Liban

Malgré la réapparition du clivage politique, pas de retour à la situation d’avant-2016

Décryptage
28/08/2018

Brusquement, on se croirait revenu à la période d’avant l’élection présidentielle, et ce qu’on a appelé « le compromis présidentiel ». Les vieux démons sont revenus sur le devant de la scène dans une belle simultanéité, comme s’il s’agissait d’une symphonie bien orchestrée aux rythmes déjà connus des Libanais.

Il y a eu ainsi les informations sur la publication dans le courant du mois de septembre de l’accusation officielle dans l’affaire de l’assassinat du Premier ministre Rafic Hariri, en attendant le verdict du TSL qui pourrait prendre plusieurs mois à partir de 2019. Il y a eu ensuite le retour à l’avant de la scène des conflits stratégiques dans une reconstitution soudaine de la division politique entre les camps du 14 et du 8 Mars, au sujet notamment des relations avec la Syrie. Dans ce même contexte, le courant du Futur et son chef le Premier ministre désigné ont sciemment choisi de publier un communiqué pour marquer le souvenir des attentats contre les mosquées al-Taqwa et al-Salam à Tripoli le 23 août 2013, qui auraient été organisés sur des injonctions du régime syrien, par un parti alaouite implanté à Baal Mohsen (Tripoli).

C’est aussi dans ce même contexte tendu que les services de sécurité ont annoncé avoir arrêté un Libanais enrôlé sous la bannière de Daech, qui planifiait des attaques contre des barrages de l’armée et contre des églises, selon les informations qui ont filtré de l’enquête préliminaire. Dans les détails, le terroriste arrêté aurait reconnu être en contact avec un dénommé Abou Hicham, responsable de Daech, installé en Syrie qui lui donnait les instructions. Le terroriste ferait partie d’une cellule dont les membres ont déjà été arrêtés, mais les services de sécurité ont attendu l’arrestation du dernier membre pour divulguer l’information à la presse. Cette information arrive à point nommé pour rappeler aux Libanais que la menace terroriste est toujours présente, même s’ils l’avaient plus ou moins oubliée dans l’agitation électorale qui a été suivie de polémiques politiques. Dans le même sillage, l’armée libanaise multiplie depuis quelque temps les patrouilles à la frontière libano-syrienne pour tenter d’empêcher le passage des clandestins de Syrie vers le Liban, ceux-ci pouvant justement appartenir à des groupes armés.

Mis bout à bout, tous ces éléments ramènent le Liban des années en arrière, à la période de la vacance présidentielle et même avant. Comme s’il s’agissait de montrer que les effets du « compromis présidentiel » – qui avait abouti à l’élection de Michel Aoun à la présidence et à la désignation de Saad Hariri pour former le gouvernement, relançant ainsi les institutions de l’État et instaurant une stabilité politique – se sont dissipés et que le Liban se retrouve de nouveau à la case départ, comme après l’assassinat de Rafic Hariri et la grande division qui avait déchiré le pays pendant des années.

Soudain, la fragile entente des deux dernières années s’est lézardée. Les parties politiques étalent désormais leurs conflits sur la plupart des sujets importants. La formation du gouvernement, bien entendu, mais aussi le retour des déplacés syriens, les relations avec la Syrie, le contentieux saoudo-iranien, le conflit yéménite, etc.

Est-ce à dire que le Liban est au bord d’une nouvelle crise politique qui pourrait même se transformer en tourmente ? Des sources sécuritaires bien informées se veulent rassurantes, tout en précisant que la menace terroriste n’a jamais été totalement éliminée. Le risque existe donc, mais les services de sécurité font leur travail avec vigilance et coordonnent entre eux pour parvenir à démanteler les réseaux éventuels et les cellules dormantes. Selon ces mêmes sources, la situation politique constitue certainement un facteur important pour la stabilité. Plus les divisions et les tensions sont importantes, et plus les fauteurs de troubles ont la latitude d’agir. Mais cela ne signifie pas que le Liban est au bord d’une nouvelle vague de violences ou d’attentats. Pour l’instant, la situation n’est pas à comparer avec celle qui a prévalu dans le passé. Selon les sources précitées, la soudaine renaissance du clivage politique est artificielle et vise essentiellement à occuper la scène politique et médiatique pendant cette période critique avant la formation du gouvernement et dans l’attente des développements en Syrie.

En effet, la crise interne libanaise coïncide avec un durcissement de ton américano-franco-anglo-saoudien à l’égard de la Syrie, où le régime s’apprête à lancer sa dernière grande bataille dans le nord du pays. Elle coïncide aussi avec les menaces directes américaines contre l’Iran. Mais au Liban, si les différentes parties suivent de près ce qui se passe dans la région, elles n’en sont pas moins attachées à la stabilité, alors que l’armée et les forces de sécurité ne sont plus dans la même situation qu’avant l’élection présidentielle de 2016. Elles ont un mandat ferme pour agir et veiller à la sécurité et à la stabilité du pays. Tout comme il n’y a pas de décision internationale qui favorise une déstabilisation du Liban. S’il est donc vrai que le Liban subit le contrecoup de la montée des tensions dans la région, laquelle semble se diriger vers une nouvelle épreuve de force, cela ne signifie pas qu’il y aura un retour en arrière...



Lire aussi

Vous avez dit « normalisation » ?, l'édito de Michel Touma 

Pour le Futur et les FL, aucun lien entre le TSL et la formation du gouvernement

Aoun ferait bientôt de nouvelles propositions pour faciliter la mission de Hariri

Ralliement sunnite autour de Hariri : une portée stratégique ou communautaire ?

Que reste-t-il de l’accord de Meerab ?

Et si le « compromis présidentiel » était visé ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

L'acharnement de la Syrie et de l'Iran pour engloutir le Liban, pourquoi ?
La France, puissance mandataire sur le Levant depuis 1920 avait offert, pour des raisons stratégiques, le Sandjak d'Alexandrette à la Turquie. Une spoliation que la Syrie n'a jamais acceptée. Ce territoire est considéré comme "L'Alsace-Lorraine" par les Syriens. Même Gabriel Puaux, haut-commissaire n'avait pas été consulté
Iskandarun a une superficie de 5.570 km2 soit 53% de la surface du Liban, avec une façade de 150 km sur la Méditerranée.
J'invite la Syrie et l'Iran à oeuvrer pour récupérer cette terre syrienne et de ficher la paix à notre très chère Patrie bien-aimée., le Liban éternel.

stambouli robert

Mm Haddad

Tout le monde prefere des editoriaux balances et etudiees donnant des positions adverses aussi, CE QUI N'EST PRESQUE JAMAIS LE CAS DE VOS ARTICLES

Le seul probleme auquel le lIBAN DOIT FAIRE FACE C'EST LA CUPIIDITE DE LA PLUS PART DE NOS POLITICIENS ( que nous elisons nous memeS) QUI EVEULENT DES POSTES POUR S'ENRICHIR OU FAIRE EN SORTE DE CONQUERIR LE POUVOIR ET RIEN D'AUTRE POUR S'ENRICHIR ENCORE PLUS

Tout mettre sur le dos de l'ingerence des pays etrangers est faux, plutot dire sur le montant que ces pays payent a nos politiciens

Si 100% des elus etaient propres tout serait regle mais c'est une utopie aujourd'ui

Zovighian Michel

Je rappelle que l'élection du President Aoun c'est faite grâce aux voix du 14 mars en majorité et non pas du 8 Mars, et que le clivage 8-14 Mars n'a plus été mentionné en politique depuis l'election de Aoun si ce n'était Nasrallah qui a fait revivre son esprit il y a trois jours. Il a même parlé de l'échéance TSL pour Septembre 2018 alors que le verdict TSL est annoncé pour 2019. De la "mis-information" voulue, voire ciblée.

Que va t'il dire aux Libanais le jour du verdict et comment v'a t'il se faire respecter? J'espère que ce ne sera pas dans les rues de Beyrouth. Et que va faire le President Aoun?

gaby sioufi

je l'ai toujours dit, ecrit meme pense : ils sont ineffables & hilarants les chantres de l'occupation voilee en Liberation. Liberation a outrance - de qui, de quoi ? peut importe puisque cela est a geometrie variable politiquement, ethniquement geopolitiquement .
ce qu'on nous dit dans ce decryptage est que nous avions tjrs eu les choix, les options suivantes :
occupation des chantres de l'union du croissant fertile, celui des multiples pouvoirs syriens de l'avant assad le pere, de nasser, du tres avenant y arafat, de assad pere=au moins il s'agissait d'etre occupes par des "arabes", puis finanalement, depuis 2005 c l'occupation la + tenace puisqu'encree non seulement dans la partie chiite de notre population MAIS aussi ds celle d'un bloc d'elus de 29 chretiens libanais, j'ai dit l'occupation vali fakihienne.
Alors pour l'amour du ciel il est temps de digerer la simple verite de nos libres choix
tels qu'exposes ci-haut 1 bonne fois pr tte, cesser de nous lamenter, remercier Dieu de cette manne qui pue la democratie.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA SOUDAINE RENAISSANCE DU CLIVAGE POLITIQUE EST ARTIFICIELLE DITES-VOUS TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD. QUI SONT LES ARTIFICIERS DE TOUT CE CLIVAGE QUE VOUS NE NOMMEZ PAS A DESSEIN ? GENDRISSIMO-BEAUPERIEN ! UN POINT C,EST TOUT...

Bery tus

Hehe menace terroriste de daesh .... on est bien loin hien des affirmations tel que deash vas occuper le Liban lol ah j’avais oublier mais oui ils s’en sont occupé déjà à la bonne heure

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué