Rechercher
Rechercher

Liban - Décryptage

Une riposte à messages multiples

Pendant huit longs jours, les Libanais ont retenu leur souffle en attendant la riposte du Hezbollah. Toutes sortes de rumeurs circulaient, notamment sur la possibilité d’une escalade ou même d’une guerre encore plus violente que celle de 2006. Du côté israélien, l’inquiétude n’était pas moins grande. Au contraire, les menaces verbales les plus virulentes étaient démenties par les mesures sur le terrain qui consistaient en un retrait de l’armée israélienne d’une superficie entre 5 et 7 kilomètres et de l’arrêt de toutes les activités de l’autre côté de la frontière. En même temps, les Israéliens multipliaient les provocations en envoyant presque sans arrêt des drones dans l’espace aérien libanais, comme pour dire au Hezbollah de riposter rapidement pour que le suspense et la tension soient levés.

Du côté des responsables libanais, il n’y avait pas de véritable inquiétude car ils savaient que le Hezbollah ne prendrait pas de risques inutiles et voulait en ripostant maintenir ce qu’on appelle « l’équilibre de la dissuasion », non déclencher des affrontements. Mais personne n’avait d’indications réelles sur la forme, le timing et le lieu où se déroulerait la riposte du parti chiite, car comme l’a dit Hassan Nasrallah lui-même, c’est le terrain qui décide à ce niveau.

Dimanche, la riposte a finalement eu lieu et après un rapide moment d’inquiétude, les commentaires ont commencé à se multiplier, certains estimant que la riposte était plus formelle que réelle et d’autres la qualifiant de grande victoire.

Indépendamment de la division politique interne sur tout ce qui touche au Hezbollah, il faut constater qu’après l’opération de dimanche et l’empressement des Israéliens à dire que les développements militaires sont terminés, la tension a largement baissé des deux côtés de la frontière.

Désormais, c’est donc l’heure des analyses et de l’évaluation de la situation après huit jours de tension maximale.


(Lire aussi : Propos musclés de la Finul : La 1701 toujours en vigueur)

Pour mieux comprendre la portée de ce qui s’est passé, il faut aussi apporter quelques précisions sur la double attaque israélienne. Dans la nuit du samedi 24 août, les Israéliens ont bombardé la localité de Akraba dans la banlieue de Damas, faisant deux morts dans les rangs du Hezbollah. Pourtant, les deux jeunes ingénieurs spécialisés dans les questions technologiques et en particulier dans les drones n’étaient pas dans une position militaire ni dans une caserne. Ils vivaient dans un appartement civil, dans une banlieue résidentielle, et c’est là que les bombardements israéliens les ont fauchés. Ce qui pose le problème d’une éventuelle infiltration israélienne dans leur entourage qui a permis d’obtenir des indications sur leur domicile. Il s’agit en tout cas d’une flagrante attaque dans laquelle les Israéliens ne peuvent pas prétexter le transport d’armes ou d’autres activités militaires. C’est pourquoi le Hezbollah ne pouvait pas ne pas riposter.

Quelques heures plus tard, deux drones israéliens ont attaqué la banlieue sud et, plus précisément, le bâtiment qui abrite le département médias du Hezbollah en pleine zone résidentielle et marchande dans le quartier de Moawad. Officiellement, rien n’a filtré sur la cible que visaient les deux drones. Mais selon des sources sécuritaires, les Israéliens avaient reçu des informations sur la tenue d’une réunion importante entre une délégation du Hamas et des responsables du Hezbollah en ce lieu et à ce moment précis. Or, on sait que les Israéliens sont actuellement obsédés par trois sujets concernant le parti chiite : ses missiles de haute précision, son développement technologique, notamment en matière de drones, et son rôle dans le dossier palestinien, notamment ses efforts pour réconcilier le régime syrien et le Hamas. Ce serait donc pour cette raison que les drones israéliens avaient été envoyés le dimanche 25 août dans ce lieu précis. Mais il semble que les Israéliens aient été mal informés et mal organisés. Car non seulement le premier drone n’a pas atteint sa cible, mais de plus, lorsque le second a explosé, il n’a trouvé que quelques vitres à casser ainsi que des bureaux vides. Toutefois, là aussi pour le Hezbollah, l’attaque ne pouvait pas rester sans réponse, surtout dans le but de dissuader les Israéliens de la réitérer.

Le parti a donc pris son temps pour mener une riposte à multiples messages. D’abord, il a mis les nerfs des Israéliens à l’épreuve pendant huit longs jours et autant de nuits, les poussant à décréter le plus haut niveau d’alerte dans le secteur de la Galilée du Nord. Ensuite, il a agi de plein jour, ce qui est audacieux, surtout en termes militaires, et alors que l’armée israélienne avait réduit au maximum ses activités le long de la frontière avec le Liban. Le Hezbollah aurait pu lancer une attaque de nuit mais il a sciemment préféré agir de plein jour pour augmenter l’ampleur du défi adressé à « l’armée la plus puissante de la région ». De plus, il a choisi de ne pas attaquer dans le secteur des fermes de Chebaa, qui aux yeux de Beyrouth est une terre libanaise, pour lancer son opération en territoire israélien, ce qu’il appelle la Palestine occupée. Ce qui veut dire qu’une ligne rouge a été franchie puisque désormais, à toute attaque israélienne contre le Liban, correspondra une attaque en plein territoire occupé par les Israéliens. Et pour compléter le tableau, le Hezbollah a choisi de riposter dans la localité qui s’appelait Salha et qui fait partie des sept villages réclamés par le Liban aux Israéliens. Il a ainsi ouvert un nouvel espace de confrontation et remis sur le tapis « l’identité libanaise » de ces villages.

Finalement, le Hezbollah, comme l’a dit Hassan Nasrallah, a réalisé « une opération propre ». Indépendamment de l’existence de blessés israéliens, les multiples messages de cette riposte sont parvenus à destination.



Lire aussi

Courts de navigation, l'éditorial de Issa GORAIEB

Hariri : Le Hezbollah n'est pas un problème libanais, mais un problème régional

Selon l'armée israélienne, le Hezbollah aurait une usine de missiles de précision dans la Békaa

Nasrallah : Le Hezbollah "a brisé les lignes rouges" dans sa confrontation avec Israël

Après les échanges de tirs, le Hezbollah et Israël engagés dans une guerre psychologique

"Nasrallah est une marionnette iranienne", affirme le ministre israélien des AE


Pendant huit longs jours, les Libanais ont retenu leur souffle en attendant la riposte du Hezbollah. Toutes sortes de rumeurs circulaient, notamment sur la possibilité d’une escalade ou même d’une guerre encore plus violente que celle de 2006. Du côté israélien, l’inquiétude n’était pas moins grande. Au contraire, les menaces verbales les plus virulentes étaient démenties par...

commentaires (11)

Et qui me dit que ce n'est pas la Hezbollah qui a envoyé ces 2 drones au sud de Beyrouth pour déclencher une guerre pour détruire le Liban?

Eleni Caridopoulou

12 h 41, le 06 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Et qui me dit que ce n'est pas la Hezbollah qui a envoyé ces 2 drones au sud de Beyrouth pour déclencher une guerre pour détruire le Liban?

    Eleni Caridopoulou

    12 h 41, le 06 septembre 2019

  • Superbe papier en matière de désinstruction.

    Remy Martin

    16 h 42, le 05 septembre 2019

  • Jusqu'à PREUVE du contraire, les deux "drones" de la banlieue sud ne sont que deux jouets made in China qui auraient pu être envoyés par n'importe qui ayant intérêt à raviver les tensions entre Israel et le Liban, y compris le HA lui-même puisque l'une des conséquences a été que "on" a demandé à Washington et à l'Iran d'intervenir pour calmer les choses. Timing on ne peut plus parfait au moment où l'Union Européenne (surtout la France) tente de sauver l'accord sur le nucléaire en essayant de remettre les concernés autour de la table de négotiation. D'accord, on a voté pour eux, mais ce n'est pas une raison suffisante pour nous prendre pour des imbéciles...

    Gros Gnon

    14 h 51, le 05 septembre 2019

  • Une roquette sur un véhicule blindé avec ou sans victimes versus des centaines d'attaques sur des positions du he,b ou celles de ses mandataires, au cours des années ... Décryptages, analyses, encre et papiers gaspillés pour glorifier une action sans aucun intérêt ou conséquences autres que de réduire le Liban tout entier, avec ces 100 ans d'existence officielle, en un acteur virtuel monochrome unique qui débite son rôle d'hébreu en dialecte iranien.

    Wlek Sanferlou

    13 h 38, le 05 septembre 2019

  • Il est intéressant de noter chère Madame, que vous avez déposé au "vestiaire", l'espace de cet article, votre statut de journaliste de l'OLJ., et endossé celui de "journaliste de guerre et communiquante du Hezbollah"...! C'est votre droit, mais votre rôle est aussi de relever les obligations de tout un chacun, parmi les composantes de la Nation, à respecter les principes constitutionnels et engagements nationaux et internationaux de la République, sans occulter effrontément, le viol prémédité et constant de la Souveraineté Nationale, par le parti susmentionné, et sa décision d'engager, unilatéralement et conformément à ses seuls intérêts, la Guerre et la Paix...!

    Salim Dahdah

    11 h 22, le 05 septembre 2019

  • L'odeur de la VÉRITÉ peut blesser la puanteur de la mauvaise foi . La résistance du hezb libanais a démontré à ceux et surtout celles qui sont acquises aux causes "exemplaires", que les faits relatés par notre excellente journaliste SCARLETT , n'empruntent pas les sentiers battus tracés par les boeufs pour des "grenouilles égarées". Pour rester dans le comique de La Fontaine, on avancera que le renard ayant échoué à se procurer des raisins très haut perchés pour lui , ira nous dire que dans le fond ils n'en valaient pas le coup puisqu'ils étaient encore verts. Mon cher renard(e) apprenez que cette leçon de résistance valait bien un fromage aux raisins verts, non ?

    FRIK-A-FRAK

    11 h 08, le 05 septembre 2019

  • ET LES ENCENSEMENTS DANS TOUTE LEUR... LECTEUR, METTEZ LE MOT !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    10 h 29, le 05 septembre 2019

  • LA MEDIOCRITÉ DANS TOUTE SON OPULENCE !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    10 h 19, le 05 septembre 2019

  • Les volutes épaisses et odorantes de l'encens pour le parti divin embaument...et Liban se porte mieux ! Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 14, le 05 septembre 2019

  • Ce torchon aurait pu être rédigé par les responsable de la propagande du Hezbollah

    Tabet Ibrahim

    08 h 18, le 05 septembre 2019

  • Instructif , merci

    Chucri Abboud

    07 h 33, le 05 septembre 2019

Retour en haut