Rechercher
Rechercher

Serpents et échelles

Ce fut un matin au goût de cendre. Les néo-croisés ont fait valoir leur cause en empêchant le concert d’avoir lieu. Leur cause et ses quatre piliers. Un : « Quand on s’attaque aux symboles de l’islam, les musulmans, eux, savent se défendre. On ne va pas se laisser faire comme des poules mouillées. » Deux : « Si on lâche la bride aux artistes, ils seront capables de décorer les églises avec des cuvettes de WC. » Trois : « Une affabulation selon laquelle le groupe, au choix ou en vrac, sert le sionisme, s’adonne à des messes noires avant de monter sur scène, incite les jeunes à l’homosexualité (sic ! ), les pousse à la prise de drogues, à l’adoration du diable et de Lilith et, pour finir, au suicide. » Quatre : « Les images saintes sont intouchables. »

Ceux qui ont tenté de raison garder dans ce débat hystérique se posent des questions d’une toute autre nature. Le groupe Mashrou’ Leila s’est produit sans aucun problème en 2016 sur la scène même qui lui est aujourd’hui interdite, et même les deux années suivantes à Ehden, fief par excellence de la communauté maronite. Le vocaliste Hamed Sinno ne faisait déjà aucun mystère de son homosexualité. Et il avait déjà partagé sur sa page Facebook l’essai de Scott Long sur les icones gay, illustré d’un collage du portrait de Madonna sur une icône byzantine. Le répertoire du concert comprenait déjà les chansons incriminées, tirées du dernier album du groupe, Ibn el Leyl.

Que signifie le timing de cette campagne qui a déchaîné tant de fureur, lancée par un illuminé et relayée successivement par le clergé et les deux grands partis chrétiens jusqu’à mobiliser la Sécurité de l’État ?

Il révèle d’abord qu’un bouleversement profond et insidieux s’est produit, ces trois dernières années, au sein de la population chrétienne. Celle-ci manifeste tout à coup un repli et un durcissement qu’on ne lui avait pas connus depuis longtemps. À titre d’exemple, les statues de saints de plus en plus monumentales qui s’érigent ici ou là sont aussi bien des expressions ostentatoires de la foi que des marqueurs territoriaux. La publication, il y a quelques jours, par un organisme indépendant, de statistiques dont il ressort qu’au Liban, tous les rites chrétiens réunis constituent une population à peu près égale en nombre à chacun des grands groupes mahométans, a dû faire frémir plus d’un, dans un contexte où les minorités craignent pour leur survie.

La peur, on ne l’apprend à personne, est le combustible de la haine. Sur cette ficelle, vieille comme l’humanité, réussissent encore à tirer des partis politiques incapables de répondre aux besoins vitaux de leurs électeurs et un clergé miné de l’intérieur, tout aussi impuissant à rassurer ses ouailles. D’où le choix des uns comme des autres de pousser à la roue et prendre la tête de la meute sanguinaire, redorant ainsi à peu de frais leur blason rouillé.

Inutile alors de chercher plus loin les causes du lynchage d’un groupe de jeunes musiciens dont l’un des péchés mortels est la diversité, puisque ses membres appartiennent à la plupart des confessions du tissu libanais ; et l’autre la différence, incarnée par un Hamed Sinno qui assume sans complexe sa nature homosexuelle quand celle-ci, au regard d’une société conservatrice, devrait être vécue dans le mensonge, la honte et l’autoflagellation.

Alors, tout à coup, on cherche dans le registre de Mashrou’ Leila de quoi justifier une attaque sans fondement en isolant paroles et images de leur contexte. Pire que tout, innocenté par la justice, le groupe a été condamné par le clergé qui a eu le dernier mot, et le ministère de l’Intérieur n’a rien fait pour assurer la tenue et la sécurité de l’événement, annulé pour « éviter une effusion de sang » (à ce point !).

Serons-nous désormais gouvernés par les religions ? Cet incident annonce-t-il une ère, plus sombre encore que celle des guerres, où la tolérance n’aura plus jamais sa place ? Tout est à recommencer, et la lutte s’annonce âpre et longue pour les partisans d’un Liban ouvert et pluriel qu’ils ne reconnaissent plus.


Ce fut un matin au goût de cendre. Les néo-croisés ont fait valoir leur cause en empêchant le concert d’avoir lieu. Leur cause et ses quatre piliers. Un : « Quand on s’attaque aux symboles de l’islam, les musulmans, eux, savent se défendre. On ne va pas se laisser faire comme des poules mouillées. » Deux : « Si on lâche la bride aux artistes, ils seront...

commentaires (16)

Connaissant bien le LIBAN, j'espère que l'auteur de cet article "Fifi ABOU DIB" est bien gardée. Bravo Madame ! J.C.R.

REBOURS Jean-Claude

14 h 56, le 02 août 2019

Tous les commentaires

Commentaires (16)

  • Connaissant bien le LIBAN, j'espère que l'auteur de cet article "Fifi ABOU DIB" est bien gardée. Bravo Madame ! J.C.R.

    REBOURS Jean-Claude

    14 h 56, le 02 août 2019

  • Adieu Liban ouvert et pluriel et bonjour Liban tribal confessionnel ou chaque confession se croit minorité et fera sa propre loi du Moyen Age ..

    Antoine Sabbagha

    21 h 52, le 01 août 2019

  • VOUS DIVAGUEZ CHERE MADAME FIFI CETTE FOIS-CI. LA LIBERTE D,EXPRESSION NE VEUT PAS DIRE QU,ON EST LIBRE D,INSULTER FUT-CE EN IMAGES LES AUTRES. RESPECTER POUR ETRE RESPECTER DEVRAIT ETRE LE MOT D,ORDRE. LA LIBERTE D,EXPRESSION FINIT LA OU COMMENCENT LES DROITS ET LA DIGNITE DES AUTRES. QUE CELUI QUI VEUT COLLER LA TETE DE L,ACTRICE SUR L,IMAGE DE LA SAINTE VIERGE COMMENCE PAR LE FAIRE SUR CELLE DE SA MERE, DE SA FEMME OU DE SA FILLE ET LES TOURNE EN DERISION !

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION !

    16 h 35, le 01 août 2019

  • Avec tout mon respect Fifi, sincèrement, vous voyant porter le glaive pour défendre un fait social "actuel", bien que existant depuis la nuit des temps me laisse pantois. Vous nous aviez habitué à traiter des sujets plus " nostalgiques" , votre spécialité je dirai, mais là pour celui ci, point de nostalgie à nous décrire, mais vous faîtes plutôt dans le présent/ futur. C'est votre avis et je respecte . J'adore Madonna, l'artiste, la bête de scène, les chansons qui nous ont emporté à travers nos âges, mais je déteste madonna la femme qui a pris position dans sa vie sociale et son message politique. Pour ceux qui ont suivi son parcours. Je voudrai aussi faire comprendre que parmi les 4 raisons invoquées plus haut celui de la minorisation des chrétiens à travers l'insulte faite à leurs symboles est à prendre très au sérieux, c'est aussi et peut-être la raison de leur exil, le fait que ceux ci ne sont pas respectés au liban, CHEZ EUX . AILLEURS C'EST EMPRUNTÉ C'EST PAS CHEZ EUX .

    FRIK-A-FRAK

    15 h 52, le 01 août 2019

  • L'influence grandissante du Hezb et de ses amis sur le CPL et compagnie...

    IMB a SPO

    15 h 09, le 01 août 2019

  • Dans des pays plus avancés sur le plan politique, la personne du roi est inviolable alors que dans d’autres pays moins avancés, la monarchie est un tabou absolu... Qu’en est-il alors de la figure emblématique de la vierge Marie ? L’évêque de Byblos qui n’a rien d’un curé d’Ars, peut donner son avis, et d’autres métropolites et évêques de la région, s’ils ne disent rien, c’est qu’ils n’en pensent pas moins ….. Tout ce débat ne devrait pas avoir lieu, pour ne pas faire diversion, sur un sujet beaucoup plus préoccupant, celui de la fusillade de Qabr Chmoun, et la paralysie du gouvernement. Pour rappel, il y des régions, des cantons, où les chrétiens ne sont plus chez eux. Qui peut le nier ? C’est vous dire qu’on ne vit pas ensemble, mais dos à dos… Et c’est promis, j’écouterai du ""rock libanais""………Merci de publier………………

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    13 h 28, le 01 août 2019

  • NE PAS OUBLIER que depuis le 11 sept 2001 le monde a change du tout au tout. que le terrorisme a pris le dessus, que les sensibilites d'ordre religieux sont devenues le credo du 21e siecle. COMMENT CONCILIER L'ACCEPTABLE AVEC LE RÉFUTABLE LORSQUE LE SLOGAN -LE SEUL VRAI SLOGAN CHEF DU +GRAND BLOC PARLEMENTAIRE & Co EST LA BATAILLE POUR RECOUVRER LES DROITS DES CHRETIENS.... LE "ZAIM" SUNNITE QUI SE TRONE "PERE" DES SUNNITES.... LES 2 ZAIMS CHIITES QUI EUX N'ONT PLUS BESOIN D'EXPRIMER QUOIQUE CE SOIT DANS LE GENRE GRACE JUSTEMENT AU 1er MENTIONNE CI-HAUT ???

    Gaby SIOUFI

    13 h 02, le 01 août 2019

  • Merci chère Madame, pour ce témoignage courageux et élégament exprimé. L'évolution du monde actuel et de ses leaders, confirment cette mouvance populariste, sectaire, fanatique et inquisitrice, en réaction à la période précédente représentée par l'ouverture, la tolérance,le vivre ensemble, la liberté, le respect de la différence et celui du sens des limites... Est-ce là un phénomène de société...? Vers quels horizons nous acheminons-nous...? Qui vivra verra (je l'espère)...! Mais attention, le Pays du Cèdre a sa spécificité, il faut que toutes ses composantes en tiennent compte, pour qu'ils ne subissent pas plus tard "un retour de manivelle" et finissent par perdre leur richesse socio culturelle et leur rôle de pays message...!

    Salim Dahdah

    12 h 54, le 01 août 2019

  • Triste Liban je fais parti de la génération "il est interdit d'interdire" et j'en suis fier ! et je viens d'assister a une belle connerie (je n'ai pas trouvé mieux) tout ce qui est culturel, politique ou religieux est à la liberté de chacun et pourquoi interdire le droit d'assister a quelque chose l'on n'apprécie pas ? je n'aime pas Marine Le Pen je la combat politiquement mais je ne lui interdit pas de se produire ! personne n'était obligé d'assister à ce concert! en tous les cas ils doivent être content de la pub maintenant ils peuvent se produire dans le monde entier il y aura la foule. J'espère qu'ils pourront remercier le clergé pour leur promotion

    yves kerlidou

    12 h 01, le 01 août 2019

  • Chère Fifi Nous ne devons pas nous taire. Garder le silence signifie accorder un blanc-seing à la bête immonde: le fascisme populiste d'extrême-droite. Merci de mettre votre si belle plume au service du bon sens et de la dignité de tout un chacun

    COURBAN Antoine

    11 h 57, le 01 août 2019

  • Madame, je retrouve dans vos lignes le même raisonnement, sous-jacent bien sûr, qui a conduit à la glorification des causes LGBT-Q et immigrationistes il y'a quelques années en Europe. Ça commence toujours de la même façon : des membres de minorités agressent la partie la plus fragile d'une identité collective (presque toujours la chrétientés) Face à la réaction naturelle de protestation, ladite minorité se pose en victime et on connait la suite : "le racisme ne passera pas" (mais quel racisme ?) "Non à l'intolérance religieuse" (bizarrement que la chrétienne, JAMAIS Juive ou Musulmane) et le moindre appel au boycott est assimile à la censure médiévale. Vous reprenez madame, un processus qui est devenu classique. Bien sûr, votre candide article ne serait pas complet sans feindre l'incompréhension, excellente technique pour couvrir d'obscurantisme l'argument adverse. Au cas peu probable ou votre incompréhension serait réelle, je vous invite à relire l'excellent ouvrage d'Amine Maalouf "les identités meurtrières" Vous comprendriez non seulement la réaction a des propos blasphématoires mais plus généralement la montée des Trump, Salvini, Johnson, Putin, etc..

    Lebinlon

    10 h 48, le 01 août 2019

  • Belle analyse Fifi Vous posez la question si on va être désormais gouvernés par les religions? Mais voyons, l’histoire de notre pauvre pays n’est autre qu’un amalgame de communautés religieuses minoritaires chez nos voisins, persécutées et qui ont été obligées de se créer des alliances artificielles pour leurs survies, en se créant des liens avec des forces extérieures pour préserver les privilèges de leurs clans et se cachant derrière des hiérarchies religieuses sclérosées, intolérantes et moyenâgeuses... Ça faisait et fait toujours l’affaire de nos pseudo-dirigeants chefs de clans et tribus féodales aux mentalités primaires qui s’accomodent très bien de cette intolérance religieuse et explique bien pourquoi ils n’ont même pas réagi à ce scandale! On est passé avant la guerre civile par une période de grâce où tous les libanais se retrouvaient dans une ambiance démocratique, d’ouverture, de respect de l’autre sans même mentionner nos différences religieuses... Et tout a basculé depuis ce temps et ne fait que se détériorer malheureusement et, en effet tout est à recommencer.... Heureusement qu’il y a une société civile qui se fait entendre et laisse espérer qu’ un jour, les choses pourraient changer.

    Saliba Nouhad

    03 h 48, le 01 août 2019

  • Très bon article...qui écoutera et qui comprendra...?

    Wlek Sanferlou

    03 h 28, le 01 août 2019

  • ""Il révèle d’abord qu’un bouleversement profond et insidieux s’est produit, ces trois dernières années, au sein de la population chrétienne. Celle-ci manifeste tout à coup un repli et un durcissement qu’on ne lui avait pas connus depuis longtemps……"" Ces trois dernières années, donc depuis le début du mandat actuel ? Quant au durcissement et repli, cela est connu depuis longtemps, très longtemps, depuis le 19 siècle… Oui la population chrétienne est inquiète, et beaucoup n’attendent que la hausse des prix de l'immobilier pour vendre et ne plus revenir…. Bonne journée.

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    03 h 22, le 01 août 2019

  • Je vous cite :""Serons-nous désormais gouvernés par les religions ?"" Par des politico-religieux, plus précisément, quand il ne faut pas parler d’un parti et de sa branche armée…

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    03 h 10, le 01 août 2019

  • Madame, ça ne vous ressemble pas ces deux dernières ""Impressions"" ! Vous écrivez : ""La publication, il y a quelques jours, par un organisme indépendant, de statistiques dont il ressort qu’au Liban, tous les rites chrétiens réunis constituent une population à peu près égale en nombre à chacun des grands groupes mahométans, a dû faire frémir plus d’un, dans un contexte où les minorités craignent pour leur survie."" D’abord l’organisme cité n’est pas indépendant, mais privé. La nuance s’impose. Peut-on faire confiance aux chiffres avancés… ? Pourquoi cette question ? Réponse : Https://www.lorientlejour.com/article/1149419/jawad-adra-un-laic-independant-pour-representer-les-sunnites-antihaririens.html. Perplexe ! ""une population à peu près égale"" aux ""mahométans"" (sic). Alors, quel est le chiffre exact des chrétiens vivant au Liban ? Il est "à peu près égal" aux Arabes d’Israël, mais ça, il ne faut pas le dire… Le reste est dans la diaspora… Tout cela me laisse un arrière-goût plutôt aigre que doux.

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    03 h 07, le 01 août 2019

Retour en haut