X

Liban

« Nous sommes du mouvement Amal, chiens ! »

Violences

Devant le Conseil du Sud, à Jnah, des contestataires ont été agressés hier par des partisans du président de la Chambre, Nabih Berry, pour avoir voulu dénoncer la dilapidation des fonds publics.

25/01/2020

Ils venaient d’arriver dans la ruelle qui abrite le siège du Conseil du Sud à Jnah, aux portes de la banlieue sud, et déployaient à peine leurs banderoles, que déjà des hommes en civil, armés de bâtons et de couteaux, se jetaient sur eux, les frappant à qui mieux mieux, hurlant aussi fort qu’ils le pouvaient : « Nous sommes du mouvement Amal, chiens ! » C’est ainsi qu’ont été accueillis les quelques cinquante militants d’un groupe appelé « La Coalition de construction de l’État », venus manifester contre la corruption et le gaspillage des deniers publics devant les locaux du Conseil du Sud, hier matin. Les contestataires, membres actifs du soulèvement populaire, envisageaient ensuite de se rendre au Conseil du développement et de la reconstruction, en passant par la Caisse des déplacés. Comme ils l’avaient annoncé sur les réseaux sociaux, ils avaient décidé d’organiser « un relevé de compte des gouffres de la dilapidation des fonds publics », à l’occasion des 100 jours de la révolution. Et ces trois caisses qu’ils visent sont considérées comme étant les caisses noires d’hommes politiques.

La Caisse des déplacés devait à l’origine financer le retour des déplacés de la Montagne de la guerre civile, le CDR devait permettre de reconstruire les infrastructures libanaises après ce même conflit et le Conseil du Sud devait porter assistance à la population du Liban-Sud après l’occupation israélienne. Leur fermeture figure dans le plan de réformes présenté par le Premier ministre Saad Hariri, le 21 octobre dernier, quelques jours avant sa démission.


(Lire aussi : Quelles orientations pour la contestation après cent jours d’existence ?)


25 blessés dont 3 hospitalisés

Le mouvement contestataire s’est donc ébranlé à bord de deux bus loués pour l’occasion, à 9h30, depuis la tente de « la Coalition de construction de l’État », à Azariyeh. « Nous avons à peine eu le temps de déployer l’une de nos banderoles, lorsque des voyous en civil, des baltagis, nous ont agressés, raconte à L’Orient-Le Jour Monah Hamadeh, l’un des militants. Armés de couteaux et de matraques, ils nous ont sauvagement battus, n’épargnant même pas les femmes, en criant leur allégeance au chef d’Amal, Nabih Berry, également président du Parlement. » Dispersés, les contestataires sont pourchassés dans les ruelles, les commerces ou les centres d’achat où ils tentent de trouver refuge. Des habitants leur portent assistance. Les deux bus sont saccagés par la même occasion. « Fort heureusement, l’armée libanaise et les Forces de sécurité intérieure nous ont sortis d’affaire et nous ont escortés jusqu’au centre-ville », ajoute M. Hamadeh, regrettant que la mission prévue pour la journée n’ait pas été accomplie. « Mais ce n’est que partie remise », promet-il. Bilan de l’agression : 25 manifestants blessés, dont trois étaient encore hospitalisés dans l’après-midi.


(Lire aussi : Sabre au clairl'édito de Issa GORAIEB)



L’affaire ira en justice

Sur les réseaux sociaux, sont partagées en boucle les vidéos de la scène. Matraques à la main, les agresseurs sont identifiés et dénoncés. « Nous porterons plainte, assurément », affirme M. Hamadeh. Dans une conférence de presse, deux membres de la Coalition, Hani Fayad et Charif Sleiman, rejettent « la responsabilité sur le président du Parlement, Nabih Berry, et sur un des responsables du mouvement Amal, Kabalan Kabalan (président du Conseil du Sud), qui a donné l’ordre d’agresser les manifestants pacifiques ». Ils promettent aussi de porter l’affaire en justice. Quant aux mouvements de protestation, « ils se poursuivront auprès de toutes les institutions identifiées comme étant des poches de corruption et de dilapidation des deniers publics », assurent-ils.

L’affaire n’a pas manqué d’interpeller le nouveau ministre de l’Intérieur, Mohammad Fahmi, qui a dénoncé, dans un communiqué, « l’agression barbare contre des protestataires et des manifestants pacifiques, parmi lesquels des femmes, alors qu’ils se dirigeaient vers le Conseil du Sud ». Promettant d’identifier les coupables, le ministre a annoncé « l’ouverture d’une enquête pour sanctionner les agresseurs ». Il s’est enfin engagé « à protéger les citoyens, manifestants ou autres », et a rappelé que « le droit de manifester est consacré par la loi ». Un peu plus tard, il a annoncé que deux personnes impliquées dans ces violences ont été arrêtées.

De son côté, le Conseil du Sud a « condamné le conflit qui a opposé un groupe de manifestants à des habitants de la région ». « La direction et les employés du Conseil n’étaient absolument pas au courant de ce qui s’est passé, qu’il s’agisse des intentions des manifestants ou des réactions regrettables à leur encontre », a précisé l’institution dans un communiqué. Sollicité par L’Orient-Le Jour, le mouvement Amal n’a pas souhaité s’exprimer.


Lire aussi

Collabos ou résistants ? Le billet de Médéa AZOURI

Qui sont les jeunes de Tripoli accusés de prendre part aux violences à Beyrouth ?

Diab opposera-t-il son « réalisme » aux exigences internationales ?

Murs, portiques ou barbelés : le Parlement se barricade

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sissi zayyat

Est ce que le rôle des forces de l'ordre consiste a escorter les protestataires pacifiques et leur demander de rentrer chez ou d'antipier les débordements en empêchant ces VOYOUS armés d'arriver à se mêler aux foules qui deviennent les proies de ses sauvages munis de coûteux et bâtons?
Pourquoi ils n'utilisent pas leurs forces pour leur mettre une bonne raclée et les dissuader de revenir en emprisonnant quelques uns.

Nous saurons à la solde de qui ils sont lorsque Berry et Nasrallah se manifesteront pour les libérer.

AGISSEZ MESSIEURS LES DÉTENTEURS DE LA JUSTICE. QU'EST CE QUI VOUS EMPECHE DE FAIRE VOTRE BOULOT?

Revoltution

Si vous étiez le vrai Amal du Liban je vous jure que j’accepterais d’être un chien pour mon pays
Mais vous êtes de la racaille et rien d ‘autre
Pour refaire votre éducation i
Cela se compterait en siècles !

LA VERITE

Avec des voyoux couvert par Amal et Hezballah on s’attaque en toute impunités aux manifestants meme pacifiques ou à une équipe de MTV devant les yeux de policiers qui ne bronchent pas

CECI EST LE PREMIER TEST DU GOUVERNEMENT
SI IL ARRETTE TOUTES CES PERSONNES ET LES METS EN PRISON JUSQU’À LEUR JUGEMENT ON POURRA DIRE EN VÉRITÉ WUE QUELQUE CHOSE À CHANGÉ

SINON TOUT RESTERA IDENTIQUE ET CE GOUVERNEMENT DEVIENDRA COMME TOUS LES AUTRES DES SOUS FIFRE DE AMAL ET HB

LA VÉRITÉ C EST QUE TOUT LE MONDE PENSE QUE MÊME ARRETTES POUR FAIRE SEMBLANT D’ÊTRE UN GOUVERNEMENT DIFFÉRENT DES AUTRES ILS SERONT LIBÉRÉS EN QUELQUES HEURES OU JOURS

LA VÉRITÉ EST QUE JE DÉFIE CE MINISTERE DE ME PROUVER LE CONTRAIRE

Atalante fugitive

Quelqu'un peut-il leur dire qu'ils n'ont pas besoin de se presenter car il est marqué "tueur à gages" sur leur front?

Atalante fugitive

Quelqu'un peut-il leur dire qu'ils n'ont pas besoin de se presenter car il est marqué "tueur à gages" sur leur front?

Honneur et Patrie

La création du Conseil du Sud (Majlès el-Jounoub) pour aider ceux qui ont souffert de l'occupation israélienne. Ce Conseil ressemble comme deux gouttes d'eau à la taxe de reconstruction "Dharibet el-Taamir) créée pour réparer les dégâts du séisme survenu au Sud-Liban en 1956...
Les cavernes d'Ali Baba se comptent par dizaines au Liban et perdureront des dizaines d'années encore au profit des "chabbiha" et des "baltajis" des milices.
Au nom de la noble race des canidés, les chiens vous remercient.

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Sans s'arrêter sur les paroles de ces voyous parmi d'autres, comme ils se sont fait gaulés, ils devront répondre de leurs actes de voyous par la justice du Liban.

gaby sioufi

je ne voudrais pas etre a la place de mr Diab.
s'attaquer a qqs 7 a 8 institutions, caisses et autres gouffres financiers constitue UN TEST ULTIME, super difficile a reussir.

Cadige William

Une occasion en or pour le nouveau gouvernement de montrer a l’ensemble du pays ses pouvoirs et ses capacites.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET DIRE QU,IL EST LE PRESIDENT DU PARLEMENT.

Irene Said

Partisans ou membres de AMAL,
faut croire que vous ne savez pas exactement ce qu'est un chien:

-intelligent
-fidèle
-dévoué
-se sacrifiant souvent pour sauver son maître
-n'attaquant que s'il se sent lui-même attaqué, donc pour se défendre

Eh oui, un chien vaut mille fois plus que vous, pauvres déséquilibrés violents et incapables de quoi que ce soit de valable et constructif pour votre pays !
Irène Saïd



Yves Prevost

Pourquoi un Conseil du ud? pourquoi pas du Nord, de l'Est ou de l'Ouest, pour subvenir aux besoins des citoyens qui ont subi l'occupation syrienne?
En fait a seule utilité(?) - et ce n'eest un secret pour personne - est d'assurer une clientèle à Berry. Alors, si l'on veut réellement lutter contre la corruption, dissoudre ces organismes serait déjà un premier signe de bonne volonté de la part du nouveau gouvernement.

Ô Liban

Aucun espoir de réformes réelles avec cette milice et son chef.

Citoyen

Comme d'habitude, les voyous seront identifiés, coffrés et puis suite à l'intervention de leur commanditaire, ils seront relâchés. Ça serait un bon test pour ce nouveau gouvernement de montrer réellement le changement que le peuple réclame.

Dernières infos

Les signatures du jour

impression de Fifi ABOU DIB

Les démons du fatalisme

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants