X

Liban

Mises en garde occidentales contre une chute du cabinet Hariri

Éclairage
26/07/2019

Depuis les accrochages interdruzes de Qabr Chmoun, les espoirs de déblocage de l’exécutif se soldent par des échecs le plus souvent inattendus, comme s’il y avait une dynamique alimentant l’espoir avant de le doucher.

Hier, le Premier ministre Saad Hariri s’est rendu à Baabda pour s’entretenir de la crise avec le président de la République Michel Aoun. Il en est sorti sans commentaire, mais la visite a renvoyé des signaux positifs, relayés par les milieux de Baabda. Selon nos informations, les deux parties auraient décidé de poursuivre les contacts pour trouver une issue à la crise. Alors que Saad Hariri souhaite réunir le Conseil des ministres sans condition préalable, le chef de l’État lui aurait conseillé de le faire « au moment qu’il jugera propice », selon une source du palais présidentiel.

À la veille du discours attendu aujourd’hui du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, l’heure ne serait pas à l’escalade, selon Baabda.

Ces réassurances coïncident avec une mise en garde diplomatique française sur le risque de livrer le cabinet Hariri au danger de la démission : ce sera la fin des aides promises par le programme CEDRE au Liban, rapportent des milieux diplomatiques occidentaux, faisant part de leur crainte d’une crise prolongée dans l’objectif de créer un vide au niveau de l’exécutif.


(Lire aussi : Geagea à « L’OLJ » : Le scénario de Saydet el-Najate se répète avec Walid Joumblatt)


La saisine de l’affaire de Qabr Chmoun par la Cour de justice nécessite un décret en Conseil des ministres. S’il est soumis au vote, il risque de diviser le cabinet, d’où l’insistance de Saad Hariri à éviter le vote.

Si toutefois les ministres du 8 Mars secondés par le Hezbollah décident de forcer le vote, le Premier ministre pourrait démissionner et entraîner la chute du gouvernement.

De son côté, le député Talal Arslane continue d’entretenir l’escalade verbale, en partie pour sauver la face et obtenir des compensations pour un éventuel compromis qui avantagerait Walid Joumblatt. Hier encore, son parti a tué dans l’œuf l’initiative de ce dernier de relancer via Twitter la proposition de soumettre à la justice les deux dossiers de Qabr Chmoun et de Choueifate (accrochages entre PSP et PDL tuant un proche du PSP). « Je pense que si les intentions sont bonnes et si la justice est mise à l’abri des tensions politiques, elle peut trancher les deux affaires de Choueifate et des Bassatine (Qabr Chmoun) selon les règles en vigueur. Éloignez les conflits politiques de la justice », a ajouté Walid Joumblatt. C’est devant la Cour de justice qu’il a entendu soumettre les deux affaires, selon les explications des milieux du PSP, dont le secrétaire général Zafer Nasser avait annoncé la relance des contacts en faveur de cette initiative. Pour le PDL toutefois, cette proposition est restée irrecevable, « les accrochages interpartisans de Choueifate » n’étant pas de gravité égale aux incidents de Qabr Chmoun, assimilés à une tentative d’assassinat du ministre Saleh Gharib (PDL), dont deux gardes du corps ont péri dans les accrochages.

(Lire aussi : Joumblatt à « L’OLJ » : « Le dialogue ? Oui. La capitulation ? Jamais ! »)


En début de semaine, Talal Arslane s’était livré à une escalade verbale à Aïn el-Tiné particulièrement révélatrice de l’impasse. La symbolique était importante : le président de la Chambre, Nabih Berry, l’accueillait après une coupure d’un an et demi, et au lendemain du transfert du dossier devant le tribunal militaire. Ce transfert avait paru annoncer un compromis, en vertu duquel M. Arslane renoncerait à sa requête de saisir la Cour de justice (une instance d’exception compétente pour examiner les crimes contre la sûreté de l’État et dont les jugements sont sans appel). La visite de M. Arslane a mis fin à cette attente.

Le choix de le faire depuis Aïn el-Tiné – qui n’a pas manqué de gêner le président de la Chambre – a servi précisément à porter un coup à l’initiative de compromis de Nabih Berry, d’autant plus que ce dernier paraît faire front commun avec le Premier ministre Saad Hariri et M. Joumblatt, en faveur d’une relance de l’exécutif indépendamment de la querelle entourant les incidents de Qabr Chmoun. Étrangement, l’espoir d’un dénouement avait été conforté par des milieux du 8 Mars eux-mêmes, multipliant les signes d’optimisme, notamment auprès du Premier ministre, au moment où le chef du PDL s’apprêtait à se rendre à Aïn el-Tiné.



Lire aussi
Qabr Chmoun : les efforts de règlement se heurtent à une impasse

Une semaine décisive pour le gouvernementle décryptage de Scarlett Haddad

La crise de Qabr Chmoun risque-t-elle de faire imploser le gouvernement ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ici et ailleurs

Certains partis politiques dominants pensent qu'en bloquant le pays de temps en temps ils arrivent à narguer les occidentaux. Or ces derniers s'en foutent totalement du sort des libanais, de tous les libanais, et ils ne vont pas changer leur politique au Moyen-Orient par sympathie pour protéger quiconque.

Au contraire, si le plan CEDRE avorte il y aura 11 milliards de plus, presque à disposition des puissances occidentales, pour faire de la politique ailleurs, comme la France avait déjà avertie.

LA VERITE

Que M Harriri fasse un conseil de ministers et declare ouvertement qie si la question des bassatine est pose qu'il demissionne immediatement et on verra la vrai position du CPL
Si le CPL vote pour mettre a l'ordre du jour cette affaire on saura que le CPL est a la solde de HB et de la la Syrie

La demission de M Harriri et l'impossibilite pour un autre de se positioner a sa place fera que le CPL aura enterre le mandat du General Aoun lui meme et ce sera clair qui gouverne ce pays


NE CEDEZ PAS M HARRIRI , CONVOQUEZ UN CONSEIL DE MINISTRES ET VOUS VERREZ QU'ILS CEDERONT CAR 10 MILLIARDS NE SE REFUSENT PAS EVIDEMENT CAR IL FAUT ENCORE PAYER LES BATEAUX ET LE PETROLE ACHETE CASH AVANT DECHARGEMENT MAIS A TRAVERS UNE SOCIETE LIBANAISE SANS AUCUNE RAISON EVIDENTE

Honneur et Patrie

Le pyromane est à Wellington en Nouvelle-Zélande à la recherche des traces de l'hôtel que son grand-père tenait au début du siècle dernier tandis que l'Etat poursuit les victimes de l'incendie...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PLUSIEURS ECHAPPEMENTS DE GAZ METHANE Y TRAVAILLENT AVEC ACHARNEMENT QUITTE A METTRE LE FEU AUX POUDRES DANS LE PAYS. ILS NE CHERCHENT QUE LEURS INTERETS PERSONNELS.

Pierre Hadjigeorgiou

Ils font tout pour conduire le Liban vers une guerre ou du moins des troubles sécuritaires internes. Le Hezbollah et ses alliés sont tous dans le coup. Bien sur il faut qu'il y ai un jugement et une enquête pour les événements de Qabr Chmoun mais aussi pour tous les meurtres depuis 2005. Quelqu'un oserait il confier de tel dossier a un tribunal au Liban? Nous savons tous qu'ils ne sont pas indépendants et pas un seul juge n'a suffisamment de couilles pour être objectif car il sait qu'il finira comme les 4 juges de Saida et les autres 19 victimes du 14 Mars sans oublier aussi les activistes anti Hezbollah tues ou menaces etc...
La question qui se pose c'est pourquoi ce forcing maintenant! Le Hezbollah et l'Iran sont aux abois même s'il prétendent le contraire. Ils savent qu'avec Trump il n'auront rien et que cette politique US est la pour encore 8 ans au moins. Ils ne peuvent tenir le coup et s'appliquent a créer des tensions pour mettre la pression en retour. Sauf que cette fois cela ne marchera pas et que seul le Liban en paiera les frais. Si Hassouna continue dans sa voie, il finira en Syrie avec ses ouailles sous les ordres de Bachar. Alors ce n'est plus la Palestine qu'il cherchera mais simplement de pouvoir rentrer a la maison parce qu'avec Bachar il élira domicile a Mazzé!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants