Le billet de Gaby NASR

En arrière toute !

Billet
Gaby NASR | OLJ
26/07/2019

Un gouvernement fantôme dont les ministres se tirent une gueule longue comme un câble transatlantique ; des crises qui se chevauchent et ne réussissent à pondre que des mauvais présages, dont on rappelle rapidement la définition : plein de signes indiquant que quelque chose de grave va se passer tant que rien ne se passe… Bref, le train du feuilleton libanais trottine allègrement, à la grande joie des populations locales et pour le plus grand bonheur de leurs dirigeants installés pour en faire commerce et se goinfrer.

À la vitesse à laquelle le pays recule, nos responsables se sont révélés des virtuoses de l’évolution à rebours. Mais ce n’est pas bien grave, des comiques troupiers qui savent si bien organiser la dégringolade sont parfaitement armés pour mieux sauter un jour. Et nous avec par la même occasion, car plus rien ne marche désormais dans la bananeraie. Douce poésie de la déliquescence, mais on ne change pas la recette d’un fromage politique aussi nourrissant.

À chaque fois qu’un dossier épineux se présente, le premier réflexe des gens est de se demander lequel parmi les protagonistes est le fripon. Jusqu’au moment où, au vu du compromis boiteux qui se mijote, on se rend compte que l’intrigue est équitablement partagée. À qui donner raison aujourd’hui? Au Basileus, qui ne va plus en randonnée de montagne sans une armada de patibulaires et la quincaillerie associée? Au Derviche tourneur de Moukhtara, qui passe son temps à asticoter le Tyranneau de Damas et qui s’étonne ensuite de voir ses pitbulls locaux lâchés à ses trousses? Au Mollasson du Sérail, qui, plutôt que de faire n’importe quoi, ne fait désormais plus rien ? Mystère et boule puante!

Alors, tant pis, puisque la politique ne donne pas grand-chose, il a fallu se rabattre sur le… rock alternatif. Et Mahsrou’ Leila est venu à point nommé pour exciter une horde d’allumés qui ont fait le plein d’opium du peuple en fumant Jésus directement sans filtre. Ils étaient là à guetter le moindre borborygme de traviole du chanteur incriminé pour se lâcher et lyncher, bavant une cire rouge virtuelle sur le concert et menaçant de l’annuler de force. Couche après couche, ils en ont rajouté des tonnes dans le christianisme pluriel, une langue de bois débitée en sciures agressives au milieu d’une parano aiguë du blasphème et de l’apostasie. Dire qu’il se trouve encore des niaiseux que le procédé révolte. Doivent pourtant s’estimer heureux que la loi ne prévoit pas encore de fusiller séance tenante les chanteurs « hérétiques ». Mais c’est l’avantage des saillies définitives. Elles pourront toujours resservir… pour une autre chanson.

Au Liban, la liberté est immuable… sauf quand il lui arrive de muer.

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

sensassionel article

dommage qu'il n y a aucune proposition donne de resoudre ce probleme

Irene Said

Votre description de notre classe dite "politique et responsable" est tellement précise et vraie, que l'on ne trouve rien à vous redire, sauf

B R A V O !!!

Monsieur Gaby Nasr,
et bon weekend

Irène Saïd



L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE LA DYNAMITE MADE PAR GABY NASR !

MIROIR ET ALOUETTE

Au Liban, la liberté est immuable… sauf quand il lui arrive de muer.


Vous ne pensez pas si bien dire Gaby ; elle mue en ce moment . Dans le bon sens pour certains et le mauvais pour d'autres, ( ils et elles ) .

Kelotamam

Bonjour , vous êtes toujours d une étonnante lucidité !!!!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La visite du ministre des AE turc à Beyrouth, un timing sensible

Un peu plus de Médéa AZOURI

Les ami(e)s de mes ami(e)s

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants