Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus

Coincés en Italie, des étudiants libanais, sans argent, appellent au secours

« Certains survivent avec 5 euros par semaine », confie une source au sein de l’ambassade libanaise à Rome à « L’OLJ ».


Un postier à moto dans les rues vides de la capitale italienne, le 23 mars 2020. Tiziana Fabi/AFP

Un groupe d’étudiants libanais résidant en Italie a appelé hier le gouvernement de Hassane Diab à venir en aide à des centaines de jeunes coincés dans le pays, notamment en Lombardie, région la plus touchée de la péninsule avec 28 761 cas et 3 776 morts, et dont certains souhaitent être rapatriés. Ces étudiants se retrouvent désormais sans argent à cause du confinement sévère mis en place en Italie associé à l’incapacité de leurs parents à effectuer des virements bancaires depuis plusieurs mois en raison des restrictions bancaires qui sévissent au Liban. Ces jeunes ont également adressé une lettre à la ministre de l’Information, Manal Abdel Samad, dans laquelle ils lui demandent de suivre leur situation « de manière continue ». « Nous réclamons qu’un avion soit affrété pour évacuer les Libanais voulant rentrer au pays et s’y placer en quarantaine », lit-on dans la missive adressée hier à la ministre. S’ils remercient l’ambassade du Liban à Rome et les différents consulats établis sur le territoire italien pour leur soutien, les étudiants appellent en revanche l’exécutif à « lever toutes les restrictions imposées par les banques libanaises sur les transferts à l’étranger ». Le texte souligne que ces restrictions « font beaucoup de tort aux étudiants en Italie », alors que nombre d’entre eux, qui travaillent en parallèle de leurs études universitaires pour subvenir à leurs besoins, ont perdu leur emploi en raison de l’état d’urgence décrété par les autorités italiennes.

Interrogée par L’Orient-Le Jour, la ministre de l’Information a assuré qu’elle abordera la situation de ces étudiants aujourd’hui en Conseil des ministres. Manal Abdel Samad a indiqué avoir déjà évoqué le sujet avec les ministres des Affaires étrangères, de l’Éducation et des Finances, ainsi qu’avec l’ambassade du Liban en Italie.

« Ces jeunes ne peuvent pas continuer à vivre sans ressources. Nous sommes en train de coordonner avec l’ambassade pour voir comment les aider. Nous essayons de faire en sorte que leurs parents puissent effectuer des virements », a déclaré la ministre à L’OLJ. Un peu plus tôt dans la journée, Mme Abdel Samad avait répondu à la lettre des étudiants, via son compte Twitter, en leur promettant de suivre « personnellement » leur situation. Elle a entre-temps exhorté les Libanais résidant en Italie, le pays le plus touché par la pandémie en Europe avec plus de 6 000 morts, à rester confinés chez eux.


(Lire aussi : Caprices interdits, l’édito de Michel TOUMA)


Étudiants sans le sou

« Le calvaire des étudiants a commencé avec les restrictions sur les virements bancaires au Liban et se poursuit aujourd’hui avec le coronavirus, explique une source au sein de l’ambassade du Liban en Italie à L’OLJ. Beaucoup d’entre eux étudient et travaillent en même temps pour payer leur loyer et subvenir à leurs besoins quotidiens. Or, cela fait deux mois et demi que tout est fermé en Italie, les étudiants n’ont plus un sou. »

À l’heure actuelle, il y aurait entre 300 et 400 étudiants libanais en Lombardie, dans le nord de l’Italie, et à peu près 800 étudiants dans tout le pays, selon les estimations de l’ambassade. Ces jeunes sont âgés de 17 à 27 ans. « Certains de ceux que nous avons contactés survivaient avec 5 euros par semaine, d’autres étaient en pleurs », souligne l’ambassade qui ajoute cependant que « les étudiants vont bien » au niveau de leur santé physique. « Nous avons pu aider 200 étudiants à s’acheter de la nourriture grâce à un généreux donateur, mais il faut mettre en place un plan national pour leur venir en aide. Il faut que les autorités libanaises les aident, on ne peut pas les laisser seuls », indique la source.

L’ambassade affirme avoir pu, par ailleurs, régler la question des virements bancaires via Bank of Beirut grâce au soutien du président de l’Association des banques du Liban, Salim Sfeir. « M. Sfeir est en train de voir avec les autres banques, mais malheureusement, certaines familles n’ont plus rien à envoyer », déplore la source, qui ajoute : « Nous avons mis une ligne verte à la disposition des étudiants afin de les soutenir et de répondre à leurs questions. Mais certains d’entre eux veulent rentrer au Liban. Nous sommes dans l’impasse. »



Lire aussi

Pourquoi le gouvernement Diab exclut toujours l’état d’urgence

Didier Raoult à L'OLJ : Les essais sur l'hydroxychloroquine doivent avancer pour pouvoir lutter contre le Covid-19

Une mauvaise utilisation de l’hydroxychloroquine peut se retourner contre l’homme

Onze jours pour obtenir les résultats de tests : colère à Zghorta

Le coronavirus assombrit un peu plus le tableau au Moyen-Orient

« Crier victoire trop vite, face au coronavirus, est irresponsable »


Un groupe d’étudiants libanais résidant en Italie a appelé hier le gouvernement de Hassane Diab à venir en aide à des centaines de jeunes coincés dans le pays, notamment en Lombardie, région la plus touchée de la péninsule avec 28 761 cas et 3 776 morts, et dont certains souhaitent être rapatriés. Ces étudiants se retrouvent désormais sans argent à cause du confinement...

commentaires (5)

Même le coronavirus a eu couleur confessionnelle au Liban. Nous sommes un peuple lamentable pour avoir de telles réactions

Liberté de Penser

14 h 39, le 24 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Même le coronavirus a eu couleur confessionnelle au Liban. Nous sommes un peuple lamentable pour avoir de telles réactions

    Liberté de Penser

    14 h 39, le 24 mars 2020

  • Une situation dramatique qui exige une solution rapide et efficace. Une DONATION substantielle de l’ABL serait bienvenue pour parer au plus urgent et la mise a disposition d ‘un avion de rapatriement d’urgence pour ces étudiants résoudrait ce problème vital. Mais voila... Tout le monde n'est pas Nabih Berri quand on se souvient de son admirable action pour les libanais bloques en Afrique il y a quelques annees.

    Cadige William

    10 h 00, le 24 mars 2020

  • Sûr, leur virus est un virus de vie, lui!!!

    Je partage mon avis

    09 h 24, le 24 mars 2020

  • Faites quelque chose bon Dieu. Ils sont en Italie leur virus est plus sympa que celui d' Iran , selon Pavlov.

    FRIK-A-FRAK

    09 h 09, le 24 mars 2020

  • BONDIEU ! IL FAUT D,URGENCE LES SECOURIR.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 17, le 24 mars 2020

Retour en haut