X

À La Une

Réfugiés syriens : le Liban nomme ses membres au sein de la commission libano-russe

Liban

"La présence du général Ibrahim au sein de la commission est plus qu'essentielle, mais pourquoi des marchands d'armes et des personnes sans l'expertise requise sont présents au sein de cette commission?", s'est demandé le leader druze Walid Joumblatt.

OLJ
12/09/2018

Le Liban a nommé jeudi ses membres à la commission mixte libano-russe censée concrétiser l'initiative de Moscou pour le rapatriement des réfugiés syriens présents notamment au Liban, a confirmé notre correspondant Khalil Fleyhane.

Les membres libanais de cette commission sont : Georges Chaaban, conseiller du Premier ministre libanais Saad Hariri pour les affaires russes, l'ancien député Amal Abou Zied, affilié au Courant patriotique libre et représentant du chef sortant de la diplomatie libanaise Gebran Bassil, et le général Abbas Ibrahim, directeur de la Sûreté générale libanaise.

Une commissions formée de responsables sécuritaires libanais, russes et syriens doit voir le jour, à la demande de M. Hariri.

En juillet dernier, Moscou avait lancé une initiative pour le retour des réfugiés installés au Liban et en Jordanie. Dans ce contexte, Beyrouth a annoncé le 6 août la création de centres chargés d'enregistrer les demandes de Syriens souhaitant retourner chez eux. Damas a également dévoilé la création d'un comité chargé d'organiser le retour des réfugiés. La communauté internationale a soit désapprouvé le plan russe, soit gardé le silence à ce sujet.

"La commission libano-russe a pour objectif de coordonner l'action des deux pays au niveau du retour des déplacés syriens, quant à la commission sécuritaire libano-syro-russe, elle prendra en charge le mécanisme des opérations de retour et n'a toujours pas été formée. Sa création sera annoncée plus tard", s'est contenté de dire M. Chaaban dans un entretien à la LBCI.


"Des marchands d'armes"

"Nous sommes enfin dans la phase exécutive du plan de retour des déplacés en Syrie, et c'est ce que réclame le CPL depuis des années", s'est félicité Amal Abou Zeid en réaction à l'annonce de la création de la commission. "Il est temps d'assurer ce retour digne et sûr à travers la commission libano-russe", a-t-il ajouté.

Le leader druze Walid Joumblatt, chef du Parti socialiste progressiste, a quant à lui critiqué sans le nommer M. Abou Zeid, dans un message sur son compte Twitter :

"La présence du général Ibrahim au sein de la commission est plus qu'essentielle, mais pourquoi des marchands d'armes et des personnes sans l'expertise requise sont présents au sein de cette commission?", s'est demandé le leader druze dont les liens politiques avec le CPL se sont détériorés ces derniers jours.

Dans ce contexte, Saad Hariri a reçu cet après-midi à la Maison du Centre l'ambassadeur de Russie au Liban, Alexandre Zasypkine, en présence de M. Chaaban.

"M. Hariri m'a annoncé avoir nommé les membres libanais de la commission libano-russe, et sur cette base nous allons poursuivre notre coopération", a annoncé M. Zasypkine à l'issue de l'entretien. Les noms des membres russes de la commission ne sont toujours pas connus.

Lors d'une discussion avec des journalistes présents à la Maison du Centre, Saad Hariri a expliqué que "la commission dont parle M. Zasypkine a pour unique but de coordonner avec la Russie". "Quant à la commission sécuritaire, elle n'a toujours pas été formée. Elle comportera des officiers de l'armée libanaise, de la Sûreté générale et des Forces de sécurité intérieure", a-t-il ajouté.

Le Liban accueille près d'un million et demi de réfugiés syriens sur son sol, dont près de 900.000 enregistrés auprès de l'ONU. Durant les dernières semaines, quelques centaines d'entre eux sont rentrés chez eux dans le cadre d'opérations de "retours volontaires" supervisées par les autorités libanaises et syriennes de part et d'autre.




Lire aussi

Aoun à Strasbourg : La crise des déplacés syriens, un fardeau insupportable pour le Liban

Nouvel appui de Baabda à l’initiative russe pour le retour des réfugiés syriens

Filippo Grandi : Un retour forcé des réfugiés syriens serait « contre-productif »

Réfugiés syriens : sans l’ONU – et les donateurs –, pas d’avenir pour l’initiative russe

Retour des réfugiés syriens : Bassil rejoint Moscou face à la communauté internationale

Offensive de charme du régime syrien pour faire rentrer les réfugiés

La Syrie prête à assumer le retour d'un million de réfugiés, selon Moscou

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

INCHALLAH I ROUHOU KELLON ! MAIS LE DOUTE SUR LE NOMBRE QUI VOLONTAIREMENT CHOISIRAIT LE RETOUR EST TRES GRAND... ESPERONS QUAND MEME !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Janvier 2016-novembre 2018 : tourner les pages de la guerre...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué