X

À La Une

Chaos à l'aéroport de Beyrouth : la SITA présente ses excuses

Liban

La société de télécommunication aéronautique a affirmé qu'elle a pu résoudre la panne informatique ayant causé l'engorgement de l'aéroport "en un temps record". 

OLJ
14/09/2018

Mise en cause il y a une semaine dans la panne du système informatique qui a paralysé pendant plusieurs heures, dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, l’aéroport international de Beyrouth, la société internationale de télécommunication aéronautique (SITA), qui gère l’ensemble du système de l'aéroport, a présenté ses excuses vendredi. Cette panne avait provoqué un chaos infernal.

Lors d'une conférence de presse à Beyrouth, le président de la SITA pour le Moyen-Orient, l'Inde et l'Afrique, Hani el-Assaad, a présenté plusieurs fois ses excuses lors d'une conférence de presse à Beyrouth, soulignant toutefois que la société avait réagi très rapidement au problème technique survenu. "Nous avons pu passer à un système alternatif en moins de trois heures et demi", a-t-il affirmé, assurant qu'il s'agit d'un "record" en la matière, selon des propos rapportés par notre journaliste sur place, Zeina Antonios. Interrogé sur le versement d'éventuels dommages et intérêts, M. el-Assaad a affirmé que la SITA assumera ses responsabilités vis-à-vis des compagnies aériennes, soulignant qu'elle n'est pas en contact direct avec les voyageurs. 


(Lire aussi : Aéroport Rafic Hariri : la justice en marche... tout comme les polémiques)


Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, une panne qui avait touché le système informatique de l'AIB avait provoqué la pagaille, tous les vols ayant été retardés et des centaines de personnes se retrouvant coincés de longues heures dans les couloirs de l'aéroport. Les directeurs de l'AIB et de l'aviation civile avaient mis en cause le programme informatique utilisé par SITA, dont une nouvelle version n'avait pas démarré après le remplacement de l'ancien système.

Réagissant à ces accusations, la SITA elle-même et le ministre sortant de la Justice, Salim Jreissati, avaient, dans un premier temps, appelé à attendre les résultats de l'enquête. M. Jreissati avait annoncé que le parquet avait été mobilisé afin de savoir si un acte criminel était à l'origine de la panne en question.

Pour sa part, le ministre sortant des Travaux publics, Youssef Fenianos, avait indiqué à l'issue d'une réunion sur cette affaire, présidée par le Premier ministre désigné Saad Hariri, que "les responsabilités seront définies et les mesures nécessaires prises". M. Hariri avait promis "d’œuvrer à trouver les fonds nécessaires, 88 millions de dollars plus TVA, pour augmenter la capacité d’accueil de l’aéroport de Beyrouth qui est arrivé à saturation".


Lire aussi
L’affreuse attente des voyageurs à l’aéroport de Beyrouth

À l’AIB, le scandaleux shut down


Pour mémoire
Saturation de l’AIB : Fenianos présente ses excuses et se défend

« Une foule encore plus dense à l'aéroport de Beyrouth pour les deux semaines à venir »)

Fenianos propose de simplifier les contrôles à l’AIB pour éviter la congestion

Près de 2 millions de touristes au Liban en 2018, selon le WTTC

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué