X

Liban

Coup de théâtre : le Hezbollah ressort de son chapeau le lapin sunnite...

Gouvernement

Les FL lèvent le voile sur leurs ministrables, Hariri espère un cabinet « dans les prochains jours ».

Yara ABI AKL | OLJ
30/10/2018

Il s’en est fallu de peu pour que le gouvernement voie le jour hier. Mais c’est encore une fois partie remise. Durant la journée pourtant, tout prêtait à croire que le troisième cabinet Hariri serait formé incessamment. Tous les nœuds qui jusque-là avaient empêché le Premier ministre désigné de mener à bien sa mission ont été défaits… à une exception près, la représentation des députés sunnites prosyriens. Une fois de plus, un coup de théâtre de dernière minute a remis les compteurs à zéro, reportant la naissance du gouvernement sine die, envers et contre tous les efforts de Saad Hariri.

Et pour cause : le Hezbollah a ressorti de son chapeau le lapin de la représentation des députés sunnites du 8 Mars, insistant sur la nécessité de leur intégration à la future équipe ministérielle.

Partant, en acceptant de faire partie du cabinet, en dépit de toutes les tentatives de réduire le poids des Forces libanaises afin d’en minimiser l’influence en Conseil des ministres, le leader des FL Samir Geagea a fait d’une pierre deux coups : d’une part, il a fait barrage aux tentatives de garder son parti en dehors du cabinet, et de l’autre, il a mis le Hezbollah au pied du mur.

Le parti de Hassan Nasrallah a longtemps renvoyé la balle du blocage gouvernemental dans le camp de Meerab, l’accusant d’amplifier son poids politique pour augmenter sa quote-part ministérielle. Sauf que l’obstacle de la représentation des FL a été franchi. Mais le cabinet n’a toujours pas vu le jour. Cela fait dire à certains que la journée d’hier a prouvé que le Hezbollah continue de bloquer le processus, afin d’exercer des pressions supplémentaires sur M. Hariri, en vue d’aboutir à un cabinet déséquilibré en faveur du parti chiite et de ses alliés.

D’ailleurs, certains milieux politiques estiment que la future équipe ministérielle sera largement avantageuse pour le camp syro-iranien. On en veut pour preuve la répartition (toujours sujette à des modifications de dernière minute) des postes ministériels. À en croire les spéculations médiatiques, le 8 Mars obtiendrait 18 ministres répartis comme suit : 10 ministres au tandem Baabda-CPL, un Marada, six relevant du tandem Amal-Hezbollah. Un lot auquel il faudrait ajouter un druze qui devrait être nommé par le président de la République, Michel Aoun.

En face, les forces appartenant au camp souverainiste obtiendraient douze ministres, répartis de la façon suivante : quatre FL, deux relevant du Parti socialiste progressiste et six gravitant dans l’orbite du courant du Futur.

C’est sous cet angle qu’il conviendrait donc de placer la nouvelle épreuve de force à laquelle s’est livré le Hezbollah face au Premier ministre. Pour certains observateurs, il s’agit d’une façon pour le parti chiite de garantir l’obtention du tiers de blocage au sein du cabinet, tout comme il est parvenu à remporter – avec ses alliés – une majorité parlementaire lors des législatives de mai dernier. D’ailleurs, certains milieux du Hezbollah ont indiqué hier à la chaîne OTV que celui qui a attendu des mois pour intégrer les FL au cabinet peut patienter quelques jours afin de trouver une issue à la question des sunnites « indépendants ». Selon certains médias locaux, la formation chiite a même été jusqu’à refuser de remettre à la Maison du Centre la liste de ses ministrables avant le règlement du problème sunnite. Sauf que contrairement à ce qu’aurait pu espérer le Hezbollah, une source bien informée indique à L’Orient-Le Jour que le chef de l’État continue de refuser d’inclure un député sunnite antiharirien dans son lot, à l’heure où l’on évoquait un possible élargissement du cabinet à 32 ministres, afin d’inclure les détracteurs du courant du Futur, mais aussi les alaouites et les minorités.

En dépit de ce tableau, Mohammad Raad, chef du bloc parlementaire du Hezbollah, s’est employé à distiller un climat d’optimisme relatif quant à une proche formation du cabinet. S’exprimant lors d’une cérémonie au Liban-Sud, M. Raad a déclaré que « le cabinet verra le jour cette semaine, après cinq mois d’attente ».


(Lire aussi : Les FL officialisent les noms de leurs quatre ministrables)


La représentation FL

Quoi qu’il en soit, Saad Hariri semble déterminé à ne pas céder à la pression du parti chiite. C’est ce qu’assure à L’OLJ un proche du Premier ministre. Selon lui, « la décision de Samir Geagea a mis le Hezbollah au pied du mur, dans la mesure où ses alliés sunnites l’ont exhorté à exercer un forcing pour les intégrer au cabinet ».

Pour ce qui est des FL, elles n’ont pas tardé à mettre les propos de Samir Geagea en pratique. Ainsi, quelques heures après l’annonce de sa décision, le leader des FL a dépêché le ministre sortant de l’Information, Melhem Riachi, à la Maison du Centre pour un entretien avec M. Hariri, en présence du ministre sortant de la Culture Ghattas Khoury. L’occasion pour M. Riachi de remettre au chef du gouvernement les noms des futurs ministres FL ainsi que leurs confessions et les portefeuilles qu’ils détiendront, tels que voulus par le directoire du parti, comme l’a souligné M. Riachi à l’issue de sa rencontre avec le Premier ministre, notant que ce dernier est entré en contact par téléphone avec le chef des FL pour le remercier des « sacrifices » en faveur de la mise sur pied du cabinet.

Contrairement à l’écrasante majorité des formations politiques, les FL ont communiqué à la presse les noms de leurs ministrables. Une façon pour Meerab d’exhorter Saad Hariri à aller de l’avant dans la formation de son équipe en dépit de toutes les entraves et d’officialiser ses ministrables. Il s’agit de Ghassan Hasbani (vice-présidence du Conseil), May Chidiac (Culture), Richard

Kouyoumjian (Affaires sociales) et Camille Abousleiman (Travail). Dentiste, M. Kouyoumjian est ancien directeur de l’information au sein du conseil politique des FL (à l’étranger) et candidat malheureux au siège arménien-catholique de Beyrouth I lors des dernières législatives. Quant à M. Abousleiman, fils du brillant parlementaire et ancien président de la Ligue maronite Chaker Abousleiman, c’est un grand avocat, associé principal à Dechert, un des plus grands cabinets d’avocats internationaux. En 2016, il a été nommé parmi les « dix avocats financiers les plus innovateurs de l’Europe, et récompensé en 2017 par le premier “Lifetime Achievement Award” de l’International Financial Law Review ».

Contacté par L’OLJ, un cadre FL a assuré que quels que soient les portefeuilles accordés à la formation, celle-ci est satisfaite d’avoir pu intégrer le gouvernement pour en assurer l’équilibre, se félicitant des bons rapports entre Meerab et Saad Hariri.

Notons enfin que le Premier ministre désigné est entré en contact par téléphone avec Michel Aoun. Les deux hommes ont « évalué » les développements gouvernementaux, selon la chaîne MTV. S’exprimant lors d’un dîner à Achrafieh, M. Hariri s’est contenté d’exprimer l’espoir d’un cabinet « dans les prochains jours, après avoir franchi tous les obstacles ».



Lire aussi

Bou Assi : Nos alliés les plus solides seront à l’extérieur du cabinet

Nouveau cabinet : participation problématique du Hezbollah

Gouvernement : sommes-nous dans la dernière ligne droite ?

Le Hezbollah tient-il tellement à représenter les sunnites du 8 Mars ?


Pour mémoire

Le CPL commence à envisager un cabinet sans les FL

Gouvernement : ultimes retouches et spéculations internationales

L’Iran est derrière le blocage gouvernemental, pour les milieux souverainistes, l'éclairage de Philippe Abi-Akl

En attendant le gouvernement, Berry veut (ré)activer le Parlement

Joumblatt à « L’OLJ » : Je n’ai pas de problème avec Saad Hariri

Vers un cabinet avant la fin du mois ?

L’attribution d’une quote-part ministérielle au président est-elle constitutionnelle ?

Gouvernement : le bras de fer avec les FL « remonte » à Baabda

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Cherif Bedran

A lapins sunnites quelques lapins chrétiens indépendants. Seulement quelques uns. Deux fois plus nombreux que nos frères sunnites. Que dis-je? Deux fois? un peu plus etc....etc....

Pardon, ces derniers chrétiens sont tapis. Comme il se doit. Wayna madame Haddad?

La Défense du veuf et de l’orphelin? Pas dans la littérature perse. Remarquez, défense en Majuscule.

Vivement un conseil des ministres de 128 ministres représentés.

Bala Akl hawa...

L’azuréen

Que veut au juste le Hezbollah ? Le chaos ou tout simplement le bazar? Mais pour quoi faire ? Compter les faillites, les morts , les libanais qui partent ?

Le Faucon Pèlerin

Pourquoi Saad Hariri ne prend-il pas dans le gouvernement des personnalités chiites indépendantes qui ne seraient ni d'Amal ni du Hezbollah ?
A un lapin, lapin et demi.

Remy Martin

J'ai bien peur pour ce cher Liban qu'une conflagration locale, régionale, ou internationale ne remette les pendules à zéro en renvoyant le pays quelques siècles en arrière ...

IMB a SPO

Vous n'avez tjrs pas compris que depuis le debut, il fallait passer par Hassan Nasrallah le vrais patron au Liban. Oubliez le President fort ou le PM, rien que des figurants. Hassan N a dans sa poche la liste des ministres du gouvernement.

Bibette

Entre le passéisme confortable du locataire de Baabda et les ambitions egocentriques et alliances aveugles du beau-fils, et les manœuvres du Hezbollah, nous sommes partis pour des prolongations bien manœuvrées du Hezb de formation du nouveau gouvernement. En fait le Hezb ferait il trainer les choses exprès, dans la très mauvaise situation économique et monétaire qui pourrait se traduire bientôt en défaut financier et faillite financière et crise sociale – copie du scenario grec - aggravée par une situation sécuritaire grave considérant les armes dans les camps palestiniens : En fait le Hezb ne viserait-il pas de voir le chaos s’installer dans le pays pour faire prévaloir l’Etat Islamique ? une grande vigilance s’impose.

ACQUIS À QUI

Calmos les amis ! puisque tous les blocages , chrétiens, druzes, sunnites etc .. ont été levés , le tandem chiite est le seul qui n'en a pas fait depuis le début .

Et il n'en fait toujours pas puisqu'il s'agit d'une exigence sunnite , à laquelle les alliés résistants sont obligés de répondre en tant qu'alliés .

Cette exigence sunnite comme il est écrit dans cet article fait du groupe des résistants la majorité exprimée dans les urnes lors des législatives .

On essaye d'expliquer dans cet article que geagix a fait contre mauvaise fortune bon cœur , mon œil , s'il n'est pas content qu'il se retire avec les kataeb et autres , mais il est bien content d'avoir pu tirer son épingle du jeu en restant le représentant de " l'extérieur" , ce que justement les résistants veulent exclure , non pas du gouvernement libanais mais de toute la région .

Vous voyez bien qu' il ne s'agit plus de confession , mais de stratégie géopolitique .

ON EST AVEC OU CONTRE LA RESISTANCE ? toutes confessions confondues .

gaby sioufi

HALLELUJA !
LA BONNE- TRES BONNE NOUVELLE DU MARDI !
BIENHEUREUX LES MOUMANAISTES !

Pierre Hadjigeorgiou

Le Hezbollah tire les ficelles depuis le début. Il a tout fait pour que les FL se retire et refuse de faire partie du gouvernement a travers ses sbires. D'ailleurs aucun parti du 14 Mars ne s'est plain de rien. Seuls les comparses et sous fifres du Hezbollah se plaignaient des qu'un gouvernement pourrait voir le jour. Il ne convient pas au Hezbollah un gouvernement qui lui mettra des embûches car les jours qui viennent lui seront peut être fatale... A suivre!

Antoine Sabbagha

Un pays tribal par excellence . Au nom de la confession on détruit l'avenir du pays .

Irene Said

"...32 ministres pour inclure les Alaouites et les minorités..." ?

Continuez ainsi, Messieurs, et nous Libanais 100%libanais, qui ne sommes ni:

pro Syrie
pro Iran
pro Arabie Séoudite
etc.

serons rapidement minoritaires parmi tous ces migrants chez nous.

Merci au Hezbollah et à tous les traîtres qui se prosternent devant ses projets 100% non-libanais !

Irène Saïd

Zovighian Michel

C'était prévisible. Ce n'est pas une nouvelle demande. Le Hezbollah l'a déjà dit mais il a laissé les coudées franches à Hariri pour solutionner les demandes des FL en premier. En gros, nous soufrons d'un manque de clairvoyance chez la plus part de nos politiciens sauf chez Nasrallah, Berri, et Geagea. Même Jumblat a lâché du lest trop tôt, et ce n'est pas la première fois. Il a toujours la conviction qu'il peut tirer son épingle du jeu, seul, et sans les autres. Quand au Président et Bassil, leurs comportement et "tactique" mais pas "stratégique". Un an et demi sans parlement, deux ans et demi dans président, six mois sans gouvernement, tiraillement à l'extrême, mais aussi, des interpretations de la constitution à convenance. C'es un comportement abusif qui risque de nous coûter un jour Taëf.
Nous allons tenir le President responsable des retombées du verdict du TSL et de de la gérance des ces retombées.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE DONNEUR D,ORDRE AU CPL ET AU GENDRISSIMO-BEAUPERIEN !

Sarkis Serge Tateossian

Au Liban un premier ministre doit en plus de ses fonctions de premier ministre doit pouvoir assumer l'art de trapeziste....ça devient compliqué

Tout ceci ressemble désormais à un gigantesque cirque où les fauves, le trapeziste, le dompter et même le magicien avec son chapeau sont tous au rendez-vous....

Et la communauté internationale nous regarde et apprécie....

Notre démocratie n'est elle pas en danger ?



Yves Prevost

Tout le monde pouvait deviner d'où venait le blocage, mais maintenant, la preuve est faite.
Le Hezbollah veut, grâce à un Parlement et un gouvernement où il est majoritaire, obtenir la légalisation de son arsenal. Voilà le grand danger qui nous guette.

Gebran Eid

ET ON APPELLE HARIRI MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE....À GENOUX...IL VA PAS TARDER DE PLEURER.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué