X

Liban

Gouvernement : sommes-nous dans la dernière ligne droite ?

Gouvernement
OLJ
27/10/2018

Sommes-nous dans la dernière ligne droite devant mener à la formation d’un nouveau gouvernement ? Certains observateurs n’ont pas hésité à l’affirmer hier, soulignant que le climat général n’est plus ce qu’il était, et qu’après six mois de tiraillements, toutes les combinaisons ont été épuisées, et qu’il ne reste plus, à chaque camp, qu’à faire bon parti du lot qui lui est échu. Le Premier ministre désigné Saad Hariri serait dans les prochaines heures à Baabda, et le gouvernement, assurent ces milieux, verra le jour avec la date-butoir de l’anniversaire de l’élection de Michel Aoun à la présidence, le mercredi 31 octobre (un 13 octobre inversé, relèvent les hommes friands de signes).

Lors d’une tournée hier dans le Chouf, le chargé d’affaires saoudien Walid Boukhari, qui était accompagné de l’ambassadeur des Émirats arabes unis Hamad al-Chamsi, a exprimé l’espoir de voir le gouvernement formé « dans les jours qui viennent, afin que les pays qui soutiennent le Liban puissent commencer à mettre en œuvre les projets qui permettent de préserver l’économie du pays ». Pour sa part, Saad Hariri a reçu tour à tour, hier soir, le ministre sortant de l’Information, Melhem Riachi, membre des Forces libanaises, et le député du Parti socialiste progressiste du leader druze Walid Joumblatt, Wael Bou Faour. Ni l’un ni l’autre n’ont fait de déclarations à leur sortie de la Maison du centre.

Certes, la prudence est de mise. La semaine dernière, après une période d’optimisme qui laissait présager la naissance imminente du cabinet, de nouveaux obstacles étaient réapparus, concernant notamment l’attribution du portefeuille de la Justice, réclamé par les Forces libanaises et le président de la République, Michel Aoun, et la revendication des députés sunnites non rattachés au courant du Futur (dirigé par M. Hariri) d’être représentés dans le gouvernement.


(Lire aussi : Le CPL commence à envisager un cabinet sans les FL)


Tout ce que l’on sait des tractations d’hier, c’est que le Premier ministre désigné a, une fois de plus, et avec une assurance puisée dans un nouvel appui saoudien, balayé d’un revers de main toutes les pressions exercées sur lui pour qu’il accorde un portefeuille aux revenants de la tutelle syrienne élus en mai dernier, qui clament – avec le Hezbollah – qu’ils ont droit à un ministre. Dans les cercles proches de M. Hariri, on estime qu’ils sont suffisamment comme ça. Voire même sur-représentés. M. Riachi, qui était injoignable en soirée, devait encore passer par le chef des FL, avant de pouvoir déclarer quoi que ce soit. Comme il est désormais exclu que le portefeuille de la Justice soit accordé aux FL, les observateurs ne voyaient pas pour quelle raison celui des Travaux publics n’irait pas aux FL, ou encore celui de la Santé. Ces mêmes observateurs se demandaient si ce portefeuille pouvait encore être attribué au Hezbollah, comme il le réclame, après le couperet des sanctions tombées hier contre le parti pro-iranien (voir par ailleurs). Certaines sources évoquent par ailleurs une démarche que pourrait entreprendre le président de la Chambre Nabih Berry pour convaincre les Marada de se désister du portefeuille des Travaux publics.

Dans ce contexte, le député Ghazi Aridi (PSP) a appelé hier toutes les parties politiques à prendre « des mesures courageuses » pour lever les obstacles entravant la formation du gouvernement, soulignant que le pays traverse une phase « dangereuse ».




À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Effectivement ce sera la dernière ligne droite! On est tellement ébahis par les prouesses de notre classe politique que dorénavant ça vas être lignes courbes, cycloides, losanges même! Mais droite? Jamais plus!
Merci a nos quelque politiciens qui nous tiennent en haleine et surtout en laisse mieux que Belmondo dans ses films!
Yallah, l'art du surréel réel!

Gebran Eid

TOUTES CES ÉNERGIES DE PART ET D'AUTRE POUR SERVIR LE PAYS. QUEL SACRIFICE. SURTOUT POUR CELUI QUI VA AVOIR LE MORCEAU DU GATEAU "TRAVAUX PUBLICS" IL VA TRANSPIRER ET TRAVAILLER SÛREMENT AVEC SES PROPRES MAINS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE L,OEUF D,OR SOIT ENFIN PONDU PAR COMPROMIS DES ABRUTIS...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué