Rechercher
Rechercher

Diplomatie

La France adresse au Liban une feuille de route des réformes

Un document de deux pages qui évoque notamment un audit de la banque centrale, la nomination d'un gouvernement provisoire et des élections législatives anticipées. 

La France adresse au Liban une feuille de route des réformes

Le président français, Emmanuel Macron, à Paris, le 26 août 2020. / AFP / Ludovic Marin

Une feuille de route résumant les souhaits du président Macron pour l'avenir du Liban, que l'Elysée dément avoir distribuée, circulait dans les milieux politiques à Beyrouth mercredi, à une semaine de la visite du président français.

Ce document de deux pages, transmis par l'ambassadeur de France à Beyrouth selon une source politique libanaise et que Reuters a pu consulter, évoque notamment un audit de la banque centrale, la nomination d'un gouvernement provisoire en mesure de mettre en oeuvre en urgence des réformes et des élections législatives anticipées dans un délai d'un an. "Aucun document n'a été fourni aux partis libanais", a déclaré une source à l'Elysée, qui a confirmé mercredi que M. Macron effectuera une nouvelle visite au Liban le 1er septembre, comme il l'avait annoncé lors de sa venue à Beyrouth après la double explosion qui a dévasté la capitale le 4 août. Le président français arrivera à Beyrouth lundi soir avant une journée de mardi chargée qui sera consacrée au "suivi de l'aide à la reconstruction" et aux questions politiques alors que le Liban est en quête d'un nouveau gouvernement, a précisé la présidence.

Alors que l'Etat libanais est en défaut sur sa dette et que la livre chute depuis des mois, le gouvernement actuel n'est pas parvenu à conclure un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) malgré des mois de discussions, en raison notamment de désaccords sur les réformes et sur l'ampleur des pertes à faire assumer au secteur bancaire.

Lire aussi

Pour Le Drian, « l’urgence humanitaire ne doit pas occulter l’urgence politique »

En poste depuis janvier, le gouvernement a annoncé sa démission peu après la double explosion du port de Beyrouth, qui a fait au moins 180 morts et 6.000 blessés et a détruit une partie de la capitale, ravivant la colère populaire contre une élite politique accusée d'être à la fois corrompue et inefficace. "La priorité doit aller à la formation rapide d'un gouvernement pour éviter un vide du pouvoir qui laisserait le Liban s'enfoncer davantage dans la crise", estime le document rédigé à l'Elysée. Les tractations pour la formation d'un nouveau cabinet semblent toutefois au point mort, tandis que le président Michel Aoun n'a même pas encore fixé de date pour les consultations parlementaires contraignantes.

Dans le document sont cités quatre domaines nécessitant des mesures d'urgence : l'aide humanitaire et la réponse à la pandémie de Covid-19 ; la reconstruction après la catastrophe du 4 août ; les réformes politiques et économiques et enfin des élections législatives anticipées. Paris plaide aussi pour un déblocage des discussions avec le FMI, pour le placement des aides financières promises à Beyrouth après le 4 août sous la supervision des Nations unies et pour une enquête impartiale sur la cause de l'explosion du port.

Le document transmis aux responsables politiques libanais souligne aussi la nécessité d'un audit rapide et exhaustif des finances de l'Etat libanais et celle d'une réorganisation du secteur de l'électricité, à la fois très coûteux et incapable d'assurer un approvisionnement fiable du pays. Le Parlement devrait adopter pendant la période de transition les lois nécessaires à la mise en application des réformes, poursuit-il.

Lire aussi

Macron milite en faveur d'un gouvernement de technocrates pour sauver le Liban

Le document propose aussi que la France joue un rôle majeur dans la reconstruction du port de Beyrouth (mercredi, le patron des patrons français a déclaré que les entreprises françaises sont prêtes à travailler "au côté du peuple libanais" sur le projet de reconstruction du port de Beyrouth, NDLR), comme dans l'amélioration du système de santé, qu'elle envoie des experts du Trésor et de la Banque de France pour mener l'audit des finances publiques et qu'elle contribue à l'organisation des élections anticipées au côté de l'Union européenne.


Une feuille de route résumant les souhaits du président Macron pour l'avenir du Liban, que l'Elysée dément avoir distribuée, circulait dans les milieux politiques à Beyrouth mercredi, à une semaine de la visite du président français.

Ce document de deux pages, transmis par l'ambassadeur de France à Beyrouth selon une source politique libanaise et que Reuters a pu consulter,...

commentaires (8)

Peut-on demander à des criminels de se faire justice? De se passer eux-mêmes la corde au cou ? Le temps des miracles est bien révolu . Merci monsieur Macron Bonne chance la prochaine fois.

paulsidani

15 h 40, le 27 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Peut-on demander à des criminels de se faire justice? De se passer eux-mêmes la corde au cou ? Le temps des miracles est bien révolu . Merci monsieur Macron Bonne chance la prochaine fois.

    paulsidani

    15 h 40, le 27 août 2020

  • Des directives pleines de bon sens bien sûr,mais faut-il encore qu’elle soient vues,entendues et que quelqu’un se prononce et Se. décide, ( singes de la sagesse) ! Un dicton populaire dit: حبر علا ورق Merci MR MACRON ,votre tâche est noble mais ô combien ardue et difficile! Pour réussir vous aurez besoin de l’appui de TOUS les libanais.qui croient en ce grand pays .

    paulsidani

    15 h 26, le 27 août 2020

  • Selon Reuters, la feuille de route propose aussi que la France joue un rôle majeur dans la reconstruction du port de Beyrouth comme dans l'amélioration du système de santé, qu'elle envoie des experts du Trésor et de la Banque de France pour mener l'audit des finances publiques et qu'elle contribue à l'organisation des élections anticipées au côté de l'Union européenne. Allez, des marchés publics en préparation chez Bouygues et d'autres grosses entreprises françaises mais c'est la règle du jeu.

    Marionet

    13 h 11, le 27 août 2020

  • Le président Français risque de se trouver face à une situation inédite ... son homologue Libanais se croit très intelligent et en outre il est entouré de gens qui ne vont que dans son sens. ils l’entretiennent dans l’illusion qu’il prend les bonnes décisions et tout comme son "mentor" assad, qui laissait pourrir toutes les mesures avant de décider... A la différence de assad qui avait proposé à Israël de faire une « paix des braves ».le 16 janvier 1994, car ces efforts pour la paix étaient beaucoup liés à la peur qu’il avait pour l’avenir de sa dynastie , les évènements lui ont donné raison...Notre "président" n'a aucun pouvoir décisionnel qui irait à l'encontre des désidérata de nasrallah, qui est le seul, malheureusement à pouvoir décider du devenir du pays et ce dans tous les secteurs .... Economies, Energies, Guerre ou Paix.

    c...

    07 h 36, le 27 août 2020

  • "La priorité doit aller à la formation rapide d'un gouvernement pour éviter un vide du pouvoir qui laisserait le Liban s'enfoncer davantage dans la crise". C'est une évidence pour tous, digne de La Palisse... sauf pour la présidence qui refuse d'entamer les consultations parlementaires!

    Yves Prevost

    06 h 39, le 27 août 2020

  • Macron fera mieux d'envoyer 2 portes-avions pour sortir les envahisseurs iraniens et leurs collaborateurs de notre pays. Ceux-là ne comprennent pas le dialogue ni les propositions, la politique est une perte de temps avec ces mafieux. Nous somme sous occupation, avec un regime Vichysant, collaborateur et corrompu.... il ne vont quand meme pas se prendre en main pour se passer les menottes et se jeter en prison tous seuls. désormais seul la guerre peut les déloger.

    Aboumatta

    04 h 12, le 27 août 2020

  • Malgré ses excellentes intentions, il faudra bien que Mr. Macron comprenne vite que le peuple libanais a été pris en otage par ses mafieux de politiciens (avec leurs mercenaires armés jusqu’aux dents) qui n’ont aucune intention de se laisser passer la corde au cou, voire même se la passer eux-mêmes. Et que malheureusement, ce peuple meurtrit n’a plus les moyens de se défendre, donc pas la moindre chance de renverser cet énorme édifice du crime organisé, sous des couleurs confessionnelles, qui l’écrase depuis si longtemps! A moins qu’un gouvernement provisoire ne soit forcément installé sous égide française ou internationale, rien ni aucune réforme sérieuse ne sera jamais entreprise au Liban. Nous vous remercions de tout coeur Mr.Macron mais il est bien trop tard pour nous envoyer la liste des devoirs que nous n’allons pas faire. Le moment est venu de passer au conseil de discipline maintenant sans la moindre pudeur ni clémence!

    Fady Abou Hanna

    01 h 09, le 27 août 2020

  • .. un audit rapide et exhaustif des finances de l’Etat libanais..... On pourrait rajouter un audit forensique , criminel , des finances publiques... Qu’est ce qu’on va rigoler (ou pleurer!) si cet audit est réalisé... Seraient-ils si bêtes pour se faire hara-kiri? hahahaha

    LeRougeEtLeNoir

    23 h 51, le 26 août 2020