Électricité

Les centrales de Deir Ammar et Zahrani ont été ravitaillées, le plan Boustani ferait consensus

Une source à la direction d’Électricité du Liban a assuré hier à L’Orient-Le Jour que les centrales thermiques de Deir Ammar (Liban-Nord) et Zahrani (Liban-Sud) avaient pu être ravitaillées en gasoil au cours des dernières 24 heures et que la production de courant avait progressivement retrouvé son niveau habituel.

Les deux centrales ont dû fonctionner au ralenti pendant plusieurs jours, suite à un retard dans le déblocage des crédits visant à payer le carburant – le troisième épisode de ce genre depuis l’automne dernier. La lettre de crédit a finalement été transférée lundi par le ministère des Finances sans que les causes de ce retard ne soient clairement identifiées. Les centrales de Deir Ammar et Zahrani déploient chacune environ 470 mégawatts et fonctionnent au gasoil, contrairement aux autres centrales thermiques du pays qui consomment du fioul.

Le secteur de l’électricité libanais est gourmand en subventions, et les capacités d’EDL sont insuffisantes pour fournir du courant à tous les foyers libanais à plein temps. Un plan de réforme, présenté il y a environ une semaine par la ministre de l’Énergie et de l’Eau, Nada Boustani, pourrait être rapidement approuvé par le Conseil des ministres. Lors d’un entretien hier sur la Voix du Liban, l’ancien député Moustapha Allouche (Futur) a affirmé qu’il y avait récemment eu un « consensus » entre les différents responsables politiques autour de ce plan.



Une source à la direction d’Électricité du Liban a assuré hier à L’Orient-Le Jour que les centrales thermiques de Deir Ammar (Liban-Nord) et Zahrani (Liban-Sud) avaient pu être ravitaillées en gasoil au cours des dernières 24 heures et que la production de courant avait progressivement retrouvé son niveau habituel.

Les deux centrales ont dû fonctionner au ralenti pendant...

commentaires (0)

Commentaires (0)