X

Économie

Aggrandissement de l'AIB : à la recherche de la meilleure formule pour financer les travaux

Infrastructures

Les premières estimations pour l'agrandissement de l'aéroport tablent sur une enveloppe située entre 87 et 100 millions de dollars.

11/10/2017

Présenté comme l'une des priorités du ministre des Travaux publics et des Transports, Youssef Fenianos, dès sa prise de fonctions fin 2016, le projet d'agrandissement de l'aéroport international de Beyrouth (AIB) était hier à l'ordre du jour d'une réunion de la commission parlementaire des Travaux publics. Présidée par le député Mohammad Kabbani (courant du Futur), la commission a pris connaissance des avancées réalisées sur ce dossier, alors que l'aéroport, initialement conçu pour accueillir entre 4 et 6 millions de passagers par an, a enregistré une affluence de plus de 6,4 millions – entre arrivées, départs et transits – sur les neufs premiers mois de l'année, selon les chiffres de l'AIB.

Plan directeur terminé
Cette saturation a été à l'origine d'importantes perturbations, notamment à la fin de la saison estivale. Une situation qui a poussé le Premier ministre, Saad Hariri, à demander à ce que les responsables concernés facilitent la mise en œuvre du projet d'agrandissement de l'AIB piloté par le ministère des Transports. En mars, ce dernier avait demandé au cabinet Dar al-Handasah d'établir un plan directeur pour augmenter sa capacité actuelle sur le long terme, une opération financée par un don de la compagnie aérienne nationale, Middle East Airlines.

Début octobre, M. Fenianos a affirmé à L'Orient-Le Jour que cette étude était « terminée » et que ses résultats avaient déjà été présentés « au Premier ministre ainsi qu'à plusieurs ministères concernés », citant notamment celui des Finances, celui de l'Économie et du Commerce, ou encore le ministre de l'Intérieur et des Municipalités. « Les premières estimations tablent sur un budget total compris entre 87 millions et 100 millions de dollars pour l'ensemble du projet », a ajouté le ministre, sans plus de détails. M. Fenianos a également évoqué le lancement d'une phase préliminaire devant permettre de pallier l'urgence à court terme.

 

(Pour mémoire : Le gouvernement veut accélérer le lancement des travaux d’agrandissement de l’AIB)

 

Selon M. Kabbani, la phase préliminaire vise à graduellement augmenter la capacité de l'AIB sur les trois années à venir. « Cette première étape doit permettre à l'AIB d'accueillir 1 million de passagers supplémentaires d'ici à un an et deux millions de plus d'ici à deux ans maximum », a-t-il expliqué. Il a ensuite évoqué les grands axes du plan directeur, avec une première phase pour permettre à l'AIB d'accueillir 16 millions de visiteurs par an d'ici à 2022 et une seconde pour porter ce total à 20 millions à l'horizon 2046. Des seuils « insuffisants » pour le député, qui appelle le gouvernement à être plus « ambitieux » dans son approche du chantier. « La plupart des aéroports internationaux de la région peuvent accueillir bien plus que 20 millions de passagers et plusieurs d'entre auront certainement augmenté leur capacité respectives d'ici à 2046 », note-t-il. Pour lui, rien n'interdit que l'AIB puisse devenir un « hub majeur » au niveau régional.

Mais pour l'heure, le gouvernement tente de trouver la meilleure formule pour financer les travaux afin de pouvoir donner le coup d'envoi du chantier. « Toutes les possibilités sont actuellement examinées, dont la possibilité de lancer un partenariat public-privé dans le cadre prévu par la loi PPP récemment votée (le 16 août dernier, NDLR) par le Parlement », a encore précisé M. Fenianos. « Ce qui est certain, c'est qu'il est indispensable d'augmenter les capacités de l'AIB qui rapporte aujourd'hui 300 millions de dollars par an au Trésor, dont plus de 100 millions à travers l'exploitation des boutiques hors taxes. L'adjudication publique pour la gestion et l'exploitation de ces dernières a été remporté en avril par l'opérateur libanais Phoenicia Aer Rianta Company (PAC SAL), à l'occasion de la première procédure lancée dans ce cadre depuis des années. PAC avait en effet vu son contrat renouvelé à plusieurs reprises sans que ce marché public ne soit remis en jeu, entre autres griefs.

 

 

Pour mémoire

L’AIB a besoin d’agrandissement, estime Fenianos

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

YIALLI FIHA AKTAR LATTA...

Khlat Zaki

Hier encore, en 1996/7, on me pointait du doigt pour avoir soutenu dans les colonnes d'un "spécial" Al-Anouar, le projet de feu le Président Hariri d'un aéroport d'une capacité de 6millions de passagers horizon 2015!
Cette vision démesurée était intolérable et ne pouvait être expliquée pour les détracteurs du projet que par l'amour des affaires et du lucre.
Nous sommes en 2017 et notre aéroport accuse une sous-capacité de 10%.
Qu'aurait-ce été si l'aéroport avait été limité à accueillir 4 millions de passagers (même moins) comme l'exigeaient plusieurs?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.