X

À La Une

Dans la banlieue sud de Beyrouth, les chiites commémorent Achoura sous le signe du défi à Israël

Liban

"Pendant des années, nos familles et nos enfants ont dormi dans des bunkers à cause des Israéliens. Maintenant, c'est à leur tour de dormir dans des bunkers".

OLJ/AFP/Hachem OSSEIRAN
11/09/2019

"Nous avons montré à Israël que notre peuple n'est pas faible", scandaient mardi des milliers de fidèles chiites tout de noir vêtus. Dans un bastion du Hezbollah à Beyrouth, les commémorations d'Achoura ont pris des allures de défi face à Israël.

Cette année, la commémoration religieuse chiite au Liban se tenait dans le sillage d'une escalade de tensions entre le parti chiite et le voisin israélien, deux ennemis qui se sont déjà affrontés en 2006 lors d'une guerre meurtrière.

"Pendant des années, nos familles et nos enfants ont dormi dans des bunkers à cause des Israéliens. Maintenant, c'est à leur tour de dormir dans des bunkers", martèle Mohamed Ali, bandana noir serré sur le front. "L'ère de la défaite est terminée", assène cet homme de 49 ans, saluant l'attaque de missiles du Hezbollah qui a déclenché, le 1er septembre, des échanges de tirs limités à la frontière, sans faire de victimes.

Mardi, dès l'aube, des milliers de fidèles s'étaient rassemblés dans la banlieue sud de Beyrouth, brandissant de grands drapeaux, noirs en signe de deuil, ou jaunes aux couleurs du Hezbollah. Certains étaient absorbés dans le silence de leur prière, d'autres effondrés et en pleurs en écoutant les hauts-parleurs qui répétaient inlassablement le récit de la mort de l'imam Hussein. Petit-fils du prophète Mahomet, Hussein a été tué en 680 par les troupes du calife omeyyade Yazid dans le désert de Kerbala (Irak), un événement fondateur des grandes rivalités sunnite-chiite.

Point d'orgue de la journée: un discours diffusé sur écran géant du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, promettant une "riposte adéquate" à toute attaque d'Israël et dénonçant les sanctions américaines contre son mouvement et l'allié iranien. Le leader chiite a toutefois précisé que le Hezbollah voulait respecter la cessation des hostilités avec Israël, telle qu'établie par l'ONU après le conflit de l'été 2006.



(Lire aussi : En cas d'attaque israélienne il n'y aura "aucune ligne rouge", martèle Nasrallah)



"Pouvoir de la résistance"
Pour monter la garde, les hommes armés du Hezbollah se sont déployés le long des rues, mais aussi sur le toit des immeubles.

"Les masses (rassemblées) montrent à Israël la grandeur de Hussein et le grand pouvoir de la 'résistance'", se réjouit Fawzi Fawaz, 66 ans, une bannière jaune autour du cou.

Lundi, le Hezbollah avait annoncé avoir abattu un drone israélien à la frontière, une semaine après ses tirs de missiles antichars sur le nord d'Israël. L'armée israélienne avait ce jour-là riposté en bombardant le sud du Liban, provoquant des incendies limités dans des secteurs boisés.

Ces accrochages succédaient à une frappe d'Israël en Syrie ayant tué le 24 août deux combattants de l'organisation chiite armée, qui intervient militairement au côté du régime de Damas. Quelques heures plus tard, deux drones chargés d'explosifs avaient attaqué la banlieue sud de Beyrouth. Le Hezbollah et l'armée libanaise ont accusé Israël, qui n'a jamais commenté.

"L'attaque israélienne sur la banlieue sud s'est déroulée près d'ici", lâche Lokmane Hakim, 22 ans, en marge de la procession. "Il y a 1.500 ans, l'imam Hussein s'est élevé contre l'injustice et la persécution", confie-t-il avec ferveur. "Toute force qui lutte contre Israël aujourd'hui s'inspire de cette position" de l'imam Hussein.

Un peu plus loin, les pères de "martyrs" se tenaient debout côte-à-côte, brandissant des drapeaux jaunes ou des portraits de leurs fils, tombés au combat en Syrie ou dans le sud du Liban.


Photo AFP


Vieillard à la silhouette frêle, Yasseen Hamad dit avoir perdu deux fils - le premier en 2005 lors d'une opération contre Israël, le second en 2014 en Syrie. "J'ai encore cinq fils, et ils sont tous sur la même voie", lâche-t-il d'un ton résolu.



Lire aussi

"Il y aura une riposte à l'attaque des drones contre la banlieue sud", prévient un responsable du Hezbollah

Schenker reçu par Aoun et Berry qui soulignent l'attachement du Liban à la résolution 1701

La seconde riposte du Hezbollah, pour rétablir « l’équilibre de la dissuasion », le décryptage de Scarlett Haddad

« Nous sommes entrés dans une nouvelle étape » de la confrontation entre Israël et le Hezbollah

Au Liban-Sud, le rôle d’équilibriste de l’armée

Aoun prône la "légitime défense" face à toute agression israélienne contre le Liban

Le Hezbollah réaffirme son droit à la "riposte dissuasive" en cas d'attaque israélienne



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

"Pendant des années, nos familles et nos enfants ont dormi dans des bunkers à cause des Israéliens. Maintenant, c'est à leur tour de dormir dans des bunkers",

Puis je rappeler a cet orateur que nous Libanais avons du dormir dans ces bunkers pendant des annees de 1975 a 1982 a cause des Palestiniens qui voulaient prendre le Liban puis quand le general Aoun bombardait Achrafieh et Jounieh , puis quand les syriens ont envahi le pays etc...et enfin quand HB a pris de force le controle des regions Ouest vers la fin du mandat de Amine Gemayel

A chaque fois c'est a cause de l'etranger ou de Libanais qui menacaient plus fort qu'eux que les catastrophes sont arrives au Liban

HB menace bien plus fort que lui , le resultat sera le meme en cas de guerre
.
En ce moment il y a des elections en Israel mais des qu'elles finiront vous pouvez etre sur que Israel ne restera pas passive , continuera a faire ce qu'elle voudra au Liban et rien ne l'empechera

A BON ENTENDEUR SALUT

Jean abou Fayez

Pourquoi "martyrs" est entre guillemets ?

BOSS QUI BOSSE

Quand il pleut des drones sur l'usurpation , on dit que le temps est mossad.

Ce pays est dans la merde, il ne sait pas avec qui il s'est frotté.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants