X

Liban

Le CPL commence à envisager un cabinet sans les FL

Gouvernement

Berry s’abstient de fixer la date de la prochaine séance plénière de la Chambre.


Yara ABI AKL | OLJ
26/10/2018

Après cinq mois de tractations, le Courant patriotique libre s’impatiente. Il veut mettre sur pied un cabinet dans les plus brefs délais. Désormais, il envisage même la formation d’un gouvernement sans les Forces libanaises, mais tout en se défendant de rechercher lui-même cette exclusion.

C’est ce que l’on déduit des propos tenus hier par Alain Aoun, député CPL de Baabda. « Si les FL choisissent volontairement de rester en dehors du cabinet, il faut penser aux substituts », a-t-il déclaré à l’issue d’une réunion du bureau de la Chambre, tenue hier à Aïn el-Tiné. Interrogé par L’Orient-Le Jour, M. Aoun assure que son parti œuvre pour la mise sur pied d’un cabinet qui inclurait tous les protagonistes, y compris les FL. « Mais nous ne pouvons plus attendre indéfiniment que l’équipe ministérielle soit formée », nuance-t-il, faisant valoir que « le pays est devant 48 heures décisives ». Mais, en dépit des explications de M. Aoun, ses propos pourraient être interprétés comme une nouvelle tentative d’écarter les FL de l’équipe ministérielle et de mettre le Premier ministre désigné au pied du mur. D’autant qu’une grave querelle oppose ses deux partenaires, le CPL, et par extension, Baabda, et les FL autour du portefeuille de la Justice. Le président de la République, Michel Aoun, insiste pour garder ce portefeuille dans son lot, à l’heure où le Premier ministre l’avait proposé au parti de Samir Geagea à titre de compensation pour le ministère dit « régalien » dont les FL se sont vues privées.


(Lire aussi : Le Hezbollah tient-il tellement à représenter les sunnites du 8 Mars ?)


S’il est soucieux de préserver la pérennité du compromis présidentiel qui a donné le coup d’envoi au sexennat de Michel Aoun, Saad Hariri semble déterminé à inclure les FL dans son équipe, comme l’assure à L’OLJ un proche du Premier ministre, estimant qu’« un gouvernement sans les FL serait un cabinet déséquilibré » (en faveur du Hezbollah et de ses alliés). « Il n’est dans l’intérêt de personne, encore moins celui du chef de l’État, de mettre sur pied un cabinet qui exclurait les FL », ajoute le proche de M. Hariri. Selon lui, « certains vivent toujours en 1989 ». Une allusion à peine voilée à la « guerre d’élimination » du CPL contre les FL en 1990, à la suite de la « guerre de libération » qu’il a déclenchée contre les troupes syriennes, le 14 mars 1989.

Tout comme la Maison du Centre, Meerab semble confiant qu’aucun gouvernement ne verra le jour sans lui. Joint par L’OLJ, un cadre FL confie que le parti n’envisage aucunement de rester en dehors du cabinet. « Cela n’est d’ailleurs pas conforme aux orientations de Saad Hariri », estime-t-il, soulignant que les propos d’Alain Aoun « visent à exercer des pressions supplémentaires sur le Premier ministre ». Même son de cloche chez Georges Adwan. Dans une déclaration prononcée au Parlement, il a clairement fait savoir que « c’est le Premier ministre désigné qui forme le gouvernement », assurant que celui-ci « ne verra pas le jour sans les FL ».

Le proche de Samir Geagea confie aussi que les Forces libanaises attendent toujours les réponses de M. Hariri aux propositions qui lui ont été remises par le ministre sortant de l’Information, Melhem Riachi, et Élie Baraghid, directeur du cabinet de Samir Geagea, lors de leur entretien à la Maison du Centre, lundi dernier.


(Lire aussi : Gouvernement : ultimes retouches et spéculations internationales)


La séance législative

En attendant, le président de la Chambre, Nabih Berry, continue à distiller un climat d’optimisme quant à une prochaine formation du gouvernement. Au lendemain des audiences du mercredi lors desquelles il avait annoncé qu’il pourrait convoquer le Parlement à une séance plénière qui se tiendrait avant la fin du mois, M. Berry s’est abstenu de fixer une date à cette séance, tout en présidant une réunion du bureau de la Chambre consacrée à l’examen de l’ordre du jour de l’hypothétique séance parlementaire.

S’exprimant à l’issue de la réunion du bureau de la Chambre, Élie Ferzli, vice-président du Parlement, a expliqué que « la date de la séance législative est tributaire des développements gouvernementaux dans les deux prochains jours. Si aucun progrès n’est enregistré, la séance sera fixée dans les plus brefs délais, après distribution de l’ordre du jour aux députés ».

Quoi qu’il en soit, Saad Hariri a poursuivi hier ses contacts. Il a ainsi rencontré le ministre sortant des Travaux publics, Youssef Fenianos (Marada). Ce dernier s’est également réuni avec son collègue des Finances, Ali Hassan Khalil, conseiller politique de Nabih Berry.

À en croire la LBCI, M. Hariri (qui pourrait s’entretenir avec Michel Aoun dans les prochaines 48 heures) aurait assuré que les Marada de Sleiman Frangié conserveront le portefeuille des Travaux publics. Les négociations s’articulent actuellement autour du futur ministre, dans la mesure où le chef du CPL, Gebran Bassil, s’oppose au retour de M. Fenianos à ce poste.


Lire aussi

L’Iran est derrière le blocage gouvernemental, pour les milieux souverainistes, l'éclairage de Philippe Abi-Akl

En attendant le gouvernement, Berry veut (ré)activer le Parlement

Joumblatt à « L’OLJ » : Je n’ai pas de problème avec Saad Hariri

Vers un cabinet avant la fin du mois ?

L’attribution d’une quote-part ministérielle au président est-elle constitutionnelle ?

Gouvernement : le bras de fer avec les FL « remonte » à Baabda

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

DONC C'EST CONFIRMÉ. C'EST BASSIL QUI EST LE PRÉSIDENT, LE PREMIER MINISTRE ET LE MINISTRE DE LA JUSTICE. ET C'EST LUI QUI FORME LE GOUVERNEMENT.....QUEL GOUVERNEMENT....LIBANAIS OU IRANIEN ???????

Honneur et Patrie

Le CPL commence à envisager un cabinet sans les FL... C'est le début de la destruction des libertés, c'est ce qu'avait fait Hitler en 1933. Nous connaissons la suite jusqu'à 1945.

Bery tus

eza fikoun ma t2assro ya chabeb … faite un gouv sans les FL !!

PAUL TRONC

Cela ne serait pas conseillé à faire , geagix a pris un peu trop la grosse tête , je pense que même Saad en a un peu marre de lui .

Chahad wou mcharek .

Lebinlon

si les aounistes commencent a paniquer de la sorte, c'est qu'ils vont bientot lacher ledit ministère de la justice.
Hariri est sans doute en position de force bien plus qu'il ne le croit lui-même.
de la a franchir le pas en forçant un cabinet que Aoun n'aurait d'autre choix que de signer ou plonger le pays dans la crise? tentant, mais ca n'a jamais été dans son ADN

gaby sioufi

serait ce possible que hariri & geagea soient de connivence ,
faisant de sorte a compliquer la formation du cabinet afin de ne pas faire un caedeau a aoun le 31 oct ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET POURQUOI PAS UN CABINET SANS LE CPL ? SANS LES BOYCOTTEURS ?

Irene Said

P.S.
Qu'il regarde un peu ce qui arrive à un certain prince-héritier qui, lui aussi, s'imagine avoir tous les pouvoirs...donnés par son père !
Irène Saïd

Zovighian Michel

Il est bon de rappeler à Alain Aoun que c’est à la majorité des voix du 14 Mars que le Général Aoun est devenu Président (suite à l'accord de Meerab qu'il ne respecte pas). Un gouvernement sans les FL correspondrait, pour la communauté chrétienne, au retour destructif du clivage 14-18 Mars. L'un des malaises de notre pays sont les politiciens qui vivent au jour-le-jour sans prévoyance. Ils n'arrivent pas à identifier les risques ou ils ne savent pas les gérer.

Avec le verdict du TSL au tournant, on risque fort de voir le President succomber aux pressions du Hezbollah. Il est donc grand temps que Hariri tranche en allouant le ministère de la justice au FL. Si le President jugerait bon de ne pas co-signer, son sextant finirait en queue de poisson.

Il serait aussi absurde de rêver que son grand combat contre la corruption va bientôt commencer. Le ministère de la justice est aux mains du CPL depuis déjà deux ans et nous sommes très loin de la performance de Mr. Najjar.

Sarkis Serge Tateossian

Toutes les formules et combinaisons sont possibles... mais écarter telle ou telle formation est-il raisonnable ou souhaitable ? Bien sur que non !

Chacun doit faire les efforts nécessaires pour servir les intérêts supérieurs de la république libanaise, de la nation libanaise

Le Liban (le gouvernement) sera fort dans l'union, et c'est ce que le peuple attend .... la communauté internationale aussi !


Trop de divisions dans un camp ou dans un autre créera une situation intenable politiquement.

Vive l'union.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants