X

Liban

Grève à la Future TV : le personnel réclame le versement des salaires impayés

Médias

Selon une employée de la chaîne, la situation devrait s’éclaircir la semaine prochaine.

Nada MERHI | OLJ
02/08/2019

Mardi, l’équipe du journal télévisé de la Future TV, affiliée au courant du Futur, a suspendu ses bulletins, suivie le lendemain par celles de l’ensemble des programmes diffusés en direct. Hier, la Future TV n’a pas non plus retransmis la cérémonie organisée à la caserne Chucri Ghanem, à l’École militaire à Fayadié, à l’occasion de la fête de l’Armée. La chaîne ne passe que des rediffusions.

En recourant à cette mesure, les employés ont voulu exprimer leur mécontentement face au retard affiché dans le versement de leurs salaires. Une crise financière qui dure depuis près de cinq ans, selon une employée de la télévision ayant requis l’anonymat, « mais qui s’est fortement aggravée au cours des dix-huit derniers mois ». Aussi, depuis plus d’un an, la direction de la chaîne verse à ses employés, « tous les quarante à cinquante jours, l’équivalent d’un demi-salaire », confie-t-elle à L’Orient-Le Jour. « Le 25 juin, on nous a versé, comme à l’accoutumée, une moitié de salaire tout en promettant de nous verser une autre moitié à la fin du mois de juillet », poursuit-elle. Cette promesse, qui n’a pas été tenue, a été la goutte qui a fait déborder le vase. Les différentes équipes de la Future TV ont décidé d’interrompre le travail, jusqu’à ce que les choses s’éclaircissent.


(Pour mémoire : Quel avenir pour les employés licenciés par « al-Moustaqbal » ?)



Selon une autre employée, ayant également requis l’anonymat, la direction de la chaîne a promis de faire, vers le 20 août, une nouvelle restructuration au sein des équipes. « Plusieurs personnes vont encore être renvoyées, déplore-t-elle. De plus, on devrait rééchelonner les salaires impayés, c’est-à-dire l’équivalent de près de seize mois. Mais rien n’est clair à ce jour. Les réunions se poursuivent avec la direction. Tout devrait s’éclaircir au courant de la semaine prochaine. Ce qui est triste dans cette affaire, c’est que les employés sont loyaux envers la chaîne, le Premier ministre Saad Hariri et la mémoire de son père. S’ils ne l’étaient pas, ils n’auraient pas accepté de travailler dans ces conditions pendant de si longues années. On essaie de politiser ce mouvement de protestation pour dire que la base du courant du Futur s’effrite. Ce n’est pas vrai. Il s’agit d’une revendication juste. »

Contacté par L’Orient-Le Jour, le directeur de la Future TV, Ramzi Jbeily, s’est refusé à tout commentaire.

Cette grève n’est pas la première à laquelle ont recours les employés de la chaîne – il y a quelques mois, l’équipe du JT avait suspendu le bulletin de 15h – « mais c’est la première fois qu’un mouvement de protestation au sein de la chaîne prend cette dimension », explique un employé. Quelle sera la prochaine étape ? « Rien n’est encore clair, souligne-t-il. Les décisions sont prises au jour le jour. » Toutefois, selon une employée, « cette mesure pourrait accélérer la décision des propriétaires quant à l’avenir de la chaîne, d’autant que des rumeurs circulent sur une possibilité de fermeture ».


Pour mémoire

Fermeture de Dar as-Sayyad : le président de la CGTL dénonce des licenciements abusifs

Riachi expose à Berry son plan de soutien à la presse écrite

Pages blanches d'an-Nahar : un sursaut contre la situation catastrophique du pays, affirme Nayla Tuéni

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LE PERSONNEL A RAISON. PAYEZ-LES !

Antoine Sabbagha

Personne ne peut travailler gratuitement et ce chantage dans la condition du travail touche plusieurs secteurs et devient grave car beaucoup d 'employés seront mis à la porte .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement peut-il mener à bien sa mission ? Deux lectures opposées

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

In English

Resolving Lebanon’s financial crisis

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants