Rechercher
Rechercher

À La Une - Diplomatie

Tensions entre le Hezbollah et Israël : Washington bloque une déclaration du Conseil de sécurité

Pour les États-Unis, le projet de déclaration rédigé par la France condamnant "toutes les violations de la Ligne bleue" mettait les deux belligérants sur un pied d'égalité.

Le Conseil de sécurité de l'ONU, dont le siège est à New York. Photo d'illustration AFP/UN/Manuel Elias

Les États-Unis ont bloqué une déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU sur les tensions entre le Hezbollah et Israël, rejetant toute mise en cause de ce pays et provoquant un abandon du texte, a-t-on appris jeudi de sources diplomatiques.

Dans sa première version, négociée depuis le début de la semaine et obtenue par l'AFP, le texte en six points exprimait "la profonde préoccupation" du Conseil face aux violations de la Ligne bleue qui sépare le Liban d'Israël. "Les membres du Conseil de sécurité condamnent toutes les violations de la Ligne bleue, à la fois par les airs et au sol, et appellent fermement toutes les parties à respecter la cessation des hostilités", indiquait aussi le projet de déclaration rédigé par la France.

Selon des diplomates, les États-Unis ont à deux reprises rompu des procédures de silence qui visaient à une adoption du texte et à sa publication. Washington a d'abord réclamé que le Hezbollah soit nommément condamné dans le texte, avant de réclamer le gommage de toute mise en cause d'Israël, même implicitement. Pour Washington, il n'était pas possible de mettre sur un pied d'égalité Israël et son droit à l'autodéfense et le Hezbollah, considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis, a expliqué un diplomate.

Pour plusieurs autres membres du Conseil de sécurité cependant, il n'était pas possible d'avoir un tel déséquilibre dans le texte qui, au final, a été abandonné, selon les mêmes sources. Toute déclaration du Conseil de sécurité doit être approuvée à l'unanimité de ses 15 membres.

La semaine dernière, la confrontation entre le Hezbollah et Israël était allée crescendo. Elle avait commencé par un bombardement de l'armée israélienne en Syrie qui a tué deux combattants du Hezbollah, avant de se poursuivre par des accusations d'attaques de drones israéliens contre la banlieue sud de Beyrouth - fief du Hezbollah -, qualifiées de "déclaration de guerre" par le président libanais Michel Aoun. Dimanche, le Hezbollah avait tiré des missiles antichars sur le nord d'Israël, qui a répliqué avec des frappes dans le sud du Liban, provoquant des incendies.

Cette semaine, la tension est quelque peu retombée. La Finul, force de maintien de la paix de l'ONU dans le sud du Liban, a annoncé mercredi être "étroitement engagée" avec les armées libanaise et israélienne pour "contenir les tensions" à la frontière.



Lire aussi

Le Hezbollah réaffirme son droit à la "riposte dissuasive" en cas d'attaque israélienne

En Conseil des ministres, Hariri réaffirme l'engagement du Liban en faveur de la 1701

Mais faites donc, général Gantz !, Impression de Fifi ABOU DIB

Une riposte à messages multiples, le décryptage de Scarlett HADDAD

Propos musclés de la Finul : La 1701 toujours en vigueur

Courts de navigation, l'éditorial de Issa GORAIEB

Hariri : Le Hezbollah n'est pas un problème libanais, mais un problème régional

Selon l'armée israélienne, le Hezbollah aurait une usine de missiles de précision dans la Békaa


Les États-Unis ont bloqué une déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU sur les tensions entre le Hezbollah et Israël, rejetant toute mise en cause de ce pays et provoquant un abandon du texte, a-t-on appris jeudi de sources diplomatiques.Dans sa première version, négociée depuis le début de la semaine et obtenue par l'AFP, le texte en six points exprimait "la profonde...
commentaires (4)

En effet , pour une fois je suis d'accord avec les amerloques , on ne peut pas les mettre sur un même pied d'égalité. L'entité usurpatrice occupe une terre qui ne lui appartient pas et le hezb libanais de la résistance veut l'empêcher de répéter ce vol et viol , sur une terre qui appartient à ses propres habitants . Bravo les amerloques .

FRIK-A-FRAK

17 h 08, le 06 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • En effet , pour une fois je suis d'accord avec les amerloques , on ne peut pas les mettre sur un même pied d'égalité. L'entité usurpatrice occupe une terre qui ne lui appartient pas et le hezb libanais de la résistance veut l'empêcher de répéter ce vol et viol , sur une terre qui appartient à ses propres habitants . Bravo les amerloques .

    FRIK-A-FRAK

    17 h 08, le 06 septembre 2019

  • La mauvaise foi, toujours...

    NAUFAL SORAYA

    22 h 11, le 05 septembre 2019

  • Paradigme, Paradigme! dans l'un le bon et le méchant et dans l'autre le méchant et le bon. Et l'ONU, ce machin, comme disait le général De Gaulle, restera un machin. Amen, Amen.

    PPZZ58

    21 h 39, le 05 septembre 2019

  • AU CONSEIL DE SECURITE LA CONDAMNATION D,ISRAEL EST IMPOSSIBLE EN RAISON DU VETO AMERICAIN.

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    21 h 38, le 05 septembre 2019

Retour en haut