X

Liban

Drones en banlieue sud, carte électorale de Netanyahu

éclairage
27/08/2019

L’incident des deux drones israéliens ayant échoué dans la banlieue sud dimanche à l’aube confirme l’entrée en vigueur d’un plan d’attaque contre les zones d’influence iranienne au Liban, en Syrie et en Irak, par lequel Israël entend changer les règles de confrontation avec le Hezbollah qui avaient prévalu depuis la guerre de juillet 2006. Ce ne sont plus des drones de reconnaissance mais des drones-kamikazes qui sont manipulés pour atteindre le parti chiite dans ses retranchements les plus sûrs. C’est ce que confirment les milieux du Hezbollah, emboîtant le pas au secrétaire général du parti, Hassan Nasrallah.

Selon des sources de sécurité, l’incident de la banlieue sud, le premier du genre depuis 2006, s’inscrit dans le cadre d’une offensive israélienne visant à repousser l’Iran des zones limitrophes d’Israël (le Golan et le Liban-Sud). Cette feuille de route aurait été décidée dans ses grandes lignes lors de la réunion sécuritaire tripartite sans précédent ayant réuni les conseillers à la Sécurité nationale des États-Unis, de Russie et d’Israël en juin dernier. Forte d’un appui américain, cette offensive est implicitement tolérée par la Russie. Elle bénéficierait donc d’un consensus entre les décideurs, que révèle l’absence de réactions, régionales ou internationales, aux frappes israéliennes contre des intérêts iraniens en Syrie et en Irak.


(Lire aussi : Le premier drone tombé dans la banlieue sud était piégé, selon le Hezbollah)


Mais il y aurait aussi d’autres calculs derrière l’offensive israélienne et ses manifestations sporadiques au Liban (en plus de l’incident des drones, un raid israélien a visé une base du FPLP-CG dans la Békaa lundi à l’aube et des avions ont violé l’espace aérien volant à hauteur moyenne au-dessus de Marjeyoun).

Les milieux du Hezbollah voient dans ces opérations, précisément l’attaque contre la banlieue sud, un message au parti chiite et à son secrétaire général : en menant une opération de reconnaissance au cœur du « périmètre de sécurité » du Hezbollah avec des drones d’attaque, Israël a voulu faire étalage de sa force et dire qu’il est disposé à passer à l’acte à tout moment.


(Lire aussi : Le Moyen-Orient à l’heure de la guerre des drones)


Des milieux souverainistes estiment quant à eux que ce qu’il s’est passé dans la banlieue sud et qui constitue un développement sécuritaire « dangereux » serait à inscrire surtout dans un cadre israélien interne : si le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu mène une offensive contre l’Iran dans la région, en y incluant le terrain libanais, c’est en grande partie pour se renflouer à la veille des nouvelles élections législatives de septembre. Il tirerait profit de plusieurs facteurs internationaux et régionaux qui placent d’entrée de jeu le Hezbollah dans une position de faiblesse : la contestation internationale et régionale de l’expansionnisme militaire iranien dans la région arabe et son pouvoir déstabilisateur ; la crise économique que subit l’Iran, et avec lui ses réseaux militaires à cause des sanctions américaines; la grogne au sein de la base du Hezbollah, suscitée par un investissement en hommes et en argent dans une guerre en Syrie où l’engagement du parti chiite demeure difficile à justifier ; le fort agacement populaire d’un retour au langage de guerre, en ce qu’il risque de porter un coup décisif à l’économie du pays ; et enfin l’opposition libanaise presque générale, déclarée ou non, contre un affrontement avec Israël dont les répercussions sur le Liban risquent d’être catastrophiques.

Dans son discours, Hassan Nasrallah a comme servi de caisse de résonance à cet étalage de force auquel il a promis de rétorquer depuis le territoire libanais, refusant que le Liban fasse l’objet d’attaques au même titre que l’Irak et la Syrie. Toutefois, comme à chaque escalade entre Israël et le Hezbollah, la question demeure de savoir quelle serait cette réponse et quelle en serait la portée.

Des milieux diplomatiques révèlent que des missives sont parvenues à des responsables libanais en provenance de plusieurs capitales de décision, comme Washington et Paris, leur déconseillant l’escalade avant les législatives israéliennes. Informés de ces missives, les milieux du Hezbollah affirment devoir répondre à Israël ne serait-ce que pour la forme, d’autant plus que les développements sur le terrain semblent paver la voie à des négociations régionales.


Lire aussi
Le dilemme du Hezbollah : comment riposter sans déclencher une guerre ?

Sleiman à « L’OLJ » : Nasrallah ne veut pas d’une stratégie de défense

Téhéran : Le Hezbollah « autonome » dans sa décision

Les règles d'engagement entre le Hezbollah et Israël ont changé, selon la presse libanaise

Attaques israéliennes contre le Liban : Aoun parle d'une "déclaration de guerre"

Les frappes israéliennes en Irak, une "déclaration de guerre", selon une coalition chiite

Syrie, Irak, Liban : la confrontation irano-israélienne se joue désormais sur trois fronts

La « visite » de deux drones israéliens à la banlieue sud suscite l’émoi

Israël frappe des cibles en Syrie pour empêcher une attaque de drones iraniens

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

BOSS QUI BOSSE

La mise en garde de H.N aux militaires israéliens de rester au pied du mur, debout sur une jambe et demie, semble être écoutée à la lettre, aussi bien par l’armée de terre israélienne que celle de l’air.

Depuis le sud du Liban, à peine a-t-il mis en garde Israël d’attendre la riposte du Hezbollah, c’est un calme de mort qui règne tout au long de la frontière de la Palestine usurpée avec le Liban.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL DONNE DE LA TETE PARTOUT LE NETANYAHU ET C,EST DANGEREUX POUR SA REELECTION ET POUR SA SANTE.

Pierre Hadjigeorgiou

"Cette feuille de route aurait été décidée dans ses grandes lignes lors de la réunion sécuritaire tripartite sans précédent ayant réuni les conseillers à la Sécurité nationale des États-Unis, de Russie et d’Israël en juin dernier." Et le Hezbollah veut jouer au matamore! Mais contre qui? Les conseillers à la Sécurité nationale des États-Unis, de Russie et d’Israël? Il est de plus en plus clair qu'il va finir, soit en prison, soit mort, soit a Qoussair ou il ira se cacher s'il continue a faire l’imbécile.
De plus personne ne sait a qui sont ces drones. D’où viennent-ils, etc...? Israël n'a pas reconnu avoir perdu de drones, mais elle a bien annoncer avoir bombardé la Syrie pour déjouer une tentative d'attaque... aux drones! Et si ces drones était justement au Hezbollah et Israël les lui a descendu!?
Quand au drones Israéliens, si des gamins peuvent les descendre a la pierre, franchement qu'est ce que les Arabes sont nuls pour ne pouvoir en finir avec un ennemi qui n'a pour armement que du matériel Matchbox ou CORGI Toys et les tiennent quand même en échec depuis plus de 70 ans!

BOSS QUI BOSSE

Quand vous dites drone "échoué" vous parlez bien d'un échec ou bien vous vouliez dire échoué par "tombé" (échoir )?

Les mots ont un sens , je renouvelle l'invitation à l'olj de nous faire une rubrique " lexique et vocabulaires" .

Sur le fond Mr P A-A , ne vous y trompez pas vous verrez comment on perd les élections en pays usurpateur sur des faux calculs de faiblesse de l'axe de la résistance .

ILS SONT ENCORE BEAUCOUP PLUS FORTS QUE VOUS NE POUVEZ VOUS L'IMAGINER .

Gros Gnon

Est-on sûr d’abord que ces drones soient israéliens ?
La première information qui a été donnée par l’expert de l’armée libanaise dépêché sur place pour les examiner était que ces drones avaient une portée/autonomie de 5 kilomètres.
Ce qui semble être confirmé par la seconde "information": qu’il s’agit d’un quadroptère qui a pu être abattu par des jets de pierres de gamins...
Il y a plus de 100 km depuis la frontière israélienne, soit plus de 200 km aller-retour.
Cherchez l’erreur...
Cette information a depuis été retirée. Pourquoi?
On veut voir une photo du drone capturé!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants