Rechercher
Rechercher

Focus

L’opposition syrienne célèbre la liquidation du général Soleimani

« Soleimani était un tueur impitoyable. Il est rare que, dans une bataille d’ego, justice soit ainsi rendue par ricochet », écrit un opposant sur un groupe WhatsApp réunissant des activistes et des journalistes du monde entier.

Aziz el-Asmar devant la peinture murale réalisée à Binnich dans la province d’Idleb, suite à la mort de Kassem Soleimani jeté dans « les poubelles de l’histoire ». Muhammad Haj Kadour/AFP

« Bonne année 2020 ». Les Syriens de l’opposition se sont réveillés hier matin en apprenant l’élimination de l’un de leurs pires bourreaux, saluant une nouvelle fois le geste « d’Abou Ivanka el-Ameriki ». Kassem Soleimani, le commandant en chef des forces iraniennes al-Qods, a été abattu par les États-Unis lors d’un raid chirurgical, dans la nuit de jeudi à vendredi, à l’aéroport de Bagdad. Avec des combattants déployés en Syrie, l’unité de ce général iranien a joué un rôle incontournable pour soutenir et consolider le pouvoir de Bachar el-Assad, un temps affaibli sur le champ de bataille face aux rebelles et aux jihadistes. Fort de ce soutien iranien, et de l’appui de la Russie et du Hezbollah, Damas a multiplié les victoires jusqu’à reconquérir plus des deux tiers du pays.

Dans l’esprit de la rébellion syrienne, l’homme est ainsi perçu comme une figure « terroriste » et présenté comme « le Joker meurtrier » de la région. « Le meurtre de Kassem Soleimani, patron numéro un des crimes des gardiens de la révolution contre les peuples syrien et irakien et les peuples de la région, est une frappe douloureuse qui confirme que le monde est capable de stopper l’Iran et de protéger les civils syriens s’il le veut », a estimé sur Twitter Nasr Hariri, le chef de l’opposition syrienne en exil. « Honnêtement, j’ai été heureux d’apprendre qu’il a été tué. Il n’y a pas que les Syriens qui le sont, le Moyen-Orient tout entier devrait se réjouir de la mort de l’homme qui a alimenté pendant des années la haine entre les différentes sectes religieuses », confie Ziad*, un activiste basé à Gaziantep. « Soleimani était un tueur impitoyable. Il est rare que, dans une bataille d’ego, justice soit ainsi rendue par ricochet », écrit un opposant syrien sur un groupe WhatsApp réunissant des activistes et des journalistes du monde entier. « Soleimani a encouragé Assad à céder Palmyre à l’État islamique et à concentrer ses forces sur Alep, un endroit qui, selon lui, était d’une plus grande importance stratégique. Comme l’État islamique a détruit Palmyre, Soleimani a détruit Alep », poursuit-il. Lors de la chute d’Alep en décembre 2016, le puissant commandant iranien avait été pris en photo marchant aux côtés des forces gouvernementales dans un décor de désolation.


(Lire aussi : Peu probable que le Liban soit impliqué dans la riposte iranienne, selon les milieux proches du Hezbollah, le décryptage de Scarlett HADDAD)

Pâtisseries

Dans la province d’Idleb, le dernier bastion antirégime en proie à des bombardements intenses de Damas et de Moscou, des habitants ont célébré la nouvelle en offrant des pâtisseries. En avril 2017, l’opposition syrienne avait déjà laissé éclaté sa joie lors des frappes américaines en représailles aux attaques chimiques du régime contre Khan Cheikhoun. À Ariha hier, des milliers de personnes sont descendues dans la rue, lors de la manifestation hebdomadaire contre le régime et ses alliés, pour saluer le raid américain contre « le criminel Soleimani ». « Il a disparu Soleimani, aaqbal al-thani (vivement le deuxième) », chantaient des habitants de Binnich, dans la province d’Idleb. Comme à chaque événement marquant dans la guerre syrienne, l’artiste-peintre Aziz el-Asmar a peint sur un mur de la ville Kassem Soleimani jeté dans « les poubelles de l’histoire ». « Pour les habitants de Hama, de Homs, du Qalamoun, d’Alep, de la Ghouta, et d’ailleurs, nous célébrons aujourd’hui. Un peu de bonheur et d’espoir est désormais entré dans la vie des Syriens », commente dans une vidéo un réfugié en Turquie, en mangeant des maamouls.Nombreux sont ceux qui exultaient hier, s’en donnant à cœur joie sur les réseaux sociaux. Sur Twitter et sur Facebook, des photomontages moquant Soleimani ou Bachar, et d’autres présentant (le président américain Donald) Trump comme un héros, ont rapidement circulé. Le chef de l’État syrien, Bachar el-Assad, épaulé militairement par Téhéran, a assuré hier que le soutien du général iranien à l’armée syrienne « ne sera pas oublié ». « Bachar doit être bien content que les États-Unis l’aient liquidé. Il ne devait pas apprécier le fait de se faire mener par la baguette par l’Iranien », ironise Raed, un journaliste de l’opposition, de la province d’Alep.


Lire aussi

Les invités du soir, l'éditorial de Issa GORAIEB

Assassinat de Soleimani : quelles conséquences au Liban ?

Pour répondre à l’assassinat de Soleimani, le casse-tête de Téhéran

Soleimani, l’ombre iranienne qui planait sur le Moyen-Orient

En éliminant Soleimani, Trump a-t-il bien calculé son coup ?

Une logique de guerre à l’issue incertaine

Nasrallah : Venger Soleimani est la responsabilité de la résistance dans le monde entier

L'Iran promet de venger la mort de Soleimani "au bon moment et au bon endroit"

Trump : Soleimani aurait dû être tué "il y a des années"

Pourquoi l'élimination de Soleimani ressemble à une déclaration de guerre


« Bonne année 2020 ». Les Syriens de l’opposition se sont réveillés hier matin en apprenant l’élimination de l’un de leurs pires bourreaux, saluant une nouvelle fois le geste « d’Abou Ivanka el-Ameriki ». Kassem Soleimani, le commandant en chef des forces iraniennes al-Qods, a été abattu par les États-Unis lors d’un raid chirurgical, dans la nuit de...

commentaires (1)

On dirait que Soleimani était adore ...

Eleni Caridopoulou

19 h 38, le 05 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • On dirait que Soleimani était adore ...

    Eleni Caridopoulou

    19 h 38, le 05 janvier 2020