X

Liban

Biographies-express des nouveaux membres de l’équipe ministérielle

Repère

Voici les biographies des nouveaux ministres à l’exception de leur chef, Hassane Diab.

OLJ
22/01/2020

Damien Kattar : Environnement et Développement administratif (Diab, maronite)


Photo AFP


Né à Jezzine en 1960, Damien Kattar est un économiste et un homme politique. Après des études de gestion et de stratégie, il devient consultant stratégique de nombreuses institutions financières dans les pays du Golfe et enseignant universitaire à l’Université Saint-Joseph et à l’Université La Sagesse à Beyrouth. Entre avril et juillet 2005, il est ministre des Finances et ministre de l’Économie et du Commerce au sein du gouvernement de Nagib Mikati.


Mohammad Fahmi : Intérieur (Diab, sunnite)


Photo AFP


Le général Mohammad Fahmi est entré dans l’armée en 1978 et a pris sa retraite en 2016. Il occupe le poste de conseiller à la sécurité auprès du comité d’administration de la BLOM Bank et a été chargé de plusieurs missions au sein de l’armée de 1980 à 1990. Il a formé le département central de sécurité de la direction des services de renseignements de l’armée et en a assumé la présidence de 1997 à 2006. Il a présidé le Centre libanais de déminage après la guerre de 2006 et jusqu’en 2012. Il a ensuite été nommé commandant de la zone militaire du Mont-Liban jusqu’à son départ de l’armée en 2016. Il est enfin titulaire d’un master en gestion des entreprises et des ressources humaines, et d’un diplôme d’études supérieures de l’Université James Madison aux États-Unis.



Nassif Hitti : Affaires étrangères (Aoun/CPL, maronite)


Photo Dalati et Nohra


Né à Tripoli, ancien représentant de la Ligue des États arabes à Paris auprès de l’Unesco, à Rome et au Saint-Siège, Nassif Hitti est titulaire d’une maîtrise en sciences politiques de l’Université américaine de Beyrouth et d’un doctorat en relations internationales de l’Université de Californie du Sud. Il a occupé la fonction d’assistant spécial du secrétaire général de la Ligue arabe (1991-1999). Il est directeur de l’Institut supérieur des sciences politiques et administratives à l’USEK. Il est auteur de The Theory of International Relations et The Arab World and the Five Superpowers : Futuristic Study. Il publie régulièrement des articles dans le quotidien an-Nahar. Nassif Hitti est aussi professeur invité à l’Académie méditerranéenne des études diplomatiques à Malte et chargé de cours dans plusieurs universités et centres de recherche occidentaux.




Varty Ohanian-Kevorkian : Jeunesse et Sports (Tachnag, arménienne-orthodoxe)


Photo Dalati et Nohra


Mme Kevorkian dirige un centre d’éducation spécialisée, le centre Zvartnots, à Bourj Hammoud, qui s’occupe d’enfants à besoins spéciaux. Elle est proche du catholicos Aram Ier et du parti Tachnag. Fondé il y a 33 ans, le centre accueille en ce moment 38 enfants et bénéficie de l’appui de Mardig Boghossian, président du conseil municipal de Bourj Hammoud.



Talal Hawat : Télécoms (Rencontre consultative, sunnite)


Photo Dalati et Nohra


Élève de l’École secondaire orthodoxe Saint-Élie à Tripoli, il est titulaire d’un master en génie électrique et électronique de l’Université de San José (Californie). Il a une longue expérience dans l’installation de réseaux de téléphonie mobile dans toutes les régions libanaises, auprès de grands établissements bancaires comme dans la région du Machrek arabe. Talal Hawat a fait carrière 19 années durant, dont 8 aux États-Unis, au sein du géant international des réseaux Cisco (1999-2018), avant de rejoindre en 2019 la société canadienne Sandvine dont il est vice-président régional. Sa société est spécialisée dans le développement des « réseaux intelligents » d’internet.
Marié à Shirine Assafiri, il est père de trois enfants.


Hamad Hassan : Santé (Hezbollah, chiite)


Photo AFP


Né en 1969 à Baalbeck, il a suivi des études de médecine à l’Académie médicale de Moscou. Il est le chef des sciences de laboratoire à la faculté de médecine de l’Université libanaise. Il est aussi le président de la Fédération des municipalités de Baalbeck et un ancien président du conseil municipal de la ville.



Michel Najjar : Travaux publics (Marada, grec-orthodoxe)


Photo Dalati et Nohra



Michel Najjar est président exécutif depuis juillet 2019 de l’American University of Technology (AUT) et doyen de la faculté de gestion et de management. Il est fort d’une longue expérience dans les domaines académique et administratif à l’Université de Balamand, dans le Koura, où il est doyen des facultés des sciences et de génie, et vice-président pour le développement administratif et des affaires publiques.



Zeina Acar-Adra : Défense (Aoun/CPL, grecque-orthodoxe)


Photo AFP


Devenue la première femme ministre de la Défense dans le monde arabe, Zeina Acar possède une expérience de plus de vingt ans dans le domaine de la gestion et de la recherche, ainsi que dans le domaine du développement international et des projets financés par des donateurs. Zeina Acar cumulera sa fonction ministérielle avec celle de vice-présidente du Conseil.

Elle est la fondatrice et directrice de l'Association pour le développement social et culturel (INMA), une ONG qui apporte des services à des villages et quartiers libanais, selon la biographie de Mme Acar, publiée sur le site d'Information international.

Elle est la directrice exécutive de al-Douwaliya lil maaloumat, une société d’études, de recherches et de statistiques, dont son mari, Jawad Adra, de confession sunnite, est le partenaire managérial. Jawad Adra, ces dernières années, noué des amitiés dans divers milieux politiques, toutes communautés et tendances confondues.

Zeina Acar est détentrice d'une licence en Sciences sociales et Marketing/Management de la Lebanese Americain university (LAU).




Ramzi Moucharrafiyé : Affaires sociales et Tourisme (Arslane, druze)


Photo AFP



Il est diplômé de l’Université américaine de Beyrouth, spécialisé dans l’orthopédie et les articulations. Il a d’abord rejoint l’hôpital Robert Jones au Royaume-Uni, avant de rejoindre le département de chirurgie de l’Université américaine de Beyrouth en 1991 en tant que professeur adjoint d’orthopédie, de chirurgie de la main et de chirurgie microscopique, puis a été nommé professeur agrégé en 1997. En 2005, il a été nommé professeur titulaire du département d’orthopédie de l’Université Balamand et du Clemenceau Medical Center.



Abbas Mortada : Agriculture et Culture (Amal, chiite)


Photo AFP


Selon une biographie publiée par l'Agence nationale d'information, Abbas Mortada est né le 6 mars 1981 et est donc âgé de 38 ans. Il est marié à Roula Hamiyé et a deux enfants, Karim et Majed. Il a occupé les postes de directeur général de l'hôtel al-Khayal (ou le cavalier, dans la Békaa) de 2015 à 2019 ainsi que de directeur général de la société immobilière al-Khayal. Après avoir fait des études de droit à l'Université islamique au Liban (2004-2007), M. Mortada a fait des études en histoire à l'Université libanaise dans la Békaa (2010-2013) avant de suivre un Master 2 en histoire à l'Université libanaise à Beyrouth. Dans ce cadre, il a notamment étudié "l'évolution des conditions monétaires au Liban et leurs implications sociales et fiscales entre 1939-1949".

M. Mortada est actuellement doctorant en histoire et a rédigé une thèse intitulée "Défis des relations égypto-britanniques" à la Beirut Arab University. Par ailleurs, M. Mortada est membre de l'autorité nationale pour la protection du Litani ainsi que du comité de protection de l'Oronte (Nahr el-Assi) et directeur du bureau de l'association "Irshad" dans la Békaa.


(Lire aussi : Atomes non crochus, l'éditorial de Issa GORAIEB)



Tarek Majzoub : Éducation (Diab, sunnite)


Photo AFP


Proche du Premier ministre Hassane Diab, Tarek Majzoub est magistrat au Conseil d’État. Docteur en droit public, il enseigne le droit public administratif à la faculté de droit de l’Université La Sagesse. Il est de confession sunnite.



Manal Abdel Samad Najd : Information (Arslane, druze)


Photo AFP


Manal Abdel Samad Najd est la nouvelle ministre de l’Information. Elle est de confession druze. Docteure en droit, spécialisée en droit fiscal de l’université Paris 1-Sorbonne, également diplômée en finances à l’Université américaine de Beyrouth (AUB), elle occupait jusque-là la fonction de chef du département de la TVA au ministère des Finances.



Ghazi Wazni : Finances (Amal, chiite)


Photo AFP


Expert économique et financier, il est le fondateur du bureau d’études Ghazi Wazni. A été consultant de la commission parlementaire des Finances et du Budget de 2009 à 2011. Auparavant, il avait été professeur à la faculté d’économie et des affaires de l’Université démocratique du Congo de 1987 à 1998. Consultant financier en France de 1985 à 2001. Ghazi Wazni est titulaire d’un doctorat en économie et finances (1983) de l’Université Paris Dauphine.


Ghada Chreim Ata : Déplacés (Aoun/CPL, grecque-catholique)


Photo AFP


Docteure en littérature française, professeure à l’Université libanaise, ex-superviseuse du magazine Fairuz-Dar as-sayyad, ex-directrice à la faculté des lettres et des sciences humaines, section IV, de l’Université libanaise, Mme Chreim milite pour la participation des femmes à la vie politique, pour les droits de l’Homme et pour la justice sociale. Elle gère un blog sur la femme en politique. Elle est de confession grecque-catholique et proche du chef de l’État et du CPL.



Lamia Yammine Doueyhi : Travail (Marada, maronite)


Photo AFP


Née à Zghorta en 1974, Lamia Yammine Doueyhi est ingénieure civile et professeure à l’Université libanaise (UL). Elle a fait ses études secondaires à l’école Notre-Dame de Nazareth et elle est détentrice d’un diplôme d’études approfondies en génie de l’Université libanaise, branche Tripoli. En 2001, elle a obtenu également de l’UL, partenaire avec l’école de Chaillot, un diplôme de hautes études dans la restauration de bâtiments et la préservation des sites historiques. Lamia Yammine possède un bureau d’études et d’exécution de projets d’habitat, de commerce et d’industrie.



Imad Hobballah : Industrie (Hezbollah, chiite)


Photo Dalati et Nohra


Doyen de l’Université américaine de Dubaï depuis le 12 mars 2017. A une expérience académique dans des universités aux États-Unis (Syracuse University et Tulsa University) et en tant que professeur au Liban à l’AUB, la LAU et le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). A été PDG de l’Autorité de régulation des télécommunications (ART) au Liban pendant plus de cinq ans et chef de l’unité des technologies des télécommunications pendant plus de huit ans.



Marie-Claude Najm : Justice (Aoun/CPL, maronite)


Photo AFP


Agrégée des facultés françaises de droit, Marie-Claude Najm est professeure à la faculté de droit et des sciences politiques de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, présidente de la section de droit privé et directrice du Centre d’études des droits du monde arabe (Cedroma). Elle est également avocate au barreau de Beyrouth.
Née à Beyrouth le 6 avril 1971, Marie-Claude Najm a participé à de nombreuses initiatives de la société civile libanaise. Elle a été un membre fondateur et actif de la campagne « Khalass ! », lancée en 2007 et visant à trouver une solution pacifique et contraignante à l’impasse politique de l’époque, et elle s’est récemment engagée dans l’intifada populaire aconfessionnelle exigeant un changement profond dans la culture politique au Liban.
Sur le plan familial, Marie-Claude Najm est mariée au Dr Daniel Kobeh. Elle a une fille, Sarah-Marie, née en 2010.



Raoul Nehmé : Économie (Aoun/CPL, grec-catholique)


Photo AFP


Directeur général exécutif de Bankmed depuis le 1er juin 2018. Il a occupé les postes de président du comité exécutif d’AstroBank à Chypre, de directeur général de la « Holding M. Sehnaoui » et de directeur général de la BLC Bank au Liban. Il a été membre du conseil d’administration d’AstroBank, de BLC Bank et de USB Bank à Chypre.
Raoul Nehmé possède une longue expérience dans plusieurs domaines comme l’immobilier, l’industrie, la technologie et le commerce. Il est titulaire d’un diplôme de génie de l’École polytechnique de Paris en 1980, d’un master en économie et d’un diplôme d’ingénieur avec une spécialisation en gestion scientifique de l’École des mines en France (1982).



Raymond Ghajar : Énergie (Aoun/CPL, grec-orthodoxe)


Photo AFP


Ingénieur électrique avec plus de 30 ans d’expérience dans le domaine des systèmes de production d’électricité et d’énergie, ainsi que dans l’économie énergétique. Professeur de génie électrique à la Lebanese American University (Byblos) depuis septembre 1995. Doyen par intérim de la faculté de génie de la LAU depuis septembre 2018. Conseiller principal du ministre de l’Énergie et de l’Eau de février 2007 jusqu’à présent, notamment dans l’élaboration de la politique énergétique. Titulaire d’un doctorat sur la « sûreté du système électrique » de l’Université de Saskatchewan, au Canada.


Cet article a été modifié le 23 janvier 2020 à 10h15



Lire aussi

Né à l’arraché, le nouveau cabinet en quête de confiance

Geagea à « L’OLJ » : Ce gouvernement semble pire que les précédents

Un gouvernement qui promet beaucoup, mais qui s’est rétracté sur l’essentiel

Le cabinet Diab rejeté par la rue avant même l'annonce de sa formation

Frangié : Nous sommes prêts à défendre un mandat en échec

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

J'ai compte 5 CPL?

Fifi Brindassier

L'oeil de moscou à la santé,

A l'agri-culture un connnaisseur de l'humain, la connaissance de la terre est secondaire.

J'arrête (pour ce soir), bon courage à tous les citoyens lambda et à nos ministres flambant neuf !

Fifi Brindassier

Conseiller principal au ministère de l'énergie depuis 13 ans, waowwww ! avec le bilan désastreux du ministère en question, il fallait oser ! Le CPL l'a fait !

Fifi Brindassier

30 ans après la fin de la guerre, il n'y a plus de déplacés, soit ils sont décédés soit leur dossier a été réglé. Peut-on avoir un éclairage sur les missions actuelles d'un ministère des déplacés ? A moins que ce soit un besoin par anticipation...

Fifi Brindassier

Aux affaires sociales et tourisme : un orthopediste... Ah oui, c'est pour soigner les bras cassés.

Fifi Brindassier

4 lignes pour la bio de madame, 7 lignes pour celle de son époux ?!?!?! Bienvenue dans le ministère des maris-ocrates ;)

Michel N Fayad

A part etre mariee a ce Mr. Adra, quelles sont les qualification de la ministre de la Defense???

Remy Martin

Pour ce qui est de Mme Acar vous vous étendez bien trop sur le background de son époux au lieu du sien exclusivement.

Esperanza Carvajal

Je trouve absolument inacceptable que L'Orient Le Jour ait décidé de présenter Mme Zeina Acra, la nouvelle Ministre de la Défense, à travers la biographie de son mari! Nous sommes quand-même au XXI siècle !
Votre description mène à comprendre qu'elle aurait été nommée grâce aux liens politiques de M. Adra et non grâce aux propres valeurs de Mme Acra...
Je veux me refuser à croire que c'est celle-là la triste réalité!

Thawra-LB

Pour Zeina Acar-Adra, on parle de son mari et de ses succes et on oublie de parler de la ministre de la defense elle meme? Un peu sexiste l’OLJ non??

FAKHOURI

Ce gouvernement est composé des membres de la CPL avec Bassil en arrière plan
c'st une catastrophe national
c'est une mascarade

Irene Said

Soyons humains et positifs, souhaitons-leur bonne chance et avant tout beaucoup de courage et de volonté !

Tout en leur disant: on compte sur vous pour sortir le Liban de l'ornière dans laquelle on l'a poussé, ne nous décevez pas !
Irène Saïd

L'Orient-Le Jour

Chers lecteurs,
Nous avons précisé, dans la biographie de Zeina Acar, qui était son mari, car ce dernier est une personne publique ayant des liens avec le monde politique. Il est important de le souligner dans une bio, et cela ne signifie en rien que nous définissons la ministre par son mari. Bien cordialement

ghazi souhail

Bonjour,je ne comprends pas la nécessité de rajouter le nom de l’époux à nos ministres femmes.Je pense qu'elles ont été nommées pour leurs compétences et non car femme de.
Merci aux journalistes de L'OLJ de nous donner une explication.
Bonne journée.
Souhail Ghazi.

Le Herisson

si vous vous demandez pourquoi les deux ministeres de la culture et de l'agriculture ont ete mis dans le meme panier, c'est evidemment parce que ces deux mots ont la meme "racine"... :):)

elementaire mon cher Watson!!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LEUR DONNER UNE CHANCE... OUI... SI ON VOYAIT DES POIDS LOURDS CAPABLES DE TIRER LE PAYS DU GOUFFRE ECONOMICO-FINANCIER DANS LEQUEL IL SE DEBAT ET S,ILS N,ETAIENT PAS NOMMES PAR LES ABRUTIS CORROMPUS, VOLEURS ET INCOMPETENTS, DONC REDEVABLES A EUX POUR LEURS POSTES. ILS NE SONT PAS INDEPENDANTS !

Liberté de Penser

La présentation du CV de Mme Zeina Acar Adra est un peu anti féministe. Ça fait quand même belle lurette qu’on ne présente plus les femmes par les qualités de leurs maris. L’OLJ devrait s’en excuser et corriger cette erreur tant éthique que journalistique

L'Orient-Le Jour

Bonjour, vous pouvez trouver les affiliations politiques de chaque ministre dans ce papier : https://www.lorientlejour.com/article/1202658/la-composition-du-nouveau-gouvernement-diab.html

L'Orient-Le Jour

Merci pour votre commentaire, l'erreur a été corrigée.

Citoyen libanais

Ce gouvernement est tout simplement illégitime ainsi que tout le reste du pouvoir désormais. Cet article montre que les ministres qui le compose sont certes des technocrates, mais passe sous silence leurs affinités avec les partis. La genèse du gouvernement a déjà montré par A + B qu'il était tout sauf indépendant.

Donner la moindre chance, le moindre crédit à ce gouvernement usurpateur signerait l'arrêt de mort de la révolte populaire, même si ça ne sera qu'une mort à petit feu.

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Quoiqu'il en soit le Liban regorge de jeunes experts, talentueux et compétents avec une fibre nationale.

Le grand défaut des libanais c'est de croire qu'ils sont indispensables, irremplaçables et le pilier sur lequel repose toute la société civile.

Nous avons là une équipe qui n'a plus rien à voir avec l'ancienne, donc laissons les travailler sereinement, donnons leur le bénéfice du doute et de toute façon on n'a pas le choix, le temps presse.

Que des Saad ou geagix viennent tirer à boulet rouge sur cette équipe, je les comprends, leur colère n'est pas plus contre ces ministres que contre le fait qu'ils n'en font pas partie.

Vouloir jouer au plus fin peut nous faire passer pour du gros sel.

CHAHINE Omaya

Prière de rectifier s'il vous plaît : ce n'est pas "Centre national des arts et métiers" pour le Cnam mais "Conservatoire national des arts et métiers". D'avance merci

NADER Rana

Et Mme Zeina Acar, que fait-elle a part etre l'epouse de M. Adra?
Qui est donc nomme? Elle ou lui?

Gros Gnon

Bon ben il faut avouer qu’à part un ou deux ils semblent avoir les bonnes qualifications pour les bons postes.
Rest à savoir s’ils sont réellement indépendants, ou s’ils vont mettre leurs mentors ou confession avant la pays, comme de tradition...

Antoine Sabbagha

Les biographies-express des nouveaux membres de l’équipe ministérielle semblent parfaites sauf que la politique au Liban détruit chaque personne ambitieuse .

NAUFAL SORAYA

en espérant que du bon en sortira...

Yves Prevost

Il est dommage que l'on ne dise pas à quel parti est rattaché chaque ministre (puisqu'ils n'ont d'indépendants que le nom). De toutes façons, nous connaissons la couleur de ce gouvernement: jaune-orange.

LA VERITE

LA VERITE EST QUE LES CV PRESENTES SONT CONVAINQUANT

CE QUI PRETE A DISCUSSION ET LES REJETTE C'EST LE FAIT QUE DE PAR LEUR NOMINATION, ILS DEVIENNENT REDEVABLE AUX PARTIS QUI LES ONT NOMMES

S'ILS ARRIVENT A S'IMPOSER DANS LEURS DECISIONS SANS ETRE SOUS LA COUPOLE DES PARTIS, IL SE PEUT QU'ILS REUSSISSENT TANT SOIT PEU

LA VERITE EST DE LEUR LAISSER UNE CHANCE AU MOINS AVANT DE LES DENIGRER EN TOUTE OBJECTIVITE

Marie-Hélène

A lire leur curriculum vitae , on est tente de se dire : pourquoi pas?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants