Liban

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Décryptage
19/11/2018

Le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, l’a affirmé hier et le Premier ministre désigné Saad Hariri l’avait fait avant lui lors de sa conférence de presse de mardi dernier : il n’y aurait pas de dimension régionale, voire internationale, au « nœud sunnite », qui serait donc un problème purement interne.

Si cela est vrai, comment expliquer dans ce cas que la formation du gouvernement prenne tellement de temps, d’autant qu’aucun règlement ne se profile à l’horizon? Selon des sources qui suivent de près le dossier, la cause du retard viendrait essentiellement du fait que les deux parties en conflit sont devenues otages de leurs positions en flèche.

Selon les mêmes sources, la solution au problème du « nœud sunnite » passe par trois étapes. La première consiste dans le droit des députés sunnites de la « Rencontre consultative » (pour rappel, il s’agit de Fayçal Karamé, Jihad Samad, Adnane Traboulsi, Abdel-Rahim Mrad, Kassem Hachem et Walid Succarié) à se faire représenter au sein du gouvernement. La seconde porte sur le mécanisme de la représentation : de quel lot faut-il retirer ce portefeuille ? Et la troisième porte sur le choix des noms : qui devrait être représenté, un des six ou une personnalité de leur choix ?

Selon les sources précitées, le conflit en serait encore à la première étape. À ce sujet, il y a donc deux positions totalement opposées : celle des six députés sunnites, eux-mêmes appuyés par le Hezbollah et Amal d’un côté; et celle du Premier ministre désigné de l’autre. Chacune des deux parties a sa propre logique. Selon celle des députés sunnites, qui se considèrent plus simplement « les sunnites du 8 Mars », selon l’appellation du secrétaire général du Hezbollah dans son dernier discours, la plupart d’entre eux ont été élus par des voix sunnites. Ce qui fait qu’ils représentent près de 30 % des voix des électeurs sunnites, et par conséquent, ils ont parfaitement le droit d’être représentés au sein du gouvernement, selon le critère adopté pour la représentation des autres blocs parlementaires.


(Lire aussi : Gouvernement : la médiation de Bassil menacée d’enlisement)


Par contre, le Premier ministre désigné estime qu’ils ne peuvent pas être représentés car ils ne forment pas un bloc cohérent. Après les élections législatives et lors des concertations parlementaires qu’il avait organisées en vue de la formation du gouvernement, ils s’étaient présentés en rangs séparés. M. Hariri considère donc leur regroupement au sein de la Rencontre consultative comme une démarche artificielle, uniquement destinée à l’affaiblir. Au cours de sa conférence de presse mardi dernier, Saad Hariri s’est défendu de vouloir monopoliser la représentation sunnite au sein du gouvernement, en affirmant donner un ministre sunnite au chef de l’État et un autre à l’ancien Premier ministre Nagib Mikati. Mais il a répété que les six n’ont pas droit à un ministre.

Au-delà de ce conflit se profile un problème de fond qui remonte à 2005, lorsque, après l’assassinat de Rafic Hariri, le courant du Futur est devenu le seul représentant des sunnites au sein des institutions et du pouvoir, alors que les personnalités sunnites prosyriennes ou qui ne sont pas dans la mouvance saoudienne ont été pratiquement marginalisées. Aujourd’hui, grâce à la loi électorale basée sur le mode de scrutin proportionnel, elles ont fait leur réapparition dans le paysage politique institutionnel et elles réclament une place au gouvernement. Pour l’instant, les points de vue restent inconciliables, mais les sources qui suivent le dossier affirment qu’il existe des perspectives de solution qui restent liées à la deuxième étape. Si, finalement, il est décidé de leur donner un ministre, il s’agit de voir de quel lot il sera déduit. Les possibilités sont limitées, car les six ministres sunnites d’un gouvernement de 30 sont partagés jusqu’à présent entre le Premier ministre (5, dont un à Nagib Mikati) et le chef de l’État (1). Soit le chef de l’État accepte de céder sa part sunnite à la Rencontre consultative, soit le Premier ministre cède un des siens. Il pourrait y avoir ainsi un accord d’échange entre lui et le duo chiite, qui donnerait un ministre sur les six chiites, en contrepartie d’un ministre sunnite.


(Lire aussi : Gouvernement : le Hezbollah accentue les pressions « sunnites » sur Hariri)


Toujours selon les sources précitées, ces solutions dépendent à leur tour de la personne du ministre qui serait choisi, et donc de la troisième phase du processus. Faut-il absolument que le ministre soit choisi parmi l’un des six députés concernés, ou bien ceux-ci accepteraient-ils une autre personnalité qui serait considérée comme plus acceptable aussi pour les autres protagonistes ? Le problème, à ce niveau, selon les sources précitées, c’est que les députés de la Rencontre consultative ne parlent pas d’une même voix. Jusqu’à présent, ils ne sont pas d’accord entre eux sur le nom du ministrable qu’ils voudraient soumettre aux autorités concernées. D’ailleurs, pour l’instant, ils semblent préférer les entretiens séparés. C’est ainsi que M. Bassil, qui a été chargé par le chef de l’État de mener une médiation sur ce dossier, a rencontré Fayçal Karamé et Adnane Traboulsi séparément, et il attend de pouvoir s’entretenir avec les six ensemble...

C’est dire combien ce problème, en apparence simple et qui semblait avoir une solution facile, est en réalité complexe. D’ailleurs, depuis quelques jours, plus personne ne parle d’une formation imminente du gouvernement, les différentes parties assurant que le règlement de ce problème devrait prendre du temps. Le premier pas commencerait par une reconnaissance de la part du Premier ministre désigné de l’existence et du poids des sunnites du 8 Mars regroupés au sein de la Rencontre consultative. Mais cela ne signifierait pas pour autant que « le nœud » sera défait. Il faudrait ensuite s’entendre sur le mécanisme et le nom. M. Bassil a parlé de concessions réciproques. Ce qui pourrait signifier que Saad Hariri avalise le principe de leur représentation au gouvernement et que les six acceptent que le ministre ne soit pas l’un d’eux, mais une personnalité proche des deux camps... On en est encore loin.


Lire aussi

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !, le décryptage de Scarlett Haddad

Gouvernement : l’obstructionnisme devient la règle du jeu

Gouvernement : pour les sunnites anti-haririens, l’intercession de Bassil doit passer par eux

Cobayes binairesle billet de Gaby NASR

Hariri met directement le Hezbollah en cause dans le blocage

« Hassan Nasrallah se trouve en confrontation avec tout le monde »


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LIBRE DE PARLER

Des que ce "noeud " sera denoue comme le veut le sieur HN priere faire immediatement un nouveau noeud parce que les 16 deputes (+ou-)chretiens non affilie a des partis auront aussi le droit a2 ou 3 ministres pour que les independants sunnites ne soient pa seuls independants a avoir une representation

Une fois ce nouveau noeud resolu, il faudra chercher un autre parceque nos politiciens n'ont que faire du Liban
c'est clair et tellement evident sinon nous aurions eu deja depuis 5 mois un ministere composes de gens civils competents et non affilies

Irene Said

Etant malheureusement dotée d'une tête mal préparée, je n'arrive pas à comprendre comment des députés sunnites qui s'affichent ouvertement et sans aucune gêne "huitmarsistes pro-syriens" insistent bruquement pour ainsi dire jour et nuit pour faire partie du prochain gouvernement...libanais ?

Ils sont appuyés avec force par le Hezbollah, parti chiite, lui-même aussi très peu pro-Liban !

Mais alors, ces bonnes gens, pourquoi ne fondent-ils pas tous ensemble une petite république à leur goût quelque part en Syrie, où ils pourront vivre pleinement tous leurs phantasmes ?

Et nous, 100% Libanais...oui...oui...il en existe encore !!!...pourrons vivre tranquillement, débarrassés de tous ces usurpateurs !
Irène Saïd

Le pont

Au décès d'une personne, on ne l'appelle plus Madame ou Monsieur. Mais pour les titres, la mort ne les annule pas. Il convient dès lors de continuer de les utiliser; il s'agissait de l'ancien Premier Ministre Rafic Hariri ou du Président Rafic Hariri tout simplement.

Et puis un ministre on ne le "choisi" pas comme une paire de chaussette, on le désigne, ce qui laisse entendre que la personne concernée a donné son consentement au préalable.

L’azuréen

Les 6 députés en question ne parlent déjà pas d’une même voix ! Bassil attend de Pouvoir s’entretenir avec les 6 ensemble .... c’est très simple prenez un bon technicien, un bon économiste ou un bon juriste qui aime tout le monde et surtout son pays , qui ne fait pas de vagues, et formez le gouvernement. Tres sincèrement que ce soit de l’iran Ou de l’Arabie, le Liban préfère son propre développement et certainement pas le développement des autres à son détriment .

ACE-AN-NAS

Merci Scarlett .

Wlek Sanferlou

Ya ayb el choum.
Aucun de nos genies politiciens n'arrive a comprendre les besoins du pays.
L'entente nationale, n'est pas dans la formation d'un gouvernement d'incapables richards avec rien a perdre et des politiciens avec des pays étrangers qui subviennent à leurs besoins, c'est quand les citoyens ont un gouvernement qui sait et activement travaille pour leur assurer leurs besoins présents et futurs dans un pays moderne, dynamique et avec une vision du futur.
Que fait Bassil et tout les autres?
C'est comme être devant une Ford T du début du siècle dernier, et une Ford neuve 2019 et Bassil s'efforce avec sa manivelle a démarrer la Ford T pour nous amener tous en promenade...
Prenons des technocrates 2019... L'avenir ne nous attndra pas et la route sera extra longue...
Allah yisseidak ya baladna!!!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES PIONS ASSUJETTIS A L,ETRANGER... TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD... QUE VOUS NE VOULEZ PAS DIRE FRANCHEMENT !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué