X

Liban

À Bourj Brajneh, les Palestiniens veulent faire échec au « marché du siècle »

Reportage

Les réfugiés syriens représentent désormais près du double de la population d’origine de ce camp de la banlieue sud.

25/06/2019

« Notre droit au retour fera échec au marché du siècle. » Ce message de bienvenue trône en rouge sang sur une large banderole déployée à l’entrée du camp palestinien de Bourj Brajneh, aux côtés de drapeaux palestiniens. Elle avoisine les portraits de l’ancien président défunt de l’autorité palestinienne Yasser Arafat, du président palestinien Mahmoud Abbas et d’une poignée de « martyrs ».

Quelques mètres plus loin, une nouvelle mise en garde interpelle. « Non au chantier de Bahreïn. Le marché du siècle est une trahison portée à la nation musulmane. Il ne verra pas le jour. » D’emblée le ton est donné. La conférence de Manama commence aujourd’hui et s’étendra sur deux jours. Et le plan de paix américain pour le Proche-Orient y sera présenté. Quoi que décident les dirigeants américains et arabes, les habitants de ce camp de réfugiés situé dans la banlieue sud de Beyrouth s’accrochent à leur cause. Principalement originaires de la Galilée, ils continuent de réclamer « leur droit au retour » et « la création d’un État palestinien indépendant avec Jérusalem-Est pour capitale », tout en assurant que la nationalité libanaise ne les intéresse point. Mais dans ces dédales de misère et de promiscuité envahis par les câbles électriques, les détritus et les deux-roues pétaradantes, quelques voix dissonantes s’élèvent.


(Lire aussi : Le projet économique de Kushner rejeté de tous bords)


Jérusalem n’est pas à vendre
« Qu’ils se le tiennent pour dit. Nous n’abandonnerons jamais notre cause ». Deux femmes au foyer balaient du revers de la main les promesses américaines de lever 50 milliards de dollars pour les Palestiniens. Elles ne peuvent concevoir de voir disparaître « la cause pour laquelle le peuple palestinien lutte depuis 70 ans déjà ». « Ce n’est pas la première fois qu’on nous fait ce genre de propositions, affirment-elles. Et malgré les difficultés de la vie dans un camp palestinien, nous tenons le coup, grâce à Dieu. »

La rue commerçante ne manque pas d’animation, en cette chaude après-midi de la fin juin. Si les commerçants palestiniens ou syriens attendent le client, les quelques médecins travaillent à plein rendement. Les enfants et adolescents s’adonnent, eux, à leur passe-temps favori : sillonner le camp à bord de leurs mobylettes, quitte à se faire insulter par des passants excédés. Dans ce camp surpeuplé aux ruelles boueuses et cabossées, les Syriens (40 000) sont désormais plus nombreux que les Palestiniens (25 000). Ces derniers ont émigré au fil des ans, en Allemagne et en Suède, principalement. Des constructions en dur se dotent d’étages supplémentaires, construits à la va-vite.

À la porte d’une permanence du Fateh, un groupe de militants conversent. « Ce deal du siècle est un complot pour définitivement anéantir la cause palestinienne », martèle l’un d’eux. Nous le rejetons. De même que nous refusons toute initiative américaine pro-israélienne, et donc à nos yeux suspecte. » « Jérusalem n’est pas à vendre. Et toutes les richesses du monde ne nous feront pas abandonner la terre de Palestine ! » martèle à son tour une responsable du club de la Galilée, qualifiant la conférence de Manama de « trahison de la part des dirigeants arabes et surtout du régime bahreïni ».


(Lire aussi : Le plan de paix de Kushner est-il mort-né ?)


Un bon deal vaut mieux qu’une vie de misère
Qu’ils soient jeunes ou vieux, les habitants du camp s’enferment dans un même refus. Au nom de leur cause, de leur histoire, de leurs victimes, de leurs guerres. « Cette conférence est une conspiration contre le peuple palestinien », dit cet émigré en Suède, de retour pour rendre visite à ses proches. « Nous y ferons échec tant qu’il restera un Palestinien vivant », lance de son côté Abou Amer, rescapé de Tell Zaatar. « Nous sommes prêts à avoir faim, mais il n’est pas question d’abandonner notre patrie, fait remarquer un père de famille qui vient juste de perdre son emploi de menuisier. Et si nous obtenons une autre nationalité, nous resterons toujours Palestiniens. »

Même les plus jeunes sont intraitables. « Que personne ne touche à notre terre qui est celle de nos ancêtres », répondent en chœur deux adolescentes, Janane et Nadia. Plus pragmatique, le cardiologue du camp est certain d’un refus généralisé, mais ne peut s’empêcher de demander : « Et que va-t-il se passer lorsque l’argent aura disparu, avalé par la corruption ? Je ne veux ni argent ni nationalité libanaise. Accordez-moi juste des droits. »

Au fil des conversations et des slogans répétitifs, un jeune coiffeur lance excédé : « Moi ? Donnez-moi l’argent et je vendrai la Palestine entière ! » Un silence gêné s’installe. Son entourage enjolive ses propos. « J’ai été impulsif », regrette-t-il finalement, expliquant que son travail lui permet à peine de manger et de payer le loyer du fauteuil, son seul outil de travail. L’un de ses proches intervient : « Ses propos ont dépassé sa pensée. Peut-on dire à nos familles restées en Palestine que nous avons abandonné la cause ? De toute façon, la décision ne nous revient pas. »

Cet « incident » est loin d’être un cas isolé. Quelques commerces plus loin, un jeune homme qui tient un café évoque certes ce « deal du siècle », comme chacun appelle ici la conférence de Manama. Mais il assure qu’un « bon deal » et « une vie meilleure pour le peuple palestinien » valent mieux que « cette existence de misère sans droits, sans couverture sociale ni médicale ». « Observez notre quotidien, cette promiscuité, cette saleté, ces câbles qui ont déjà tué plusieurs habitants, ces maisons étriquées qui risquent de s’écrouler sur nos têtes, souligne-t-il, montrant les ruelles insalubres du camp. Est-ce bien cela que nous voulons ? » Dans ses rêves, le cafetier est déjà loin, en Suède ou en Allemagne, ces pays où il fait bon vivre, que nombre de ses compatriotes ont rejoint par des filières illégales. « Je tente de rejoindre l’Europe, par tous les moyens », avoue-t-il.


Lire aussi
Ce que le volet économique du plan Kushner prévoit pour le Liban

Le plan Kushner suscite un large rejet dans le monde arabe

« Nous n’avons pas offert 10 000 martyrs pour accepter 10 milliards de dollars en échange de l’implantation », lance Nadim Gemayel

Washington veut booster les infrastructures et l'éducation des Palestiniens

Conférence de Bahreïn sur le développement palestinien: qui participe?

Pourquoi la Jordanie ira à Manama à reculons

L’Égypte, l’intermédiaire indispensable

Sommet de Manama : Le Qatar aura aussi son mot à dire...

Plan de paix de Kushner : MBS et MBZ vont-ils franchir les dernières lignes rouges ?

Plan de paix de Kushner : Pourquoi la conférence a-t-elle lieu à Bahreïn ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

Mais c'est un vrais business mafieux! L'UNRWA touche US$440 par mois et par "refugie" inscrit sur ses listes! Vpus imaginez un peu ce que cela veut dire? Une vrais foutaise maintenue depuis 71 ans...

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

Au fond d'eux memes, Presque aucun des refugies palestiniens encore vivant et ayant plus de 20 ans en 1948 est encore vivant
Donc la cause palestinienne dont on les ressasse depuis ce temps leur est indifferente meme si ils ne peuvent pas le dire ouvertement
Comme pour toute personne ,une vie meilleure , un travail legal et un toit sur la tete et une nationalite reelle au lieu de ces camps mafieux controles par des gens armes vaut bien un OUI au projet de Trump
FAISONS UN VOTE PARMIS LES PALESTINIENS AU SCRUTIN CACHE ( PAS COMME LES ELECTIONS LIBANAISES OU LES ISOLOIRS ETAIENT OUVERT A TOUS ) ET VOYONS LES RESULTATS
IL EST TEMPS QUE CES REFUGIES AIENT UNE VIE NORMALE

Agenor

Aujourd’hui, je suis Palestinien.
Au diable Trump et ses milliards de dollars
Au diable l’injustice
Vive la justice et le peuple palestinien

gaby sioufi

normal que bcp soient POUR, non pas le "crime du siecle ", mais POUR la SOLUTION du siecle,
surtout ceux qui revent d'etre naturalises par les pays d'accueil - SURTOUT qd C le Liban ,
Certainement plus vivable qu'au Sinai, a Gaza ou ds la banlieue damascène.

Pierre Hadjigeorgiou

La Palestine n'a jamais existé et n'existera jamais. Au lieu de faire les malins, aujourd'hui qu'ils en on plus les moyens, les dirigeants de ce peuple doivent négocier au mieux pour assurer un chez soi quelque part a ce peuple errant depuis la nuit des temps. Le monde est fatigué de leurs mauvaises fois. Le monde est fatigué de payer. S'ils ne négocient pas au mieux, cette dernière fois, il n'y aura pas d'autre fois...
Pourquoi ne pas leur octroyer quelque 5000 km2 supplémentaires dans le Sinaï le long de Gaza et ne pas les soutenir, a travers une sorte de plan Marshall, a structurer cet état jusqu’à ce qu'ils puissent le faire avec les ressources énergétiques qui leur reviendraient? Je penses que cela arrangerait tout le monde... Surtout le Liban...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants