Liban

À New York, Aoun appellera au soutien à l’initiative russe

Dans les coulisses de la diplomatie
24/09/2018

Pour la seconde fois depuis le début de son mandat, le président de la République Michel Aoun se dirige à New York pour prendre part à l’Assemblée générale des Nations unies, en compagnie d’une grande délégation qui compte, entre autres, le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil. M. Aoun y prononcera le mot du Liban mercredi : celui-ci sera dominé, selon les échos communiqués à L’OLJ par une personne ayant participé à la rédaction du texte, par le sujet des réfugiés syriens, mais sous un angle nouveau.

Le président Aoun demandera en effet aux pays donateurs de concentrer leur aide aux déplacés syriens dès leur retour chez eux, après l’engagement du président russe d’assurer le retour de tous les réfugiés en Syrie suivant un calendrier qui sera mis au point en coopération avec le Liban, la Syrie et l’ONU.

M. Aoun transmettra à tous les pays participant à l’Assemblée générale l’accord du Liban concernant l’initiative russe, soulignant son importance et ses répercussions positives sur l’économie libanaise.

L’autre grand titre de ce discours, selon cette même source, sera l’arrêt de la contribution américaine à l’Unrwa, l’agence qui s’occupe des réfugiés palestiniens. M. Aoun soulèvera les répercussions désastreuses sur des milliers de réfugiés au Liban et sur le sort de nombreux enfants scolarisés dans les établissements de l’agence qui pourraient fermer leurs portes dès la fin de ce mois si d’autres pays donateurs ne comblaient pas le manque occasionné par l’arrêt de la contribution américaine, décrétée par le président Donald Trump. Plus grave encore, selon lui, toute interruption des activités de l’Unrwa privera les réfugiés de leur droit de retour chez eux, ce que le Liban refuse catégoriquement.

Le président libanais évoquera par ailleurs les efforts du Premier ministre désigné, Saad Hariri, pour former un gouvernement et insistera sur le projet de création d’un centre international des civilisations au Liban.

Au cours de son séjour à New York, M. Aoun rencontrera des membres de la communauté libanaise. Il aura des entretiens avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et avec des chefs d’État, notamment ceux de Jordanie, d’Iran et d’Égypte. Il ne se réunira pas avec le président français Emmanuel Macron en raison de l’agenda chargé de celui-ci, mais devrait s’entretenir longuement avec lui le 17 octobre prochain en Arménie à l’occasion du Sommet de la francophonie.



Lire aussi

Bienvenue à « la semaine Trump » à New York

Pour mémoire

Plus de 400 réfugiés syriens sont rentrés hier en Syrie

Réfugiés syriens : le pari russe du « fait accompli »

Réfugiés syriens : le Liban nomme ses membres au sein de la commission libano-russe

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA DELEGATION LIBANAISE... AUX DERNIERES NOUVELLES... PLUS GRANDE QUE CELLE DE LA CHINE ! LE MONDE RIT... UN PAYS AU BORD DU GOUFFRE AURAIT DELEGUE SON AMBASSADEUR AUX N.U. POUR LIRE SON DISCOURS ET ECONOMISER LES MILLIONS QUI SERONT DEVERSES !

Irene Said

Deux grands arbres pour cacher aux yeux de l'Assemblée Générale de l'ONU la forêt des vrais problèmes du Liban:

1er arbre, les réfugiés syriens au Liban et l"initiative russe "

2ème arbre, le financement de l'UNRWA

BRAVO !

Une petite question subsidiaire: combien de personnes font partie de la "délégation libanaise" pour New York, pour que la MEA ait été obligée de "débarquer" les passagers du vol pour Le Caire...de quoi remplir un avion ?

Irène Saïd

Bibette

Tant que les déplacés sont loin, le régime de Damas poursuivra son projet d’épuration ethnique et pour cela, entretiendra indéfiniment l’insécurité en Syrie et la fera perdurer le plus longtemps possible dans l’espoir de voir les déplacés syriens perdre tout espoir de retour chez eux en Syrie, de les voir finir par s’intégrer à l’étranger, et ainsi assurer leur non-retour. Le seul moyen de freiner le projet du régime syrien est d’imposer un retour forcé et massif CHEZ EUX dans leurs régions d’origine, non ailleurs, dans le pays, des 4 millions de déplacés hors du pays. Je suis pour le retour forcé et rapide et massif chez eux des déplacés Syriens sous un contrôle sécuritaire des forces de l’ONU, quitte à sanctionner fortement le régime Assad s’il devait faire obstruction à cela. La Turquie pourrait jouer un très important rôle dans le processus. La Russie s’y pliera pour ne pas perdre son seul allié sunnite dans la région. Ce faisant dans le processus, le régime devra bien se tenir, sans quoi la communauté internationale aura la preuve irréfutable, définitive et indiscutable les plans répréhensibles du régime et tentera de voter encore une fois des sanctions irréversibles à son égard au grand damne de la Russie !

gaby sioufi


..../ Suite

bien entendu ceci dans le cas ou notre Pres, aura le malheur de vouloir retranscrire devant l'assemblee generale de l'ONU le contenu de son entrevue avec le Figaro

gaby sioufi

QUE DIEU NOUS GARDE DE CETTE BOURDE -ns rappelant celle du Pres.Frangieh a qui avait tenu a louer "yasser arafat"" devant le MONDE , a l'ONU,suite a quoi nous savons tous qui s'est ligue contre nous.
cette fois-ci c hezb que notre pres. non seulement defend mais encense, honore,comme s'il tenait a repeter exactement le genre de defi lance par le grand pere de son nouvel ennemi ancien allie.
QUE CEDRE 2 soit decide vite vite , afin de renflouer encore 1 fois nos caisses(les leurs aussi par ricochet) car comme je l'avais deja ecrit, les combattants du hezb seront un jour ou l'autre incorpores au sein de notre armee et que donc des milliards devront etre ajoutes au budget national - par ailleurs si mal etabli par le sieur ibrahim et ses acolytes.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT COMPRENDRE QUE L,ONU ET LES GRANDES PUISSANCES NE COOPERERONT PAS S,IL N,Y A PAS UNE SOLUTION DEMOCRATIQUE EN SYRIE ET LA SECURITE DE CEUX QUI RETOURNERONT ET QUI AVAIENT FUI LES MASSACRES PERPETRES PAR LE REGIME ET SES TERRORISTES BIEN AVANT L,APPARITION DE L,EI ET AUTRES TERRORISTES...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué