X

À La Une

A la frontière libanaise, Israël lance une opération de destruction de tunnels du Hezbollah

Sécurité
OLJ/AFP
04/12/2018

L'armée israélienne a annoncé mardi avoir détecté des tunnels souterrains du Hezbollah en territoire israélien et avoir lancé une opération, dans la nuit de lundi à mardi, pour les détruire à la frontière. L'opération "Bouclier du nord" est le dernier épisode en date de la confrontation entre Israël et la formation pro-iranienne, de part et d'autre de la Ligne bleue fixant la frontière libano-israélienne. Cette confrontation s'était au cours des dernières années largement déroulée sur le sol de la Syrie voisine, mais le discours israélien a évolué récemment pour dénoncer davantage les activités du Hezbollah et de l'Iran au Liban. Cette opération intervient en outre quelques heures après une rencontre entre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le secrétaire d'État américain Mike Pompeo.

Un porte-parole des forces israéliennes, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, a indiqué aux journalistes que ces "tunnels d'attaque", dont il n'a pas précisé le nombre, n'étaient pas encore opérationnels et que la population du nord d'Israël n'était pas menacée. Il a indiqué que l'armée opère seulement du côté israélien et a établi une zone militaire fermée dans le secteur concerné, proche de Metulla, et renforcé sa présence, mais n'avait pas mobilisé les soldats de réserve. Aucune consigne spécifique n'a été délivrée aux populations civiles israéliennes, a-t-il dit. "Nous avons lancé l'opération Bouclier du nord pour mettre au jour et déjouer la menace des tunnels d'attaque de l'organisation terroriste Hezbollah conduisant sous la frontière du Liban vers Israël", a-t-il dit.

Interrogé par L'Orient-Le Jour, le Hezbollah n'a pas souhaité commenter l'opération pour le moment.


(Lire aussi : Opération israélienne : silence radio chez le Hezbollah, la Finul et l'armée libanaise se veulent rassurantes)


"Le gouvernement libanais est responsable"
"La mise au jour du creusement des tunnels par le Hezbollah a été faite avant que cela ne constitue une menace imminente contre les civils israéliens", a indiqué sur Twitter, mardi matin, le porte-parole arabophone de l'armée israélienne, Avichay Adraee. Ces tunnels, a-t-il ajouté, sont une "violation flagrante de la souveraineté israélienne et une preuve supplémentaire des violations commises par le Hezbollah qui ignore les résolutions des Nations unies, notamment la 1701".

Le 11 août 2006, la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU mettait fin à 33 jours d'une guerre qui a fait 1.200 morts côté libanais, en majorité des civils, et 160 côté israélien, en majorité des militaires, sans neutraliser le Hezbollah, alors visé par une vaste offensive après l'enlèvement de deux soldats israéliens. Après différents conflits, Israël et le Liban demeurent techniquement en état de guerre mais la frontière est restée relativement calme ces dernières années. Israël construit actuellement une barrière principalement pour stopper d'éventuelles tentatives d'infiltration du Hezbollah. L'objectif à terme est d'ériger un mur le long des 130 kilomètres de frontière, à la place de la haute clôture existante.

"Le gouvernement libanais est responsable de tout ce qui se passe sur le territoire libanais à partir de la ligne bleue", a ajouté le porte-parole israélien. "Le Hezbollah creuse ces tunnels à partir de zones habitées dans des villages du Liban-Sud, portant ainsi atteinte à l’État libanais et mettant en danger les Libanais", a-t-il ajouté. Il a ensuite fait savoir que l'armée israélienne "met en garde les éléments du Hezbollah et l'armée libanaise et leur conseille de s'éloigner de tout tunnel offensif creusé pour relier le territoire libanais au territoire israélien".

Lors d'une conférence de presse à l'ONU, l'ambassadeur israélien à l'ONU, Danny Danon, a accusé le Hezbollah d'un "double crime de guerre", réclamant "des discussions du Conseil de sécurité" sur la découverte de tunnels du parti chiite.  L'ambassadeur a affirmé qu'Israël révélera davantage de photos et vidéos des tunnels. Interrogé par un journaliste sur la question de savoir si Israël a l'intention de franchir la frontière, M. Danon a répondu : "Je l'ai clairement dit. Cette opération est sur notre territoire. Mais par le passé, nous avons prouvé que nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour défendre notre souveraineté et assurer la sécurité des habitants d'Israël. Ce n'est pas le cas aujourd'hui, mais si à l'avenir nous voyons des menaces au Liban et en Syrie nous prendrons des mesures préventives".


(Décryptage : Pourquoi Israël a lancé son opération à la frontière libanaise)


Avichay Adraee avait quelques heures plus tôt annoncé que l'armée israélienne avait découvert un tunnel creusé par le Hezbollah au niveau du village libanais de Kfar Kila, dans le Sud, et qui traverse la frontière avec Israël. "Urgent #bouclierdunord : découverte d'un tunnel terroriste offensif au niveau du village de Kfar Kila", a écrit Avichay Adraee sur son compte Twitter, avec une photo qui est censée montrer l'intérieur du tunnel en question. "L'armée israélienne a découvert un tunnel terroriste qui traverse la barrière de sécurité dans une zone dans le sud de Kfar Kila. En ce moment, les forces israéliennes mettent en place des mesures afin de détruire ce tunnel", poursuit le porte-parole israélien. Il explique que cette découverte s'inscrit dans le cadre de l'opération "Bouclier du nord" lancée dans la nuit de lundi à mardi.

Près du village de Kfar Kila, proche de la frontière, un photographe de l'AFP a pu apercevoir, de l'autre côté, un bulldozer israélien retournant la terre et des camions ainsi que des soldats israéliens près des fils barbelés séparant les deux pays. Le média de guerre du Hezbollah a également diffusé une vidéo montrant ces travaux qui ont lieu ont lieu à quelques mètres de blocs de bétons décorés de portraits de combattants du parti chiite et de ses drapeaux ainsi que de drapeaux du Liban, côté libanais de la frontière. Israël construit actuellement un mur à la frontière avec le Liban pour éviter d'éventuelles tentatives d'infiltration du Hezbollah à l'intérieur de son territoire. L'objectif à terme est d'ériger ce mur le long des 130 kilomètres de frontière.

Les autorités militaires israéliennes savaient, depuis 2006, que le Hezbollah essayait de construire des tunnels offensifs, du territoire libanais vers le territoire israélien, rappelle le Haaretz. En 2013, l'armée avait découvert que le parti chiite tentait de creuser de tels tunnels, mais n’avait pu les localiser. En 2014, l’armée avait formé une unité spéciale pour les localiser, et en 2015, avait été lancée la construction d’une barrière à la frontière avec le Liban. Pendant cette période, l’armée israélienne avait développé des technologies de détection de tunnels, souligne encore le quotidien israélien.

Dans un reportage daté de mai 2015, le quotidien libanais as-Safir rapportait, à la suite d'une visite organisée par le Hezbollah au Liban-Sud, que la formation pro-iranienne avait creusé après la guerre de 2006 de nouveaux tunnels plus performants, précisant que la qualité du ciment utilisée était meilleure et le système de ventilation plus perfectionné. L'article précisait que le Hezbollah creusait ces tunnels manuellement pour ne pas attirer l'attention des Israéliens de l'autre côté de la frontière.

(Lire aussi : Israël "agit contre le transfert d'armes sophistiquées" au Hezbollah)


Stopper les "actes d'agression" iraniens
Cette opération est intervenue après une rencontre, lundi soir à Bruxelles, entre Benjamin Netanyahu et Mike Pompeo. "Quiconque cherche à s'en prendre à la sécurité d'Israël le paiera cher", a prévenu le Premier ministre israélien. Il a informé lundi soir M. Pompeo et souligné la nécessité de stopper les "actes d'agression" iraniens dans la région, ont dit ses services dans un communiqué.

Cette rencontre n'avait pas été annoncée jusque-là, mais avait été fixée dès la semaine dernière, d'après les services de M. Netanyahu. Le secrétaire d'État américain s'était rendu dans la capitale belge pour une réunion de l'OTAN prévue aujourd’hui mardi. Benjamin Netanyahu devait être accompagné de Yossi Cohen, chef du Mossad, les services secrets israéliens, et de Meir Ben-Shabbat, conseiller à la sécurité nationale.

Mardi soir, le Premier ministre israélien a dénoncé la main de l'Iran dans la construction des tunnels souterrains du Hezbollah. "Nous agissons avec détermination pour empêcher l'enracinement de l'Iran en Syrie (...) nous agissons aussi contre les agissements terroristes de l'Iran au Liban", a-t-il affirmé. Il a ajouté qu'il avait demandé à la représentation israélienne à l'ONU "d'exiger une réunion urgente du conseil de sécurité pour discuter de l'agression" du Hezbollah.


(Lire aussi : Guterres tire la sonnette d’alarme sur les armes illégales du Hezbollah)


M. Netanyahu a pendant des mois dénoncé le retranchement de l'Iran chez le voisin syrien, et accusé la République islamique et son allié du Hezbollah de vouloir se servir de la Syrie comme tête de pont contre Israël. Récemment, le discours de l'État hébreu a évolué pour dénoncer davantage les activités iraniennes au Liban.

A noter que cette opération intervient également alors que le Premier ministre israélien est dans une situation délicate au plan national. La police a recommandé dimanche son inculpation dans une troisième affaire de corruption présumée. Il appartient désormais au procureur général de l'inculper ou non. M. Netanyahu n'est pas légalement tenu de démissionner s'il est inculpé, mais les conclusions des policiers ajoutent à l'incertitude politique ambiante. Le chef du gouvernement ne dispose plus que d'un siège de majorité au parlement depuis la démission de son ministre de la Défense le 14 novembre, et les spéculations vont bon train sur des législatives anticipées.


Lire aussi

Le régime Assad utilise le Hezbollah pour consolider sa présence au Liban

Les menaces israéliennes et la lecture du Hezbollah

Le Hezbollah menace Israël de représailles en cas de frappes

Un porte-parole de l’armée israélienne interpelle Hassan Nasrallah à l'occasion de son anniversaire

Le Liban-Sud est la région la plus sûre du pays, affirme le commandant de la Finul

Exercice militaire sur deux fronts en Israël, en prévision de guerres contre le Hezbollah et le Hamas

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ALLAH YISTOR YIA LEBNEN S,ILS DECIDENT D,Y ALLER AUTREMENT !

Irene Said

Une question: les sempiternelles fanfaronnades, que ce soit du côté israélien...ou libanais:

"je suis le plus fort, malin, invincible etc." où ont-elles mené ces deux pays, surtout le nôtre, le Liban ?
Vivons-nous mieux notre quotidien ?

Mis à part le parti divin, qui de cette façon légitime ses armes, sa milice, et donc les fonds généreusement alloués par l'Iran, qui profite de cet état de guerre permanent, le petit peuple ?

Irène Saïd

Eleni Caridopoulou

Quand ils disent le gouvernement libanais est responsable je rigole lequel le Hezbollah ?

gaby sioufi

QUI CROIRE ,
QUOI ACCROIRE ,
BIBI OU HASSAN N ??????
LES 2 ?
AUCUN DES 2 ?

LIBAN D'ABORD

Si les tunnels existent vraiment la question serait de savoir en fait:

OU EST LA FINUL?
OU EST L'ARMEE LIBANAISE
OU EST LE MINISTRE DE LA DEFENSE?
OU EST LE GOUVERNEMENT QUI LAISSE LE PAYS EN PERIL?
QUE FONT IL DONC ?

Nous , Libanais avont suffisement souffert de la cause palestinienne pour ne pas etre plus royaliste que le roi. L'Egypte et la Jordanie ont fait la paix avec Israel deja
Cessons de nous occupper des problemes des autres et remettons de l'ordre dans notre pays

LEBANON FIRST devrait etre notre critere absolu

AIGLEPERçANT

Toujours dans le même esprit ,celui de calmer le front intérieur.

Je tiens à dire aux usurpateurs, aujourd'hui, eux sur la défensive , c'est nouveau, que la surprise viendra d'ailleurs . Pour l'instant laissons les s'occuper à des choses qui ne les mèneront pas loin .

LA NOUVELLE DONNE A CHANGÉ LA PEUR DE CAMP .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants