X

À La Une

"Réveillez-vous avant qu'il ne soit trop tard" : une édition spéciale du Daily Star tire la sonnette d'alarme

Liban

Le quotidien anglophone libanais se contente de publier dans son édition du jour, sur chacune de ses pages, une phrase sur fond noir qui met en lumière les problèmes et les crises du pays.

OLJ
08/08/2019

Le quotidien libanais anglophone The Daily Star a créé la surprise jeudi en ne publiant pas, dans ses colonnes, d'articles de presse, préférant écrire sur chaque page une phrase sur fond noir pour alerter sur les différents problèmes et crises auxquels fait face le pays.

"Le Daily Star s'est abstenu de publier des articles d'information dans son édition papier de jeudi, afin de prendre position vis-à-vis de la situation qui se détériore au Liban, et a appelé les responsables à +se réveiller+ avant qu'il ne soit trop tard", a écrit le journal sur son site, pour expliquer sa démarche.



Sur sa une, le journal s'est contenté d'un "Lebanon", en blanc sur fond noir, alors que sur la dernière page du quotidien, un "Wake up before it's too late" (Réveillez-vous avant qu'il ne soit trop tard) est écrit sur la photo d'un cèdre.

Le Daily Star explique qu'"une édition spéciale a été imprimée, avec, sur chaque page, l'un des problèmes qui poussent le pays vers le précipice". "Paralysie du gouvernement" en page 2, "rhétorique confessionnelle qui s'exacerbe chaque jour" en page 3, "les déchets qui continuent de s'accumuler dans les rues" en page 4, "un taux alarmant de pollution" en page 5, "un taux de chômage à 25%" en page 6, "les armes illégales prolifèrent dans le pays" en page 7, "plus d'un million et demi de réfugiés dans le pays" en page 8, "la dette publique avoisinant les 100 milliards de dollars" en page 9, "les commerces menacés de faillite" en page 10, et "la monnaie locale en danger" en page 11.

"Malgré la situation politique, économique, financière et sociale qui se détériore, il est encore temps de sauver le pays. Ceci requiert un effort collectif et des sacrifices pour le bien du pays", conclut le Daily Star dans sa note explicative.

De nombreux internautes, journalistes, activistes, et plusieurs responsables politiques, ont partagé et commenté l'édition du Daily Star sur les réseaux sociaux.


"Le cri du Daily Star aujourd'hui est fort et expressif. Le Liban mérite un sursaut de conscience et des dirigeants responsables. +Réveillez-vous avant qu'il ne soit trop tard", a par exemple écrit le député et chef du parti Kataëb, Samy Gemayel sur Twitter.


En octobre dernier, le prestigieux quotidien libanais arabophone An-Nahar avait lui aussi tiré la sonnette d'alarme contre la situation moribonde du pays et la crise de la presse libanaise, en publiant des pages blanches dans son numéro du jour.

La situation des quotidiens libanais est de plus en plus difficile: récemment, ce sont les employés de la chaîne Future TV (qui appartient au Premier ministre Saad Hariri) qui se sont mis en grève pour réclamer le paiement de leurs salaires. Le quotidien al-Moustaqbal, appartenant également à M. Hariri, a sorti son dernier numéro papier en janvier. Le prestigieux groupe de presse Dar as-Sayyad, a quant à lui fermé ses portes. Cette cessation d'activités n'est que la dernière d'une longue série de fermetures de quotidiens et de périodiques au cours des dernières années, sur fond de marasme économique. En juin, le prestigieux quotidien panarabe al-Hayat, fondé en 1946, avait fermé son bureau à Beyrouth. Il avait été précédé fin 2016 par le quotidien as-Safir, lancé en 1974 et qui avait accueilli dans ses colonnes les plus grands intellectuels arabes. D'autres quotidiens de renom, comme an-Nahar, ont procédé à des licenciements de masse ou à une suspension du paiement des salaires pour éviter le même sort.


Lire aussi

Grève à la Future TV : le personnel réclame le versement des salaires impayés

« Nida’ el-Watan », un nouveau quotidien qui se lance dans l’aventure de la presse écrite


Pour mémoire

Le quotidien al-Moustaqbal sort son dernier numéro papier

Fermeture de Dar as-Sayyad : le président de la CGTL dénonce des licenciements abusifs

Riachi expose à Berry son plan de soutien à la presse écrite

Pages blanches d'an-Nahar : un sursaut contre la situation catastrophique du pays, affirme Nayla Tuéni

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Remy Martin

J'en reviens pas de constater que certains continuent de clamer haut et fort qu'au Liban tout va très bien, madame la Marquise ... Que clameront-ils lorsque le paquet de pain leur coûtera plusieurs centaines milliers de Livres au bas mot ?

EL RIZ Mohamed

Nous avons les gouvernants que nous méritons

Gros Gnon

Mais cessez donc de mettre la faute sur les "dirigeants".
C’est NOUS qui les avons voulus.
C’est NOUS qui sommes la cause de cette pollution.
Nous ne sommes PAS des victimes. Nous sommes COMPLICES!
Combien de ceux qui se plaignent trient leurs ordures à la source pour commencer? Combien n’ont jamais jeté un papier par la fenêtre de la voiture? Combien refusent les sacs en plastique dans les supermarchés? Hein?

Sarkis Serge Tateossian

C'est grave ce qui se passe dans le pays et sont rares parmi les dirigeants en être conscient.
Le mot grave n'est pas un jeu de mot ...
Nabuchodonosor n'aurait pas fait mieux pour détruire notre pays...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,HYSTERIE GENERALE REGNE SUR LE PAYS !

Mounir Doumani

Excusez moi, mais quel est le role du Daily Star dans l'information des Libanais quand aux sources effectives des problèmes auxquels nous faisons face (aux cas ou il y en a encore qui se posent la question: le systeme confessionnel etabli a la fin de la guerre civile basé sur la rente et la predation duquel par ailleurs nous faisons tous partie sans exception). Par la meme occasion, la meme question peut etre posee a l'Orient le Jour.

Irene Said

Le plus triste et choquant dans ce drame qui se joue en ce moment au Liban...est qu'une partie des Libanais s'imagine, comme toujours, de résoudre les problèmes...avec un plaisanterie !

D'autres diront: en faisant l'autruche.
Ils préfèrent ne pas voir qu'ils sont lentement ensevelis sous le sable...laissant à d'autres la tâche de sauver leur patrie...ou de la prendre !

Irène Saïd

Eleni Caridopoulou

Le plus dur c'est le chômage , c'est la plus grande crise

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE PAYS SE DESINTEGRE PAR L,ABRUTISSEMENT DES ABRUTIS CORROMPUS, IGNORANTS, INCOMPETENTS ET M,ENFOUTISTES QUI NOUS GOUVERNENT. LE PEUPLE EST DIVISE EN TROUPEAUX DE MOUTONS IDIOTS QUI SUIVENT ET BELENT DERRIERE LEURS PANURGES.
MOUTONS, REVEILLEZ-VOUS CAR VOS ABRUTIS NE SE REVEILLERONT JAMAIS QUITTE A BRULER LE PAYS CHACUN POUR SON EGO.
DEGAGEZ DOIT ETRE LE MOT D,ORDRE.

Wlek Sanferlou

Grand Merci au Daily Star mais aussi à toute cette presse libanaise qui montre le vrai visage intelligent, mûre et raisonnable du Liban face à des bandes de politiciens et de miliciens qui ne cessent de scier la branche sur laquelle ils, et nous tous, sont et sommes assis!

Bon courage à vous mais à nous tous aussi!

Bustros Mitri

Le Liban en deuil pour le Liban

Ô Liban

Un retour à la raison suffit pour tout arranger et de façon progressive.

Joseph ADJADJ

Les gouvernants, de quelque bord qu'ils soient, ne se rendent-ils pas compte que l'avenir de leurs enfants est en jeu au même titre que celui du reste de la population du pays? La pollution, les ordures et autres nuisances contaminent l'air et l'eau pour les gouvernants aussi bien que pour les autres habitants. N'ont-ils donc pas conscience que leurs enfants aussi souffrent déjà et souffriront encore de ces nuisances?
Quelle honte pour le pays que ces inconscients criminels continuent d'agir comme si de rien n'était.

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Je ne sais pas si en général on se réveille toujours du même pied.

Le Liban ne va mal que pour certains et pas d'autres .

Tout dépend du pied sur lequel il se pose.

yves kerlidou

BOF je ne veux pas être pessimiste mais c'est trop tard !!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants