X

À La Une

Accusé de "racisme" par Joumblatt, Bassil défend son "appartenance" libanaise

Liban

"Il est naturel que nous défendions la main d’œuvre libanaise avant toute autre. Les Libanais avant tout !", a lancé le ministre des Affaires étrangères au deuxième jour de la conférence LDE.

OLJ
09/06/2019

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a attaqué samedi soir le leader druze Walid Joumblatt sur son "appartenance libanaise", quelques heures après que le chef du Parti socialiste progressiste ait accusé le leader du Courant patriotique libre de "racisme".

"Un ministre de premier plan (allusion à M. Bassil) nous a épatés par des théories racistes visant les Palestiniens et les Syriens", a écrit samedi matin M. Joumblatt sur son compte Twitter. La veille, le chef de la diplomatie libanaise s'était à nouveau prononcé en faveur d'une loi qui respecterait le préambule de la Constitution concernant le refus de l'implantation et permettrait aux Libanaises mariées à un étranger de transmettre leur nationalité à leurs enfants. En mars, le ministre avait annoncé qu'il allait présenter un projet de loi permettant aux Libanaises mariées à des étrangers, à l'exception des Palestiniens et des Syriens, de transmettre leur nationalité à leurs enfants, proposition qui avait été qualifiée de raciste par de nombreuses organisations de la société civile.

"Certains nous accusent de racisme parce que leur appartenance libanaise n'est pas assez forte pour qu'ils comprennent ce que nous ressentons", a-t-il déclaré dans un discours prononcé lors de la deuxième journée de la 6e édition de la conférence Lebanese Diaspora Energy (LDE) au Biel de Furn el-Chebbak. "Il est naturel que nous défendions la main d’œuvre libanaise avant toute autre. Les Libanais avant tout !", a lancé le ministre, avant d'ajouter : "Certains ne comprennent pas que notre libanité est au-dessus de tout. Notre appartenance libanaise est une appartenance à une civilisation, une histoire et une nation".



(Lire aussi : Hariri-Bassil : duel à rebondissements et partenariat obligé)



Réfugiés syriens
Les difficultés économiques que connaît le Liban sont souvent imputées à la présence de ces réfugiés, et les appels se font de plus en plus pressants en faveur d'un retour des Syriens dans leur pays.

Dans son tweet, le leader druze avait fait référence à l'expulsion de réfugiés syriens de Deir el-Ahmar et à la destruction à Ersal de tentes et de maisons de déplacés ayant fui la guerre en Syrie, se demandant s'ils allaient être envoyés en Syrie "pour être éliminés".

Mercredi, une violente altercation a éclaté dans le camp de fortune de Deir el-Ahmar, dans le nord de la Békaa, entre des déplacés syriens et une équipe de la Défense civile venue éteindre un incendie à l'intérieur du camp. Un volontaire de la Défense civile avait été blessé. Après cet incident, plusieurs responsables de la localité ont préconisé le démantèlement définitif du camp. Certains réfugiés ont pris la fuite de peur de représailles. Jeudi, plusieurs centaines de réfugiés syriens ont été forcés de quitter leur camp de fortune. 

Mardi, trois ONG internationales ont indiqué que les autorités libanaises ont donné en avril aux réfugiés syriens jusqu'à dimanche pour démolir tout abri qui ne serait pas construit avec des planches de bois ou des bâches en plastique dans la région de Ersal, frontalière de la Syrie en guerre.

Au Liban, les formations opposées au régime syrien prétendent que Damas s'en prend aux réfugiés syriens qui rentrent dans leur pays. 




"Qui gouverne dans ce pays ?"
Dans ce même tweet, le leader druze avait de nouveau mis en cause le compromis présidentiel "sinistre" de 2016, scellé par Gebran Bassil et le chef du Courant du Futur, Saad Hariri, devenus respectivement après l'élection de Michel Aoun à la présidence ministre des Affaires étrangères et Premier ministre. 

Ces derniers jours, les relations entre le CPL et le Futur se sont tendus, notamment après des déclarations du leader du parti aouniste qui avait affirmé que "le sunnisme politique est né sur le cadavre du maronitisme politique". L’attaque terroriste perpétrée lundi soir à Tripoli est venue rajouter de l’huile sur le feu.

Alors qu'il avait pris fait et cause 48 heures plus tôt pour Saad Hariri dans cette polémique entre le CPL et le Futur, M. Joumblatt s'en est pris vendredi au chef du gouvernement au sujet de la crise qui secoue la municipalité de Chehim, un gros village sunnite de l’Iqlim el-Kharroub.



Lire aussi

Le clin d’œil de Bassil aux Kataëb : discours de circonstance ou initiative sérieuse ?

Mobilisation politique sunnite autour de Hariri

Le CPL et le Futur tentent de calmer le jeu

Le compromis présidentiel vacille une fois de plus...


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Atalante fugitive

Joumblat a un problème identitaire pathologique, son syncretisme ethnique est toxique au regard de ce que vivent les libanais.

Honneur et Patrie

Le ministre touche-à-tout semble ignorer son poids et sa mesure. Lorsqu'on prétend défendre les droits de sa communauté qui ne représente aujourd'hui que la moitié de ce qu'elle était il y a 50 ans, il démontre qu'il n'est pas apte à gouverner.
Il n'y a de réussite qu'à partir de la vérité.
Quant au caméléon sur twitter, je n'ai rien à lui dire.
Avec les sentiments patriotiques d'un Kesrouanais, votre serviteur.

Gebran Eid

JE NE COMPREND VRAIMENT PAS AUJOURD'HUI QU'IL Y A DES GENS, PALESTINIENS OU SYRIENS OU DE N'IMPORTE DE QUEL PAYS QU'ILS VIENNENT SOUHAITENT AVOIR LA NATIONALITÉ LIBANAISE. MALHEUREUSEMENT LE PASSEPORT LIBANAIS EST DEVENU LE PIRE PASSEPORT DEPUIS QUE SLEIMAN PREMIER EST MONTÉ SUR SA CHAISE. LES GENS QUI VOYAGENT AVEC CE PASSEPORT LE SAVENT BIEN. MAIS LES AUTRE QUI LE RECLAMENT L'IGNORENT. IL FAUT LES INFORMER PLUTÔT EN LEUR DISANT CE QUI LES ATTEND AILLEURS.

Bustros Mitri

Mais puiqu’Assad a gagné pourquoi ses sujets ne rentrent-ils pas chez eux ? A moins qu’il veuille faire un cadeau à Merkel...

gaby sioufi

LECON A TIRER DE TOUTES CES CHAMAILLES ?
l'adage qui dit l' ami de mon ami est mon ami, l'ami de mon ennemi est mon ennemi" ne tient pas la route chez nous !
car chez nous ami aujourh'ui, ennemi demain est chose appliquee par tous sans objectif ou raison particulieres.
UNE SEUL EXCEPTION portee haut la main par jobran : IL N'A PAS D'AMI et il s'en fout carrement.

Irene Said

Dites, Messieurs Joumblatt et Bassil,
mis à part d'occuper journellement les médias avec vos twitters accusateurs ou déclarations fanfaronnes...que faites vous de constructif pour le Liban dont vous prétendez être des citoyens ?
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES BULLES DE GAZ GENDRISSIMALES !

HABIBI FRANCAIS

Vrament curieux que les politiques qui exigent le retour des refugies syriens sont aussi les grands allies de Damas au Liban....c est a dire qu ils rejettent les meilleurs des Syriens et travaillent pour les pires des syriens....car les pires des syriens sont ceux au pouvoir a Damas qui ont envahi ,pille et martyrise le Liban pendant 30 ans...et qui veulent continuer de le faire.

LA VERITE

Monsieur le Gendre

CELA SUFFIT DE PARLER DE TOUT ALORS QUE VOUS ETES " SEULEMENT " MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES "

UN HOMME LIBANAIS EPOUSE UNE PALESTINIENNE ET LES ENFANTS VENUS AU MONDE DANS LE VENTRE D'UNE PALESTINIENNE SONT LIBANAIS

UNE FEMME LIBANAISE EPOUSE UN PALESTINIEN ET LES ENFANTS VENUS AU MOINDE DU VENTRE D'UNE LIBANAISE DOIVENT ETRE LIBANAIS

CESSEZ DE JOUER A CE JEU HORRIBLE QUI DIFFERENCIE LES HOMMES DES FEMMES ET DONT LE PRIX EST PAYE PAR LES ENFANTS

SI VOUS PENSEZ CONFESSION UNIQUEMENT ET QUE LES MUSULMANS VONT DEVENIR PLUS QUE LES CHRETIENS AU LIBAN ,SACHEZ QU'ILS LE SONT DEJA MEME SI VOUS NE VOULEZ PAS LE RECONNAITRE CAR CELA FAIT DEPUIS 1975 QUE LES CHRETIENS EMIGRENT EN MASSE ET DEPUIS 1990 QUAND LE LIBAN A ETE SOUS TUTELLE SYRIENNE ET SURTOUT DEPUIS 2005 OU LES POLITICIENS SE METTENT PLEIN LA POCHE ET NE S'OCCUPPENT PAS DE CE PAYS QUE LES CHRETIENS ONT FINALEMENT MIS UNE CROIX DESSUS

SACHEZ QUE VU LE TAUX DE NAISSANCE ET L'IMMIGRATION NOUS SOMMES DEJA A UN TIER ET DANS 30 OU 40 ANS ( QUE LE TEMPS PASSE VITE 1975 C'ESTAIT ENCORE HIER ) NOUS SERONS UNE MINORITE NEGLIGEABLE

RIEN NE CHANGERA CE FAIT ET N'ESSAYEZ PAS DE FAIRE DES LOIS DISCRIMINATOIRES CELA FERA UN BOOMERANG INCROYABLE DONT VOUS NE MEUSUREZ PAS L'IMPACT INTERNATIONAL QUI POURREZ MEME ANNULER CEDRE

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

«Ya aayb el-choum»

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants