Rechercher
Rechercher

Liban - Gouvernement

Gouvernement : l’obstructionnisme devient la règle du jeu

Bassil poursuit ses efforts alors que l’horizon semble bouché et que des propositions de compromis sont rejetées par les protégés du Hezbollah.

Mgr Raï s’entretenant avec MM. Bassil et Kanaan de la formation du gouvernement. Photo ANI

Bien que la mission du ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, en vue de désamorcer les obstacles qui empêchent la formation d’un gouvernement, soit toujours entourée de secret, tous les observateurs s’accordent à dire qu’elle vise principalement à assainir l’atmosphère, en vue de proposer des solutions futures.

Le dernier nœud en date, connu comme celui des « sunnites du 8 Mars » que le Hezbollah veut voir représenter au Parlement alors que le Premier ministre désigné Saad Hariri le refuse catégoriquement, entravent les efforts de formation du premier gouvernement après les élections législatives de mai dernier. Pour contribuer à sortir de l’impasse, M. Bassil multiplie depuis quelques jours ses réunions avec différentes parties, politiques autant que religieuses. Après une visite au mufti de la République Abdellatif Deriane mercredi, le président du Courant patriotique libre s’est rendu à Bkerké hier pour s’entretenir avec le patriarche maronite Béchara Raï, en compagnie du député Ibrahim Kanaan.

À l’issue de la réunion, M. Bassil a fait une déclaration très courte, ne répondant qu’à une seule question des journalistes, sur la possibilité d’une formation prochaine du gouvernement, par ces seuls mots : « Priez avec nous. » Il a simplement souligné avoir obtenu la bénédiction du patriarche pour ses efforts, comme celle du mufti le jour d’avant.

Selon des sources bien informées qui suivent de près la tournée de M. Bassil, le but de ce dernier reste de faire régner un climat plus positif avant de se rediriger vers le Hezbollah pour tenter de proposer des solutions. Il garderait ainsi ses efforts loin des médias afin de leur assurer un maximum de chances de réussite. Il semble que le ministre des AE n’ait pas de réunions prévues aujourd’hui, sachant que la semaine prochaine sera ponctuée par deux congés, ce qui ralentira pour sûr un processus déjà bloqué.


(Lire aussi : Bassil espère forger un climat d’entente interpartisane)


Une proposition de Berry rejetée ?
Toujours selon ces sources, la formation du gouvernement reste en butte à des obstacles quasiment infranchissables. En effet, disent-elles, les sunnites dits du 8 Mars continuent de refuser toute solution qui n’accorde pas à l’un d’eux un siège dans la part qui revient au Premier ministre désigné. Ils partent du fait qu’ils représenteraient 30 % des sunnites, en d’autres termes ceux qui sont proches du Hezbollah et qui ne se reconnaissent pas dans la mouvance saoudienne, et que cet état de fait devra être clairement reflété dans la composition du gouvernement.

Et dans ce cadre, les propositions de solutions médianes sont rejetées l’une après l’autre : il semble en effet, selon les mêmes sources, que le président du Parlement Nabih Berry aurait proposé d’accorder au président de la République, Michel Aoun, un ministre chiite, en échange d’un ministre sunnite, Kassem Hachem (qui fait partie des six), dans son propre bloc ministériel. Or cette proposition aurait été rejetée par les sunnites du 8 Mars comme par le Hezbollah, une preuve de plus concernant les velléités de blocage, soulignent ces sources.

Pour elles, il semble que le Hezbollah préfère ajourner la naissance du gouvernement, tant qu’il fait l’objet d’accusations et de sanctions américaines. Pourquoi faciliterait-il la formation du gouvernement sans rien obtenir en contrepartie, dans ces circonstances ?

Confirmant quelque peu ces informations, le député Walid Succariyé, qui fait partie du bloc des six, a insisté, dans une intervention télévisée hier, sur le fait que ces députés « représentent une nouvelle tendance politique au sein de la communauté sunnite », estimant que « les propositions d’échanger des ministres d’un bloc donné à un autre signifie qu’on ne veut pas reconnaître ce qu’ils représentent ». Il a nié avoir des détails sur la proposition qui aurait été faite par M. Berry et a demandé à M. Hariri de « les représenter correctement dans son cabinet ».


(Lire aussi : Gouvernement : pour les sunnites anti-haririens, l’intercession de Bassil doit passer par eux)


« Nous n’accepterons pas un nouveau 7-Mai »
Dans la journée, M. Bassil avait reçu, aux bureaux du CPL à Mirna Chalouhi, l’ancien ministre Mohammad Safadi, pour discuter des aléas de la formation du gouvernement. À l’issue de cette réunion, M. Safadi a assuré « avoir décelé, dans toutes (ses) réunions avec des responsables, la volonté de former un gouvernement ». À une question sur sa possible participation au futur cabinet, il a estimé que « le plus important reste la formation du gouvernement, pas les membres qui y seront représentés ».

Un autre ténor sunnite n’a pas fait preuve d’une telle diplomatie, ne mâchant pas ses mots à l’encontre du Hezbollah. L’ancien Premier ministre Tammam Salam a estimé, dans une interview à une chaîne arabe, que « le nœud du soit-disant bloc de sunnites indépendants est artificiel, et c’est le Hezbollah qui en assume la responsabilité ». Il a appelé « toutes les parties politiques à faciliter la formation du gouvernement Hariri, afin d’éloigner le Liban du grand conflit américano-iranien qui sévit dans la région ». Il a estimé que s’il y a des raisons internes qui expliquent cette impasse, on ne peut négliger le grand conflit régional « dans lequel le Liban, tout comme l’Irak, sont utilisés comme des cartes de pression par le biais des blocages gouvernementaux ».

Abondant dans le même sens, le député Nadim Gemayel, bloc Kataëb, a carrément prôné la confrontation contre ce qu’il a appelé « un plan que le Hezbollah tente d’imposer au Liban ». « Nous n’accepterons pas un nouveau 7-Mai », en allusion à l’occupation des permanences du Futur par le Hezbollah dans la capitale en 2008. Le député a affirmé que « le temps des compromis, des concessions, des menaces et du raccommodage est bien fini », appelant à un « repositionnement des forces du 14 Mars, même si certains politiciens de ce camp ont déçu les Libanais pour satisfaire des intérêts étroits ».

Enfin, comme perspective de solution, le député Samy Gemayel, chef du parti Kataëb, a proposé « un gouvernement de spécialistes dont la mission serait de sauver le pays économiquement et socialement et mettre en application un plan de réformes ». « Nous sommes désolés de voir que le débat autour du gouvernement n’est fondé que sur des problèmes liés au partage des parts », a-t-il poursuivi.


Lire aussi

Cobayes binaires, le billet de Gaby NASR

Hariri met directement le Hezbollah en cause dans le blocage

« Hassan Nasrallah se trouve en confrontation avec tout le monde »

Hariri se montre ferme face au Hezbollah mais évite la confrontation

Les députés sunnites du 8 Mars se font entendre, mais pas approuver, par le chef de l’État

Entre dérobades et langue de bois, le nœud sunnite reste entier

Aoun ne signerait pas le décret de formation d’un gouvernement qui comprendrait un sunnite prosyrien

Pour le Hezb, pas de retour sur la désignation de Hariri



Bien que la mission du ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, en vue de désamorcer les obstacles qui empêchent la formation d’un gouvernement, soit toujours entourée de secret, tous les observateurs s’accordent à dire qu’elle vise principalement à assainir l’atmosphère, en vue de proposer des solutions futures. Le dernier nœud en date, connu comme celui des...

commentaires (6)

Que viennent faire ces deux hommes politiques chez le Patriracha Raï ? Il vaut mieux qu'ils visitent ceux qui pratiquent l'obstruction systématique contre tout projet "libanais" et ce, depuis la feuille d'entente de Mar-Mikhël à Chiyah, le Canossa du Liban.

Honneur et Patrie

14 h 36, le 16 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Que viennent faire ces deux hommes politiques chez le Patriracha Raï ? Il vaut mieux qu'ils visitent ceux qui pratiquent l'obstruction systématique contre tout projet "libanais" et ce, depuis la feuille d'entente de Mar-Mikhël à Chiyah, le Canossa du Liban.

    Honneur et Patrie

    14 h 36, le 16 novembre 2018

  • Que le diable emporte ceux qui par égoïsme, mais aussi par bêtise n'hésitent pas de mettre tout un pays à l'arrêt pour satisfaire leurs propres envies, ainsi que les projets de ceux qui les commandent...et qui ne sont pas libanais ! Comment peuvent-ils imaginer que nous, petit peuple libanais qui subissons les conséquences désastreuses de leur obstructions, puissions avoir du respect pour eux et croire en leur efficacité, si un jour ils obtenaient un ministère ? Savent-ils seulement ce que cela signifie comme devoirs et responsabilités, un ministère ? En constatant leurs agissements irresponsables, on est persuadé que non ! Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 24, le 16 novembre 2018

  • Nos politiciens créent une nouvelle loi électorale sans comprendre l'impact qu'elle a sur la formation du gouvernement. La nouvelle loi electorate est à la fois proportionnelle (le nombre de voix determine le nombre de siège) et majoritaire (au sein de sa propre communauté. Comment est ce que le Hezbollah peut justifier trois ministres Sunnites à Hariri et trois ministres aux autres (1 x President, 1 x Mikati, 1 x indépendants du 8 Mars)? Ça suffit, non?

    Zovighian Michel

    07 h 16, le 16 novembre 2018

  • LE HEZBOLLAH FAIT SEMBLANT QU'IL FORME LE GOUVERNEMENT VIA BASSIL QUI COURT DE TOUS LES CÔTÉS. EN RÉALITÉ, LE HEZBOLLAH BLOQUE LE GOUVERNEMENT ET GAGNE DU TEMPS. HARIRI EST TELLEMENT FAIBLE, AU LIEU DE S'ASSOIR DROIT SUR SA CHAISE ET C'EST À LUI D'INVITER TOUS CES GENS CHEZ LUI, IL PRÉFÈRE RESTER DANS SON COIN COMME UN ENFANT PUNI ENTRAIN D'OBSERVER ET D'ATTENDRE DANS LE VIDE LE RÉSULTAT DES RECHERCHES DE BASSIL.... SILENCE IL EST "NAYEM ALA HARIR"

    Gebran Eid

    05 h 58, le 16 novembre 2018

  • D'une part Samy Gemayel a raison, d'autre partir Bassil ne fait qu'encourager les gâtés, prolonger la crise et aggraver là situation économique... Si on n'a pas un gouvernement de technocrates au moins ayons un gouvernement compatible et fonctionnel...

    Wlek Sanferlou

    03 h 29, le 16 novembre 2018

  • Une chose est incomprehensible Le people a vote pour des deputes donc pour le LEGISLATIF UNIQUEMENT Pourquoi s'acharner a dire que les ministres doivent etre des deputes ( ou tres affilies ) Ceci est ARCHI FAUX Un ministere quelconque peut proposer des lois au parlement et c'est le parlement QUI APPROUVE OU DESAPROUVE LES LOIS. C'est meme le parleemnt qui donne ou pas sa confiance au ministere forme RESULTAT: un ministere de technocrates non affilies et dont le seul travail est de concevoir des lois qui mette le LIBAN D'ABORD et les presenter aux deputes qui devront vote clairement et officiellement pour ou contre sans vote secret , de facon a ce que chaque personne puisse voir clairement comment son depute a vote SOLUTION SI SIMPLE MAIS OU LES "FUTURS POLITICIENS MINISTERIABLES " PERDRONT TELLEMENT DE BENEFICE QU'ILS N'ACCEPTERONT JAMAIS CELA TOUT EN JURANT DU MATIN AU SOIR QUE LEUR PREMIER OBJECTIF EST LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A BON ENTENDEUR SALUT

    LA VERITE

    03 h 06, le 16 novembre 2018

Retour en haut