Rechercher
Rechercher

Éclairage

Pourquoi l'élimination de Soleimani ressemble à une déclaration de guerre

La mort du général iranien dans un raid américain est un tremblement de terre pour l’ensemble de la région.

Le général iranien, commandant de la force d’élite al-Quds, Kassem Soleimani. AFP / KHAMENEI.IR

Ce que l’on sait

Le général iranien, commandant de la force d’élite al-Qods, Kassem Soleimani a été tué dans la nuit de jeudi à vendredi dans le bombardement d'un convoi à l'aéroport de Bagdad. Le chef des Kata’ib Hezbollah, une des milices pro-iraniennes les plus actives en Irak, Abou Mehdi al-Mouhandis, a également été tué dans l’attaque.

Un responsable militaire américain a affirmé à l'AFP que la frappe qui a pulvérisé les deux véhicules où se trouvaient le puissant général iranien et le principal homme de l'Iran en Irak était "un tir de précision d'un drone".

Les gardiens de la révolution ont confirmé la mort de Kassem Soleimani. Et le président iranien Hassan Rohani a promis que Téhéran et les « nations libres de la région » se vengeront des États-Unis.

Le Pentagone a pour sa part précisé que le président américain Donald Trump avait donné l'ordre de tuer le général iranien. « Sur ordre du président, l'armée américaine a pris des mesures défensives décisives pour protéger le personnel américain à l'étranger en tuant Kassem Soleimani », a indiqué le ministère américain de la Défense dans un communiqué. Donald Trump n’a pas encore personnellement commenté l’attaque se contentant de poster un drapeau américain sur son compte Twitter.

Réagissant à cette annonce, le turbulent leader chiite Moqtada Sadr a donné l'ordre à ses combattants de l'Armée du Mehdi de se « tenir prêts », réactivant ainsi une milice officiellement dissoute depuis environ une décennie et qui avait semé la terreur dans les rangs des soldats américains en Irak.


Dans quel contexte intervient l’attaque ?

Les États-Unis ont mené dimanche des frappes de représailles contre la milice irakienne Kata’ib Hezbollah, tuant au moins 25 combattants. En réaction, les partisans des milices pro-iraniennes ont pris d’assaut l’ambassade américaine à Bagdad mardi et mercredi. Le chef du Pentagone, Mark Esper, avait dit jeudi que les États-Unis s’attendaient à de nouvelles attaques de la part des paramilitaires alliés de l'Iran. « Si les États-Unis ont vent de nouvelles attaques en préparation, nous prendrons aussi des mesures préventives pour protéger les forces américaines, pour protéger des vies américaines », avait-il ajouté.

L’administration Trump a fait de l’Iran son principal ennemi dans la région en décidant de se retirer de l’accord nucléaire en mai 2018 et de réimposer des sanctions fortes contre le régime en vue d’exercer une « pression maximale » contre lui. En réponse, les Iraniens ont mené au cours de ces derniers mois une politique d’escalade contrôlée visant à faire payer aux États-Unis et à leurs alliés le prix de leurs politiques à leur encontre. La politique iranienne était notamment basée sur le fait que, malgré ses discours bellicistes, le président américain n’était pas prêt à entrer en guerre.



(Lire aussi : Nasrallah : Venger Soleimani est la responsabilité de la résistance dans le monde entier)



Quelle est son importance ?

La mort du général iranien Kassem Soleimani dans un raid américain est un tremblement de terre pour l’ensemble de la région. Surnommé le fantôme, il était considéré comme l’un des hommes les plus puissants du Moyen-Orient, le stratège et le principal exécutant de la politique iranienne en dehors de ses frontières. Sa mort est un coup extrêmement dur porté à l’encontre de la République islamique.

L’attaque américaine peut légitimement être comparée à une déclaration de guerre contre l’Iran et ses alliés dans la région. Elle marque un véritable tournant dans la politique américaine qui était axée principalement jusque là sur les sanctions économiques. La politique américaine était marquée par une incohérence stratégique entre des objectifs très élevés, mettre l’Iran à genoux, et des moyens politiques et militaires assez faibles pour y parvenir. L’attaque d’hier est-elle imputable à un changement radical de stratégie de la part des États-Unis ou ces derniers ont-ils considéré qu’ils ne pouvaient pas laisser passer cette occasion de se débarrasser de l’un de leurs plus grands ennemis ? Il semble encore trop tôt pour le dire.

Quelles possibles conséquences ?

Il sera très difficile de maîtriser cette escalade qui pourrait mettre le feu à toute la région. Il paraît fort probable que les Iraniens répondent à l’attaque américaine, compte tenu de l’importance du général Soleimani dans l’appareil du régime. L’escalade les met cette fois-ci dos au mur. On peut s’attendre à une multitude de réactions possibles, les Iraniens pouvant agir via leurs alliés au Liban, en Irak ou au Yémen. Les troupes américaines dans la région, notamment en Irak, pourraient être les premières cibles de la réponse iranienne, alors que la pression politique menée par les milices chiites pro-iraniennes pour les pousser à quitter le pays devrait encore s’accentuer. La problématique est la suivante : quelle réponse pourrait paraître proportionnée du point de vue des Iraniens à la perte qu’ils viennent de subir ? Cette réponse peut-elle entraîner autre chose qu’une guerre ouverte sur plusieurs fronts entre les États-Unis et l’Iran ? Le régime iranien est-il prêt à franchir le Rubicon, ce qui pourrait le mener à sa perte ? L’attaque américaine d’hier pourrait avoir de terribles conséquences pour l’ensemble de la région. En particulier pour la République islamique, qui est ainsi confrontée au plus grand défi de son histoire : ne pas répondre serait une remise en question fondamentale de tout ce que le régime a construit pendant des décennies ; le faire de façon « proportionnée » risque d’entraîner une guerre directe contre les États-Unis, que les Iraniens n’ont, a priori, pas les moyens de gagner mais qui serait un désastre pour l’ensemble de la région.



Lire aussi

Soleimani, l’ombre iranienne qui planait sur le Moyen-Orient

"On se réveille dans un monde plus dangereux" : préoccupation internationale après l'élimination de Soleimani

Le retour du printemps arabe


Ce que l’on sait

Le général iranien, commandant de la force d’élite al-Qods, Kassem Soleimani a été tué dans la nuit de jeudi à vendredi dans le bombardement d'un convoi à l'aéroport...

commentaires (18)

Bof! Un soulaymani de moins ou de plus...on est tout autant dans la m.... Espérons que notre thawra nou ramène un pays où toutes ces histoires nous serons étrangères!!! Je ferme les yeux et rêve un bref instant!!!

Wlek Sanferlou

18 h 33, le 03 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Bof! Un soulaymani de moins ou de plus...on est tout autant dans la m.... Espérons que notre thawra nou ramène un pays où toutes ces histoires nous serons étrangères!!! Je ferme les yeux et rêve un bref instant!!!

    Wlek Sanferlou

    18 h 33, le 03 janvier 2020

  • Cette escalade entre l'Iran et les USA pourrait bien être notre planche de salut! Pour que le Hezbollah et ses combattants acceptent de se joindre à un un projet démocratique et non-confessionnel au Liban, il est indispensable que le financement iranien se tarisse. Rien de tel qu'une guerre (perdue) contre les USA pour mettre les iraniens en situation de détresse telle qu'ils ne pourront tout simplement plus se payer leur bras armé au Liban. Je rêve ensuite d'une armée libanaise renforcée par les combattants du hezb, cauchemar de nos cousins, au service d'un état fort et laïc, souverain sur son territoire et crédible dans la défense de ses intérêts pétroliers. Ainsi nous pourrons espérer préserver ces revenus qui serviront à relancerr l'économie après notre faillite de 2020... Un édifice un peu utopique, je l'admets mais pour avoir une chance d'y arriver, il faut oser en rêver...

    Antoine Eddé

    18 h 19, le 03 janvier 2020

  • MR NASRALLAH LA "RESISTANCE" LIBANAISE N'A PAS A SE MELER DE CET ASSASSINAT D'UN IRANIEN A BAGHDAD PAR DES AMERICAINS NOUS , LIBANAIS AVONS MARRE DE VOTRE POLITIQUE D'ENVOYER DES LIBANAIS MOURRIR POUR DEFENDRE DES CAUSES QUI NE NOUS CONCERNENT PAS EN SYRIE, EN IRAK OU AU YEMEN sI VOUS FAITES LA MOINDRE ACTION CONTRE LES ETATS UNIS OU LEURS ALLIES POUR FAIRE PLAISIR A VOS MAITRES, MAIS QUI POURRAIT ENTRAINER DES REPERCUSSIONS NEGATIVES SUR LE LIBAN, SACHEZ QUE LA REVOLUTION LIBANAISE SE RETOURNERA CONTRE VOUS IMMEDIATEMENT ALORS QU'ELLE NE S'EST PAS MELEE DE LA RESISTANCE A SE JOUR LIBAN D'ABORD , VOUS DEVAIS LE COMPRENDRE AUJOPURDH'UI

    LA VERITE

    13 h 59, le 03 janvier 2020

  • Lorsqu'on joue avec le feu on prend le risque de se faire brûler. Que font des milices iraniennes en Irak. Pays meurtie par plusieurs guerres dont celle contre les iraniens. Ils prétendent venir en aide au peuple irakien alors que des centaines de milliers réclament dans les rues leur départ afin de pouvoir reconstruire leur pays avec des dirigeants honnêtes. (ça nous rappellent quelque chose) et que les iraniens dépêchent des milices terroristes pour garder le chaos et la main mise sur ce pays leur ennemi d'hier en voulant imposer les dirigeants irakiens contre la volonté du peuple sous prétextes fallacieux juste pour un bras de fer avec les Américains et ça aussi ca nous parle. Si mettre à genoux les américains est leur projet, que les iraniens mènent leur guerre depuis l'Iran sans mêler les autres pays et qu'ils nous montrent de quoi ils sont capables au lieu de détruire d'autres pays et tuer leurs populations sous pretexte de résistance. Les mollahs n'ont jamais levé le,petit doigt pour aider les palestiniens et depuis qu'ils sont en rapport de force avec les Americains se sont proclamer défenseurs de leurs droits alors qu'ils ne sont que des pourfendeurs. Le,président Aoun doit être intraitable quant aux agissements de HN et de ce qu'il mijote pour le Liban. Nous voulons l'entendre le plus rapidement possible clarifier la situation en interdisant solennellement tout acte depuis notre territoire sous peine de dissoudre le parti HB purement et simplement.

    Sissi zayyat

    13 h 56, le 03 janvier 2020

  • UN PROVOCATEUR DE MOINS. EN IRAK IL Y A UN PRESIDENT. CHEZ NOUS IL Y A LE VIDE SIDERAL.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 22, le 03 janvier 2020

  • Lorsqu'on joue avec le feu on prend le risque de se faire brûler. Que font des milices iraniennes en Irak. Pays meurtie par plusieurs guerres dont celle contre les iraniens. Ils prétendent venir en aide au peuple irakien alors que des centaines de milliers réclament dans les rues leur départ afin de pouvoir reconstruire leur pays avec des dirigeants honnêtes. (ça nous rappellent quelque chose) et que les iraniens dépêchent des milices terroristes pour garder le chaos et la main mise sur ce pays leur ennemi d'hier en voulant imposer les dirigeants irakiens contre la volonté du peuple sous prétextes fallacieux juste pour un bras de fer avec les Américains et ça aussi ca nous parle. Si mettre à genoux les américains est leur projet, que les iraniens mènent leur guerre depuis l'Iran sans mêler les autres pays et qu'ils nous montrent de quoi ils sont capables au lieu de détruire d'autres pays et tuer leurs populations sous pretexte de résistance. Les mollahs n'ont jamais levé le,petit doigt pour aider les palestiniens et depuis qu'ils sont en rapport de force avec les Americains se sont proclamer défenseurs de leurs droits alors qu'ils ne sont que des pourfendeurs. Le,président Aoun doit être intraitable quant aux agissements de HN et de ce qu'il mijote pour le Liban. Nous voulons l'entendre le plus rapidement possible clarifier la situation en interdisant solennellement tout acte depuis notre territoire sous peine de dissoudre le parti HB purement et simplement.

    Sissi zayyat

    12 h 45, le 03 janvier 2020

  • Les americains se sont retires d Irak en 2011,il n y a plus que 5000 soldats US sur le sol irakien afin de proteger leur ambassade a la difference des 1 000 000 de miliciens iraniens qui tirent sur les jeunes manifestants irakiens .

    HABIBI FRANCAIS

    12 h 43, le 03 janvier 2020

  • Que font les américains en Irak ? Comme Trump-pete est en campagne électorale et qu'il doive montrer patte blanche à ses employeurs pour se faire réélire en 2020 , et étant donné que KHAMENEI a parlé de sévère vengeance ce qui veut dire qu'une fatwa est lancée, il ne nous restera plus qu'à commencer à compter les morts américains aussi bien que moyen orientaux. Parler, dorénavant ne servira plus à rien .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 49, le 03 janvier 2020

  • Nous avons la patience nécessaire pour surmonter toutes les épreuves. Félicitations au martyr Sulaymani, présent en 2006 avec la Résistance Libanaise, risquant sa vie sous les bombes aux côtés des Résistants Libanais. La Résistance ne repose ni sur un ou plusieurs hommes.

    Chady

    11 h 13, le 03 janvier 2020

  • Welcome to HELL. BON DEBARRAS!

    Jean Michael

    11 h 09, le 03 janvier 2020

  • Bah, il a des fleuves de sang sur les mains....

    Je partage mon avis

    10 h 42, le 03 janvier 2020

  • Il a de la chance il est mort en chahid...il va donc directement au paradis accompagne de son bras droit rejoindre les autres qu'il a assasine...

    Houri Ziad

    10 h 28, le 03 janvier 2020

  • Au fait, que faisait-il en Irak ? Lui-même et ses divers associés, combien de morts avaient-ils sur la conscience,...(mais en ont-ils une ???) en Irak, au Yémen etc. ? Et combien vont suivre dans notre région, de par la faute de ces usurpateurs iraniens qui déclarent la guerre partout sous prétexte "d'axe de la résistance" et d'éliminer Israël ? Jusqu'à quand devrons-nous subir les conséquences de ces va t'en guerre, les USA et l'Iran, dirigés par des inconscients stupides et criminels ? Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 24, le 03 janvier 2020

  • Les israéliens éliminent leurs opposants sans dire que ce sont eux les responsables de ces crimes. Donald Trump, restant imbu de lui-même, ne sait rester coït, il doit fanfaronner pour rester sur le devant de la scène ! La suite va être, malheureusement, sanglante et non productive.

    TrucMuche

    10 h 19, le 03 janvier 2020

  • Ce n'est pas une "déclaration de guerre", mais un "acte de guerre ". Celle-ci est déjà en cours depuis longtemps.

    Yves Prevost

    10 h 06, le 03 janvier 2020

  • Bonne année, quoi...

    Gros Gnon

    09 h 41, le 03 janvier 2020

  • COUP DE MAITRE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 28, le 03 janvier 2020

  • La suprematie des USA est eclatante....les victoires remportees en Syrie par l Iran et la Russie, n ont ete possibles que par l ABSENCE des americains sur le terrain....attention ,l oncle Sam semble sortir de sa torpeur !

    HABIBI FRANCAIS

    09 h 21, le 03 janvier 2020