. Vous ne savez quoi répondre ? Alors le citoyen libanais vous répondra que cette convocation de notre Hakim n’est qu’une mascarade. Ce tribunal militaire a d’ailleurs un lourd passé de condamnation d’innocents et d’innocentement de coupables. À vous de nous prouver que le juge Bitar n’est pas vraiment indépendant. Nous nous pouvons très facilement vous prouver que le tribunal militaire est à la botte de votre Axe safavide nitraté.

    Citoyen libanais

    06 h 39, le 26 octobre 2021

  • Les même personne qui veulent maintenir le juge Bitar accusent maintenant la justice de partialité en ce qui concerne Samir Geagea. Le Hezbollah et Amal ont donc raison tout simplement.

    Zorkot Mohamed

    01 h 31, le 26 octobre 2021

  • Si j'ai bien compris les journalistes de l'OLJ ainsi que certains lecteurs du journal, seuls les coupables refusent de se rendre à une convocation judiciaire !!!

    NASSER Jamil

    01 h 07, le 26 octobre 2021

  • IL N,Y A PLUS NI PAYS NI JUSTICE. IL Y A UN BORDEL. LES AGRESSES SONT CONVOQUES ET NON LES AGRESSEURS.

    CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

    00 h 29, le 26 octobre 2021

Retour en haut