X

Culture

Roy Khoury sous son chapiteau enchanté

L’artiste de la semaine

Auteur, metteur en scène, chorégraphe, danseur et maître de cérémonie facétieux, le jeune homme de 29 ans ressuscite, en spectacle musical, sur les planche du théâtre du Casino*, l’une des plus belles histoires d’amour fou : « Majnoun Leila ».


Danny MALLAT | OLJ
09/11/2018

Tout en lui respire la douceur et la timidité. La voix, la manière de parler et de se raconter. Et pourtant, c’est dans l’art du spectacle que l’auteur, metteur en scène, chorégraphe et danseur Roy Khoury excelle. Sur scène, le jeune artiste libanais caméléon fait rayonner ses multiples talents. Mais qui est donc ce MC mi-ange, mi-démon qui se joue de la destinée des deux amants Qaïs ibn al-Moulawwah et Leila al-Amiriyya dans Majnoun Leila, le spectacle qui joue les prolongations depuis début octobre et qui mêle la danse au chant en passant par les arts du cirque ?

Roy Khoury est né en 1989 dans un petit village du Kesrouan, de parents artistes autodidactes. Vingt-neuf ans plus tard, il signe son premier spectacle musical libanais au Casino du Liban. Le parcours de ce jeune homme aux yeux bleu clair n’est pas le fruit du hasard. À l’âge où il est naturel de choisir une activité artistique ou physique, dans les oreilles des petits garçons, toutes nationalités confondues, résonne cette phrase presque mythique : « Tu feras de la boxe ou du karaté. » Voilà ce que répètent inlassablement les mamans à leurs fils. Sauf que les parents à l’écoute du talent de leur enfant, ceux dont le flair ne fait pas défaut, choisissent, non sans appréhension, le chemin escarpé mais intuitif du talent qu’ils voient naître devant eux. C’est ainsi que les parents de Roy Khoury, tous les deux musiciens, l’encouragent avec insistance à faire de la danse classique et du piano. Enfant docile et appliqué, il s’exécute. Sur les bancs de l’école, ses professeurs disent de lui : « C’est un enfant silencieux et effacé, mais attentif et curieux. » Le petit Roy chante à la chorale, il fait du théâtre et se rapproche inexorablement mais sûrement du monde artistique.


« J’ai réalisé très vite que je faisais fausse route »

Au moment de choisir sa filière universitaire, il décide d’entreprendre des études en audiovisuel à l’Académie libanaise des beaux-arts. « J’ai réalisé très vite que je faisais fausse route », dit-il. Et les réminiscences de son enfance le rattrapent. Spectateur inconditionnel de comédies musicales, il décide de tenter l’aventure américaine. Il embarque pour New York, berceau des musicals, sans grande conviction. Il a 19 ans. Après une audition en direct qui comprenait de la danse, du chant et une performance théâtrale, il est accepté avec enthousiasme par le jury. Trois ans plus tard, Roy Khoury décroche son diplôme du Broadway Musical Theater de New York (NYFA).

Aujourd’hui, il avoue que l’expérience était des plus enrichissantes. Il y a appris à maîtriser tous les registres, du théâtre à l’éclairage, des costumes à la production, du chant à la danse. Il a eu l’occasion de revisiter les grands classiques avant de travailler à New York pour quelque temps et de participer à plusieurs comédies musicales (Lion King, the Musical, Sister Act), dans lesquelles il sera danseur mais aussi responsable du maquillage et des costumes.

New York est toutefois une ville sans pitié et l’artiste a du mal, financièrement, à tenir le coup. Il rentre alors au Liban, riche de son apprentissage, mais réalise très vite que son pays manque de sensibilité face à cette forme artistique. Il s’essaie à l’enseignement, décide d’ouvrir « Steps », une école d’arts de la scène, et monte sa propre troupe. Après plusieurs allers-retours à New York, il pose ses pénates définitivement face à l’azur méditerranéen, avec pour ambition de faire connaître au public libanais le théâtre musical façon Broadway.

C’est ainsi qu’en 2015 One Night on Broadway voit le jour. « Le spectacle ne racontait pas une histoire, dit-il, mais il était constitué de tableaux de grands classiques de Broadway entrecoupés d’intermèdes en langue arabe, drôles et caustiques. » Il reproduit Aladdin, The Little Mermaid, A Night at the Opera et tant d’autres. Le spectacle rencontre un succès inattendu, ce qui l’encouragera à monter, en 2016, Another Night on Broadway.

« Si je suis ce que je suis, c’est qu’à un moment donné, j’ai fait la connaissance de personnes qui m’ont aiguillé et qui ont cru en moi », souligne le jeune homme.


La vie est un cirque

« Préparez-vous : je vous emmène dans un monde de contradictions où tout est émerveillement, où la douleur est une illusion, où l’enchaîné est libre et où l’affranchi prétend détenir la vérité. » Voilà comment Majnoun Leila, le tout nouveau spectacle de Roy Khoury, prend son envol. Plus de 50 artistes talentueux participent à cette production unique, dont un orchestre de 25 musiciens et une troupe de 15 danseurs et interprètes professionnels, notamment les célèbres Manel Mallat et Kristian Abouanni (fidèles compagnons de route de Khoury), sans oublier le créateur de costumes et styliste Bassem Feghali. C’est un spectacle où se mélangent l’humour et l’irone, teinté de surréalisme, le tout évoluant dans un monde absurde. « Dans mon désir d’aborder une histoire d’amour et réalisant que Roméo et Juliette a été la légende la plus adaptée au cinéma et au théâtre, je me tourne vers une histoire orientale. Et voilà que je rencontre Majnoun Leila. »

Roy Khoury prend le parti de contourner le tragique de l’histoire et introduit le concept d’un monde parallèle, le cirque. En maître de cérémonie facétieux, il tire les ficelles de l’histoire et oriente la destinée des amants maudits. Le cirque représentant le monde inconscient de Leila et de Qaïs, il leur donne le choix de le rejoindre pour mieux s’unir. À seulement 29 ans, l’enthousiasme du jeune homme est littéralement sans bornes et sa capacité de travail force le respect tout comme son souci sincère d’enchanter le public.

À sa manière, Roy Khoury est parvenu à se distinguer en exhumant de la bibliothèque mentale de son enfance le millier de références qui font aujourd’hui le sel et la richesse de son univers singulier.


1989

Naissance dans un village du Kesrouan

Février 2007

3 mois d’hospitalisation et de coma partiel suite à un grave accident de voiture

Juillet 2009

Passe l’audition pour le Broadway Musical Theatre Program à NYFA

Décembre 2009

Audition en direct à New York

Août 2012

Obtient son diplôme et participe à des « musicals » à Broadway

Juin 2013

Retour au Liban

Mai 2015

Création de « One Night on Broadway »

Octobre 2018

« Majnoun Leila », son premier « Broadway musical libanais »

*Ce samedi 10 novembre au Casino du Liban, à 20h30.




Dans la même rubrique

Stéphanie Saadé, d’ors et de déchets

Les « Stranger Things » de Tamara Barrage

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué