X

Économie

La MEA dévoile les nouveaux équipements de son centre de formation

Transport aérien

La compagnie aérienne nationale a notamment inauguré des installations destinées à former le personnel navigant dans des situations d'urgence.

02/11/2017

Plus de deux ans après avoir mis en service son premier simulateur de vol pour Airbus A320, la compagnie aérienne nationale Middle East Airlines (MEA) a inauguré hier les nouvelles sections de son centre de formation sur le point d'être finalisé. Situés dans l'enceinte de son siège à quelques mètres de l'Aéroport international de Beyrouth (AIB), ces nouveaux locaux s'étendent sur plus de 14 000 m² – pour une surface construite d'environ 43 500 m² – et abritent désormais plusieurs installations dédiées à la formation du personnel navigant.

La cérémonie d'inauguration s'est déroulée en présence du Premier ministre Saad Hariri, parrain de l'événement, du ministre des Travaux publics et des Transports, Youssef Fenianos, du PDG de la MEA, Mohammad el-Hout, et de M. Riad Salamé, gouverneur de la Banque du Liban – laquelle possède 99 % des parts de MEA à travers la Intra Investment Company (voir encadré). M. Hout a souligné que la compagnie aérienne avait décidé d'organiser cette cérémonie le 1er novembre en l'honneur de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, né le même jour en 1944 et assassiné le 14 février 2005.

 

(Pour mémoire : L'État doit investir 70 millions de dollars pour moderniser l'aéroport de Beyrouth, selon la MEA)

 

Vocation régionale
Au rayon des principales nouveautés exhibées au cours d'une visite guidée du centre figurent notamment un simulateur pour les procédures d'évacuation d'urgence des passagers ou encore la reproduction grandeur nature d'une cabine devant servir à former les hôtesses et les stewards au service de bord, entre autres. À terme, ces nouveaux équipements doivent permettre à la MEA d'attirer une clientèle de compagnies régionales. « Ce centre va permettre de faire de Beyrouth un centre régional pour la formation des pilotes et des personnels navigants », s'est réjoui auprès de L'Orient-Le Jour le député Yassine Jaber, présent sur place. Il indique que le ministère irakien des Transports avait récemment manifesté son intérêt pour ces installations. Le centre comprend enfin un auditorium d'une capacité de 300 places – portant le nom du gouverneur de la BDL.

Pour l'instant, le centre sert uniquement à la formation du personnel de la MEA, selon le service de presse de la compagnie, qui n'a pas communiqué de détails concernant les prochaines étapes de son exploitation. Interrogé par L'Orient-Le Jour, les représentants de la MEA n'ont pas, de plus, souhaité communiquer d'informations concernant les chiffres actualisés du budget alloué à ce projet initié en 2008 et dont la première phase des travaux avait été inaugurée en 2015 à l'occasion des 70 ans de la compagnie. Cette dernière étape avait notamment abouti à la construction d'une section du centre destinée à accueillir les quatre simulateurs de vol que MEA prévoit d'acquérir. En 2015, la direction de la MEA avait évoqué une enveloppe totale de 75 millions de dollars, dont 45 millions de dollars pour les travaux de la deuxième phase du projet, confiée au cabinet de conseil en ingénierie Khatib & Alami et au groupe de construction Abniah. Le modèle économique selon lequel le centre sera exploité n'a pas non plus été évoqué par la direction de la compagnie.

Il reste que les participants ont tous salué l'aboutissement du projet, qui reflète, selon le Premier ministre, la confiance dans « le rôle prépondérant du Liban au niveau régional et mondial ». M. Hariri a également indiqué que le ministère des Travaux publics était en train d'élaborer un « plan directeur » pour permettre à l'AIB d'accueillir 5 millions de passagers de plus par an, à court terme – contre une capacité de maximum 6 millions de passagers par an actuellement.

 

Pour mémoire

L'aéroport de Beyrouth triple sa capacité de cargo pour suivre le boom du fret

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

MEA est le Fleuron des entreprises libanaises. Même aux pires moments de la guerre du Liban qui a duré de longues années, la direction de cette société a su préserver ses emplois, son patrimoine industriel, ses avions et ses bureaux dans le monde. (La contribution d'Air France notamment a été décisive en son temps, en louant les services des pilotes de MEA et de ses avions, le temps que le pays redresse sa situation).

Félicitation pour ce nouveau centre de formation qui sera surement un modèle pour la région.

Nevine Megarbane

De grâce..que la MEA consacre aussi quelques sous pour assurer à ses voyageurs au départ de l’AIB des conditions dignes...à savoir un équipement pour remplacer ces bacs en plastiques gris, sales et cassés que les agents lancent par terre et qu’il faut aller ramasser.

NAUFAL SORAYA

Rien qu'en passant devant, ce projet semble être une splendeur!!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué