X

Liban

Libertés publiques au Liban : « Le silence coupable des partis politiques doit cesser »

Libertés publiques

Des associations civiles entendent poursuivre leur action pour limiter les dégâts « structurels » provoqués par l’annulation du concert de Mashrou’ Leila à Jbeil. Mais sans un relais politique, elles risqueraient de s’essoufler.

01/08/2019

La campagne de diabolisation du groupe de rock alternatif libanais Mashrou’ Leila a abouti à l’annulation de son concert programmé dans le cadre du Festival de Byblos. Mais l’annulation ne vaut pas capitulation aux yeux de ceux qui dénoncent la violence de la campagne et l’atteinte qu’elle porte au vivre-ensemble au nom d’un sentiment religieux exacerbé à outrance. La polémique avait éclaté il y a quelques jours sur les réseaux sociaux en raison d’une atteinte présumée à la religion chrétienne due à une photo représentant une icône de la Vierge dont le visage a été remplacé par celui de la chanteuse Madonna, accolée à un article partagé par le chanteur du groupe, Hamed Sinno, en 2015. Deux des titres du groupe sont également pointés du doigt. Sur un plan plus implicite, l’homosexualité affichée du chanteur semble également déranger.

Onze ONG et associations libanaises se sont fédérées pour mener une contre-offensive inédite contre ceux qui ont fait la promotion de la haine et incité à la violence contre le groupe.

Cette coalition civile a annoncé mardi avoir saisi le procureur général pour que des poursuites judiciaires soient engagées « contre les personnes et les acteurs politiques ayant publiquement incité à la violence contre le groupe ». L’idée avait germé avant que ne soit prise la décision d’annuler le concert.


(Lire aussi : Serpents et échelles, l'impression de Fifi Abou Dib)

Ces ONG entendent poursuivre leur action. Une réunion de concertations est prévue aujourd’hui en vue de la tenue d’une conférence de presse demain au siège de l’Agenda juridique (Legal Agenda) à Badaro, sous le titre : « L’un des droits fondamentaux de l’homme est la lutte contre l’intolérance et contre la haine : quid après l’annulation du concert de Mashrou’ Leila ? ». L’objectif de la conférence est d’« annoncer de nouvelles démarches visant à inciter l’Etat à assumer ses responsabilités ». La coalition civile dénonce le silence de l’État face à une campagne d’incitation à des actes de violence « menée dans la rue au nom de la religion sans prendre en compte la justice ni les institutions ». Une campagne d’autant plus « dangereuse » qu’elle a non seulement mené à l’annulation du concert, mais qu’elle risque d’affecter « la structure même du pays, en l’occurrence son pluralisme, au même titre que sa paix civile », selon le communiqué en date de mardi dernier.

Ce glissement a été rendu possible principalement par « la passivité » de l’État et l’inaction du pouvoir judiciaire face aux incitateurs à la violence. À l’origine de cette apathie, « le silence coupable » des partis politiques – à l’exception du parti Kataëb et du Bloc national. C’est ce que dénoncent des acteurs de la coalition, comme Ayman Mhanna, directeur exécutif de la Fondation Samir Kassir.

Les partis politiques ont été pris au piège de la surenchère chrétienne. Le courant du Futur et corollairement la ministre de l’Intérieur Raya Hassan se sont abstenus de toute action, par crainte sans doute d’être accusés « d’intrusion » sunnite sur un « terrain chrétien », l’identitarisme ayant vaincu, l’Église n’aidant pas. La commission épiscopale catholique avait quasiment sommé les organisateurs à annuler le concert. Sans se prononcer directement sur cette affaire, le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a déclaré hier, lors d’une cérémonie religieuse à Bkerké, que « nous prononçons des propos libres et responsables là où il le faut et sans compromis ».

Les deux grands partis chrétiens que sont le Courant patriotique libre et les Forces libanaises ont légitimé la campagne. Le premier en contribuant à la provoquer par la voix de ses partisans, notamment Nagi Hayek, les secondes en exhortant les intéressés à « coopérer » avec l’appel à l’annulation du concert.

Si la coalition civile est déterminée à mener une contre-offensive, elle risque de s’essouffler sans le relais d’une autorité politique. Plusieurs éléments semblent renforcer l’isolation des acteurs civils libéraux. Dans la rhétorique des pourfendeurs du groupe de rock, l’action civile ne serait pas justifiée puisque le concert n’a pas été annulé par la force mais par une décision volontaire du comité de Jbeil, fait remarquer Ayman Mhanna. La municipalité de Jbeil a ainsi salué hier dans un communiqué « la bonne décision que le comité organisateur du Festival de Byblos a prise (…) et qui va dans le sens de l’intérêt général et l’intérêt de Jbeil, et dans le sens du respect des symboles religieux ».


(Lire aussi : Un peu d’histoire, le billet de Fady Noun)



Réactions diplomatiques

Viennent s’ajouter à cette méthode les tendances répressives du mandat qui semblent avoir lassé des acteurs libres. La multiplication des arrestations arbitraires (la dernière en date étant celle de deux membres du groupe aux mains de la Sûreté générale) a fini par produire un effet de dissuasion “chilling effect” chez de nombreux activistes, comme l’a relevé hier dans un article l’organisation Human Rights Watch.

Signe supplémentaire de la gravité de la situation pour les libertés et la modération, les réactions diplomatiques sondées sur les réseaux sociaux en réaction à cette affaire.

La représentation diplomatique de l’Union européenne et l’ambassadeur des Pays-Bas à Beyrouth ont respectivement pris position en faveur de la liberté d’expression et d’opinion, sans toutefois mentionner la polémique entourant l’annulation du concert.

L’ambassadrice du Canada au Liban, Emmanuelle Lamoureux, a quant à elle dénoncé la décision d’annuler le concert de Mashrou’ Leila qui « étouffe la voix d’une grande partie de la jeunesse libanaise (…) Il est sain de se retrouver exposé aux points de vue, opinions et croyances des autres, y compris ceux avec lesquelles on est en désaccord », a-t-elle twitté. Elle a accompagné son message d’une publication qu’elle avait précédemment postée, dans laquelle elle annonçait « être impatiente » d’assister au concert du 9 août, soulignant que le groupe libanais a « de nombreux fans au Canada ».

Lire aussi

Mashrou' Leila : « Nous sommes fermement attachés au respect des croyances d’autrui »

Crise de foil'édito d'Emilie SUEUR

Mashrou’ Leila, de vrais musiciens d’abord

Le concert de Mashrou' Leila est annulé, la bataille pour la défense des libertés se corse

Ex-pressions, l'éditorial de Issa GORAIEB

Écraser l’infâme dans l’affaire Mashrou’ Leila

Pierre Issa : La réaction religieuse et politique populiste contre Mashrou’ Leila est du pur opportunisme

En arrière toute !le billet de Gaby NASR

Avec les menaces contre « Mashrou’ Leila », la liberté artistique et d’expression en jeu


Pour mémoire

Le verdict de la commission épiscopale tombe : le concert de Mashrou’ Leila doit être annulé

Mashrou’ Leila présentera-t-il des excuses à l’Église pour pouvoir chanter à Byblos ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Et si c'était le contraire , ils allaient jouer a Nabatieh ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AU LIBAN IL FAUT DEFINIR LE MOT LIBERTE ET LA LIBERTE D,EXPRESSION QUI SONT COMPRISES HELAS COMME LIBERTES ANARCHIQUES. SANS COMMENCEMENT NI FIN.

Yeomans Roger

Dans un État de droit digne du nom, les limites de la liberté d'expression - et il y en a, certes - sont déterminées par la loi.

Amère Ri(s)que et péril.

Pour en finir avec cette histoire sans grande importance au final, je tiens à rappeler à certains intellos supposés ou avérés que les mots ont un sens.

Venir nous parler d'inquisition dans ce cadre de manifestations est illogique.

L'inquisition se fait de porte à porte, ici il s'agissait dun groupe qui se representait sur une place publique avec son bagage néfaste à notre jeunesse moyen orientale.

L'annulation de ce concert et de la représentation du groupe ne pouvait aller que dans le sens de la protection de nos symboles et valeurs orientales.

Empêcher l'apologie de dénigrement de nos saints chrétiens ou musulmans ne saurait être tolérée.

Jeunesse et tolérance oui, mais aveuglément idiot, NON ET NON .

Eddy

Que veut dire liberté d'expression? est-ce une liberté conditionnée?
Si c'etait le cas, ce n'est plus une liberté.

Une action doit etre conditionnée si elle touche l'autre physiquement, mais pas une parole, sinon c'est à chacun de limiter pour l'autre ce qui est bon à dire ou non et le chaos commence.

Marionet

Excellent d'avoir pointé les positions adoptées par l'Etat et chacun des partis politiques dans cette affaire. Bravo aux Kataêb et au BN. Quant aux autres, c'est pas glorieux, c'est le moins qu'on puisse dire.

OMAIS Ziyad

Chapeau bas à l'Ambassadrice du Canada pour avoir dénoncé l'annulation du concert. J'espère que les capitales occidentales mettront davantage de pression sur le Liban en conditionnant leur aide au respect de la liberté d'expression et des droits humains !

Dernières infos

Les signatures du jour

Billet de Kenza OUAZZANI

Le mauvais pari du gouvernement

Un peu plus de Médéa AZOURI

Power to the People

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants