X

Liban

Hariri face au Hezbollah : Nous sommes tous responsables

Séance parlementaire
S.N. | OLJ
07/03/2019

Imprégnée des velléités générales de lutte contre la corruption, la séance parlementaire qui s’est tenue hier – d’abord pour élire les députés de la Haute Cour de justice, ensuite pour voter des lois urgentes – a révélé les tensions existantes entre le parti chiite et ses alliés prosyriens, nouveaux chantres de la réforme d’une part, et le Premier ministre Saad Hariri qu’ils tendent à considérer comme premier responsable des faux pas financiers d’un cabinet à l’autre. Ces tensions sont restées toutefois contenues, nul n’ayant intérêt à les exacerber. « Je ne suis pas responsable (des mois passés sans budget en l’absence d’un cabinet, NDLR). La responsabilité est politique », partagée entre tous, pour avoir manqué de former un cabinet plus tôt : tel est le message fort de Saad Hariri aux députés du Hezbollah, réticents à autoriser le gouvernement à engager des dépenses sur la base du 12e provisoire, en l’absence d’un budget pour l’année courante, et ce jusqu’au 31 mai 2019.

Pas une seule fois le Hezbollah ne s’est mis sur la défensive, ni a tenté de défendre sa campagne contre la corruption. Il s’est employé toutefois, en s’appuyant principalement sur le député Hassan Fadlallah, à formuler des demandes claires au gouvernement, comme l’adoption d’une politique budgétaire d’austérité jusqu’au 31 mai, une demande qui n’a pas été retenue.

La séance a commencé presque sur un registre ludique : alors que le député Ali Ammar, membre du groupe parlementaire du Hezbollah, déplorait l’arrêt du financement de la caisse municipale, il s’est arrêté pour faire remarquer que « le Premier ministre Hariri ne l’entendait pas »… Ce dernier était effectivement assis, le dos tourné vers le président de la Chambre. Il a alors réajusté sa position, avec un léger sursaut et un sourire partagé avec les deux ministres Ghassan Hasbani et Élias Bou Saab, assis à ses côtés.

Nul n’a contesté le principe que « le meilleur moyen de combattre la corruption n’est pas d’accuser une personnalité mais d’appliquer la loi », selon les termes du député Yassine Jaber, qui rebondissait sur l’intervention de Imad Wakim et d’Alain Aoun. Le groupe du Futur a adressé une pointe discrète au Hezbollah, par la voix de Mohmmad Hajjar, sur la corruption douanière et la contrebande aux frontières (que le Hezbollah est soupçonné de couvrir).

Ménageant la chèvre et le chou, le député Alain Aoun a précisé en début de séance que le Courant patriotique libre – s’il a pris le relais du Hezbollah dans sa campagne contre la corruption, au détriment de Saad Hariri – « ne vise personne ».


(Lire aussi : Encore des mesures pour financer l’État avant même le budget)


La Haute Cour de justice

C’est sur fond d’une lutte diffuse contre la corruption que l’élection s’est tenue. Se positionnant en objectrice de conscience, la députée Paula Yacoubian s’est adressée au chef du législatif, en usant de mots de complaisance, pour dénoncer ce qui est « connu » de tous, à savoir que l’élection des membres de la Haute Cour de justice est de pure forme, parce que ces derniers ont fait l’objet d’un consensus en amont de la séance. Le président de la Chambre a vite interrompu son élan, la prenant de court, en rappelant que la possibilité est ouverte à tout député de se porter candidat. La Haute Cour se compose de sept députés élus par la Chambre et de huit des plus hauts magistrats pris par ordre hiérarchique ou, à rang égal, par ordre d’ancienneté, et dont les noms ont déjà été sélectionnés par le Conseil supérieur de la magistrature. Les nouveaux magistrats qui y siégeront ont été désignés jeudi par les présidents des chambres de Cours de cassation. Outre Jean Fahd, les nouveaux membres sont les juges Joseph Samaha, Claude Karam, Michel Tarazi, Souheir Haraké, Jamal Hajjar, Afif Hakim et Roula Jadayel.

L’élection d’hier a été précédée d’un débat inédit au Parlement autour de la validité du choix des juges par le Conseil supérieur de la magistrature. Relayant la déclaration du député Georges Adwan qui a ouvert les débats, le ministre Salim Jreissati a laissé entendre entre autres que l’ordre hiérarchique n’a pas été respecté : ce que le député Jamil Sayyed s’est employé assidûment à démontrer nom par nom, avec à l’appui une liste des juges, leur ordre hiérarchique et leur degré d’avancement, et ceux de leurs collègues qui seraient selon lui plus méritants. Alors qu’il est entendu que l’équilibre confessionnel ne s’applique pas à l’élection des députés membres de la Haute Cour, la question continuait de faire l’objet de divergences pour ce qui est des juges qui en sont membres.

Le débat a été poussé au point de compromettre la séparation des pouvoirs, comme l’a fait remarquer le député Marwan Hamadé, l’idée ayant même été avancée de suspendre l’élection par le Parlement de ses représentants, le temps de vérifier la régularité du choix des juges par le CSM. Cette idée a notamment été rejetée par Nabih Berry et le ministre de la Justice Albert Serhane.

À défaut d’un report des élections, celles-ci se sont tenues en prenant beaucoup plus de temps que prévu. Les sept députés membres titulaires auraient pu être élus d’office, n’était la décision – encouragée par le président de la Chambre – des députés Paula Yacoubian, Ali Darwiche et Élias Hankache. Ce dernier finira par être élu à la place du député Albert Mansour – qui s’était dit d’ailleurs étonné qu’on ait avancé son nom sur la liste initiale qui aurait pu être élue d’office.

Les parlementaires élus sont : Georges Okaïss (Forces libanaises), Ali Ammar (Hezbollah), Fayçal el-Sayegh (Rassemblement démocratique de Walid Joumblatt), Georges Atallah (Courant patriotique libre), Samir el-Jisr (courant du Futur), Hagop Pakradounian (Tachnag) et Élias Hankache (Kataëb).

Trois autres députés ont été élus d’office comme suppléants. Il s’agit de Ali Osseirane (Amal), Salim Aoun (Courant patriotique libre) et Roula Tabch Jaroudi (courant du Futur).


(Lire aussi : Campagne contre la corruption : les critiques contre le Hezbollah se poursuivent)



Le voile du point de vue du Hezbollah

Dans la foulée des doléances adressées au gouvernement, le député Ali Fayad a informé le ministre de la Justice de « l’interdiction faite aux femmes voilées d’intégrer le corps magistral », ce qui a paru étonner plus d’un, à commencer par Saad Hariri. « L’interdiction se fait de facto », a-t-il dit, en défendant l’idée que le voile n’est pas plus un symbole religieux que ne l’est un prénom à connotation religieuse. Il a invoqué enfin « le souci du pluralisme, spécificité » du Liban.


Lire aussi

Corruption, réfugiés et réformes économiques : le programme des 100 jours des ministres aounistes

Corruption, mode d’emploi, l'éditorial de Issa GORAIEB

Gestion des comptes publics : les principaux arguments de Fouad Siniora

Siniora rend au Hezbollah la monnaie de sa pièce

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,ETAIT LA MARMITE A SOUS MAGIQUE AUTOUR DE LAQUELLE TOUS DANSAIENT ET Y PUISAIENT A TOUR DE ROLE... MAIS LES PLUS GRANDES PARTS ETAIENT INGURGITEES PAR LES BOYCOTTEURS-INTIMIDEURS !!! ET A RAISON...

gaby sioufi

s hariri dit vrai.
ILS SONT TOUS RESPONSABLES !
s hariri a ainsi annonce la couleur !
COMPRENNE QUI VOUDRA !
arretons donc "d'intervenir" dans leur gueguerre contre la corruption.
des ministres qui s'accusent l'un l'autre,des directeurs qui se taisent sur les infractions de leurs superieurs des decennies durant qui clament tt a coup au voleur au voleur cr leur dignite touchee (probable que bifany fera ecole ), des deputes qui osent de moins en moins s'exprimer(ils l'on assez fait lors du vote de confiance ),
la cour des comptes a qui on donne 1 ou 2 mois pour aboutir a des conclusions sur un boulot qui aura demande 5 ans de recuperation de documents, analyses, etc.,des membres de la cour pour juger ministres etc.. elus comme fut constitue le cabinet a chacun son du- une loi qui dit-on existe depuis belle lurette avec tant et tant de conditions qu'elle s'avere etre IMPOSSIBLE a demarrer .
une autre loi en gestation : levee du secret bancaire ( com si ils ne savent pas que,la plupart des contrats juteux sont faits au nom de Co/prete nom tres loin de la famille -et donc restent couvertes par le secret bancaire-,
une limitation dans le temps aussi INJUSTE QU'ILLEGALE ( d'ailleurs non determinee a ce jour ,
BREF, laissons les jouir eux memes de leurs belles promesses mensonges.

Tina Chamoun

"Pas une seule fois le Hezbollah ne s’est mis sur la défensive, ni a tenté de défendre sa campagne contre la corruption." Mme Noujeim, vous l'avez dit sans le dire explicitement, évidemment. Mais je le dirai avec plaisir à votre place: En effet, seuls ceux qui ont quelque chose à se reprocher se mettent sur la défensive. Suivez mon regard...

Irene Said

"...nous sommes tous responsables...!"

Puisque vous l'avouez, donc êtes au courant, arrêtez de vous accuser les uns les autres !


Tous ceux qui faisaient partie des gouvernements successifs,
que TOUS:

AMAL HEZBOLLAH CPL FUTURE KATAEB etc.

assument leurs responsabilités et payent enfin pour l'immense gabegie dans laquelle ils ont plongé notre malheureux pays, en fermant les yeux ou en y participant, et qu'ils soient tous jugés équitablement mais très sévèverement !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUTES CES SUPPOSEES ELECTIONS... PLUTOT NOMINATION DE PARTISANS DE PARTIS POLITIQUES... DES DEPUTES DE LA HAUTE COUR DE JUSTICE C,EST DU THEATRE ! A QUELLE IMPARTIALITE DES DECISIONS VONT-ILS PARTICIPER ? QUAND AUX NOUVEAUX MAGISTRATS QUI Y SIEGERONT ESPERONS QU,ILS FURENT PRIS PAR ORDRE HIERARCHIQUE ET NON CONFESSIONNEL !

MIROIR ET ALOUETTE

Le hezb libanais de la résistance est INCORRUPTIBLE , il peut avoir des sympathisants chelous, mais en tant que partie politique il est INCORRUPTIBLE.

Demandez à ceux qui l'ont abordé.

Rien à voir avec les autres partis libanais , tous les autres , Amal compris .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants