X

Liban

L’affreuse attente des voyageurs à l’aéroport de Beyrouth

Transports

Pour de nombreux Libanais, la situation à l’AIB est semblable à celle qui règne dans le pays : « Dégueulasse. »


04/09/2018

Depuis des semaines, tous les jours, selon les heures de la journée – ou plutôt de la nuit –, des milliers de voyageurs attendant un peu moins de deux heures à l’intérieur du lobby de départ de l’aéroport de Beyrouth pour franchir le portique de sécurité menant aux comptoirs des compagnies d’aviation.

La nuit de dimanche à lundi n’était pas une exception. Cette période constitue en fait le grand retour de vacances des Libanais de la diaspora. Et la direction de l’aéroport n’a pris aucune décision pour améliorer la situation. Elle n’a même pas mis en place un système pour faire passer les voyageurs qui attendent leurs vols dans la foule, alors que l’heure du départ de leur avion approche inéluctablement. Plus d’un voyageur durant la haute saison, notamment en août et septembre ainsi que lors des fêtes de fin d’année, ratent leurs vols, alors qu’ils sont à l’aéroport attendant leur tour devant l’entrée des portiques de sécurité. Le pic de l’attente pour les départs concerne les vols prévus à l’aube (entre deux heures et cinq heures) ainsi que ceux du matin (de sept heures à dix heures). C’est à ces heures que plusieurs vols sont prévus presque simultanément.

Aucune mesure n’est prise non plus pour que les files d’attente soient respectées. Des files de deux ou trois rangées se transforment après une centaine de mètres en une seule rangée, et de nombreux voyageurs qui ne savent pas faire du coude-à-coude pour préserver leur place sont devancés par d’autres. Plus encore, aucune machine supplémentaire pour le contrôle des bagages.

1h30 du matin, lundi. Au lobby des départs de l’Aéroport international Rafic Hariri, deux groupes de voyageurs tentent de faire la queue pour entrer chacun dans une direction, est et ouest. Les voyageurs sont venus au moins trois heures à l’avance. Ils fournissent tous la même réponse quand on les invite à donner leur avis sur l’aéroport : « Dégueulasse. »


(Lire aussi : Saturation de l’AIB : Fenianos présente ses excuses et se défend)


Certains élaborent un petit peu en lançant : « À l’image de l’État libanais », ou encore « Comme tout au Liban ». D’autres se contentent de s’exclamer : « Que Dieu nous vienne en aide ! »

Maria, qui travaille aux États-Unis et qui vient chaque année visiter sa famille, répond par une question : « Est-ce seulement la situation de l’aéroport qui cloche au Liban ? »

Belle, qui rentre avec ses parents au Canada et qui n’est pas venue au pays du Cèdre depuis dix ans, note : « Je reviendrai probablement un jour pour revoir encore une fois la famille. La situation à l’aéroport est un exemple comme tant d’autres de ce qui ne fonctionne pas au Liban. »

Un médecin de Tripoli, qui part à Istanbul pour une conférence, confie : « J’ai quitté Tripoli à 23 heures car mon vol est prévu à 5 heures du matin. Le trajet Tripoli-aéroport de Beyrouth m’a pris 1 heure 15. Là, j’attends depuis au moins une heure. Je pars pour 36 heures à Istanbul pour du travail… C’est une façon de voir à quel point notre État respecte ses citoyens. Mieux vaut en rire qu’en pleurer », dit-il calmement.


(Lire aussi : « Une foule encore plus dense à l'aéroport de Beyrouth pour les deux semaines à venir »)


« Nos dirigeants sont des voleurs »

Un couple et leur fille partent pour Paris. Arrivés de Damas, ils sont surpris de voir autant de monde. « Le temps que nous avons gagné ce soir à Masnaa, nous le passons dans la file d’attente à l’aéroport », raconte la femme, soulignant que « leur agence de voyages ne les a pas prévenus de la foule à l’AIB ».

Depuis la guerre en Syrie, l’aéroport reçoit un grand nombre de voyageurs syriens qui quittent leur pays pour l’Europe et l’Amérique en raison de l’embargo occidental frappant l’aéroport de Damas.

Un homme, qui part pour deux semaines en voyage d’affaires, s’insurge : « Nous avons payé dix fois plus le coût de la construction de l’aéroport, comme d’ailleurs pour tous les grands ouvrages d’infrastructure, car nos dirigeants sont des voleurs, et voilà ce que nous avons aujourd’hui. Ils se remplissent les poches à nos dépens et ne nous donnent rien en retour, même pas une route bien asphaltée. Le pays est endetté jusqu’au cou et il nous faudra des générations pour rembourser ces dettes… De nombreux aéroports africains sont de loin meilleurs que l’aéroport Rafic Hariri… De plus, ils donnent leurs noms à ce qu’ils construisent. » « Ah, ils construiront bientôt deux nouvelles ailes ? Ils les baptiseront comment ? Les salles Gebran Bassil ? » dit-il, amer.

Bientôt, 18 millions de dollars seront versés pour les travaux d’agrandissement qui devraient être entamés à la fin du mois de septembre.

Dans la foule, une famille qui part à Istanbul, un couple qui va à Abuja et un homme qui voyage à Paris engagent la conversation. « Je pense que l’État a planifié cette pagaille à l’aéroport, il veut que les Libanais de tous bords fassent connaissance et fraternisent », ironise l’un des hommes. « C’est mieux que les médias sociaux », renchérit un autre.

Mais plus le temps passe dans ce semblant de file d’attente, plus les voyageurs perdent patience. Et on entend par intermittence des éclats de voix, chacun voulant préserver sa place dans une file qui n’en est pas une et où règne la pagaille.

Il est 2h30. Il fait de plus en plus chaud. Le lobby de départ est noir de monde. La foule devient plus dense et on ne peut plus distinguer ceux qui attendent leur tour pour aller vers l’entrée est de ceux qui vont vers l’entrée ouest.

Un étage plus bas, le lobby des arrivées, 4 vols ont atterri presque en même temps. Le lobby paraît sombre tant il y a de monde.

Quelques voyageurs commencent à sortir. Ils tirent leurs valises car ils n’ont pas trouvé de caddie à l’arrivée. À un moment, il leur est difficile d’atteindre les sorties car celles-ci sont bloquées par des personnes qui attendent des voyageurs. Une scène qui ne semble pas émouvoir les agents de sécurité.

Un homme vient de sortir de l’enceinte de l’aéroport avec trois petites filles, chacune tirant une valise. Il vient de Munich. Il détient la nationalité libanaise, mais ses filles n’ont que le passeport allemand. « J’ai attendu 30 minutes pour que les agents de la Sûreté générale décident si je dois prendre la file des Libanais ou celle des étrangers. Et j’ai fini parmi les étrangers. C’est surréel », soupire-t-il.

La foule et le chaos devraient continuer à l’aéroport de Beyrouth jusqu’à la fin de la semaine.

Peut-être qu’avant de procéder aux travaux d’agrandissement, il serait judicieux pour les autorités concernées de repenser la gestion de l’aéroport, ou plutôt… sa mauvaise gestion.




Pour mémoire

Fenianos propose de simplifier les contrôles à l’AIB pour éviter la congestion

Près de 2 millions de touristes au Liban en 2018, selon le WTTC

Agrandissement de l’AIB et inauguration du nouveau Cedar Lounge

La MEA dévoile les nouveaux équipements de son centre de formation

Aggrandissement de l'AIB : à la recherche de la meilleure formule pour financer les travaux

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

lila

Je n'ai pas eu droit à ce "calvaire" lors de mon voyage il y a une dizaine de jours. file d'attente réglementée contrôlée par des agents et des cordages, j'ai mis environ une heure pour passer. ensuite 1/2 heure à l'intérieur, donc ce n'était pas une affreuse attente, mais une attente normale. Voyager en haute saison implique ce genre d'aléas, j'ai eu ça à l'aéroport Charles de Gaule il y a quelques années, où j'ai dû facilement mettre une heure dans les interminables files de transfert.

COURBAN Antoine

L'Histoire retiendra que la Suisse du Moyen Orient est devenue un Dépotoir public quand la Force régna sur la République

Ajnabieh

Bonjour, je suis venue l année passée en septembre avec des Amis suisses qui avaient adores le liban qu'il avaient visites pour la première fois en 2003. Le pays malgré beaucoup de choses etait prometteur. Bref ils avaient aimes. Ils ont voulus y revenir l année passe et donc nous revenons. À part le cote festifs et l excellent savoir de bien recevoir, ils ont trouves que le pays avait baissé. Quand nous sommes rentrés nous sommes arrivés à l aeroport a 04 heures du matin et nous avons du courrir à la porte d embarquement pour attraper de justesse l avion. C'était à l aéroport la "fauda" c est vous qui m avez appris ce mot là !!!! Les gens se battaient et mes Amis ont u très peur je vous assure. Ils réfléchissent à deux fois avant de revenir. Comme je suis revenue entre temps j ai demandé à Mea geneve si ca allait mieux à l aéroport et le Monsieur m à tt simplement répondu en rigolant : tu n à qu'à te lever plus tôt la prochaine fois ! Dommage

Talaat Dominique

en juin en arrivant à l'AIB, après le contrôle des passeports , le contrôle des valises a été vite fait = sortie direct !!!

Remy Martin

Rien d'étonnant pour un pays(?)en pleine déconfiture civique, étique, culturelle et politique. Un seul et unique responsable est à blamer : Le Libanais.

M.E

Mais non ils sont heugheux et honoghés de nous recevoir dans leugh ville

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NOS ABRUTIS S,EN FOUTENT AU CARRE DE LEUR ABRUTISSEMENT...

Antoine Sabbagha

Dégueulasse et toujours Dégueulasse pour des responsables irresponsables et sourds muets .

Liberté de Penser

Simplement INADMISSIBLE !!! Tous les responsables de l'aéroport doivent être immédiatement révoqués de leurs postes et être remplacés par des personnes compétentes. Aussi les investissements de modernisation des équipements et surtout des procédures doivent immédiatement être prises car les taxes de l'aéroport de Beyrouth font partie des taxes les plus élevées du monde.

yves kerlidou

Oui l'aéroport pose un problème, mais les Libanais aussi ils se comportent dans les files d'attentes comme sur la route !c'est devenu un cauchemars de prendre l'avion de Beyrouth vers une destination et de prendre l'avion en destination de Beyrouth ! Étonnant vous circulez vers d'autres destinations sans problème !

NAUFAL SORAYA

Incroyable... Un vrai cauchemar, sauf qu'il n'y a pas de réveil vers une plus belle réalité...

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué