X

La Dernière

L’immuable « lahm beajine » de la boulangerie Ichkhanian

Papilles
24/01/2019

Depuis 1946, la boulangerie Ichkhanian prépare et vend des lahm beajine arméniens devenus incontournables. Du lieu, simple, se dégagent des parfums et des envies. La propriétaire, Azad, plus connue par ses clients sous le nom de Madame Jean, du prénom de son mari, n’hésite pas à révéler sa recette à qui la lui demande. Et pourtant, personne ne réussit à faire d’aussi bons lahm beajine ! « Il vous faut de la viande, de l’ail, des tomates, du persil et du piment », dit-elle. Azad, qui signifie liberté en langue arménienne, raconte qu’au départ, son beau-père avait ouvert sa boulangerie dans le quartier du Patriarcat, non loin du Lycée Abdel Kader. Elle ignore quand la boulangerie a déménagé à Zokak el-Blatt. Car elle est arrivée à Beyrouth de Lattaquié en 1975, quand elle a épousé Jean Ichkanian, arménien libanais, héritier de la boulangerie de son père.

« Jean ne me laissait pas venir à la boulangerie, je restais à la maison, ici à Zokak el-Blatt », se souvient-elle. La guerre éclate peu après son mariage, Beyrouth est divisée en deux. Et la famille arménienne décide de rester à Beyrouth-Ouest. Azad Ichkhanian a trois enfants quand son mari tombe malade, puis décède des suites de sa maladie en 1985. « J’étais une femme seule avec trois enfants en bas âge. J’ai pris en charge la boulangerie et ma belle-mère me secondait. »

Elle apprend le métier sur le tas, se rend tous les jours chez le boucher pour acheter la viande. « Il se trouvait à Zarif. Puis il est décédé. J’achète ma viande actuellement à Mar Mikhaël. Tous les matins à 6h45, j’arrive avec la viande, et ce sont les boulangers qui travaillent ici qui font le mélange. Deux d’entre eux étaient là en 1985 quand j’ai pris la relève », raconte-t-elle. De nombreux clients fréquentent la boulangerie depuis longtemps. Certains y venaient même avec leurs parents.

Azad Ichkhanian, qui tient la caisse tous les jours de 7h à 15h, à l’heure de la fermeture, se souvient des sombres années de la guerre, quand très peu de chrétiens étaient restés dans la région. Le quartier, qui abrite la boulangerie ainsi que l’appartement qu’habite jusqu’à présent la famille Ichkhanian, se trouvait à Beyrouth-Ouest pas très loin de la ligne de démarcation. « Personne ne m’a jamais fait de mal. Les miliciens étaient très respectueux. Il existe des versets du Coran qui appellent à la protection des veuves », note la propriétaire des lieux.

« Nous n’avons jamais fermé nos portes. » « Si, se reprend-elle, une fois durant quinze jours suite à des accrochages entre le PSP et le mouvement Amal. J’ai même oublié l’année ! Durant la guerre, tous les matins je venais ouvrir le magasin. Parfois quand les obus tombaient à proximité, j’allais me réfugier à la maison », se souvient-elle.

Ce n’est pas la guerre qui a eu raison de la boulangerie ; ce qui l’a obligé à fermer ses portes durant de longues semaines était un incendie dû à un court-circuit électrique en 2009. Il a fallu tout refaire à neuf.

Outre les lahm beajine, on sert ici des manakiche végétariennes, « un assortiment de légumes que nous préparions initialement pour le carême. Aujourd’hui, cette recette a la cote suite à la tendance vegan », explique Mme Ichkhanian.

Au menu également des soubereck et de la manté, plats arméniens appréciés, à base de pâte. « C’est l’idée de mon fils Élie. Pour les préparer nous faisons appel à des femmes arméniennes qui travaillent chez elles. On préparait quelques plateaux la semaine. Mais avec la mode des restaurants arméniens, ils sont devenus très prisés », dit-elle.

Signe des temps également, la boulangerie Ichkhanian propose un service de livraison à domicile.

Azad Ichkhanian est fière de ses enfants et ses petits-enfants. « Mes deux filles ont suivi des études universitaires poussées. L’une est établie à Barcelone et l’autre à Genève. Aucune d’elles n’a épousé un Arménien. Mais leurs enfants parlent plusieurs langues, dont l’arménien bien sûr », assure-t-elle.

Aujourd’hui, la boulangerie Ichkhanian, grâce au fils de la propriétaire, possède une branche à Zalka. Élie Ichkhanian a également ouvert un restaurant à la rue Monnot. Signe des temps et du succès…


Dans la même rubrique

La douceur levantine de Lara Ariss

Toute une famille au service du pain artisanal

Des gâteaux comme des œuvres d’art

Les quatre saisons de Maya Zankoul

Délicieuse Mariette Massabny

Une spatule pour introniser les disciples d’Escoffier

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tina Chamoun

L'odeur appétissante des lahm b3ajine m'est parvenue via l'écran. Les plats arméniens sont délicieux et pas besoin de riche décoration pour séduire et envoûter les papilles. Varouj en est un autre exemple délicieux. Bonne continuation Madame Jean :))

Sarkis Serge Tateossian

C'est simplement émouvant et riche d'enseignement...
Mme Azad Iskhanian (Azad =libre et Iskhan = prince...C'est de la poésie) nous apprend le rôle actif de la femme dans nos sociétés levantines, l'amour du travail et du travail bien fait, l'adaptation en toutes circonstances, la liberté, la famille ...sans jamais désespérer malgré des obstacles.

Enfin je ne doute pas une seule seconde du goût délicieux des produits proposés chez cette fabuleuse boulangère Mme Iskhanian comme dans d'autres boulangeries familiales de même type au Liban.

Respects à leur travail
Savourons tant qu'on à encore des artisans traditionnel et à l'ancienne ...

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

L’État sourd-muet

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants