X

Liban

Le plan Boustani en Conseil des ministres cette semaine... sauf imprévu

Électricité

Selon le ministre de l’Information Jamal Jarrah, l’option des navires-centrales n’est plus de mise.

Yara ABI AKL | OLJ
03/04/2019

Alors que les diverses composantes gouvernementales affichent leur détermination à résoudre le problème du courant électrique, la commission ministérielle ad hoc chargée d’examiner le plan élaboré par la ministre de l’Énergie Nada Boustani (relevant du Courant patriotique libre) a de nouveau tenu hier une réunion au Sérail sous la présidence du Premier ministre Saad Hariri et doit tenir une nouvelle séance cet après-midi. Si elle parvient à un accord, le plan pourrait être étudié en Conseil des ministres jeudi au Grand Sérail selon le ministre de l’Information Jamal Jarrah. Pour sa part, Mme Boustani a indiqué que son projet pourrait être évoqué lors d’une séance gouvernementale extraordinaire qui se tiendrait à Baabda, vendredi. La commission ministérielle s’est réunie hier en présence de représentants de la Banque mondiale, pour la deuxième journée consécutive. Elle a également regroupé Ghassan Hasbani, vice-président du Conseil (Forces libanaises) et les ministres Nada Boustani, Ali Hassan Khalil (Finances, Amal), Jamal Jarrah (Information, Futur), Akram Chéhayeb (Éducation, Parti socialiste progressiste), Mohammad Fneich (Jeunesse et Sports, Hezbollah), Camille Abousleiman (Travail, FL), Youssef Fenianos (Travaux publics, Marada) et Adel Afiouni (ministre d’État pour les Technologies de l’information, proche de l’ex-chef du gouvernement Nagib Mikati).

Contacté par L’Orient-Le Jour, Ghassan Hasbani s’est félicité de l’atmosphère « positive » de la réunion, indiquant que les discussions avaient reflété « des approches techniques et scientifiques du dossier ». Le vice-président du Conseil a précisé que la séance d’hier était consacrée à l’examen des mesures et décisions gouvernementales à même d’accélérer la mise en application du plan, ainsi que le cadre général du cahier des charges. « Nous avons également discuté des mesures gouvernementales à même de réduire les pertes techniques et freiner l’augmentation du déficit dont souffre le secteur », a ajouté M. Hasbani. Il n’a pas précisé quelle serait la partie compétente pour organiser les appels d’offres, mais a souligné que les FL insistent pour que cela relève de la direction générale des adjudications (DDA). « Les débats à ce sujet se poursuivront lors de la réunion prévue demain (aujourd’hui) de la commission », a-t-il ajouté .S’exprimant à l’issue de la réunion d’hier, le ministre de l’Information a déclaré que Mme Boustani a « présenté un document dans lequel elle a défini chronologiquement les étapes à suivre nécessitant un accord pour que le plan puisse être mis en œuvre ». « Une nouvelle réunion aura lieu demain (aujourd’hui) à 15h. Nous y évoquerons tous les points que nous n’avons pas discutés aujourd’hui et nous espérons pouvoir en terminer une fois pour toutes », a-t-il assuré, se félicitant « du débat profond et responsable » pendant les réunions.

Répondant aux questions des journalistes au sujet de la partie compétente pour organiser les appels d’offres, M. Jarrah a indiqué que « la loi 288 (votée le 30 avril 2014 permettant l’octroi de licence de production de l’électricité sur une période de deux ans et renouvelée par l’adoption de la loi 54, ayant prolongé le délai jusqu’en avril 2018) devrait être amendée. Ces modifications seront étudiées par la commission pour qu’elles soient adoptées lors de la première séance parlementaire ». « La phase provisoire du plan devrait débuter en 2020, parallèlement à la permanente », a-t-il encore dit, avant de poursuivre : « Conformément au plan, le processus de production devrait être lancé en 2022, sinon début 2023. »

Affirmant qu’il n’est plus question de navires-centrales (prévus dans le plan élaboré par l’ex-ministre de l’Energie César Abi Khalil relevant, lui aussi, du CPL), le ministre de l’Information a fait savoir que la surface du terrain à exproprier pour la construction d’une centrale électrique à Selaata (Batroun) a été réduite, d’où la baisse du coût. « Le plan Boustani pourrait être étudié en Conseil des ministres jeudi en dehors de l’ordre du jour, si nous arrivons à finaliser les discussions », a ajouté M. Jarrah.

Pour sa part, la ministre de l’Énergie a précisé qu’une séance ministérielle pourrait se tenir vendredi à Baabda pour plancher sur son plan. « Nous n’avons pas de problèmes quant à la partie qui organisera les appels d’offres pour la construction de centrales électriques. Mais il s’agira d’un seul appel », a-t-elle précisé. Une façon pour Mme Boustani de calmer les appréhensions des FL quant à une multiplication de dossiers difficilement contrôlables.


(Lire aussi : Trois réunions de l’exécutif pour presque rien)



Geagea : Gare aux intérêts personnels

Ces craintes clairement exprimées par Meerab avaient d’ailleurs suscité une grave polémique entre le parti de Samir Geagea et celui de Gebran Bassil, notamment au cours du week-end dernier. S’exprimant à ce sujet, le leader des FL a rappelé que sa formation n’est pas la seule à formuler certaines craintes concernant le plan de l’électricité. « Il y a aussi différentes parties prenantes à (la conférence de Paris dite) CEDRE, la Banque mondiale, la Banque européenne et plusieurs partis politiques, mais aussi les citoyens », a-t-il déclaré dans une interview accordée à l’agence locale al-Markaziya. Estimant que « certains intérêts personnels et des marchés douteux » se cachent derrière l’attachement aux navires-centrales, M. Geagea a assuré que les FL continueront à faire barrage sur ce point, tout en appelant ses partisans à ne pas se livrer à des polémiques avec les aounistes à ce sujet. « La logique veut que les efforts soient déployés pour mettre fin aux pertes techniques et lancer la construction de centrales permanentes, en partenariat avec le secteur privé », a-t-il encore dit.

Le bloc du Liban fort (parrainé par le parti de Gebran Bassil) a, pour sa part, évité d’évoquer sa récente querelle avec son partenaire chrétien. À l’issue de la réunion hebdomadaire du groupe, Ibrahim Kanaan, député du Metn, s’est contenté de rappeler que le pays ne peut tolérer le report du débat sur le plan de l’électricité.

Le bloc parlementaire du Futur a, quant à lui, insisté sur l’importance d’accorder la priorité (tant au sein du gouvernement qu’au Parlement) aux dossiers de l’électricité et du budget 2019 (transféré hier du ministère des Finances à la présidence du Conseil). « Il s’agit d’une étape nécessaire pour la mise en application des projets du cabinet et pour mettre fin à la stagnation actuelle, ainsi qu’aux surenchères politiques et populistes », a-t-il estimé dans un communiqué publié à l’issue de sa réunion.

L’ordre du jour du Conseil des ministres, qui se réunit demain à midi au Sérail, comportera 26 points, dont la stratégie nationale pour la lutte contre la corruption qu’exposera la ministre d’État pour le Développement administratif May Chidiac. La question des nominations des vice-gouverneurs de la Banque centrale sera, en revanche, reportée.


Lire aussi

Réforme ou chloroforme ?, l'éditorial de Issa GORAIEB

L’ultrasensible dossier de réforme de l’électricité examiné sous l’œil vigilant de la Banque mondiale

Les centrales de Deir Ammar et Zahrani ont été ravitaillées, le plan Boustani ferait consensus

Réformes : le Liban officiel exaspère les pays occidentaux

Électricité : que prévoit le plan de Nada Boustani ?


Pour mémoire

Électricité : la réunion ministérielle pour débattre du plan de réforme risque d’être houleuse

Boustani lie le déficit public à la tarification figée d’EDL

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAUT EN FINIR AVEC L,ELECTRICITE EN CONFORMITE AVEC LES REFORMES DE LA CEDRE ET ATTAQUER D,AUTRES DOSSIERS ET PROJETS PROMIS DANS LA CEDRE !

gaby sioufi

C TRES BIEN COMME CELA :
NO COMMENT(S) , vaut bien mieux !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants