X

À La Une

Israël frappe des cibles en Syrie pour empêcher une attaque de drones iraniens

Tensions

Deux combattants du Hezbollah tués dans les frappes. 

OLJ/AFP
25/08/2019

La défense antiaérienne syrienne est entrée en action dans la nuit de samedi à dimanche pour contrer des "missiles israéliens" visant les environs de Damas, a indiqué une source militaire citée par l'agence officielle Sana. Elle a assuré que la plupart avaient été abattus avant d'atteindre leurs cibles.

De son côté, l'armée israélienne a annoncé avoir frappé pour empêcher "une tentative iranienne de la force al-Qods (l'unité d'élite des Gardiens de la Révolution, NDLR) de mener une attaque depuis la Syrie contre des cibles dans le nord d'Israël avec des drones tueurs". "La menace était significative", a déclaré aux journalistes un porte-parole de l'armée israélienne, Jonathan Conricus, tenant l'Iran et Damas responsables de cette attaque. Il a également noté que, si les forces iraniennes avaient lancé des roquettes et des missiles contre Israël à trois reprises en 2018, l'utilisation de drones "kamikazes" était une tactique nouvelle. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué une "action opérationnelle majeure". "L'Iran n'a aucune immunité", a-t-il poursuivi. "Nos forces opèrent dans tout secteur contre l'agression iranienne".

Le raid israélien a eu lieu à Aqraba, au sud-est de Damas, selon le porte-parole militaire israélien, et a visé "plusieurs cibles terroristes et installations militaires appartenant à la force al-Qods ainsi qu'à des milices chiites".

Deux combattants du Hezbollah et un Iranien ont été tués dans les frappes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays. Une information confirmée plus tard par le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah.  "Il n'y avait que des jeunes libanais du Hezbollah à l'endroit qui a été bombardé" près de Damas, a-t-il dit, réfutant les déclarations israéliennes selon lesquelles la cible était la force iranienne al-Qods.

Cité par l'agence iranienne Ilna, un haut responsable iranien a lui aussi démenti que des positions de la Force Qods aient été touchées. "Ce n'est pas vrai", a déclaré Mohsen Rezaie, ancien haut responsable de la force Qods aujourd'hui secrétaire du Conseil de discernement, un organe de contrôle du système politique iranien.



(Lire aussi : Israël met en garde Damas contre la présence des milices pro-iraniennes)



Drones dans la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah

Quelques heures après les frappes israéliennes en Syrie, un drone est tombé dimanche peu avant l'aube et un autre a explosé dans la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah. L'incident est intervenu quelques heures après les frappes israéliennes en Syrie voisine.

Israël a mené des centaines de frappes en Syrie depuis le début de la guerre dans ce pays en 2011, la plupart visant des cibles iraniennes ou du Hezbollah selon l'Etat hébreu, mais il est rare qu'il communique sur ses interventions aussi rapidement.

Le Hezbollah soutient le président syrien Bachar el-Assad, lui-même soutenu par Téhéran. Israël veut éviter que l'Iran ne s'installe militairement en Syrie de manière durable.

Il y a dix jours, la Syrie avait identifié et détruit un missile ayant survolé le Liban-Nord avant que le projectile n'atteigne son objectif dans la ville de Masyaf, située à proximité de Hama, dans la nuit de jeudi à vendredi, selon une source militaire syrienne citée par l'agence Reuters. Le 1er août, l'agence officielle syrienne Sana avait annoncé qu'un "missile israélien" avait frappé le sud de la Syrie sans faire de victimes.

Par ailleurs, des responsables américains et un haut responsable du renseignement au Moyen-Orient ont confirmé vendredi au New York Times qu'Israël avait mené plusieurs frappes en Irak au cours des derniers mois, notamment contre des bases du Hachd el-Chaabi, une alliance constituée essentiellement de groupes armés favorables à l'Iran et opposés à la présence américaine en Irak.


Lire aussi

L’Irak, nouveau terrain de chasse d’Israël contre l’Iran

Israël, "seul pays à tuer des Iraniens", déclare un ministre israélien

Les avions de combat israéliens peuvent atteindre l'Iran, prévient Netanyahu

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ici et ailleurs

Le titre laisse croire qu'il est établi qu'Israël "frappe .........pour empêcher..." ce qui est invérifiable par l'OLJ.

Il aurait fallu écrire "Israël prétend frapper...."

Wlek Sanferlou

Sacré poltrons sionistes! S'ils n'étaient pas des couards ils auraient bombarder lafghanistan ou même la Chine vers lest ou l'Espagne à l'ouest...
Ouf, merci au bon dieu pour leur avoir donner des chicken hearts et ils n'osent pas bombarder que quelques centaines de fois la syrie ou peut être un peu l'Irak ...

libanais étranger au liban

Beau ciel étoilé sur la photo.

Le reste m'interesse moins. Ca reste entre iraniens et israéliens...

Laissons les en famille se teper dessus.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

A EN JUGER IL SEMBLE QUE LES DRONES TOMBES SUR LA DAHYE SONT DES DRONES IRANIENS QUI AVAIENT POUR CIBLE ISRAEL ET QUI ONT ETE DEVIES DE LEUR TRAJECTOIRE.

ON DIT QUOI ?

4 grandes explosions largement ripostées par 8 batteries de missiles antimissiles SYRIENS qui en dépit de ses opérations sur le front d'Idlib se trouve au faîte de ses capacités de défense antiaérienne.

Parallèlement à la médiatisation à outrance de cette frappe au missiles qui n'a avancé en rien Israël dans sa politique totalement défaite en Syrie les usurpateurs ont annoncé avoir déclenché l'état d'alerte dans le nord d'Israël "par crainte d'une riposte iranienne ou celle du Hezbollah".

Sans évoquer l'interception des missiles par la puissante DCA syrienne, le porte-parole usurpateur a apparu sur la toile pour prétendre que "les missiles visaient à contrer les drones de combat iraniens lancés en direction d'Israël'!

Chose encore inhabituelle, l'armée de l'air sioniste a publié dans la foulée un communiqué où elle prétend "avoir attaqué plusieurs cibles "terroristes" dans le village d'Aqraba au sud de Damas dont des forces iraniennes ayant eu l'intention de lancer des drones de combat contre Israël".

Cette allégation étrange a précédé de quelques heures une sortie de nathantruc qui tout en confirmant l'attaque a lancé : " Au terme d'une grande opération nous avons empêchés l''Iran et ses proxies d'attaquer Israël.Je répète que l'Iran ne sera nulle part en sécurité et que nos forces le combattrons partout dans le monde.

A qui veut croire un menteur en campagne électorale.

Wlek Sanferlou

"faisant tomber la plupart d'entre eux" dans le sud du pays," ... ça veut dire que le sud du pays est peu important et disponible quand même pour recevoir les missionaires, pardon, les missilez du voisin hebreux...
Bon on demenage tous vers la turquie dirait l'autre

HABIBI FRANCAIS

Pour le olis grand bien du monde arabe,est plus que souhaitable un conflit entre Iran et Israel,les deux grandes plaies au moyen orient.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants