X

Économie

Hydrocarbures offshore : 80 % du personnel devra être libanais

Énergie

Le cadre législatif régulant le secteur exige des compagnies pétrolières que la priorité soit donnée aux nationaux lors du recrutement de leur personnel ainsi que celui de leurs sous-traitants.

05/11/2018

Tout comme le cadre législatif régulant le secteur des hydrocarbures offshore prévoit un traitement préférentiel aux biens et services libanais pour les contrats de sous-traitance qui lieront les compagnies pétrolières à leurs sous-traitants (lire notre édition du 29 octobre), celui-ci exige également des compagnies pétrolières qu’au moins 80 % de ses employés soient de nationalité libanaise. Il prévoit également un certain nombre de dispositions sur le devoir des compagnies pétrolières de former les ressources humaines locales, y compris celles opérant dans la fonction publique. « Ces mesures sont cruciales pour favoriser la création d’opportunités d’emploi, de permettre un transfert de compétences et de technologies, de renforcer la compétitivité en développant des industries à forte valeur ajoutée. De plus, elles permettront de créer de véritables partenariats entre les compagnies pétrolières et les entreprises locales, les universités, les centres de recherche et les organisations de la société civile du pays », a expliqué à L’Orient-Le Jour Laury Haytayan, directrice régionale du Natural Resource Governance Institute (NRGI).

Compte tenu des fortes attentes locales à ce sujet, il convient de faire le point sur ce que prévoit le cadre législatif libanais en la matière. Les obligations de recrutement et de formation des Libanais sont prévues par la loi 132/2010 sur l’exploitation des ressources offshore, son décret d’application 10289/2013, les contrats d’exploration et de production (EPA) liant l’État libanais au consortium Total-Eni-Novatek pour chacun des deux blocs attribués, le bloc n° 4 au centre et le bloc n° 9 au sud, ainsi que la loi sur le renforcement de la transparence dans le secteur des hydrocarbures offshore, votée fin septembre au Parlement.

Le Liban vient d’entamer fin mai la phase d’exploration d’hydrocarbures offshore de deux de ses dix blocs maritimes attribués en février au consortium formé du français Total, de l’italien Eni et du russe Novatek. Le creusement des deux premiers puits, l’un dans le bloc 4 au centre et l’autre dans le bloc 9 au sud de la zone économique exclusive, n’interviendra pas avant fin 2019. « Conformément aux EPA, le consortium a soumis à l’Autorité de l’énergie (LPA, affiliée au ministère de l’Énergie), pour approbation, une proposition d’un programme détaillé de recrutement et de formation près de six mois après la signature des contrats. Ce programme devra être actualisé chaque année par le consortium avant d’être soumis à la LPA », a indiqué à L’Orient-Le Jour une source à la LPA. Elle précise toutefois que « pendant la période d’exploration (cinq à six ans), très peu d’emplois seront créés. Le consortium se basera surtout sur les Libanais qui travaillent déjà chez Total ».


(Lire aussi : La commission des Finances appelle à régler avec Chypre la question de la limite sud de la ZEE)


Financement des formations
Toujours selon les EPA, le consortium a non seulement l’obligation d’œuvrer pour qu’au moins 80 % de ses employés soient de nationalité libanaise, mais a également la responsabilité de s’assurer que les compagnies de services font de même, auquel cas il devra demander une exemption au ministre de l’Énergie, en fournissant une explication écrite des raisons pour lesquelles cet objectif n’a pas été atteint. Le consortium devra également financer les formations des cadres de la fonction publique, qui seront identifiés par la LPA et d’autres ministères. Un budget annuel de 300 000 dollars (majoré de 5 % par an) devra être consacré chaque année par le consortium, durant la phase d’exploration, à la formation des cadres de la fonction publique et à l’octroi de bourses pour la recherche académique. Lors de la phase de production, ce budget annuel est revu à la hausse, à 500 000 dollars (majoré de 5 % par an). Le consortium devra payer directement les fournisseurs de ces formations, avant de transmettre des preuves de ces dépenses à la LPA. Il convient toutefois de souligner que le coût du financement de ces formations par le consortium fait partie des coûts récupérables (cost petroleum).

S’agissant des risques de corruption et de conflits d’intérêts que pourraient susciter ces obligations pour les compagnies pétrolières de recruter des Libanais, la loi sur le renforcement de la transparence dans le secteur des hydrocarbures offshore définit les personnes et leur premier entourage (parents, conjoint et enfants), qui ne sont pas autorisés à investir dans le secteur ou à travailler au sein des compagnies pétrolières et des sociétés de service. Il s’agit du président de la République et ses conseillers, du président du Parlement et ses conseillers, du Premier ministre et ses conseillers, des ministres et des directeurs généraux des ministères, des députés, des membres du Conseil d’État, de la Cour des comptes et de l’Inspection centrale, des dirigeants de partis politiques, des responsables des appareils sécuritaires, des présidents des établissements publics et semi-publics...



Lire aussi

Hydrocarbures offshore : quelles conditions préférentielles pour les Libanais ?

Hydrocarbures : LOGI présente ses recommandations pour la transparence

Hydrocarbures : Les craintes d’un éventuel « vol » israélien sont-elles justifiées ?

Hydrocarbures offshore : la loi sur la transparence adoptée en commissions mixtes

Joseph Maalouf : « Il y a un consensus sur le besoin de transparence dans le secteur des hydrocarbures »


À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Il taut agir ...

AIGLEPERçANT

Je suis désolé de dire que je connais un groupe LIBANAIS et duquel je suis fier , que je connais personnellement ,qui possède des concessions de pétrole au Nigéria à Port Harcourt plus précisément , en association avec le Groupe Total et Pondicelli , je tairai son nom , mais les références que je donne mettent sur la voie , que ce groupe donc emploie des libanais de SOUCHE au plus haut niveau de technicité dans ce domaine .

DES SPECIALISTES LIBANAIS EXISTENT BEL ET BIEN , JE NE VOIS PAS POURQUOI ON NE LES METTRAI PAS A CONTRIBUTION CHEZ EUX AU LIBAN . SANS COMPLEXE SVP !

Sarkis Serge Tateossian

Avec un peu d'humour...

80 % de main d'oeuvre et 20 % d'ingénieurs en pétrochimie et chefs d'équipes, cadres et autres....


Les compagnies comme Total n'engagent jamais du personnel sur ces plates formes pétrolières sans les passer préalablement par des stages internes.

Je pense même que des équipes sont déjà à l'oeuvre pour préparer le terrain.

L'anticipation ce n'est peut-être pas encore un mot libanais... Mais elle constitue une stratégie essentielle chez Total !

Yalla... L'important c'est de démarrer ce projet un jour ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

80PCT DU PERSONNEL NON SPECIALISE... CAR DES SPECIALISTES EN LA MATIERE NOUS N,EN AVONS PAS HELAS !

Sarkis Serge Tateossian

80% du personnel devra être libanais.
C'est correcte et au vu de la situation économique du Liban... (sans compter l'émigration) cela parait juste et équitable.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants