X

Culture

Farid Schoucair, tango avec un stylo Bic

L’artiste de la semaine

À découvrir, à la galerie Jacques Ouaiss, les dessins réalisés au Bic de cet artiste pas comme les autres, pour plonger dans son monde fantastique.

Danny MALLAT | OLJ
10/10/2018

Né en 1972 à Beyrouth, Farid Schoucair s’était un jour révolté face à ses parents interloqués : « Je suis né 1 000 ans trop tôt. » « Oui, dit-il, j’aurais voulu avoir un vaisseau spatial pour aller à la conquête de tous les soleils cachés et les mondes occultes. » Mais c’est à bord de ses dessins qu’il embarquera un jour pour découvrir qu’il suffit d’un peu d’imagination et de sensibilité pour faire le plus beau des voyages...

Lorsque les stylos à bille Bic apparaissent en 1950, une vraie révolution s’opère dans le monde de l’écriture : il n’est plus nécessaire de transporter porte-plume, buvard et encre pour écrire. Mais c’est seulement en 1965 que les petits écoliers ont le droit de les utiliser à l’école. C’est ce stylo-là qui a obsédé Farid Schoucair toute son enfance. « D’abord, dit-il, sur les bancs de l’école, je me faisais toujours piquer mes stylos à bille. Ensuite, il n’arrivait jamais que je les utilise jusqu’à la dernière goutte! Ils disparaissaient, et de me poser toujours la même question : mais où vont tous les stylos perdus ? » Après une formation en graphic design à l’Université américaine de Beyrouth (AUB), il ouvre sa propre boîte, ce qui lui permettra d’acquérir de l’expérience et de la maturité. Très attiré par la psychologie cognitive, Farid Schoucair suivra les cours nécessaires pour devenir le plus jeune psychologue de sa promotion. Il s’embarque pour le Canada pour accomplir un master en marketing qu’il se verra contraint d’interrompre lorsqu’il ne pourra pas décliner une offre de la compagnie Nintendo, où il sera en charge du développement de l’image de marque.


Les dimensions de l’esprit

Farid Schoucair est quelqu’un d’entier dont la stature et le discours ne manquent pas d’impressionner son interlocuteur. Sous le couvert d’un écorché vif par des passages difficiles, il reste un grand optimiste qui croit fermement que le monde ira mieux un jour.

L’homme accorde une part importante au dessin. « Quand je devais vider mon esprit, je prenais un Bic et je griffonnais, et mes dessins prenaient une ampleur thérapeutique. C’était un moyen d’accoucher de mes démons, de pouvoir surmonter les frustrations inhérentes à mon pays. » Tous ces croquis qui traînaient sous sa table, Farid Schoucair les désigne comme étant « les dimensions de l’esprit ». Puis vient le jour où l’artiste se lance un défi. « Combien pourrais-je utiliser ce médium seul pour qu’il s’accorde aux réflexions inconscientes ou subconscientes de mon esprit ? » Il décide alors de laisser le stylo à bille le guider. Et la ligne bleue, verte, rouge ou noire prend son envol, se décline en soleil bleu éblouissant, en formes circulaires ou labyrinthiques, en navire sur une mer houleuse, en formes féminines et sensuelles, en un univers merveilleux où le regard plonge et se perd, mais trouve toujours une issue par un hublot, par une porte, par un escalier, par des bulles joyeuses qui fendent un ciel paisible ou sur les ailes d’un aigle royal. « Rien n’est prémédité, dit-il, c’est la ligne qui me tient la main et m’emporte. » Comme ce médium n’admet aucune erreur, aucun retour en arrière n’est envisageable. Le stylo non effaçable comporte en lui le côté illusoire du temps, du moment qui s’écoule et qui ne revient jamais. Chaque ligne tracée génère une autre. Chaque monde créé s’ouvre et se déploie à l’infini. « Je préfère sentir et valider mon sentiment que de penser et de créer un sentiment », assure l’artiste.


Nudité

L’art de Farid Schoucair n’a pas d’âge. Il est tout aussi bien celui de l’enfance émerveillée que celui de l’adulte qui sublime ses douleurs et ses obsessions. Il est ainsi ouvert à tout un chacun pour qu’il y développe son propre imaginaire. Tout est là pour entraîner le visiteur dans l’expérience d’une aventure artistique pleine de surprises, alternant moments de tendresse et de frayeur, de bonheur et d’angoisse, de familiarité et d’inconnu. Un monde qui oscille entre le fantastique ou le naïf, le vécu ou l’onirique. « Il arrive que je me découvre en fonction de ce que les gens voient, et c’est à ce moment-là que je comprends le processus de création.

J’essaie d’exprimer l’amour de la vie sous toutes ses formes, l’amour dont la douleur fait partie intégrante. »

Son art est possédé par l’idée du flux, d’une sorte d’énergie du trait qui confère à ses œuvres une dynamique vitale, voire organique, un côté liquide et fluide qui s’imprime dans l’esprit et le regard du visiteur, bien après avoir achevé le parcours de l’exposition.

Dont on ne ressort pas indemne ! L’univers de l’artiste est en mouvement continuel, c’est un microcosme de ce que l’homme est intrinsèquement, une histoire dans une histoire, telle une mise en abîme, et chaque histoire vibre et interpelle.

L’art de Farid Schoucair est un monde à part qui échappe au piège des mots. Son parcours toujours en quête de renouvellement est si vaste et riche qu’il serait vain de vouloir l’aborder dans toute son ampleur en quelques lignes. Ce qu’il faudrait, c’est l’appréhender avec les yeux… et s’en délecter.


À la galerie Jacques Ouaiss

Achrafieh, Tabaris

Tél. : 03/777177

Jusqu’au 20 octobre 2018

20 octobre 1972

Naissance à Beyrouth

Octobre 1999

A rejoint le DigiPen Institute of Technology, Seattle USA

Février 2002

A lancé, au Liban, sa propre compagnie Element C2

Juin 2005

S’est marié

Oct 2010

A accompli 6 000 tests de capacités cognitives

Juin 2016

Fermeture de Element C2


http://galeriecherifftabet.com/fr/alterner-home/



Dans la même rubrique

Annie Kurkdjian, le mal par les maux

Tagreed Darghouth, peinture ardente

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Un monde merveilleux, beau, sublime.
Un vrai voyage.
Merci à l'orient le jour et particulièrement à l'artiste Farid Schoucair

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants