X

Idées

Hydrocarbures : Les craintes d’un éventuel « vol » israélien sont-elles justifiées ?

Commentaire
22/09/2018

En mars 2018, la compagnie grecque Energean a décidé d’investir dans le forage d’un puit d’exploration israélien (Karish North) situé à quelques kilomètres des frontières maritimes libanaises, plus précisément le bloc d’exploration d’hydrocarbures offshore n° 8. L’investissement est estimé à 1,6 milliard de dollars durant la première phase, et la production est attendue au premier semestre de 2021, en cas de découvertes commerciales, selon le site internet de la compagnie. Cette décision a récemment suscité l’indignation des responsables libanais, plus particulièrement le président du Parlement Nabih Berry, qui a souligné l’importance « d’agir rapidement » afin de protéger les droits de l’État libanais, vu la « grande probabilité » de réservoirs communs entre le Liban et Israël. Ces craintes sont-elles justifiées ?

Le problème de base réside dans l’absence de démarcation unanimement reconnue des frontières maritimes entre le Liban et ses voisins, et plus particulièrement celles avec Israël. En 2007, Beyrouth signe en effet un accord avec Chypre concernant la délimitation de leurs ZEE, avec toutefois certaines imprécisions concernant la frontière au sud de la zone libanaise. Deux ans plus tard, le Conseil des ministres approuve la carte officielle de la ZEE libanaise sur cette base, tout en rajoutant les coordonnées manquantes – notamment celles des zones chypriote, libanaise et israélienne. Ce tracé est envoyé à l’ONU en 2010. Or la même année, Israël a aussi signé un accord bilatéral avec Chypre afin de procéder à la délimitation de sa propre ZEE. Lorsque celle-ci est officialisée en 2011, Beyrouth découvre qu’elle ne prend en compte que le tracé libano-chypriote de 2007 (sans les coordonnées postérieures), ce qui crée une zone contestée d’environ 860 km2 avec Tel-Aviv. Depuis, toutes les tentatives de médiation entreprises – par l’ONU, les États-Unis ou Chypre – sont restées sans effets.


(Pour mémoire : Berry met en garde contre un vol possible par Israël des ressources du Liban)


Probabilité
Ce contentieux n’est naturellement pas sans conséquences pour les projets des deux pays et leurs partenaires privés. Le 9 février dernier, au lendemain de la signature des deux premiers contrats d’exploration et de production entre l’État libanais et le consortium Total-Eni-Novatek, le pétrolier français a par exemple tenu à assurer que le forage du puits d’exploration envisagé dans le bloc n° 9 se fera à 25 km de la zone contestée (qui constitue 8 % de sa surface). Ces précautions, qui réduisent significativement la probabilité de trouver des réservoirs en commun, n’ont pourtant pas dissuadé les parties belligérantes – plus précisément le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman et le Hezbollah – de se livrer à une guerre de discours et de menaces réciproques.

D’autant que, depuis 2011, de nouvelles données sont venues raviver les appréhensions libanaises. Après avoir obtenu, suite à une procédure judiciaire, les résultats d’études sismiques en 2D effectuées en 2002 par la compagnie TGS sur l’offshore libanais, l’Autorité de l’énergie (LPA) a déduit de leur interprétation qu’il y avait une certaine probabilité de réservoirs d’hydrocarbures communs avec Israël. Pour autant, cette probabilité, tout comme la perte monétaire résultant de l’exploitation éventuelle de ces réserves potentielles, est naturellement impossible à quantifier– il en va d’ailleurs de même pour l’ensemble des estimations qui ont pu circuler dans la presse sur le potentiel libanais et qui, en l’absence de quantités prouvées et de prix fixes, ne peuvent être au mieux considérées que comme un bel exercice de calcul mental…

Pour autant, avec le début attendu en mars 2019 du projet d’exploration de Karish North, Energean a la possibilité, du moins théorique, d’effectuer un forage horizontal (pouvant aller jusqu’à 15 km) vers le Liban. Cependant, cette technologie est une opération techniquement complexe (qui se fait après l’exploration et l’évaluation), très coûteuse (au moins 3 fois plus que le forage vertical) et considérablement risquée, surtout dans un contexte politique aussi tendu… Tant que la propriété des ressources n’a pas encore été bien définie et protégée par des accords reconnus au niveau international, toute entreprise désireuse d’effectuer un forage horizontal empiétant sur un autre « territoire » mettrait ainsi sa crédibilité et sa profitabilité en péril. Par conséquent, si le risque d’« un vol » israélien de ressources communes est théoriquement possible– dès lors que leur existence s’avérerait confirmée–, son coût économique et politique le rend peu probable en l’absence de compromis préalable entre l’ensemble des parties prenantes.


(Pour mémoire : Hydrocarbures offshore : des zones d’ombre dans la proposition de loi sur le fonds souverain)


Coordination
Les efforts de médiation américains et onusiens ont donc grand intérêt à converger vers une solution basée sur le droit international et coutumier en question, afin d’éviter tout dérapage indésirable. C’est aussi l’intérêt du Liban, où l’existence potentielle de réservoirs communs devrait de prime abord être appuyée par une étude technique présentée à l’ensemble du Conseil des ministres, conformément à la loi de 2010 régissant les ressources pétrolières offshore. Or, dans la pratique, les choses se déroulent différemment dans ce dossier. Ainsi, à l’été 2016 – dans un contexte de vacance présidentielle –, les données précitées de la LPA ont été présentées en catimini à son ministre de tutelle (Arthur Nazarian) et aux seuls présidents du Conseil (Tammam Salam) et du Parlement (Nabih Berry). Tout comme le dossier des hameaux de Chebaa, les négociations sur le dossier des frontières maritimes est pris en charge de facto par une faction politique, évinçant ainsi le rôle du gouvernement sur un sujet d’importance primordiale pour tous les Libanais de toutes appartenances confondues.

Il est donc nécessaire d’abandonner ces pratiques et de revenir aux textes afin d’aborder ce dossier d’une manière réellement coordonnée et d’aboutir à une position commune dans le cadre des efforts de médiation menés par les États-Unis. Ces efforts, bien qu’ils n’aient pas encore repris leur élan avec la nomination, en avril dernier, d’un nouvel émissaire, David Schenker, devraient être abordés par l’État libanais avec le plus grand niveau de sérieux et d’unité de positionnement. Entre-temps, toute décision unilatérale de la part d’une des composantes de la classe politique risquerait de s’avérer néfaste à cet égard.

Julien Courson est consultant et formateur en gouvernance des ressources naturelles, et directeur du Lebanese Kubernaou Center.


Repère
Hydrocarbures offshore : quelques clés pour comprendre le contentieux libano-israélien


Pour mémoire
Hydrocarbures offshore : le Liban prépare un 2e round

Total évitera de forer dans la zone contestée du bloc 9 

Hydrocarbures : le gouvernement publie les contrats liant l’État au consortium

Hydrocarbures : le Liban pourrait faire ses premières découvertes dès 2019, selon Abi Khalil

Lancement de la coalition libanaise pour la transparence dans les industries extractives

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Israël ne perd pas son temps tandis que les libanais se disputent et les autres en profitent, il n'y a pas encore un gouvernement que voulez-vous plus

Gebran Eid

TU VAS ME DIRE QUE PERSONNE DES RESPONSABLES N'A TOUCHÉ DES BELLE SOMMES D'ISRAEL POUR FERMER LES YEUX ET NE RIEN FAIRE. ?

Sarkis Serge Tateossian

Voilà pourquoi tous nos chers voisins s'entêtent à nous diviser ....Iran Arabie Israël et même Syrie.

Sarkis Serge Tateossian

J'ai toujours pensé et dit que le système libanais de gouvernance par la diversité peut être une redoutable force dans la région sur un plan économique et sociale si elle est utilisée avec intelligence.

La faiblesse d'une diversité deviendra alors une force inouïe.

Imaginez une seule seconde toutes les forces interne et externe du pays (chaque communauté avec sa diaspora s'impliquer dans des projets communs libanais nationaux), vous imaginéz les retombés économiques ... ? Cette force qu'il pourra se doter notre cher Liban ?

Si chaque communauté et chaque parti essaie de trouver des points de conjonction et d'entente chez les autres communautés alors tout sera possible au lieu de de quereller sans cesse.

Pour y parvenir, le chemin le plus court est l'engagement résolu et sincère pour porter et avant tout les valeurs et les intérêts du Liban. un vivre ensemble réel et effectif.

Le Liban uni d'abord.

Irene Said

Allez, nos SUPER-RESPONSABLES,
continuez à tergiverser, à perdre du temps à vous disputer pour un ministère de plus ou de moins.

Pendant ce temps, nos chers voisins-ennemis du Sud travaillent, prospectent et avancent !
Vous, par contre, vous vous trouverez bientôt le bec dans l'eau de mer...en lieu et place du petrôle...qu'ils auront extrait en silence !

Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QU,ATTENDEZ-VOUS ENCORE ? VOUS AVEZ PERDU 7 ANS DEJA... ET SUREMENT LES VOISINS VONT PROFITER DE VOS BETISES !

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué