X

Liban

Geagea à « L’OLJ » : Ce gouvernement semble pire que les précédents

Interview

« Michel Aoun est encore à Baabda par la seule force du Hezbollah », estime le chef des FL.

Yara ABI AKL | OLJ
22/01/2020

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, préfère attendre « quelques jours » avant de se prononcer au sujet du nouveau gouvernement, mais il estime d’emblée qu’en se fondant sur les « péripéties » qui ont accompagné la formation du cabinet, notamment pour ce qui est de la distribution des parts entre les protagonistes politiques qui ont nommé les ministres, cette équipe « semble pire que les précédentes ».

En attendant la mise sur les rails du cabinet, Samir Geagea, rangé dans le camp de l’opposition, observe de loin le mandat Aoun secoué par le mouvement de contestation et ne cache pas ses craintes de voir celui-ci plonger dans la violence, comme l’ont montré les affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre durant le week-end dernier.

Quelques heures avant la formation du cabinet, Samir Geagea avait répondu aux questions de L’Orient-Le Jour. Il a toutefois brièvement commenté par la suite la genèse de l’équipe Diab.

Quel commentaire pouvez-vous formuler concernant la formation du nouveau gouvernement ?

Au vu de sa composition et des péripéties de sa formation, ce gouvernement semble pire que les précédents. Et cet avis ne porte pas sur les personnes des nouveaux ministres. Mais le problème réside dans le fait que la majorité d’entre eux gravitent dans l’orbite des mêmes forces politiques qui ont mené le pays à la situation actuelle. Toutefois, il serait prématuré de formuler des jugements, en attendant les actions et les décisions du nouveau cabinet. Mais il s’agit d’une première impression.


(Lire aussi : La composition du gouvernement Diab)


Comment voyez-vous l’évolution du mouvement de contestation, sachant qu’à un moment donné, les FL étaient accusées de le manipuler en sous-main ?

Le pouvoir en place se montre aveugle et fait la sourde oreille aux manifestants. Et c’est à cause de cette attitude que le mouvement a, malheureusement, dérapé vers la violence. Les gens ont cette réaction parce que le pouvoir agit comme si de rien n’était à l’heure où le pays a besoin de chaque seconde de travail et de productivité. Nul ne peut fabriquer de toutes pièces un mouvement populaire d’une telle ampleur. Il reste que la contestation ira crescendo au vu de la dégradation de la situation socio-économique dont en témoignent les licenciements, la variation du taux de change de la livre et les réductions de salaires, pour ne citer que ces exemples. Je crains donc de voir la contestation plonger dans la violence à cause de la conjoncture, comme l’ont montré les échauffourées au centre-ville de Beyrouth durant le week-end.

Comment répondez-vous à ceux qui vous accusent de fuir vos responsabilités envers le pays en temps de crise en décidant de vous ranger parmi les opposants ?

À l’heure actuelle et au vu de l’ampleur de la crise, je ne veux pas polémiquer avec qui que se soit. Mais je rappelle que pendant trois ans au sein de deux gouvernements, nous avons déployé de grands efforts et enregistré quelques accomplissements. Sauf que cela n’a pas épargné au pays la crise actuelle. Nous n’avons donc aucunement fui nos responsabilités. Bien au contraire. Nous les avons parfaitement assumées en claquant la porte du pouvoir et en allant vers l’opposition parce que nous estimons que cela seul est à même de sauver le pays.

Vous considérez-vous responsable de la formation d’un cabinet monochrome (pro-8 Mars), dans la mesure où le Premier ministre sortant, Saad Hariri, s’est retiré de la scène à la suite de la décision des FL de ne pas l’appuyer pour mettre sur pied une nouvelle équipe ministérielle ?

Je ne suis ni le chef de l’État ni le Premier ministre désigné. Ils sont responsables de la mise en place d’une telle équipe. Pour ce qui est de Saad Hariri, notre amitié pour lui existe toujours et est une constante. Mais notre décision a été le fruit d’une analyse politique effectuée pendant de longues réunions. À la faveur de cette réflexion, il s’est avéré qu’il n’est pas dans l’intérêt du pays, encore moins de celui de M. Hariri et même du nôtre, de nommer Saad Hariri pour former le nouveau gouvernement dans les circonstances actuelles. Preuve en est l’insistance du 8 Mars à le reconduire à son poste. Une façon de le brûler. Cela n’aurait eu aucun intérêt.


(Lire aussi : Atomes non crochus, l'éditorial de Issa GORAIEB)


Après l’échec de l’entente de Meerab entre le CPL et les FL, Saad Hariri a, à son tour, mis fin au compromis présidentiel. Que devient donc le chef de l’État, sachant qu’il a perdu le soutien des deux autres piliers du compromis ?

Je voudrais d’abord souligner que nous n’avons pas torpillé l’entente de Meerab. C’est (le chef du Courant patriotique libre) Gebran Bassil qui l’a fait quelques mois après sa conclusion, et plus précisément lors de la formation du premier gouvernement du mandat. Et c’est surtout à la lumière de notre position concernant le dossier de l’électricité (l’opposition des FL au plan qu’avait élaboré César Abi Khalil, alors ministre CPL de l’Énergie) que M. Bassil a anéanti cette entente, sachant qu’elle a été conclue avec le CPL, indépendamment de la question de la présidentielle. M. Bassil croyait que cet accord signifiait qu’il faudrait accorder une quote-part ministérielle réduite aux FL pour qu’elles soient un corollaire du CPL au sein du cabinet. Évidemment, il s’agissait d’une vision totalement erronée. Il a donc anéanti l’accord. Sur un autre registre, je crois que Saad Hariri n’a pas torpillé le compromis de 2016 de son plein gré. On l’a mis au pied du mur pour le pousser à abandonner cette entente. Quant au chef de l’État, il est encore au palais de Baabda par la seule force du Hezbollah. Il ne bénéficie même pas de l’appui du 8 Mars. Preuve en est ses rapports avec le président de la Chambre et le chef des Marada.

Qui sont aujourd’hui vos alliés les plus proches tant sur la scène locale que sur le plan international ?

Quoi qu’il arrive, nous conservons nos rapports avec le courant du Futur, qui n’iront jamais en deça d’un certain seuil. Ainsi, nos rapports avec Saad Hariri sont aujourd’hui bons en dépit du fait que nous ne l’avions pas nommé pour former le gouvernement. Et quelles que soient nos divergences avec le Futur et le Parti socialiste progressiste, notre alliance demeure.

Sur le plan international, nous avons un large réseau de relations aussi bien en Orient – les pays du Golfe – qu’en Occident.



Lire aussi

Né à l’arraché, le nouveau cabinet en quête de confiance

Un gouvernement qui promet beaucoup, mais qui s’est rétracté sur l’essentiel

Biographies-express des nouveaux membres de l’équipe ministérielle

Le cabinet Diab rejeté par la rue avant même l'annonce de sa formation

« Une justice indépendante ! » clament les protestataires

Frangié : Nous sommes prêts à défendre un mandat en échec

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bou Abdou Steeve

Vous êtes tous des ignorants politiques. Mais c'est pas grave car votre logique 14 vs. 8 est caduque et ne prendra plus. Vous ne voyez les problemes que sous le prisme du Hezb et du CPL alors que le problème du Liban datent de bien avant l'accession de Aoun ou du CPL au pouvoir. Vous ne pouvez pas concevoir que le problème est structurel, constitutionnel et confessionnel. Le Hezb était l'allié de Joumblatt, Hariri et Berri bien avant Aoun. A cette époque, tout allait bien... on a laissé le pays se faire derober sous vos yeux bienveillants mais les "éléments de langages" et le marketing de ses personnes se présentant comme des "souverainistes" (LOL) a convaincu vos esprits naïfs... retourner dans les salons et les dîners de gala (s'il en reste) et laissez les grands parler géopolitique et politique interieure

FAKHOURI

de grâce, épargnez nous vos larmes
vous êtes un des responsables de la présence de Aoun

Ô Liban

Trop tôt pour lancer des jugements hâtifs.

Bery tus

Ya hakim personne ne saura les compromis et les concession que vous avez du faire ... au moins vous avez pensez pouvoir réunir de nouveau tous les libanais chretiens quand vous avez soutenue Aoun à la présidence chose que vous avez fait pour faire sortir le pays de la merde car CEDRE était en cause comme maintenant ... surtout que hari-kiri c était déjà entendu avec Bassil pour soutenir Aoun sans au préalable vous en laisser savoir !!

ENCORE UNE FOIS JE PRÉFÈRE QUELQU UN QUI NE CONNAÎT RIEN EN POLITIQUE QUE QUELQUE UN QUI CONNAÎT

Jack Gardner

M Geagea, La parole est d'argent, mais le silence est d'or

Sissi zayyat

Si Aoun est toujours sur son trône par la force du HB nous n'oublierons jamais que c'est grace à votre participation à son intronisation que ce fauteuil est occupé par lui.
Vous pleurnichez toujours un peu tard alors que la cause des malheurs des citoyens et du pays est de votre responsabilité et celles de beaucoup d'autres qui crient au complot. C'est vous tous qui avaient fait en sorte que le HB deviennent une force majeur de ce pays en l'appuyant à plusieurs reprises et en vous divisant pour l'être et le paraître et par intérêt purement personnel.
Tous coupables de ce qui nous arrive et ce qui arrivera à ce pauvre pays qui ne demandait que de renaître de ses cendres aidé par des citoyens intègres et patriotiques et dont ils ignorent même le sens de ces deux valeurs.

Ne vous rejetez pas la responsabilité. Chacun de vous a mis sa pierre pour construire l'édifice du HB et de Berry et du CPL et maintenant c'est quoi la suite?

Les gérémiades n'ont jamais sauvé un pays qui de plus est dans l'abîme. ce sont l'union, le patriotisme et le courage qui font une nation et c'est trois valeurs vous ont manquées à chaque crise que le Liban a traversé.
Écoutez le rugissement du peuple.

Sissi zayyat

Si Aoun est toujours sur son trône par la force du HB nous n'oublierons jamais que c'est grace à votre participation à son intronisation que ce fauteuil est occupé par lui.
Vous pleurnichez toujours un peu tard alors que la cause des malheurs des citoyens et du pays est de votre responsabilité et celles de beaucoup d'autres qui crient au complot. C'est vous tous qui avaient fait en sorte que le HB deviennent une force majeur de ce pays en l'appuyant à plusieurs reprises et en vous divisant pour l'être et le paraître et par intérêt purement personnel.
Tous coupables de ce qui nous arrive et ce qui arrivera à ce pauvre pays qui ne demandait que de renaître de ses cendres aidé par des citoyens intègres et patriotiques et dont ils ignorent même le sens de ces deux valeurs.

Ne vous rejetez pas la responsabilité. Chacun de vous a mis sa pierre pour construire l'édifice du HB et de Berry et du CPL et maintenant c'est quoi la suite?

Les gérémiades n'ont jamais sauvé un pays qui de plus est dans l'abîme. ce sont l'union, le patriotisme et le courage qui font une nation et c'est trois valeurs vous ont manqués à chaque crise que le Liban a traversé.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON NE SAIT PAS S,IL EST PIRE MAIS INCAPABLE POUR LA MISSION POUR LAQUELLE IL EST SUPPOSE ETRE NE CAR TOUS SONT REDEVABLES AUX ABRUTIS CORROMPUS ET INCOMPETENTS QUI LES ONT NOMMES.

aliosha

mr Geagea : C quoi ??

Beauchard Jacques

Déclaration décevante beaucoup trop courte face à la crise libanaise!

Kayrouz Monique

Mr Geagea, pourquoi annoncer en préambule votre suspicion auprès d'un gouvernement qui reprend le canevas des forces anciennes et ensuite dans le déroulé de votre interview, vous même prendre comme items les mêmes valeurs ?
Tout simplement parce que vous n'existez politiquement que dans ce scénario. Que vous voulez (soit disant) eliminer,.
Mais qui vous fait rayonner.

Citoyen libanais

Je pense et en tout cas souhaite vivement que Mr Geagea prenne très rapidement une position claire et nette sur l'illégitimité de Aoun, Berri et du gouvernement Diab. Et que les Forces Libanaises défendent et protègent les manifestants pour renverser le gouvernement. Si Geagea persiste dans l'alliance avec Hariri et Joumblatt, il sera rejeté par le peuple au même titre qu'eux.

Lebinlon

Je suis un peu surpris que le Hezbollah ait donné les coudés franches a ce point au CPL pour torpiller l'entente avec les FL puis avec le Futur.
Michel Aoun est desormais le president porté par les chiites, et donc l'Iran, et le Cabinet Diab tout pareil.
A l'heure ou les US viennent de transformer la tete militaire du regime Iranien en chaleur et lumiere !!
Bien joué le Hezb !!

Liberté de Penser

Les Forces Libanaises ont été créés par le martyr Bechir Gemayel pour défendre militairement le Liban contre l’invasion syrienne, on les nommait a juste titre La Résistance Libanaise. Le rôle politique a toujours été dévolu aux partis politiques comme les Kataeb ou le PNL ou le Bloc National. C’est bien pour cette raison que Samir Geagea s’est fait avoir plus d’une fois par les fins limiers de la politique au Liban

Pierre Hadjigeorgiou

Les FL n'ont jamais changé leur conduite politique en fonction des circonstances. Ils sont constant dans la défense de leurs idéaux dans l’intérêt suprême du peuple Libanais et du pays.
Lorsqu'ils sont dans l'opposition, ils sont responsables des déboires et de la faillites des gouvernements dont ils s'opposent, lorsqu'ils y sont et font du bon travail, ils restent responsables des manquements de tous les autres, etc... Ils faut arrêter cette démagogie propagandiste a deux sous, les mensonges, les bêtises et surtout ouvrir les yeux.
D'abord il faut mettre les points sur les "i", ce ne sont pas les FL qui ont lâcher Hariri. IL les a lâcher en se rangeant du coté du Hezbollah et du CPL lors des présidentielles. D'ailleurs il s’était mis a dos tous ses fidèles de Sanioura a Fatfat a Rifi et ses partisans. Malgré cela les FL sont resté prés de lui et l'ont soutenu. Les FL lui ont donné la chance d’être un homme d’état. Il a choisit d’être un sous fifre. IL est le seul responsable de ses actes et de sa connerie. IL est celui qui a toujours fait marche arrière donnant toujours plus au Hezbollah.
Les jours qui viennent vont être durs pour le Liban. Le Hezbollah contrôle le gouvernement, personne n'est dupe encore moins les occidentaux. Donc il faut s'attendre a plus de sanctions, plus de misère et peut être même la guerre. Les FL ne sont pas obligées de partager cela!

VIRAGE CONTRÔLÉ

Impossible qu'il soit pire, la preuve, vous n'en faîtes pas partie.

Encore vous c'est pas trop grave, mais certains de vos ministres comme la chidiac là, pardon ....

Gebran Eid

ON A JAMAIS ENTENDU PARLÉ QUE GEAGEA OU UN DES MINISTRES DES FL A VOLÉ DE L'ARGENT. MAIS GEAGEA A MONTRÉ À PLUSIEURS REPRISE QU'IL N'EST PAS FAIT POUR LA POLITIQUE. IL EST PIÉGÉ FACILEMENT. . RIEN QUE POUR CET ERREUR IMPARDONNABLE QUAND IL A AIDÉ MICHEL AOUN À S'ASSOIR SUR CETTE MAUDIT CHAISE.

LA VERITE

LA VERITE MR GEAGEA EST QUE VOUS ETES LE FOSSOYEUR DE HARIRI ET LE PREMIER RESPONSABLE DE LA NOMINATION DE DIAB ET DONC DE LA FORMATION D'UN CABINET DU 8 MARS UNIQUEMENT

LA VERITE MR GEAGEA EST QUE LES MANIFESTANTS VONT RENOUVELER DE VIOLENCE ET LE SANG VERSE SERA AUSSI VOTRE RESPONSABILITE QUE VOUS AIMIEZ L'ENTENDRE OU PAS

LA VERITE MR GEAGEA EST QUE VOTRE CALCUL S'EST AVERE FAUX EN REFUSANT LA NOMINATION DE HARIRI CAR VOUS AVEZ SOUS ESTIME LES FORCES DU 8 MARS ET L'AMBITION DE BASSIL DE DEVENIR PRESIDENT APRES LE GENERAL

LA VERITE EST VOUS ALLEZ DEVOIR VIVRE AVEC CETTE RESPONSABILITE QUE VOUS LE VOULIEZ OU NON ,MAIS AVOUEZ AU MOINS QUE VOUS AVEZ FAIT UNE FAUTE DRAMATIQUE POUR LE LIBAN

LA VERITE EST QUE LE LIBAN N'OUBLIERA PAS CETTE FAUTE LORS DES PROCHAINES ELECTIONS

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants