Rechercher
Rechercher

Liban - Partis

Hamadé tance les ministres qui veulent « transformer le régime démocratique en dictature népotiste »

Le député Marwan Hamadé met en garde contre l’instauration d’une dictature fasciste et népotiste. Photo Michel Sayegh

Le député Marwan Hamadé, membre du groupe parlementaire de la Rencontre démocratique, a répondu aux propos attribués hier au président de la République, Michel Aoun, concernant les incidents de Qabr Chmoun (Aley) le 30 juin dernier, et selon lesquels il s’agirait d’un « guet-apens dirigé contre son gendre », le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, en tournée dans la région ce jour-là.

« Parmi ce que j’ai expérimenté de plus étrange dans mon long parcours politique et professionnel figure ce genre de mandat failli, où se retrouvent et s’entremêlent la légèreté et la stupidité, enrobés de haine et de sectarisme, des éléments qui ont tous mené le Liban à sa perdition trente ans durant », a indiqué M. Hamadé dans un communiqué. « Le pouvoir commet une violation constitutionnelle après l’autre, a-t-il affirmé. Après l’empiètement sur les prérogatives du président du Conseil, le voilà qui s’en prend au pouvoir législatif à travers la demande d’explication de ce qui est déjà évident, en l’occurrence l’article 95, et la mise en doute d’un texte constitutionnel clair adopté à Taëf et en vigueur depuis. »

« Et puis il y a enfin les propos attribués au président de la République concernant l’incident de Bassatine, selon lesquels un guet-apens aurait été tendu au ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil. À en croire ces propos, il accuse le Parti socialiste progressiste d’être derrière cette embuscade », a ajouté M. Hamadé. « Ces propos, nous les renvoyons à leurs sources d’abord, et plus particulièrement au gendre choyé, dont l’intérêt privé et l’avidité présidentielle précoce passent avant la sécurité et la paix intérieures et extérieures du Liban », a noté Marwan Hamadé.

Et de conclure : « Nous ne nous tairons plus désormais face à toute accusation fallacieuse et mettons en garde contre la manipulation de la justice aux dépens de la vérité, qui finira par se retourner contre les véritables auteurs des guet-apens, les ministres de la cour, ceux qui fomentent depuis de longs mois un complot pour torpiller la réconciliation historique et qui œuvrent pour transformer le régime démocratique parlementaire libanais en dictature fasciste et népotiste. »


Le député Marwan Hamadé, membre du groupe parlementaire de la Rencontre démocratique, a répondu aux propos attribués hier au président de la République, Michel Aoun, concernant les incidents de Qabr Chmoun (Aley) le 30 juin dernier, et selon lesquels il s’agirait d’un « guet-apens dirigé contre son gendre », le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, en...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut