X

Liban

Beyrouth a demandé à Ghosn de ne pas porter atteinte aux relations avec Tokyo

Liban-Japon

Plainte contre l’ancien PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi pour « collaboration avec Israël » : des avocats présentent de nouveaux documents.

14/01/2020

L’ambassadeur du Japon, Takeshi Okubo, a été reçu hier au palais de Baabda par le ministre d’État sortant pour les Affaires présidentielles, Salim Jreissati. Il s’agit de la troisième visite au palais présidentiel de l’ambassadeur nippon, depuis l’évasion de l’ancien PDG de l’alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors du Japon où il se trouvait en résidence surveillée et son arrivée-surprise au Liban, le 30 décembre dernier.

Aucun communiqué n’a été publié suite à cette rencontre, mais selon M. Jreissati, contacté par L’Orient-Le Jour, l’ambassadeur Okubo est venu le « remercier ainsi que le palais et le gouvernement pour leur intervention en faveur d’une modération des propos de Carlos Ghosn lors de la conférence de presse » qu’il a donnée le 8 janvier. « Carlos Ghosn ne s’est pas attaqué au pouvoir souverain du Japon ou aux autorités souveraines de l’empire du Soleil levant, ni même aux autorités judiciaires ou au ministre nommément désigné », constate Salim Jreissati. « M. Takeshi Okubo est venu en toute élégance nous remercier, le président, le gouvernement et moi-même, pour cette attitude responsable qui a eu une influence favorable pour la pérennité et la solidité de nos relations », explique-t-il, évoquant « le discours plutôt modéré » de l’ancien magnat déchu de l’automobile, « suite à la demande des autorités libanaises ».

« Nous lui avons dit que s’il dépendait de lui de raconter ses 15 mois passés au Japon, il ne lui appartenait pas de mettre en péril nos relations bilatérales », ajoute le ministre sortant. « Carlos Ghosn est un homme intelligent, il a compris le message. En relatant son séjour japonais, il a su faire la part des choses et adopté le ton qu’il faut, en se gardant de compromettre les relations entre le Liban et le Japon. Et c’est tout à son honneur », conclut M. Jreissati.

Lors de sa conférence de presse devant la presse internationale le 8 janvier à Beyrouth, M. Ghosn s’était abstenu de critiquer les responsables japonais. « Je peux vous dire ce qui s’est passé au sein du gouvernement japonais, j’ai des noms. Mais je suis au Liban, je respecte le Liban et l’hospitalité qui m’a été accordée. Je ne souhaite en aucun cas faire des déclarations qui puissent saper les intérêts des autorités libanaises », avait-il affirmé.


(Lire aussi : Avec Carlos Ghosn en roue libre, le chemin de croix de Nissan s’allonge)



Une cérémonie organisée par l’Université hébraïque de Jérusalem à Paris

Sur un autre plan, les trois avocats qui avaient déposé une plainte il y a deux semaines contre M. Ghosn pour « collaboration avec Israël » ont présenté hier de nouveaux documents au bureau du procureur général près la Cour de cassation. Les avocats Hassan Bazzi, Jad Tohmé et Ali Abbas ont notamment présenté des documents faisant état d’une cérémonie en l’honneur de Carlos Ghosn organisée par l’Université hébraïque de Jérusalem à Paris en 2018. Ils ont encore réclamé au parquet qu’un témoin puisse témoigner sur une éventuelle implication du Mossad dans l’évasion du patron déchu de Renault-Nissan de Tokyo à Beyrouth.

Selon l’Agence nationale d’information, le procureur général de la République, Ghassan Oueidate, a décidé de classer ces documents sans suite.

Alors qu’il était encore président de Renault-Nissan, M. Ghosn, détenteur des nationalités française, libanaise et brésilienne, s’était rendu en Israël en 2008, dans le cadre d’un partenariat pour le lancement d’une voiture électrique. Or la loi interdit aux Libanais de se rendre en Israël. Après l’avoir interrogé jeudi dernier sur ce sujet, le procureur général de la République, Ghassan Oueidate, avait décidé de le relâcher sous caution d’élection de domicile. L’enquête à ce sujet se poursuit.

Lors de sa conférence de presse, M. Ghosn avait affirmé qu’il s’était rendu en Israël en tant que ressortissant français à la demande du conseil d’administration de Renault et s’en était « excusé » auprès des Libanais.

À l’issue de l’audition conduite jeudi par le procureur général de la République, Carlos Ghosn avait en outre été interdit de quitter le territoire libanais et son passeport français avait été confisqué, suite à une demande d’arrestation d’Interpol, le Japon réclamant l’extradition de l’homme d’affaires accusé de malversations financières.

Rappelons que M. Ghosn fait l’objet de quatre inculpations au Japon : deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (qui est aussi poursuivi sur ce volet) et deux autres pour abus de confiance aggravé. Interpellé en novembre 2018 à la descente de son jet au Japon, l’homme d’affaires, qui fut le chef d’entreprise le mieux payé au monde, avait été libéré sous caution en avril 2019, au terme de 130 jours d’incarcération. Assigné à résidence, il avait interdiction de quitter le Japon dans l’attente de son procès dont la date n’a pas été fixée. Mais fin décembre, l’ancien PDG de Renault-Nissan a fui le Japon pour le Liban via la Turquie au prix d’une exfiltration aux allures de film hollywoodien.

Lors de sa conférence de presse mercredi dernier, il avait déclaré avoir pris la fuite pour laver sa réputation face à une « campagne » orchestrée à son encontre au Japon et s’est dit prêt à être jugé là où il aurait la garantie de bénéficier d’un procès équitable.


Lire aussi

Ghosn engage une bataille judiciaire à plus de 15 millions d'euros contre Renault

Quand des internautes "jouent à être Ghosn" en se photographiant dans des étuis à instruments

Carlos Ghosn aurait perdu 40 % de sa fortune depuis son arrestation, selon Bloomberg

Ghosn ne sera plus interdit de quitter le Liban en l'absence de demande d'extradition d'ici à 40 jours, dit Serhane

Ghosn interdit de quitter le pays : une « mesure technique » pour un jugement au Liban ?

La prestation de Carlos Ghosn suscite des avis partagés

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OU3A YIA CARLOS... OU3A ! HAL SAMOURAI MEKHETRIN KTIR. ILS SONT REVANCHARDS.

MICHAEL J KASSOUF

Israel, the monster that haunts our poor minds.

Antoine Eddé

Nous aussi avons des noms: les avocats libanais Hassan Bazzi, Jad Tohmé et Ali Abbas qui cherchent à museler Carlos Ghosn en utilisant des moyens qui ne leur font pas honneur.
Le gouvernement japonais doit avoir bien peur des révélations de Carlos Ghosn pour utiliser de tels leviers. ceci ne fait que renforcer la thèse du complot contre l'alliance dénoncée par CG.

Comment peut-on reprocher à un citoyen franco-libanais qui dirige un groupe mondial ayant des intérêts en Israël d'avoir "eu des contacts". Aurait-il dû démissionner pour se plier à cette interdiction ? Ou alors dire "Renault Nissan boycotte Israël?"

Il faut changer cette loi qui reviendrait à emprisonner des milliers de libanais bi-nationaux si elle était appliquée.

Il faut surtout que les trois mercenaires, Hassan Bazzi, Jad Tohmé et Ali Abbas soient boycottés et laissés à méditer sur la saleté du travail qu'ils font. Un avocat doit AUSSI avoir une conscience et un sens de l'éthique.
S'ils avaient eu l'honnêteté d'attaquer Carlos Ghosn sur le terrain qui l'a mené à être capturé par les autorités japonaises, on pourrait à la rigueur le comprendre.

Mais ils ne cherchent qu'à utiliser un vil prétexte pour mettre la pression sur un citoyen libanais qui a réussi à échapper à une profonde injustice et le faire taire.

Boycott!

Mireille Kang

The three lawyers suing Mr. Ghosn for visiting Israel while he was the CEO of Nissan and Renault are a bunch of trolls whose aim seems to be only to enhance their profile and be mentioned in the news. They have no chance of winning their case.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : divergences minimes dans un grand dialogue de sourds

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants