Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

"Il y aura une riposte à l'attaque des drones contre la banlieue sud", prévient un responsable du Hezbollah

"L'ennemi israélien a voulu changer les règles du jeu (...) en ciblant nos frères en Syrie et en envoyant deux drones contre la banlieue sud de Beyrouth", affirme le ministre d'Etat pour les Affaires du Parlement, Mahmoud Comati.

Le ministre d'Etat pour les Affaires du Parlement, Mahmoud Comati, membre du Hezbollah. Photo ANI

Le ministre d'Etat pour les Affaires du Parlement, Mahmoud Comati, membre du Hezbollah, a prévenu que le parti chiite allait riposter aux attaques de drones attribuées à Israël contre la banlieue sud de Beyrouth le 25 août dernier, alors que sa formation a déjà riposté le 1er septembre aux frappes israéliennes en Syrie qui ont tué deux de ses cadres le 24 août.

"L'ennemi israélien a voulu changer les règles du jeu (...) en ciblant nos frères en Syrie et en envoyant deux drones contre la banlieue sud de Beyrouth. Mais il y a eu une riposte contre le bombardement d'un poste du Hezbollah en Syrie, et il y aura une riposte contre l'opération de drones contre la banlieue sud, afin que l'équilibre de la dissuasion qui protège la nation ne soit pas modifié. Car plus la Résistance est vigilante, plus la guerre s'éloigne", a affirmé M. Comati, lors d'une réunion partisane dans le cadre des commémorations de Achoura dans le village de Arabsalim. 

Les commémorations de la Achoura marquent la mort du troisième imam des musulmans chiites, l'imam Hussein, tué en "martyr" en 680 lors de la bataille de Kerbala contre le calife Omeyyade Yazid.


(Lire aussi : Au Liban-Sud, le rôle d’équilibriste de l’armée)



"Le rempart de ce pays"

La dernière confrontation entre le Hezbollah et Israël était allée crescendo. Elle avait commencé par un bombardement de l'armée israélienne en Syrie qui a tué deux combattants du Hezbollah le 24 août, avant de se poursuivre par des accusations d'attaques de drones israéliens, le lendemain, contre la banlieue sud de Beyrouth - fief du Hezbollah -, qualifiées de "déclaration de guerre" par le président de la République, Michel Aoun. Le 1er septembre, le Hezbollah avait tiré des missiles antichars sur le nord d'Israël, qui a répliqué par des frappes dans le sud du Liban, provoquant des incendies. Les tirs du Hezbollah étaient une riposte au bombardement israélien en Syrie, ce qui fait que le doute persiste autour d'une autre riposte du parti chiite à l'attaque des drones. Mais depuis l'accès de tension du 1er septembre, la tension était quelque peu retombée.

"Nous ne permettrons pas au vaincu de nous imposer ses règles qui sont dans l'intérêt de l'ennemi israélien. Nous ne permettrons pas que les règles d'engagement soient modifiées dans l'intérêt de l'ennemi israélien", a insisté M. Comati. "La Résistance (le Hezbollah, ndlr) est le rempart de ce pays. La Résistance est l'équation dure sur les plans local, régional et international. Elle est prête et se porte bien. Elle est forte pour défendre la nation aux côtés de l'armée et du peuple", a conclu le ministre.


(Lire aussi : Aoun prône la "légitime défense" face à toute agression israélienne contre le Liban)


"Plus de lignes rouges"

Vendredi, le président Michel Aoun a prôné la "légitime défense" du Liban face à toute agression israélienne contre le pays du Cèdre. Il a également estimé que la dernière attaque de drones israéliens contre la banlieue sud de Beyrouth constitue "un écart majeur des règles d'engagement fixées par la résolution 1701 (du Conseil de sécurité de l'ONU) que le Liban respecte depuis 2006".

La veille, le Premier ministre Saad Hariri avait réaffirmé l'engagement du Liban à appliquer la résolution 1701, trois jours après que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, eut affirmé que sa formation avait "brisé les lignes rouges" dans sa confrontation avec Israël, menaçant de frapper "en profondeur" le territoire d'Israël en cas d'attaque.

Même son de cloche de la part du ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammad Fneich, lui aussi membre du Hezbollah, qui a affirmé aujourd'hui qu'"il n'y a désormais plus de lignes rouges ou quoi que ce soit d'autre". Le ministre se prononçait également dans le cadre des commémorations de Achoura à Bin Jbeil, au Liban-Sud. "Nous ne pouvons plus accepter l'équation selon laquelle notre force réside dans notre faiblesse. Cette affirmation a été rendue caduque depuis les exploits de la Résistance", a-t-il affirmé.

Pour sa part, le cheikh Ali Daamouche, vice-président du Conseil exécutif du Hezbollah, a affirmé qu'Israël, "à travers ses récentes agressions contre la Syrie et la banlieue sud de Beyrouth, a voulu briser l'équation qui prévaut et les règles d'engagement militaire afin d'en instaurer de nouvelles". 

Jeudi, le bloc parlementaire du Hezbollah avait promis une "riposte dissuasive" en cas de nouvelle attaque israélienne.


Lire aussi

Le Hezbollah réaffirme son droit à la "riposte dissuasive" en cas d'attaque israélienne

La situation au Liban-Sud reste inquiétante, selon un diplomate occidental

Tensions entre le Hezbollah et Israël : Washington bloque une déclaration du Conseil de sécurité

Le ministre d'Etat pour les Affaires du Parlement, Mahmoud Comati, membre du Hezbollah, a prévenu que le parti chiite allait riposter aux attaques de drones attribuées à Israël contre la banlieue sud de Beyrouth le 25 août dernier, alors que sa formation a déjà riposté le 1er septembre aux frappes israéliennes en Syrie qui ont tué deux de ses cadres le 24 août."L'ennemi israélien a...
commentaires (16)

L'absence totale de discipline gouvernementale est affligeante: chaque ministre s'exprime quand il veut, comme il veut, ici M. Comati, là M. Bou-Faour ou encore (et toujours) M. Bassil. À croire qu'ils sont chacun le porte-parole d'un parti politique et pas des membres du gouvernement. Je pense que le PR et le PM doivent y mettre le holà. C'est insupportable!

Marionet

23 h 26, le 08 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (16)

  • L'absence totale de discipline gouvernementale est affligeante: chaque ministre s'exprime quand il veut, comme il veut, ici M. Comati, là M. Bou-Faour ou encore (et toujours) M. Bassil. À croire qu'ils sont chacun le porte-parole d'un parti politique et pas des membres du gouvernement. Je pense que le PR et le PM doivent y mettre le holà. C'est insupportable!

    Marionet

    23 h 26, le 08 septembre 2019

  • PERSONNE N' A REPONDU A LA QUESTION CRUCIALE QUE SONT VENU DETRUIRE CES DRONES? SI C'EST UN CHEF DE HB QU'ON NOUS DISE QUI PUISQUE ISRAEL CONNAIT SES MOUVEMENTS PLUS QUE NOUS SI C'EST POUR ELIMINER LES EQUIPEMENTS QUI PERMETTENT DE MIEUX TELEGUIDES LES MISSILES IL FAUT NOUS LE DIRE AUSSI CAR L'ELIMINATION DE CET EQUIPEMENT REMET A UNE OU DEUX ANNEES UNE GUERRE CONTRE ISRAEL DONC NOUS DONNE UN PEU DE REPIT A MOINS QUE HB RECOMMENCE A VOULOIR FAIRE CECI A PARTIR DU LIBAN ET A CE MOMENT ISRAEL RECOMMENCERA SES FRAPPES SUR CET EQUIPEMENT HORS DU LIBAN OU AU LIBAN MEME CAR A SES YEUX DES MILLEIRS DE MISSILES TELEGUIDES FERONT TELLEMENT DE DEGAT SUR LE SCIVILS ET LES MILITAIRES QU'ISRAEL VOIT DANS CE DANGER TRES PROCHE DE SA FRONTIERE LE MEME RISQUE QU'UNE BOMBE ATOMIQUE EN IRAN ( LE DELAI DE REPLIQUE CONTRE LES MISSILES VENANT D'IRAN ETANT BEAUCOUP PLUS LONG QUE CEUX VENANT DU LIBAN ) MESSIEURS DE HB ET DU GOUVERNEMENT ISRAEL A ATTAQUE CAR CE QUE PREPARE HB EST CRUCIAL A SA SECURITE ET CONTINUERA A LE FAIRE POUR EMPECHER HB D'OBTENIR CELA. CESSEZ CE JEU ET ISRAEL N'AURA AUCUNE RAISON DE FAIRE UNE GUERRE AU LIBAN DONC VOS ARMES NE SERVIRONT A RIEN SI CE N'EST A ENTRAINER UN JOUR UNE DEVASTATION ENORME DANS TOUTE LA REGION POUR LES BEAUX YEUX DE L'IRAN

    LA VERITE

    03 h 00, le 08 septembre 2019

  • Regardez moi ces illuminés qui pensent tout de suite à une riposte militaire. Cela-dit, quoique le Hezb fasse, il s’agit d’une réponse à un acte d’agression commis par un pays hostile. On est le seul pays au monde où ca fait polémiquer autant. Quant à votre soit disant Etat auquel j’aspire aussi, qu’il nous assure déjà de l’électricité w ma haddan 2ado. J’aimerais tellement voir ces mêmes réactions quand l’ennemi israelien nous menace. Non, au contraire, y en a même qui viennent chercher remettre en question ce que les israéliens eux-memes ne réfutent pas, à savoir l’attaque de drones.

    Chady

    22 h 11, le 07 septembre 2019

  • Il parle au nom de qui au juste et il s'adresse à qui au juste? Car cela fait toute la difference en matière d'impact de "communiquant".

    Christine KHALIL

    20 h 13, le 07 septembre 2019

  • Si il n'y avait pas le Hezbollah le Liban aurait été le paradis mais les Ayattollahs ne veulent pas de paradis ils ont décidé de détruire le Liban comme leur pays est détruit économiquement

    Eleni Caridopoulou

    18 h 12, le 07 septembre 2019

  • CETTE DECLARATION FAITE PAR UN MINISTRE MEMBRE DU GOUVERNEMENT ENGAGE LA RESPONSABILITE DE L,ETAT MEME ET DONNERA UNE RAISON A ISRAEL DE NE PAS LIMITER SA REPONSE UNIQUEMENT AU HEZBOLLAH MAIS A TOUT LE LIBAN.

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 33, le 07 septembre 2019

  • Comparaison n'est pas raison, mais alors en l'occurence, surtout pas raison at all.

    FRIK-A-FRAK

    17 h 25, le 07 septembre 2019

  • Mais quel imbecile! Cést un membre du gouvernement qui parle n'est ce pas? Donc, si il y a riposte (et bien sur il y aura), c'est le Liban tout entier qui souffrira et non ps le Hezb tout seul.... Mais....

    IMB a SPO

    16 h 44, le 07 septembre 2019

  • "...la Résistance est l'équation dure sur le plan local, régional et international..." Rien que ça !!! Décidément, le virus gonflant de la vantardise continue de contaminer pas mal de nos grenouilles nationales...même celles qui barbotent dans la mare gouvernementale ! Si un jour cette mare sera asséchée, elles auront la possibilité de bondir en grandes enjambées vers le paradis guidé suprêmement par leur BIG BOSS infaillible... Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 38, le 07 septembre 2019

  • On peut comparer la situation du Liban à celle du Brésil. L'imbécile de Bolsosonaro, encourage les incendies en Amazonie pour soit-disant sauver l'économie de son pays. Quelques uns de ses semblables compatriotes le suivent et brûlent la forêt. L'enjeu les dépassent alors Bolsonaro envoie l'armée en renfort mais un peu tard pour prêter mains fortes et éteindre le feu... La suite on la connaît, le monde suffoque des voix s'élèvent pour lui faire entendre raison et Bolsonaro ne pense qu'à sa petite personne. Il vaut mieux que le monde entier parle de lui, même si c'est pour l'affubler de tous les noms d'oiseaux. Il est sûr qu'il est dans son droit absolu de faire ce qu'il veut et d'accuser les voix qui s'élèvent contre lui d'ingérence et de cretins. Seul son combat vaille. Un philosophe a dit: la raison doit toujours contourner la passion. Ne pas déléter, Ne pas abandonner, ne pas se résigner. Continuer à vivre en risquant la mort pour la bonne cause. Un message à tous les libanais qui croient encore à une issue qui sauvera le Liban mis entre les mains de brutes qui n'en cure de ses citoyens. Une impasse dans les négociations USA-Iran, et les voilà partis faire un tour se montrant menaçant proférant des balivernes comme si le sort de notre pays leur revenait de droit. Les députés beuglant sans aucune retenue aussitôt les consignes données occultant l'avis des libanais qui refusent de jouer leur jeu. Que vive la démocratie.

    Sissi zayyat

    15 h 59, le 07 septembre 2019

  • Pour le moment nous (le peuple, donc celui que vous êtes censés servir) attend toujours la PREUVE que ces jouets made in China ont bien été envoyés par Israel. Et tachez d’être convaincants car pour l’instant tout porte à contredire ce fait. Sauf vos déclarations bien sûr. Mais pourquoi vous ferions-nous confiance? Allez, montrez-les nous ces preuves. Allez! Yalla quoi. Plize!

    Gros Gnon

    15 h 51, le 07 septembre 2019

  • Au Liban l'équation est tres simple: Il y a le Hezbollah d'un côté, et les Libanais de l'autre ...

    Remy Martin

    15 h 43, le 07 septembre 2019

  • Lorsqu'un citoyen devient un député, il devient le député de toute la Nation. Lorsqu'un député ou un citoyen de la société civile devient un ministre, il devient un ministre d'un gouvernement de toute la Nation. Suite à cela, il ne représente plus ni son parti politique ni sa communauté, il représente toute la Nation. La Nation est gouvernée par le chef de l'Etat, le chef du Gouvernement et le chef du Parlement exclusivement. Dont acte.

    Un Libanais

    15 h 02, le 07 septembre 2019

  • Si vous voulez la paix, préparez la guerre !

    Chucri Abboud

    14 h 56, le 07 septembre 2019

  • Les vrais patriotes libanais attendent avec impatience cette riposte , pour voir le pays belliqueux agressif et usurpateur avaler son chapeau devant la frappe de la résistance du hezb libanais. Coup sur coup , le tanker IRANIEN est rentré en Syrie , les CENTRIFUGEUSES IRANIENNES sont entrées en action pour la formation d'une bombe A. en un temps record, et du côté des comploteurs occidentaux alliés des wahabites MANIPULÉS par israel c'est bouche cousue . Nous disons merci au clown américain trump-pète et lui souhaitons de réussir à passer en 2020, aucun autre clown yanky ne pourra mieux aider les résistants à PROGRESSER rapidement dans leurs orientations définitives. Un conseil pendant qu'il est encore temps AUX COMPLOTEURS OCCIDENTAUX , ALLEZ SUPPLIER L'IRAN DE VOUS PARDONNER VOS CALCULS FOIREUX .

    FRIK-A-FRAK

    14 h 54, le 07 septembre 2019

  • C'est très bien comme ça ils vont entraîner le Liban exsangue dans une nouvelle destruction, merci de décider à notre place merci de nous entraîner dans des girons dont nous ne voulons pas ... merci nous avons besoin d'un nouveau désastre économique ...

    Zeidan

    14 h 43, le 07 septembre 2019

Retour en haut