X

Liban

Pourquoi le gouvernement Diab exclut toujours l’état d’urgence

Coronavirus

Pour le moment, il n'est pas nécessaire de prendre une telle décision, estiment experts et politiques.

Yara ABI AKL | OLJ
23/03/2020

Avec un bilan, dimanche, de 248 cas avérés de coronavirus au Liban, nombre de citoyens s’attendaient à ce que le gouvernement de Hassane Diab décrète, ce week-end, l’état d’urgence pour tenter de freiner la progression de l’épidémie dans le pays.

Dans un message adressé aux Libanais samedi soir, alors que le bilan était encore à 230 cas, le Premier ministre a exhorté les citoyens à un « couvre-feu autoproclamé », les appelant à rester chez eux et à se conformer aux directives officielles dans le cadre de la mobilisation générale, décrétée le 15 mars. Le concept de mobilisation générale, qui doit en principe être concrétisé par des décrets d’application émis séparément par chaque ministère, reste jusqu'à présent vague et déroutant. Il l’est d’autant plus qu’il ne prévoit pas de décisions contraignantes et ne définit pas clairement le service d’ordre chargé d’assurer son exécution sur le terrain.

« Par définition, l’état d’urgence est une situation que le Conseil des ministres proclame par un décret, à la majorité des deux tiers des membres du gouvernement », explique à L’Orient-Le Jour Ziyad Baroud, ancien ministre de l’Intérieur. Il tient à rappeler que si la mobilisation générale requiert, elle aussi, une décision du Conseil des ministres prise à la majorité des deux tiers, elle diffère de l’état d’urgence, tel que réclamé par certains Libanais sur les réseaux sociaux. « L’état d’urgence a une dimension sécuritaire et militaire », précise M. Baroud. « Dans un délai de huit jours, le Parlement devrait voter une loi approuvant ce décret », dit-il. Et de poursuivre : « Le décret législatif 52/1997 stipule que l’état d’urgence devrait être décrété quand le pays fait face à un 'danger imminent', et à des évènements de nature 'catastrophique' ».

Selon l’ex-ministre de l’Intérieur, en période d’urgence, le pouvoir décisionnel est entièrement délégué au commandement de l’armée, qui pourrait dès lors donner ses ordres aux autres appareils sécuritaires. « A la faveur de cette mesure, l’armée pourrait prendre des décisions allant du couvre-feu, jusqu’au renvoie (des transgresseurs) devant le tribunal militaire », analyse encore Ziyad Baroud, insistant sur le fait que l’état d’urgence implique certaines restrictions sur les libertés publiques et individuelles, à commencer par la liberté de circulation.



(Lire aussi : Libertés en quarantaine : jusqu’où aller pour maîtriser le coronavirus ?)



Pourquoi le cabinet Diab hésite-t-il encore à décréter clairement l’état d’urgence, dans la mesure où ce pourrait être un moyen de contraindre les gens à rester chez eux alors que des signes de relâchement ont été notés en fin de semaine ? Répondant à cette question lors d’une conférence de presse tenue dimanche midi à Sanayeh, le ministre de l’Intérieur, Mohammad Fehmi, n’a pas mâché ses mots : « Si les citoyens ne se conforment pas aux mesures de confinement, nous serons obligés de passer à l’état d’urgence ». « Mais il est encore tôt pour arriver à ce stade », a-t-il nuancé. Le ministre a, toutefois, tenu à souligner que « la situation es effrayante », avant d'exhorter les gens à respecter le confinement.

Même son de cloche chez la ministre de l’Information, Manal Abdel Samad. Contactée par L’OLJ, elle explique que pour le moment, le cabinet se contente de mettre en application les mesures qui s’inscrivent dans le cadre de la mobilisation générale, afin de permettre à la population d’assurer ses besoins les plus élémentaires, tels que la nourriture et les médicaments. « Il est inconcevable de paralyser subitement le pays et de le confier aux institutions militaires et sécuritaires », souligne-t-elle ajoutant : « Aujourd'hui, nous ne passons pas à l’état d’urgence, dans la mesure où nous n’en avons pas besoin. Et nous parions surtout sur le sens des responsabilités des Libanais ».



(Lire aussi : Qu’est-il permis – ou pas – de faire au Liban dans le cadre de la mobilisation contre le coronavirus)



Manal Abdel Samad précise, en outre, que toute entorse aux mesures strictes annoncées par le chef du gouvernement samedi, pourrait être sanctionnées conformément au code pénal, notamment les articles 604 et 770. Le premier stipule que « celui qui, par imprudence, négligence ou inobservation des lois ou règlements, aura propagé une maladie contagieuse, sera puni d'une amende. Si le coupable a agi sciemment mais sans intention de donner la mort, il encourra, outre l'amende, l'emprisonnement d'un an à trois ans ». Quant à l’article 770, il prévoit une sanction allant d'une amende et l’incarcération, pouvant aller jusqu’à une durée de trois mois, pour tous ceux qui transgressent les règlements établis par les autorités administratives ou municipales.



Le Hezbollah
En dépit du pari du gouvernement sur le sens des responsabilités des citoyens, le discours de Hassane Diab a suscité des réactions dans certains milieux politiques, où l’on estimait que le Hezbollah se tiendrait derrière la décision du gouvernement d’écarter, du moins pour le moment, tout recours à l’option de l’état d’urgence. On estime, dans ces milieux, qu’une telle décision serait à même de léser le parti chiite dans ses fiefs les plus importants.

Un point de vue que réfutent aussi bien la présidence de la République que les cercles proches du Hezbollah. « Il est honteux d’adopter cette logique axée sur la politique politicienne, à l’heure où le pays dans son ensemble fait face à une épidémie qui n’établit aucune distinction entre une région et une autre », s’alarme un proche de la présidence joint par L’OLJ.

A son tour, un proche du Hezbollah ne manque pas de tancer « ceux qui appellent à ce que la banlieue-sud (un des plus grands fiefs de la formation chiite) soit isolée avant d’autres régions ». Une allusion à peine voilée à certains députés qui s’étaient indignés de l’appel du ministre de la Santé, Hamad Hassan, lors d’une séance du Conseil des ministres, à isoler certaines régions (principalement chrétiennes) où sont enregistrés des cas élevés de malades diagnostiqués positifs au Covid-19. Et de rappeler que dans son dernier discours, vendredi soir, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s’était montré favorable à toute mesure d’isolement, si cela s’avère nécessaire. Une façon pour lui de faciliter la tâche au cabinet Diab.

De son côté, Khalil Hélou, général à la retraite connu pour son opposition au pouvoir en place, n’exclut pas, dans un entretien accordé à L’OLJ, le fait que « les sponsors du pouvoir ne veulent pas donner de crédit à l’armée et son commandant en chef Joseph Aoun, pour de probables calculs présidentiels prématurés ». Il reconnaît, toutefois, qu’au stade actuel de l’épidémie au Liban, il n’est pas nécessaire de déclarer l’état d’urgence, d’autant que le gouvernement œuvre pour lutter contre la maladie dans la mesure du possible.



À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR UN PAYS EN FAILLITE ECONOMICO-FINANCIERE ET SOCIALE IL FAUT LE DIRE CE FLEAU EST LA MALEDICTION QUI PEUT PORTER LE COUP DE GRACE.

LeRougeEtLeNoir

Le pays , l’Etat, le gouvernement fonctionne en considération d’un seul critère: ce que le Hezbollah permet !
Ce qui n’incommode pas le Hezbollah !
Tout le reste est paroles dans le vent, expert, pas expert, FMI, OMS, ....Foutaises!
Comme il était interdit pendant des années d’envoyer l’armée au Liban Sud, disaient-ils pour ne pas protéger Israël ! Alors qu’elle reculait à Beyrouth devant les hordes à l’assaut d’Achrafieh lors des caricatures offensantes publiées en Hollande ! Des champions de la casuistique. Les seuls pour qui la roue a 4 angles à 90 degrés..
Expert ou pas expert, l’armée dans la rue c’est le risque d’une souveraineté retrouvée, d’un État qui commence à exister. Et celà n’est pas permis !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MEME DANS CETTE SITUATION LES TERGIVERSATIONS SONT LA NORME DE NOS IRRESPONSABLES ABRUTIS.

Liberté de Penser

Est ce que ce gouvernement de technocrates peut expliciter quelles sont les sorties de domicile autorisées. En France, il y a un petit document à télé charger qui explique ce qui est permis de ce qui ne l’est pas et chaque personne doit simplement le remplir ‘sur l’honneur’ pour pouvoir se déplacer. A l’ère du numérique beaucoup de démarches sont simplifiées mais pas au Liban. Exemple: vous ne pouvez rien exécuter à partir des sites des banques alors que leurs guichets sont fermés

L'Orient-Le Jour

Bonjour,
Merci pour votre commentaire, le nom a bien été corrigé.
Bien cordialement

Petmezakis Jacqueline

incroyable!
en etre encore à des calculs politiciens alors que la population est en danger de mort imminent ;la maladie
va vaincre ces comportements criminels ,hélas;J.P

Chucri Abboud

Assez , c'est assez !

EDDY KARAKACHIAN

PLEASE,CORRIGER LE NOM CORRECTEMENT A ZIYAD BAROUD....

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants