X

Liban

Joumblatt à « L’OLJ » : Je n’ai pas de problème avec Saad Hariri

Gouvernement

Le Premier ministre désigné refuse de parler de « gel » du processus de formation du cabinet.

Yara ABI AKL | OLJ
24/10/2018

Le Premier ministre désigné, Saad Hariri, a assuré hier que le processus de formation du gouvernement n’est pas interrompu, et que les contacts se poursuivent. Pourtant, il est clair que les tractations gouvernementales se compliquent à nouveau. Aux nœuds habituels entravant les tractations, s’est ajouté hier un nouvel obstacle. C’est dans ce cadre que s’inscrit un article paru hier dans les colonnes du quotidien al-Akhbar (proche du Hezbollah), évoquant les rapports perturbés entre le Premier ministre désigné et le chef du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt. À en croire le quotidien, M. Joumblatt aurait refusé de s’entretenir avec le Premier ministre autour d’un dîner. Quant à Saad Hariri, il aurait annulé un rendez-vous qui était prévu hier avec Waël Bou Faour, député joumblattiste de Rachaya. Sauf que Saad Hariri lui-même n’a pas tardé à démentir ces informations. « Ce qui a été dit au sujet d’une dispute avec Walid Joumblatt est infondé », a-t-il souligné lors d’un échange avec la presse, précisant qu’il avait annulé sa rencontre avec M. Bou Faour en raison d’un agenda trop chargé. « Je pourrai le rencontrer après mon retour de Riyad », a-t-il dit, tout en affirmant que le processus gouvernemental « n’est pas gelé » .

À son tour, Walid Joumblatt a usé de son compte Twitter pour mettre les points sur les « i » au sujet de ses rapports avec la Maison du Centre. « Contrairement à ce que rapporte (le quotidien) al-Akhbar, je n’ai pas refusé de recevoir Saad Hariri », a-t-il écrit. Et de poursuivre : « Je suis resté en contact avec lui par téléphone ou via Waël Bou Faour. »

Si tension il y a entre Clemenceau et la Maison du Centre, c’est surtout le timing de sa résurgence qui est important. Et pour cause : elle intervient une semaine après un entretien à Baabda entre le président de la République, Michel Aoun, et Walid Joumblatt. Il s’agissait d’une tentative de M. Aoun d’aider Saad Hariri à défaire le nœud druze. Le leader du PSP a profité de cette rencontre pour remettre au chef de l’État une liste comprenant les noms de cinq personnalités druzes ministrables, M. Aoun devant en choisir un.

À en croire certains milieux politiques, la réunion Aoun-Joumblatt aurait suscité le mécontentement de M. Hariri, en sa qualité de Premier ministre désigné, chargé de mener les négociations pour former le futur cabinet. Sauf que Walid Joumblatt présente un autre point de vue à L’Orient-Le Jour. Assurant que « dès le départ, il n’y a aucun problème avec Saad Hariri », il souligne qu’aucune invitation n’a été échangée avec ce dernier, contrairement à ce qu’affirme l’article d’al-Akhbar.

Concernant le dénouement du nœud druze, M. Joumblatt explique qu’il s’est rendu à Baabda « pour ne pas dire qu’il y a un problème druze ». « En politique, il faut faire des concessions simplement pour débloquer » la situation, rappelle le leader druze.

Pour ce qui est du lot ministériel de son parti, Walid Joumblatt explique : « Théoriquement, nous aurons le ministère de l’Éducation (déjà détenu par Marwan Hamadé). En ce qui concerne le second portefeuille, s’il est impossible de nous attribuer l’Industrie, le Travail nous est important, dans la mesure où nous sommes un parti socialiste. » « La Culture est tout aussi importante pour moi », ajoute le leader du PSP.

De même, les milieux du courant du Futur affirment à L’OLJ que les relations avec Walid Joumblatt sont « normales », et que le fait d’évoquer cette question à l’heure actuelle n’est qu’un parasitage à l’encontre du Premier ministre désigné et de ses efforts pour former un gouvernement.


(Lire aussi : L’affaire Khashoggi a fait trébucher la formation de la nouvelle équipe ministérielle)


Le nœud chrétien

Quoi qu’il en soit, Saad Hariri a poursuivi hier ses contacts afin d’aplanir principalement l’obstacle chrétien né du différend opposant le CPL et, par extension, Baabda aux Forces libanaises, Michel Aoun insistant pour garder le ministère de la Justice dans son lot. Une position à laquelle le bloc du Liban fort parrainé par le CPL a réitéré hier son attachement par la bouche d’Ibrahim Kanaan, député CPL du Metn, à l’issue de la réunion hebdomadaire du bloc. « La Justice faisait partie du lot du président. Et ce dernier est en droit de détenir les moyens d’opérer les réformes », a-t-il dit, notant toutefois que la Justice n’est pas le problème. Dans la soirée, un entretien a eu lieu à la Maison du Centre entre M. Hariri et le chef du CPL, Gebran Bassil.

En face, les FL continuent d’affirmer qu’elles ne bloquent pas le processus gouvernemental.

S’exprimant à l’issue d’un entretien à Aïn el-Tiné avec le président de la Chambre, Nabih Berry, le ministre sortant FL de l’Information, Melhem Riachi, a déclaré que son parti facilite la mission de Saad Hariri.

Le département médias au sein des FL a rappelé, dans un communiqué publié hier, que la formation « ne s’est jamais attachée à un portefeuille bien déterminé », notant que « certains protagonistes sont complexés par la présence des FL au sein du cabinet. Ils usent donc de tous les moyens possibles et imaginables pour inventer les prétextes susceptibles de faire échec à toute mouture prévoyant une représentation FL conforme au poids populaire » de ce parti.

Le texte réitère la détermination de la formation de Samir Geagea à faire barrage à toute formule jugée injuste à son encontre et à prendre part au cabinet Hariri, confiant attendre de nouvelles propositions.



Lire aussi

Vers un cabinet avant la fin du mois ?

L’attribution d’une quote-part ministérielle au président est-elle constitutionnelle ?

Gouvernement : le bras de fer avec les FL « remonte » à Baabda

L’Éducation, un ministère souhaité par les FL, exigé par les joumblattistes...

Gouvernement : le ministère de la Justice au centre de toutes les convoitises

Gouvernement : un « coup de Jarnac » de dernière minute remet les compteurs à zéro

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

On aura certainement un gouvernement mais quand ?

Irene Said

Mis à part les twitters et autres déclarations insipides et donc inutiles,
ces Messieurs, que savent-ils faire ?
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JARDIN D,ENFANTS ! QUELLE IRONIE ET QUELLE HONTE POUR LE PAYS QUE TOUS NOS ABRUTIS...

Sarkis Serge Tateossian

Tant mieux parlons d'union national à la place des problèmes.

Gebran Eid

JE NOTE QUE NOTRE PREMIER MINISTRE A REFUSÉ UNE RENCONTRE AVEC UN RESPONSABLE EN DISANT QU'IL LE VOIT APRÈS SON RETOUR DE RIYAD. MAIS QU'EST CE QU'IL VA FAIRE À RIYAD ? C'EST FOU CETTE HISTOIRE. POUR PRENDRE DEUX CLACKS À NOUVEAU ?

ACQUIS À QUI

La bonne nouvelle est qu'on aura un gouvernement.

La mauvaise est qu'il sera composé de libanais druze chrétien sunnite et chiite.

Des têtes de noeud quoi. Lol

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué