Liban

L’impasse de Qabr Chmoun met toutes les parties au pied du mur

Décryptage
08/08/2019

Alors que le fossé ne cesse de se creuser entre les deux camps impliqués dans l’affaire de Qabr Chmoun, à savoir le PSP de Walid Joumblatt et le PDL de Talal Arslane, chaque partie cherche à élargir le champ des divisions pour tenter de sortir de l’impasse. Depuis mardi, le PSP vise ainsi clairement le président de la République et son camp, en particulier le chef du CPL, alors que le PDL affirme que le problème touche l’ensemble du gouvernement puisqu’il s’agit d’une tentative d’assassinat ayant visé l’un de ses membres.

Mais dans toute cette crise qui se prolonge depuis plus d’un mois, la position la moins enviable est celle du Premier ministre, que chaque camp cherche à attirer de son côté.


(Lire aussi : Qabr Chmoun : l’ambassade US entre en scène et met en garde contre une instrumentalisation de l’incident)


En réalité, la déclaration du chef des Forces libanaises, dans le cadre d’un entretien télévisé accordé à la chaîne MTV, sur le fait que le 14 Mars est une ligne rouge indique une intention réelle de relancer ce mouvement qui avait connu une période de déclin avec la conclusion de ce qu’on a appelé « le compromis présidentiel ». Avec la fin de la troisième année du mandat de Michel Aoun (le 31 octobre 2016) et dont l’accession à la tête de la République avait totalement redistribué les cartes internes, les forces qui s’étaient ralliées, plus ou moins à contrecœur, au « compromis présidentiel » veulent s’en dégager et revenir à la division politique qui existait auparavant entre le 14 Mars et le 8 Mars.

Walid Joumblatt, qui avait été le premier à faire faux bond au mouvement du 14 Mars, y est revenu à la faveur de l’affaire de Qabr Chmoun, et les Forces libanaises, qui ont toujours gardé cette option, la revendiquent de nouveau clairement.

Seul le Premier ministre reste encore hésitant et il fait l’objet de nombreuses pressions de la part des deux camps pour justement choisir le sien.

Selon des sources proches de l’ex-8 Mars, la décision de relancer l’alliance du 14 Mars n’est pas seulement interne et prise par le PSP et les FL. Elle a une dimension régionale et internationale avec la visite déclarée du ministre Waël Bou Faour à Riyad, suivie de près d’une visite de l’ancien député Antoine Zahra (FL), qui n’a pas été officiellement annoncée. En même temps, toujours selon les sources précitées, la visite des trois anciens Premiers ministres Tammam Salam, Nagib Mikati et Fouad Siniora en Arabie s’inscrit officiellement dans le cadre de l’appui aux prérogatives du Premier ministre selon les dispositions de l’accord de Taëf. Mais en filigrane, on peut y lire une volonté de faire pression sur Saad Hariri pour qu’il soit plus offensif avec ses partenaires au sein du gouvernement, notamment le chef de l’État, le chef du CPL et leur groupe ministériel.

Finalement, quelle que soit la version retenue des incidents de Qabr Chmoun, les développements politiques qui les ont suivis montrent qu’ils se sont véritablement transformés en crise politique profonde. Selon les sources proches de l’ex-8 Mars, c’est en réalité le fameux compromis présidentiel et les rapports de force qu’il a instaurés qui sont visés. La volonté des FL et du PSP de dépasser le rôle direct du PDL de Talal Arslane, alors que son ministre Saleh Gharib a failli être tué, pour mettre directement en cause le chef de l’État, en serait la preuve irréfutable. De même, la déclaration claire de Walid Joumblatt réclamant « des garanties de la part du Hezbollah » indique aussi une volonté d’impliquer cette formation dans le conflit pour que toutes les composantes du 14 et du 8 Mars reviennent sur la scène.


(Lire aussi : Du palais de Justice à Qabr Chmoun, le Léviathan syro-iranien toujours à l’œuvre)



Dans ce contexte de division et de tentative de reconstituer les barricades politiques entre deux clans clairement définis, la position du Premier ministre reste cruciale et n’est certes pas enviable. Le PSP et les FL veulent tout faire pour qu’il reprenne le leadership du 14 Mars, alors que ni le Hezbollah ni le chef de l’État et son camp n’ont intérêt à ce que cette division réapparaisse.

Pour tous les protagonistes, l’enjeu est important. Les FL et le PSP ne peuvent pas en effet relancer seuls le mouvement du 14 Mars en dépit de tous les appuis locaux, régionaux et internationaux dont ils peuvent bénéficier. Ils ont donc besoin du courant du Futur, dont d’ailleurs une partie de la base n’est pas hostile à un repositionnement politique. Mais de l’autre côté, le Premier ministre, qui est l’un des principaux partenaires du fameux « compromis présidentiel », prend des risques en changeant son positionnement, notamment sur le plan de sa relation avec le chef de l’État et avec le chef du CPL, mais aussi sur le plan du sort du gouvernement qu’il préside. En effet, le fameux compromis stipulait que Saad Hariri appuie l’arrivée de Michel Aoun à la présidence et que ce dernier facilite sa désignation à la tête du gouvernement. Aujourd’hui, dans le rapport actuel des forces politiques, le 14 Mars est-il en mesure de faire nommer Saad Hariri à la tête d’un nouveau cabinet si celui-ci devait démissionner ? Et dans le cas contraire, si l’alliance CPL-Hezbollah fait tomber l’actuel gouvernement, a-t-elle la possibilité de trouver un remplaçant crédible à Saad Hariri ?

Dans le contexte actuel, les deux camps ont la possibilité de faire tomber le gouvernement, mais aucun d’eux n’est assuré de pouvoir en former un nouveau qui puisse obtenir la confiance d’un Parlement dans lequel le Hezbollah et ses alliés (surtout si on compte parmi eux le bloc du Liban fort) ont la majorité des sièges... Pour toutes ces considérations, l’affaire de Qabr Chmoun et l’escalade verbale qui l’a suivie ont mis toutes les parties au pied du mur. Toutes se trouvent désormais dans l’impasse après être allées trop loin dans leurs prises de position, tout en redoutant un recul qui leur ferait perdre la face...


Lire aussi

Après les accusations de Bou Faour, le bloc aouniste affirme "se fier à la justice"

La nasse, l'éditorial de Issa GORAIEB

Joumblatt reste incontournable !le décryptage de Scarlett HADDAD

Hamadé tance les ministres qui veulent « transformer le régime démocratique en dictature népotiste »

Mises en garde occidentales contre une chute du cabinet Hariri

Nasrallah : Dire que le Hezbollah contrôle le Liban est un mensonge

Geagea à « L’OLJ » : Le scénario de Saydet el-Najate se répète avec Walid Joumblatt

Joumblatt à « L’OLJ » : « Le dialogue ? Oui. La capitulation ? Jamais ! »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

LA QUESTION SE POSE S'IL Y AURA UN REMPLAÇANT CRÉDIBLE À SAAD HARIRI EN CAS OÙ ? C'EST LA BLAGUE DU JOUR NON ? PRENEZ N'IMPORTE QUEL HOMME D'ORIGINE SUNNITE DANS LA RUE SERA CAPABLE À FAIRE MIEUX QUE SAAD. MAIS ACHRAF RIFI SERA L,HOMME DE LA SITUATION À MON AVIS.

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

JE DOIS AVOUER QUE CETTE ETUDE EST UN PEU MOINS BIAISEE QUE D'HABITUDE ET REFLETE LA REALITE SUR LE TERRAIN

Neanmoins il fallait quand meme dire que le President avait pris parti deja et comdamne Joumblatt et que certains avaient deja travaille a saper la justice pour avoir un jugement en leur faveur

Ce qui est ettonnant dans tout cela c'est l'attitude de M Berry allie de HB qui en fait essaie de ramener a la raison tout le monde mais a clairement nomme le President Aoun comme responsible de l'arret de son initiative

CELA EST TRES IMPORTANT et vous le passez sous silence

D'ailleur tout ce probleme n'aurait pas existe si M Bassil n'avait pas fait des remarques tres negatives sur la reconciliation au Chouf et surtout n'avait pas boycotte la reunion du conseil de ministers

M HARRIRI A BIEN COMPRIS QU'IL NE DOIT PAS CEDER MAINTENANT COMME A SON HABITUDE MAIS TENIR TETE ET GAGNER LA PARTIE deuxieme lecon de cet evenement que vous ne concluez pas de cette facon

Marionet

Papier intéressant. En réalité, ce qui se joue aujourd'hui, c'est la future campagne présidentielle que le gendre a lancée, prenant les autres candidats potentiels (et leurs appuis régionaux et internationaux) au dépourvu. Pour eux, le "compromis présidentiel" devait s'achever avec l'actuel mandat... qui ne s'est pas encore achevé. D'où la panique qui a conduit au drame de Qabr Chemoun et les gesticulations pour remettre le 14 mars à flots et le changement de pied de Walid Joumblatt. Tout ça alors que le pays prend eau de toutes parts. Quant au PM, il est pris en tenailles entre sa raison et son patriotisme, qui lui dictent de rester à la barre en maintenant son appui au régime, et la surenchère à laquelle se livrent ses prédécesseurs. C'est une illustration, une de plus, de l'immaturité et de l'irresponsabilité de ces hommes politiques qui sont restés, dans le fond, des chefs de guerre, agissant à coups de stratégies guerrières, au risque de faire tanguer le pays, en guise de stratégies politiques (soupir triste).

PRÊT TENSION.

Je ne vois pas ce qui pourrait encourager les 14 Mars évanescent de pouvoir redresser la tête .

Ils ont toujours les mêmes slogans et les mêmes paramètres qui les ont foutu dans la honte .

Je pense que c'est un épi phénomène , alimenté par des gesticulations de sponsors totalement absents , comme les usa et les bensaouds derrière lesquels se cache le grand méchant loup .

Pierre Hadjigeorgiou

Vous dites: "le Premier ministre, qui est l’un des principaux partenaires du fameux « compromis présidentiel », prend des risques en changeant son positionnement". Erreur car sa base n'attend que cela! Depuis qu'il a plié la première fois, il a perdu beaucoup de sa base et de sa crédibilité et ce n'est qu'en revenant aux sources qu'il retrouvera sa superbe! Il a au contraire tout a gagner. Cependant, la seule chose qui doit le retenir c'est le fait que les choses semblent avoir dépassé leur cadre local et l'odeur de nouveau conflits armés se font sentir. Il n'en veut pas et cela est compréhensible. Mais Il faut qu'il comprenne que le hezbollah ne fait pas dans la dentelle et qu'a un certain moment il faudra prendre le taureau par les cornes et dire enfin un grand et ferme NON car a force de chercher a ménager la chèvre et le choux, il risque de nous faire perdre les deux! Çà, Geagea le sait dès le début, d'ou son refus de compromission, a présent Joumblatt a enfin compris ou ses concessions continues l'ont conduites. Espérons que Hariri réagira intelligemment pour arrêter cette dégringolades vers la destruction du pays...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS S,EN FOUTENT AU CARRE DU DESTIN DU PAYS. CE QUI LES PREOCCUPE C,EST LEUR EGO.

Irene Said

"Toutes (les parties) se trouvent désormais dans l'impasse après être allées trop loin dans leurs prises de position...etc."

Et c'est ce genre de "parties" dangereuses, soi-disant responsables de notre pays, que l'on continue de tolérer ?

Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

L’État sourd-muet

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants