Rechercher
Rechercher

À La Une - conflit

Le Hezbollah a des missiles de précision prêts à être utilisés contre Israël, affirme l'Iran

Téhéran n'a "aucune volonté" d'augmenter la portée de ses missiles, assure l'amiral Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale.


Le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale de l'Iran, Ali Shamkhani. Photo d'archives AFP/ATTA KENARE

Un haut responsable iranien cité par l'agence Irna a affirmé mardi que le Hezbollah et le Hamas détenaient des missiles de haute précision prêts à être utilisés contre "la sottise" d'Israël, et implicitement reconnu l'existence de "centaines de kilomètres" de tunnels souterrains.

"Il n'est pas honteux, face à une entité sioniste qui se prétend supérieure au niveau des renseignements et qui transforme ses propres ministres en espions, de creuser des centaines de kilomètres de tunnels sous terre", a déclaré l'amiral Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, lors d'une conférence sur les techniques aérospatiales à Téhéran. "Les missiles de haute précision sont entre les mains des hommes de la résistance à Gaza et au Liban" qui sont prêts à infliger un "déluge de feu" à Israël, a-t-il ajouté.


Lors d'une interview de plus de trois heures diffusée samedi à la chaîne al-Mayadine, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait reconnu la présence de tunnels à la frontière entre le Liban et Israël, refusant toutefois de dire s'ils avaient été creusés par le parti chiite, et ironisant sur le temps qu'a mis l'armée israélienne à découvrir ces coursives souterraines. 

Au sujet sujet des missiles balistiques de précision dont le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait affirmé, en septembre 2018 à l'Assemblée générale de l'ONU, qu'ils étaient produits en plusieurs endroits de la banlieue-sud de Beyrouth, Hassan Nasrallah a affirmé que le parti chiite "possède assez de missiles de précision pour, en cas de guerre, frapper toutes les cibles que nous voulons". Il a ajouté que "la résistance possède des missiles pouvant atteindre des cibles à 40 kilomètres de profondeur en Israël et pouvant toucher Haïfa ou Tel-Aviv". Il a également affirmé lors de l'interview, et sous forme de boutade, qu'il était dans l'intérêt des civils israéliens que sa formation dispose de missiles de haute précision, afin que ses frappes ciblent les objectifs militaires sans erreur possible.

Plus tôt cette semaine, lors d'une réunion avec le président français Emmanuel Macron, son homologue israélien Reuven Rivlin avait considéré "les usines de missiles de haute précision du Hezbollah au Liban comme la plus grande menace pour sa sécurité" et affirmé que son pays "agirait pour les anéantir s’il le jugeait approprié".



(Lire aussi : La déclaration musclée de Le Drian : un message français au Hezbollah ?)



Déjà, en septembre 2018, Le secrétaire général du Hezbollah avait affirmé que son parti détenait des missiles de précision, en guise d'avertissement à Israël contre qui il a livré une guerre en juillet 2006. "J'ai entendu la bravade du Hezbollah, avait alors réagi le Premier ministre israélien. Ces propos viennent de la même personne qui avait déclaré, après la guerre de 2006, que s'il avait su ce qu'aurait été la réponse d'Israël après le rapt de nos trois soldats, il y aurait réfléchi à deux fois". 

Quelques jours plus tard, le président français Emmanuel Macron avait pointé les risques que représente l'accès du Hezbollah et des rebelles houthis au Yémen, tous deux soutenus par l'Iran, à des missiles, dénonçant "un développement nouveau et préoccupant". En octobre 2018, le secrétaire général du Hezbollah avait affirmé qu'il ne voulait ni confirmer ni infirmer ces allégations pour ne pas "donner d'informations à l'ennemi".



(Lire aussi : Israël soumet à Macron les cartes des tunnels du Hezbollah à la frontière)




"Rien n'empêche l'Iran d'augmenter la portée de ses missiles"
Par ailleurs, l'amiral Ali Shamkhani a souligné que "sur le plan scientifique ou opérationnel, rien n'empêche l'Iran d'augmenter la portée de ses missiles". "Néanmoins, tout en s'efforçant constamment d'améliorer leur précision, sur la seule base de sa doctrine de défense, (l'Iran) n'a aucune volonté d'augmenter la portée de (ses) missiles", a-t-il ajouté.

Selon un rapport publié en 2017 par l'Institut international des études stratégiques (IISS) de Londres, l'Iran développe une douzaine de types de missiles d'une portée de 200 à 2.000 km et pouvant emporter des charges de 450 à 1.200 kg. Ces programmes inquiètent les Occidentaux, qui accusent l'Iran de déstabiliser le Moyen-Orient, et Israël, ennemi juré de Téhéran. Certains officiers généraux iraniens affirment régulièrement souhaiter la destruction de l'Etat hébreu.

Vendredi, Téhéran a accusé la France de déstabiliser le Moyen-Orient par ses ventes d'armes massives aux pétromonarchies de la péninsule arabique, après que le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, eut menacé la République islamique d'Iran de sanctions si celle-ci ne "renonce" pas "à sa production missilière".

Mi-janvier, après l'échec d'une tentative iranienne de placement d'un satellite sur orbite, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait accusé Téhéran de "provocation", et de chercher "à améliorer ses capacités balistiques qui menacent l'Europe et le Proche-Orient".

L'Iran assure régulièrement n'avoir aucune intention de déclencher une guerre contre ses voisins, et répète que ses programmes de missiles, dont la portée est officiellement limitée à 2.000 km, sont une question de sécurité nationale, qu'ils n'ont qu'un but défensif et que cette question n'est pas négociable.

Adoptée en 2015, la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU appelle l'Iran à "ne mener aucune activité liée aux missiles balistiques conçus pour pouvoir emporter des charges nucléaires, y compris les tirs recourant à la technologie des missiles balistiques". Ce paragraphe fait l'objet d'interprétation divergentes entre les Occidentaux et les Iraniens qui expliquent le dialogue de sourds sur cette question.


Lire aussi
Quel est le véritable rapport de force entre Israël et l’Iran en Syrie ?

Hale : La présence d’une milice en dehors du giron de l’État est « inacceptable »

Les manœuvres israéliennes et la riposte libanaise, le décryptage de Scarlett HADDAD

Un haut responsable iranien cité par l'agence Irna a affirmé mardi que le Hezbollah et le Hamas détenaient des missiles de haute précision prêts à être utilisés contre "la sottise" d'Israël, et implicitement reconnu l'existence de "centaines de kilomètres" de tunnels souterrains."Il n'est pas honteux, face à une entité sioniste qui se prétend supérieure au niveau des renseignements...
commentaires (7)

Se peut-il que près de la moitié des Libanais prêtent allégeance a un pays étranger ??? Malheureusement il semble que oui. On les appellent comment déjà ?

Remy Martin

11 h 07, le 30 janvier 2019

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Se peut-il que près de la moitié des Libanais prêtent allégeance a un pays étranger ??? Malheureusement il semble que oui. On les appellent comment déjà ?

    Remy Martin

    11 h 07, le 30 janvier 2019

  • comment les moumana3istes pourront ou peuvent cautionner les affirmations des iraniens !?!?! ceux la meme qui se disent offusquer que l'arabie saoudite ordonne les politiques libanais je veux comprendre une chose pourquoi est ce permis a un pays de declarer ce qu'il veut au nom du liban et d'autre ne peuvent pas le faire sous peine d'etre traiter de TRAITRE OU DE TRAHISON !!?! SVP SOYEZ CONCEQUENT ENVERS VOUS MEME ET REFUSER A L'IRAN CE QUE VOUS REFUSER AUX AUTRES COMENT ACCEPTER LE FAIT QUE LA DECISION DE GUERRE OU DE PAIX AU LIBAN RELEVE D'UN AUTRE PAYS PAR INTERMEDIAIRE ET NE PAS ACCUSER CEUX LA MEME D'ETRE DES TRAITRES

    Bery tus

    21 h 54, le 29 janvier 2019

  • La chose est dite et bien entendue. Si guerre il devait y avoir, les résistants ne feront pas que des petits trous dans les murs, l'immeuble sera descendu comme tel. Les usurpateurs n'ont jamais dit qu'ils detruiraient un pays arabe hostile à eux mais plusieurs l'ont été par eux ou à cause d'eux, cette fois ci c'est différent, ILS SERONT DÉTRUITS COMME ILS ONT FAIT, EN CAS D'AGRESSION SUR LES PAYS RÉSISTANTS. Et puis, je m'étonne de la patience qu'ils ont dû développer depuis les guerres d'Irak et de Syrie, avec des tunnels avérés et confirmés par le boss, avec des missiles reconnus comme existants par lui etc... les USURPATEURS ne se décident toujours pas attaquer ??????????? Les pôv POLTRONS.

    FRIK-A-FRAK

    19 h 00, le 29 janvier 2019

  • Cest c'la, Messieurs les divins, tirez les premiers, lol.

    Christine KHALIL

    18 h 00, le 29 janvier 2019

  • "Le Hezbollah a des missiles de précision prêts à être utilisés contre Israél." Qui dit cela ? C'est l'Iran que deux pays séparent d'Israél qui sont l'Irak et la Syrie. Ce qui veut dire que la bataille se déroulera sur le territoire libanais avec toutes les conséquences humaines et infra-structurelles. C'est du jamais vu. Un pays étranger très éloigné d'Israél qui, après 71 ans d'existence de ce dernier, décide de le détruire sur la tête de ses habitants tout en causant des dégâts considérables au Liban qui n'est aucunement concerné. Où est l'ONU ? Où est le Conseil de Sécurité ? Où sont les Droits de l'Homme ?

    Un Libanais

    17 h 19, le 29 janvier 2019

  • Un autre couple de danseurs de tango, les deux "I"...à ajouter sur la piste de danse, pour le plus grand plaisir des spectateurs !... (et des "journalistes de toutes catégories")

    Irene Said

    15 h 14, le 29 janvier 2019

  • Des centaines de km de tunnels? C'est pas demain que vous en verrez le bout les Israëlos hahaha.Yalla au boulot!

    Tina Chamoun

    14 h 58, le 29 janvier 2019

Retour en haut